Insecula > Collectionneurs de sculptures du XVIIIème siècle
Collectionneurs de sculptures du XVIIIème siècle
Le privilège de commander et de collectionner des oeuvres d'art, au XVIIIème siècle, était réservé à l'élite aristocratique et financière qui en avait les moyens.
Article   
Les commanditaires, qui cherchaient à mettre en valeur leur position sociale tout en y trouvant du plaisir, sollicitent les artistes de l'Académie de Peinture et de Sculpture au même titre que le roi.

Madame de Pompadour, protectrice d'artistes de renom, tels Falconet, Pigalle et Lemoyne, jouera un rôle important dans le développement de l'art français au milieu du XVIIIème siècle. L'Amour embrassant l'Amitié, de Pigalle (1714-1785), compte parmi ses nombreuses commandes ayant pour thème l'allégorie de la relation privilégiée qu'elle entretenait avec Louis XV. Elle en sera la maîtresse avant de devenir son amie.

L'Amour silencieux de Falconet ornera plusieurs résidences de la marquise. Le marbre du Louvre, exposé tout d'abord au Salon de 1757, provient du jardin de l'hôtel d'Evreux, l'actuel palais de l'Elysée.

Madame du Barry, maîtresse de Louis XV de 1768 jusqu'à sa mort en 1774, fera construire un pavillon à Louveciennes par Ledoux. Reflet de l'art néoclassique du XVIIIème siècle, la demeure contenait des peintures de Vien, des décors de Pajou, des bronzes de Gouthière et des meubles de Delanois ainsi que des marbres de Louis-Claude Vasse (1716-1772) tel le groupe intitulé l'Amour assis sur le bord de la mer rassemblant les colombes du char de Vénus (1755).

La Diane de Christophe-Gabriel Allegrain (1710-1795), sera commandée en 1776 pour faire face, dans le jardin, à une Vénus du même artiste offerte par Louis XV quatre ans plus tôt.

Le Louvre expose le programme sculpté conçu par l'abbé J.M. Terray, contrôleur général des finances du royaume depuis 1769, destiné à son hôtel de la rue Notre-Dame-des-Champs. L'allégorie du commerce, intitulée Mercure, d'Augustin Pajou (1730-1809) est l'une des oeuvres destinées à exalter sa fonction ministérielle.

Les amateurs collectionneront, à la fin du XVIIème siècle, des sculptures en bronze de petit format. Jugé plus expressif que le marbre, le bronze permettait d'affirmer davantage dans le dessin des courbes du sculpteur. Certains artistes, tel Robert Le Lorrain (1666-1743), auteur de L'Andromède, exécuté vers 1696 - pièce de la collection du financier Crozat - et du Fleuve exécuté en 1736, réaliseront ainsi quelques chefs-d'oeuvre de précision et de raffinement.



 
English
Derniers membres inscrits