English
Insecula > Des derniers pharaons égyptiens à Cléopâtre
Des derniers pharaons égyptiens à Cléopâtre
L'Egypte connaît une ultime période d'indépendance et d'éclat au temps des derniers pharaons indigènes.
Article   
Elle est ensuite rattachée à l'Empire des Perses, puis des Macédoniens et rayonne sous les Ptolémées d'une culture originale au sein du monde hellénistique. Le pays passera ensuite sous domination romaine dont elle deviendra le grenier. L'histoire du pays ne sera alors qu'une succession de tutelles étrangères entraînant un brassage humain d'une grande ampleur. Les coptes prétendent aujourd'hui avoir n'avoir pas participé à ce mélange de races et être les derniers survivants indigènes

XXXème dynastie
Période allant d'environ de 378 à 330 avant Jésus-Christ

Nectanébo Ier
Période de règne approximative : 378 à 360 avant Jésus-Christ

Nectanébo Ier doit affronter les Perses associés aux Athéniens qui tentent une nouvelle fois d'envahir le pays. L'Egypte résiste et s'assure une paix durable. Les Perses ne reviendront que trente ans plus tard, en 343 avant Jésus-Christ. Nectanébo Ier entreprend de nouvelles constructions et embellit la plupart des temples d'Egypte. Son fils Tachos est associé au trône et l'armée égyptienne est renforcée.

Tachos (Téos)
Période de règne approximative : 360 à 359 avant Jésus-Christ

Lorsqu'il accède au pouvoir à la mort de son père, Tachos décide de lourdes mesures fiscales devant financer les préparatifs de guerre et le paiement de la solde des mercenaires grecs. Il part en campagne par voie de terre et de mer le long de la côte en direction de la Phénicie. Son frère Tjahépimou, qui assume la régence, profite du mécontentement général contre Tachos et fait proclamer roi son fils Nectanébo II en 359 avant Jésus-Christ.

Nectanébo II
Période de règne approximative : 359 à 341 avant Jésus-Christ

Nectanébo II règne durant 18 ans au cours desquels il multiplie constructions et restaurations de temples. L'empire perse, qui a repris le contrôle de l'Asie Mineure malgré l'influence montante de la Macédoine, tourne de nouveau son regard en direction de l'Egypte. Artaxerxès marche sur l'Egypte en 343 avant Jésus-Christ. La fuite de Nectanébo II marque la fin de l'indépendance égyptienne. La nouvelle invasion perse durera moins de six ans.

Arsès
Période de règne approximative : 338 à 335 avant Jésus-Christ

Darius III Codoman
Période de règne approximative : 335 à 331 avant Jésus-Christ

La période grecque
Période allant d'environ de 331 à 30 avant Jésus-Christ

Alexandre
Période de règne approximative : 331 à 322 avant Jésus-Christ

Alexandre, fils de Philippe II (contre les ambitions duquel s'était élevé Démosthène) et de la princesse Olympias, fille du roi des Molosses en Epire, voit le jour en juillet 356 à Pella, capitale du royaume de Macédoine. Elève du philosophe Aristote, Alexandre s'éprend des héros de l'Iliade, d'Achille en particulier. Il prétend en être un descendant et en fait son modèle. Son père lui fait partager son pouvoir. Il conduit la cavalerie à la bataille de Chéronée (338 avant Jésus-Christ) et devient l'ambassadeur chargé de rapporter à Athènes les cendres des Athéniens tués. Philippe II est assassiné en 336 avant Jésus-Christ. L'accession au trône d'Alexandre s'accompagne de troubles provoqués par la noblesse macédonienne. La répression est sanglante. Thèbes, qui s'était soulevée avec l'aide tacite des Athéniens, est vaincue et la ville totalement rasée. Le calme revenu et le pouvoir fermement établi, Alexandre part à la conquête de l'Asie Mineure en 334 avant Jésus-Christ sous le prétexte d'une guerre de représailles pour les torts subis lors des guerres médiques. Il confie provisoirement le pouvoir à Antipater et laisse sur place les contingents les plus fidèles de son armée.

Parti d'Amphipolis en Thrace, il débarque à Troie à la tête de 35.000 fantassins et 5.000 cavaliers. Le roi de Perse, Darius III Codoman, n'intervient pas durant la traversée de l'Hellespont. Son armée, très supérieure en nombre, tente d'arrêter l'armée macédonienne sur les rives du Granique au mois de mai. Cette bataille, au cours de laquelle l'armée d'Alexandre doit de traverser le fleuve et escalader une rive escarpée, se solde par la victoire des Grecs. Les Perses prennent la fuite. Alexandre étend son avantage à l'ensemble de la région côtière afin de priver les Perses de base pour envahir la Grèce. Il libère plusieurs villes de leur tyran et rétablit la démocratie. Les villes qui résistent (Halicarnasse, Lampsaque ou Aspendos) sont assiégées et vaincues. La période hivernale 334-333 avant Jésus-Christ est mise à profit pour s'emparer de la Lycie, la Pamphilie, la Pisidie au sud de l'Asie Mineure. Le gouvernement de cette région est confié à son ami Néarque.

Les armées grecques pénètrent alors à l'intérieur du territoire et s'emparent de Gordion. Alexandre tranche d'un coup d'épée le noeud fixant le joug au char de l'ancien roi Gordios. Il se dirige ensuite, à l'Est, vers les monts Taurus qu'il franchit aisément. Alexandre tombe malade après avoir pris un bain dans le Cydnus et s'être emparé de Tarse, ville dans laquelle il frappe monnaie. Le roi de Sparte, allié aux amiraux perses, tente de s'emparer du pouvoir. L'armée grecque affronte les forces perses forte de 600.000 hommes, concentrées dans la plaine d'Issos large de cinq kilomètres et située entre les monts Taurus et la mer. Alexandre reporte une victoire éclatante. Darius s'enfuit, laissant en otage sa mère, sa femme, ses filles ainsi qu'un immense butin. Il se retire au-delà de l'Euphrate. Les routes de la Syrie et de l'Egypte sont ouvertes. Plusieurs villes se rendent. Tyr, qui bénéficie d'une position insulaire, résiste pendant sept mois avant de se rendre. Huit mille Tyriens périssent et les autres sont vendus. Il s'attaque ensuite à Gaza où il est blessé à deux reprises. Alexandre est accueilli comme un libérateur par les Egyptiens, farouches ennemis des Perses. Il fonde, à l'Ouest du delta du Nil, la ville d'Alexandrie, la première d'une longue série qui sera édifiée jusqu'au fond du Caucase. Il confie l'administration du pays à plusieurs chefs civils et militaires macédoniens. Les prêtres du dieu Amon lui donnent le titre de "fils d'Amon" jadis porté par les Pharaons. Il devient un dieu égyptien.

Devenu maître de l'Asie hellénique et méditerranéenne. Il repart en guerre contre Darius en 331 avant Jésus-Christ afin de devenir également roi de Perse. Il franchit le Tigre et l'Euphrate sans rencontrer de résistance. L'affrontement intervient à l'Est du Tigre, près de Gargamèle, au Nord d'Arbèles. Prise en tenaille entre la cavalerie grecque conduite par le roi, sur la droite, et la puissante phalange macédonienne, au centre, l'armée perse forte de près d'un million d'hommes est une nouvelle fois vaincue. Darius prend la fuite le 2 octobre 331 avant Jésus-Christ, abandonnant derrière lui son char et ses armes. Toutes les capitales de l'empire perse sont pillées tandis que les habitants sont épargnés. Alexandre est accueilli à Babylone et à Suse en qualité de roi de l'Asie. Il fait incendier les palais de Persépolis en représailles, dit-on, des crimes commis par Xerxès et rend hommage au tombeau de Cyrus le Grand à Pasargades. Darius, entouré d'une poignée de fidèles dont le nombre diminue, s'enfonce à l'Est du pays. Alexandre cherche à la capturer. Il pense le trouver à Ecbatane. A l'issue d'une véritable course poursuite, et alors qu'il est à portée de main d'Alexandre, Darius est tué par l'un de ses satrapes. Le nouveau roi d'Asie fait rendre les honneurs royaux à la dépouille de Darius et s'empare de sa couronne. Il peut alors soumettre la Perse orientale (Afghanistan, Turkestan et Béloutchistan) mais doit faire face à une guérilla qui durera de 330 à 328 avant Jésus-Christ. Les conditions climatiques sont difficiles et le terrain propice à la résistance. La révolte prend fin avec la soumission de la Sogdiane et de la Bactriane. Alexandre épouse, dans le rite perse, Roxane, fille du bactrien Oxyarte. Le moral des troupes, usées par plusieurs années de campagne et la nostalgie du pays, faiblit. Les nobles macédoniens s'inquiètent de voir leur roi se comporter en monarque absolu et adopter le vêtement et les habitudes perses.

La Perse orientale soumise, Alexandre peut se diriger vers l'Inde, pays peuplé d'êtres fantastiques et regorgeant de merveilles à ses yeux. Il disposait des renseignements rapportés par la dynastie perse et par certaines relations parmi lesquelles Hérodote. Il descend le bassin de l'Indus et se dirige vers l'Hydaspe située à la frontière du royaume perse. L'entrée en Inde est conditionnée par une victoire sur le roi Poros qui veut en interdire l'accès aux Macédoniens. Alexandre franchit le fleuve par ruse. La victoire est longue à se dessiner. L'armée de Poros, renforcée d'éléphants, oppose une farouche résistance. Le vainqueur, sachant apprécier la dignité du vaincu, lui porte de l'estime et le traite en allié. L'armée, parvenue en pleine mousson jusqu'aux rives du Gange (limite extrême du monde connu) se mutine. Alexandre revient vers l'Indus et descend au sud en direction de l'océan Indien. Il traverse le désert de Gédrosie, parallèlement au Golfe Persique, au prix de pertes en vies humaines très élevées. Néarque, à la tête de la flotte, longe le rivage, de l'embouchure de l'Indus à celle de l'Euphrate, dans des conditions également difficiles. Il parvient au fond du Golfe Persique et retrouve Alexandre à Suse. Le roi y organise les noces de Suse aux cours desquelles dix mille soldats, quatre-vingts généraux, le lui-même prennent une épouse d'origine perse. Statira, la fille aînée de Darius, devient la compagne d'Alexandre. Il retourne ensuite à Babylone où il entreprend un vaste programme de travaux. Victime d'une crise de fièvre maligne. Il meurt en quelques jours en juillet 323 avant Jésus-Christ. Le corps d'Alexandre sera plus tard transféré de Babylone à Memphis, puis inhumé à Alexandrie, par les soins de Ptolémée Ier Sôter, ancien général dans son armée et fondateur d'une dynastie alexandrine. Le lieu ou repose la dépouille d'Alexandre est toujours un mystère.

Epoque ptolémaïque
Période allant d'environ de 322 à 30 avant Jésus-Christ

Ptolémée Ier
Période de règne approximative : 322 à 285 avant Jésus-Christ

A la mort d'Alexandre, en 322 avant Jésus-Christ, le fils du général Lagos du nom de Ptolémée recevra l ‘Egypte en héritage. Il instaure la première dynastie grecque sous le nom de Ptolémée Ier, s'installe à Alexandrie et fonde en Haute-Egypte la nouvelle capitale religieuse de Ptolémaïs qui va supplanter Memphis. Le nouveau roi contrôle un territoire qui s'étendait, sur la côte nord-africaine, jusqu'à la grande Syrte, la côte phénicienne jusqu'à Tripoli, Chypre et la plupart des îles de la mer Egée en bordure de l'Asie Mineure ainsi que la zone côtière de cette région. La richesse de cet empire contribuera fortement au rayonnement d'Alexandrie. Les Grecs et Macédoniens constituent l'élite politique, administrative et militaire tandis que les postes d'intendance sont confiés aux Egyptiens lettrés. Les anciens soldats de l'armée d'Alexandre se voient confiés des terres et deviennent des cultivateurs colons. Les nouvelles techniques d'irrigation permettent de doubler le nombre de récoltes. Ptolémée ouvre de nombreux chantiers de construction ou de restauration de temples à Edfou, Dendérah, Esna, Kôm-Ombo et Philae. Le nouveau dieu Sérapis, émanation du taureau Apis, se transforme alors en Zeus et occupe le sommet du nouveau panthéon égyptien.

Ptolémée II
Période de règne approximative : 285 à 246 avant Jésus-Christ

Ptolémée II, fils et successeur de Ptolémée Ier, épouse en première noce Ire, fille de Lysiaque, un des capitaines d'Alexandre la Grand. Il la répudiera en l'an 12 pour épouser sa soeur Arsinoé II. Le nouveau couple exigera d'être défié. Le nouveau pharaon instaure une administration très centralisée et favorise l'implantation de colons grecs dans la région agricole du Fayoum qui devient très prospère. Il fait rétablir la liaison fluviale entre le Nil et la mer rouge et entreprend la construction du phare d'Alexandrie sur l'île de Pharos. Il poursuit la politique d'embellissement et de construction de nouveaux temples, notamment à Philae, Karnak, Keft, Abou Billo, Tanis et Sebennytos. Les historiens pensent qu'il est à l'origine de la traduction en grecque de la Bible hébraïque connue aujourd'hui sous le nom de Septante.

Ptolémée III Évergète Ier
Période de règne approximative : 246 à 222 avant Jésus-Christ

Ptolémée IV Philopator
Période de règne approximative : 222 à 205 avant Jésus-Christ

Ptolémée V Épiphane
Période de règne approximative : 205 à 180 avant Jésus-Christ

Ptolémée VI Philométor
Période de règne approximative : 180 à 145 avant Jésus-Christ

Ptolémée VII Néos Philopator
Période de règne approximative : 145 à 144 avant Jésus-Christ

Ptolémée VIII Évergéte II
Période de règne approximative : 144 à 116 avant Jésus-Christ

Ptolémée IX Sôter II
Période de règne approximative : 116 à 107 avant Jésus-Christ

Ptolémée X Alexandre Ier
Période de règne approximative : 107 à 88 avant Jésus-Christ

Ptolémée IX Sôter II
Période de règne approximative : 88 à 80 avant Jésus-Christ

Ptolémée XI Alexandre II
Période de règne approximative : 80 avant Jésus-Christ

Ce roi ne règnera que 19 jours.

Ptolémée XII Néos Dionysos
Période de règne approximative : 80 à 58 avant Jésus-Christ

Ptolémée XII qui règnera deux fois de -80 à -58 et de -55 à -51 laissa les romains s'emparer le l'île de Chypre. Il s'enfuira un premier temps avant d'être rétabli sur le trône par les romains.

Bérénice IV
Période de règne approximative : 58 à 55 avant Jésus-Christ

Ptolémée XII Néos Dionysos
Période de règne approximative : 55 à 51 avant Jésus-Christ

Cléopâtre VII Philopator
Période de règne approximative : 51 à 30 avant Jésus-Christ

Immortalisée par Liz Taylor au cinéma, Cléopâtre, naît à Alexandrie en 69 avant Jésus Christ. Cette fille de Ptolémée XII épouse à l'âge de 17 ans son frère Ptolémée XIII alors âgé de 10 ans. Répudiée, elle prendra César pour amant et fera appel à l'armée romaine pour renverser son frère qui sera tué au combat en 47 avant Jésus-Christ. Selon la coutume, elle épouse alors son autre frère Ptolémée XIV. Jules César lui confie le pouvoir en Egypte en remerciement de l'aide apportée lors de la victoire sur Pompée. Il donnera un fils, Césarion, qui régnera sur l'Egypte sous le nom de Ptolémée XV. Elle partira alors s'installer à proximité de Rome pour suivre son amant. L'assassinat de l'empereur romain, le 15 mars 44, ne perturbera pas longtemps sa carrière politique.

Elle rentre en Egypte auprès de son époux légitime. Les territoires romains sont placés sous la responsabilité d'Octave et d'Antoine. Ce dernier, qui hérite de l'Orient, s'installe à Alexandrie. Il ne pourra résister aux charmes de la femme éplorée qui lui manifeste un amour sans limite. Antoine répudiera sa femme Octavie, la soeur d'Octave. Le nouveau couple donnera naissance à trois enfants. Octave, qui souhaite diriger l'ensemble de l'Empire Romain, déclare la guerre à Antoine et Cléopâtre. Celle-ci n'hésitera pas à demander à l'amiral de sa flotte de se replier lors de la bataille d'Actium le 2 septembre 31. Vaincu, Antoine se suicidera en apprenant le prétendu décès de sa maîtresse. Cette dernière le rejoindra peu de temps plus tard en se faisant mordre par un aspic.

Elle laisse le souvenir d'une femme d'une grande beauté. La perfection et la finesse de son nez sont entrées dans la légende. Elle prenait des bains de lait d'ânesse pour entretenir le soyeux de sa peau et dégustait des perles dissoutes dans du vinaigre. Cléopâtre inspirera de nombreux artistes parmi lesquels des musiciens, des cinéastes, des peintres et sculpteurs, des poètes, des auteurs de romans et de bandes dessinées. Le poème tiré du recueil : Les Trophées de José Maria de Heredia (1842-1905), nous livre une expression très sensuelle des amours entre Antoine et Cléopâtre :

« Tous deux ils regardaient, de la haute terrasse,
L'Egypte s'endormir sous un ciel étouffant
Et le Fleuve, à travers le Delta noir qu'il fend,
Vers Bubaste ou Sais rouler son onde grasse.

Et le Romain sentait sous la lourde cuirasse,
Soldat captif berçant le sommeil d'un enfant,
Ployer et défaillir sur son coeur triomphant
Le corps voluptueux que son étreinte embrasse.

Tournant sa tête pâle entre ses cheveux bruns
Vers celui qu'enivraient d'invincibles parfums,
Elle tendit sa bouche et ses prunelles claires ;
Et sur elle courbé, l'ardent Imperator
Vit dans ses larges yeux étoilés de points d'or
Toute une mer immense où fuyaient des galères. »

Ptolémée XIII
Période de règne approximative : 47 avant Jésus-Christ

Le jeune pharaon fera trancher la tête de Pompée qu'il apportera à César en espérant s'attirer ses bonnes grâces. L'empereur romain sera bouleversé et ne pourra retenir ses larmes. Le jeune pharaon chassera alors sa soeur et épouse Cléopâtre VII avant de périr lors d'un affrontement avec César devenu l'amant de son ancienne femme.

Ptolémée XIV Philopator II
Période de règne approximative : 47 à 44 avant Jésus-Christ

Ptolémée XIV Philopator II, fils de Ptolémée XII et frère de Ptolémée XIII, épousera sa soeur Cléopâtre lorsque ce dernier sera tué au combat par les troupes de César. L'empereur romain, qui était l'amant de la reine d'Egypte, l'emmènera avec lui en Italie.

Ptolémée XV Césarion
Période de règne approximative : 44 à 30 avant Jésus-Christ

Fils de Jules-César et de Cléopâtre.

La période romaine
Période allant d'environ de 49 avant Jésus-Christ à 395 après Jésus-Christ

La dynastie Julio-Claudienne
Période allant de 49 avant Jésus-Christ à 70 après Jésus-Christ

Jules César
Caius Julius Caesar
Période de règne : 49 à 44 avant Jésus-Christ

Caius Iulius Caesar naît à Rome, en 100 le 13 du mois Quinctilis. Ce mois sera appelé Iulius (juillet) en son honneur. Issu d'une vieille famille patricienne, la gens Iulia, César prétendait descendre de Iule, fils d'Énée, lui-même fils de Vénus. Il fréquente, durant sa jeunesse dorée, l'école et le gymnase. C'est un brillant élève. Il fait ses premières armes en politique sur les pas de son oncle Marius qui était lié aux milieux plébéiens puis devient militaire. Il remporte une victoire en Asie sur des pirates qui l'avaient rançonné. Il est élu questeur en 68 avant Jésus-Christ puis édile trois ans plus tard. Les jeux qu'il organise alors menacent de le ruiner. Devenu préteur en 63 avant Jésus-Christ, il tente de sauver les conjurés de Catalina. Il s'illustre ensuite militairement en Espagne, pays dont il est nommé propréteur et qui lui permettra de refaire fortune. Le triumvirat qu'il forme avec Pompée et le très riche Crassus en 60 avant Jésus-Christ, aux termes d'un pacte secret, lui permet de devenir Consul l'année suivante. L'exerce solitaire du pouvoir ne l'empêche pas d'affermir ses liens avec Pompée à qui il donne sa fille unique Julia en mariage. Il fait voter une loi agraire qui octroie des terres aux vétérans durant son mandat puis se voie confier pour cinq ans le gouvernement de la Gaule cisalpine, de l'Illyrie et de la Gaule transalpine. Il parvient ainsi à prendre la tête d'une armée qui lui permettra d'égaler le prestige de Pompée.

Son pouvoir s'étend du Nord de l'Italie à la Provence. Sa lutte contre les Helvètes, qui souhaitent traverser la Province romaine pour aller en Saintonge, lui donne l'occasion de remporter de nombreuses victoires, notamment sur le chef germain Arioviste. La Gaule passe sous domination romaine. Le mandat de César est renouvelé lors de l'entrevue de Lucques, en 56 avant Jésus-Christ, avec la bénédiction de Crassus et de Pompée. Les quatre années suivantes sont mises à profit pour renforcer l'autorité romaine sur la Gaule. César franchit le Rhin puis la Manche et débarque en Bretagne (Grande-Bretagne). Il revient en Gaule pour faire face à la résistance qui s'organise sous l'autorité du chef averne Vercingétorix. César s'empare d'Avaricum (Bourges) avant de subir un échec à Gergovie (près de Clermont-Ferrand). La victoire d'Alésia (en Bourgogne) au terme d'un long siège puis celle de Uxellodunum (Luzech) confirment la domination romaine sur le Nord des Alpes. Jules César sort affaibli des difficultés qu'il a rencontré pour vaincre les Gaulois. La situation politique a évolué durant son absence. Julia est morte ainsi que Crassus qui était parti combattre les Parthes. Le Sénat favorise les ambitions de Pompée qui prétend pouvoir assurer l'ordre et la sécurité sans toucher à la constitution républicaine. Candidat au poste de Consul, il refuse de se rendre seul à Rome comme la loi l'exige et franchit le Rubicon à la tête de son armée (rivière au sud de la Gaule cisalpine) pour envahir l'Italie. Pompée doit s'enfuir en Orient. La guerre civile va durer quatre ans.

Les armées pompéiennes installées en Espagne sont anéanties et Marseille est vaincue au passage. César, nommé Consul au début de l'année, franchit l'Adriatique à partir de Brindes et passe au travers de la très importante flotte pompéienne. L'affrontement entre les armées romaines de Pompée et de César interviendra dans la plaine de Pharsale, en Thessalie. La victoire de César est totale malgré des troupes bien inférieure en nombre. Pompée s'enfuit en Égypte où il est assassiné par les agents du roi Ptolémée XIII, frère et ancien mari de Cléopâtre. Le pharaon, qui apportera la tête du disparu à César, provoquera sa colère et sera tué. Cléopâtre devient la maîtresse du romain et lui donne un enfant qui deviendra roi d'Egypte. César rentre alors à Rome après avoir soumis le fils de Mithridate, Pharnace, roi du Pont. Cléopâtre l'accompagne. Il repart en Afrique pour affronter les forces républicaines pompéiennes qui s'étaient reconstituées. Ces derniers compteront 50.000 morts dans leurs rangs à l'issue de la bataille de Thapsus. Caton se suicide à Utique. Les fils de Pompée, qui avaient levé une armée en Espagne, sont vaincus le 15 mars 45 à Munda, près de Cordoue. Ils laisseront derrière eux environ 30.000 morts.

N'ayant plus de concurrents dans l'Empire, César se proclame dictateur à vie, grand pontife, augure et imperator à vie. Les monnaies de Rome sont frappées à son effigie. Habile politique, César va gouverner dans l'intérêt général. Il amnistie de ses anciens adversaires et exilés politiques qui deviennent parfois des hauts fonctionnaires. Certains Gaulois et Espagnols siègent au Sénat. Il entreprend la réforme du calendrier et favorise l'émergence d'une classe moyenne. Les vétérans obtiennent des terres et fondent des colonies en Italie, en Afrique et en Grèce. L'administration fiscale est renforcée et la gestion des magistrats et des gouverneurs de province soumise à une contrôle très strict. De nombreux sénateurs, avec à leur tête Cassius et Brutus (neveu de Caton), refusent d'admettre le pouvoir despotique de César qui aspire au titre de roi avant d'engager une campagne contre les Parthes et asseoir son pouvoir en Orient. Ce dernier sera assassiné le jour des ides de mars 44, au cours de la séance du Sénat chargée de lui accorder ces pouvoirs.