English
Insecula > La Vallée des Rois
La Vallée des Rois
La Vallée des Rois, qui compte aujourd'hui 62 tombes découvertes, était surnommée jadis les Portes des Rois ou encore le Lieu de Vérité.
Article   
Datant du Nouvel Empire, entre la 18ème et 20ème dynastie, la plupart d'entre elles ne sont pas accessibles au public. Les autorités procèdent par roulement et n'hésitent pas à fermer celles qui ne plus peuvent supporter le passage de touristes qui provoquent une augmentation de 95% du degré d'humidité dans les tombes. Ce phénomène accélère la décoloration des pigments, la prolifération de champignons et l'érosion des supports. La construction du barrage d'Assouan, qui a entraîné une remontée de la nappe phréatique souterraine, n'a pas contribué à améliorer la situation. Plusieurs tombes viennent cependant de rouvrir après des travaux de restauration et la mise en place de systèmes sophistiqués de climatisation.

Située dans un lieu désertique sur la rive occidentale du Nil, à 3 kilomètres de la ville de Thèbes (Louxor), cette vallée est un grand canyon dépourvu de toute végétation. Le mont al-Qurn (la corne), d'une hauteur de 500 mètres, domine le paysage en arrière plan. Il émerge dans le petit matin grâce aux rayons du soleil dont il est le seul à bénéficier. L'endroit n'a pas toujours eu cet aspect désolé. Les prêtes qui assuraient les sacrifices et les rites funéraires habitaient à proximité ainsi que les gardes. Les pharaons du Nouvel Empire faisaient construire à proximité des temples dans lesquels ils séjournaient afin de suivre l'état d'avancement des travaux de leur sépulture. La Vallée des Rois devient lieu de sépulture, sous la 18ème dynastie, lorsque Thèbes devient elle-même la capitale de l'Egypte réunifiée. Les rois préfèrent alors construire de gigantesques temples plutôt que des pyramides comme le voulait la tradition depuis plus d'un millénaire. Ils entreprennent de faire creuser leur hypogée dans une vallée cachée de la chaîne Libyque, loin des temples funéraires situés dans la vallée. La situation isolée de la vallée devait permettre de voir venir de loin des pillards. Le tombeau le plus ancien découvert appartient à Thoutmôsis Ier. Sur les 62 tombes recensées à ce jour, 25 sont des sépultures royales. Les autres renferment les dépouilles de hauts dignitaires ou n'ont pu être encore identifiées.

L'architecture des tombes répond, à quelques exceptions près, à quelques règles très simples. L'entrée doit être discrète au point de se confondre avec le paysage. On accède, après un long corridor ou un escalier descendant, flanqué de niches et de chapelles à une première salle, le vestibule, puis à la chambre funéraire. Les représentations murales et les inscriptions font références aux textes sacrés qui concernent la vie dans l'Au-delà. On y trouve des extraits de l'Amdouat, le livre le plus ancien qui partage l'Autre Monde en 12 domaines correspondant aux 12 heures de la nuit, du Livre du Monde Souterrain, d'un symbolisme resté obscur, du Livre des Morts dont les chapitres constituent un guide très détaillé pour éviter les pièges et s'assurer gloire, richesse et prospérité après le jugement d'Osiris, et du Livre des Portes qui décrit le voyage nocturne du soleil. A cette littérature s a‘joutent le Livre des Cavernes, une version plus récente de l'Amdouat qui divise la nuit en cavernes et non plus en heures que le dieu soleil éclaire les unes après les autres et le Livre de la Terre composé de récits isolés célébrant le retour du soleil des profondeurs de l'Au-delà. L'Amdouat est le thème essentiel des décorations murales jusqu'à la fin du Nouvel Empire.

Les tombes étaient refermées à jamais après l'enterrement du défunt. La découverte récente de la tombe de Toutankhamon donne une idée du trésor et des richesses qui y étaient accumulés afin d'assurer le train de vie du roi dans l'autre monde. Les autres tombes n'ont pas résisté aux pillards malgré certaines astuces comme les fausses portes et les portes dissimulées. Certains voleurs ont certainement bénéficié de la complicité des prêtes d'Amon chargés d'assurer les cérémonies rituelles après la mort.

L'accès au site proprement dit se fait par un petit train qui amène les touristes depuis le parking. Si vous appartenez à un groupe et si vous souhaitez utiliser votre appareil photo à l'intérieur des tombes, vous devez impérativement prendre autant de tickets vous donnant le droit de photographier que de tombes visitées. Il vous en coûtera 6 livres égyptiennes à chaque fois. Le paiement doit se faire dans le petit kiosque situé à la descente du train. Inutile de négocier avec les gardiens à l'intérieur de la tombe si vous n'avez pas l'indispensable sésame, ils sont intraitables, même moyennant un bakchich du double du prix du billet.