English
Insecula > Portraits sculptés au XVIIIème siècle
Portraits sculptés au XVIIIème siècle
Le portrait sculpté, considéré jusqu'alors comme un genre mineur, atteint son apogée au XVIIIème siècle. L'art du portrait, devenu un genre à part entière sous Louis XIV, était auparavant réservé aux ornements funéraires.
Article   
Les bustes sculptés deviennent des chefs-d'oeuvre raffinés à l'égal de la statuaire monumentale. L'Académie Royale comptent alors plusieurs grands artistes parmi lesquels Coysevox, Coustou, Lemoyne, Caffieri, Pajou, Bouchardon et Houdon.

Ils sculptaient sur commande le portrait des grands personnages de la cour, de l'administration et du gouvernement et des membres de la noblesse et de la haute bourgeoisie.

Les bustes, réalisés en marbre, bronze ou terre cuite, étaient exécutés d'après le modèle vivant. Ils affichent la puissance et la fonction des notables représentés soit "à la française", c'est à dire en habit contemporain, soit "à l'antique", ou encore en négligé d'artiste, la chemise ouverte.

La présentation majestueuse des bustes de Louis XIV par Coysevox n'est plus à la mode dans le deuxième tiers du XVIIIème siècle. Le Roi refuse son portrait en Apollon. Il préfère le style sobre et physionomiste de Pajou et Houdon qui exclut la grandiloquence et insiste sur l'expressivité ou l'intériorité du modèle. Coustou et Pigalle exécuteront leur autoportrait dans la tenue débraillée de l'atelier