English
Insecula > Les Mystères d'Eleusis
Les Mystères d'Eleusis
Située en bordure de la mer dans la fertile plaine de Thria (20 kilomètres à l'Ouest d'Athènes), Éleusis (en grec moderne Elefsima) est l'un des lieux sacrés de la Grèce antique.
Article   
La cité sera un état indépendant sous la conduite des Eumolpides, avant d'être annexé par les Athéniens au VIIème siècle avant Jésus-Christ. Les Grecs y construiront le sanctuaire des "Grandes Déesses" dédié à Déméter (la déesse du blé) et sa fille Korê, assimilée à Perséphone qui symbolisait la réapparition de la vie à chaque printemps. Les mystères, d'origine préhellénique, plongeaient ses racines dans de vieux rites chthoniens liés à la fertilité et à la fécondation de la terre. La déesse associée à la semence était Perséphone, enlevée par Hadès (Pluton). Sa mère, Déméter s'en plaindra à Zeus et menacera de détruire les récoltes s'il n'intervient pas.

Les mystères d'Eleusis, peut-être sous l'influence de l'orphisme, deviendront une religion de salut. Le mystère central, dans chacune de ces deux sectes, était celui de la mort et de la résurrection, symbolisées par la décomposition de la graine dans la terre et sa réapparition sous la forme d'un être vivant qui s'élève vers la lumière. Le même thème sera repris dans l'Évangile (si le grain ne meurt ?). Les rogations, ces prières pour que le grain en mourant devienne fruit, faisaient encore partie du paysage spirituel des campagnes il y a quelques décennies.

Les mystères d'Eleusis comportaient des cérémonies d'initiation complexes qui se déroulaient en deux temps. Les candidats étaient d'abord initiés aux petits mystères qui étaient célébrés au printemps dans le faubourg athénien d'Agra. Ils participaient, six mois plus tard, aux grands mystères durant une dizaine de jours. Ils devenaient mystes après avoir été purifiés puis se rendaient en procession solennelle jusqu'au sanctuaire, en empruntant la Voie sacrée qui reliait Athènes à Éleusis. L'initiation secrète avait lieu à l'intérieur du sanctuaire, dans le Télestérion.

La Grande Déesse Maternelle de la Terre, divinité de la fertilité et déesse des "Mystères d'Eleusis", compte parmi les douze grands dieux olympiens. Fille de Cronos et de Rhéa, elle donnera naissance, par son union avec son frère Zeus, à Perséphone (Proserpine). Déméter (Terre Mère) sera identifiée par les Romains à la déesse italique du blé Cérès après avoir été identifiée, dans des temps très anciens, à la déesse égyptienne Isis, à la déesse phrygienne Cybèle, et à sa propre mère, Rhéa. Déméter préférera vivre sur terre plutôt que sur l'Olympe, notamment à Eleusis, en Attique. Elle fondera les "Mystères d'Eleusis" pour commémorer le retour de sa fille Perséphone célébrés chaque année, à l'automne. La légende de Déméter consacre une large place à la perte de sa fille Perséphone.

Son père Zeus acceptera de donner à Hadès la main de sa fille, encore très jeune, sans consulter Déméter. Le mariage entre oncle et nièce évitait la dispersion des patrimoines familiaux dans la Grèce antique. Perséphone, accompagnée de jeunes Océanides, cueillera des fleurs dans les bois à proximité d'Enna et trouvera un beau narcisse planté par Zeus dans un vallon ombragé. Elle allait s'en emparer lorsque Hadès, surgi sur son char tiré par des coursiers bleus, la capturera et l'emmènera au royaume des Ombres. Elle refusera toute nourriture.

Déméter, partie à sa recherche pendant neuf jours et neuf nuits, sans manger ni boire et munie d'un flambeau, rencontrera Hécate qui vivait dans une grotte. Il avait entendu parler de l'enlèvement. Il conduira Déméter au dieu-soleil Hélios, témoin du rapt, qui estimera malgré tout qu'Hadès, frère de Zeus, était un excellent parti qui possédait un vaste royaume.

Ovide rapporte que la Nymphe Aréthuse auraient vu Perséphone au royaume d'Hadès alors qu'elle se rendait souterrainement de Grèce en Sicile. Déméter frappera la terre de sécheresse et de famine, notamment Sicile qui l'avait trahi. Elle voyagera, ira en Arcadie à la rencontre de son frère qui voudra la violer, et tentera de s'enfuir en prenant la forme d'une jument. Poséidon prendra l'apparence du cheval, son animal sacré, et s'unira à la déesse qui donnera naissance au cheval Aréion et à la déesse Despoina. Pan rapportera à Zeus qu'il avait trouvé Déméter cachée dans une grotte. Ce dernier enverra les Moires la convaincre de la qualité du mariage de sa fille avec Hadès.

L'Hymne homérique à Déméter, qui constitue la version la plus ancienne et la plus répandue de la vie de la déesse, rapporte que celle-ci voyagera à travers le monde sous la forme d'une femme, accordant ses bienfaits à ceux qui l'accueillaient et ses maléfices aux gens inhospitaliers. Mimé lui offrira une coupe de kykeon alors qu'elle se trouvait en Attique mais son fils Ascalabos lui lancera la boisson au visage. Il sera alors transformé en lézard tacheté.

Déméter, déguisée en vieille femme fatiguée, sera si bien accueillie par Métanira, la reine d'Eleusis, qu'elle proposera de devenir sa domestique. La déesse élèvera Démophon qui venait de naître. Elle s'efforcera de le rendre immortel en l'oignant d'ambroisie le jour et en le plaçant dans le feu la nuit, afin de brûler la partie mortelle de son corps. Prévenue par Praxithéa, l'une des servantes, Métanira poussera un cri d'effroi qui provoquera le courroux de la déesse. Celle-ci, reprenant son apparence de divinité, ordonnera à Céléos de lui ériger un temple à Eleusis et lui apprendra les rites secrets des "Mystères d'Eleusis".

Déméter s'enfermera une année dans ce temple, loin de la présence des autres dieux. Zeus interviendra pour calmer la colère de sa soeur qui entraînait l'appauvrissement des terres et la disparition des hommes. Il dépêchera Iris pour lui demander de rejoindre l'assemblée des Olympiens. Zeus acceptera de lui rendre Perséphone si cette dernière n'avait rien mangé aux Enfers. Hadès acceptera de rendre la jeune fille et lui offrira une grenade en signe de cadeau. Ovide prétend que Perséphone aurait cueilli le fruit dans les jardins. Elle affirmera, dans un premier temps, n'avoir rien consommé au royaume d'Hadès. La dénonciation d'Ascalaphos l'obligera à reconnaître qu'elle avait goûté à la grenade. Zeus décidera alors qu'elle devait passer quatre mois par an dans le royaume de son époux.

Perséphone vivra auprès de sa mère entre les semailles et les moissons et rejoindra son mari durant l'hiver. Zeus demandera à Rhéa d'intervenir pour que Déméter accepte de répandre ses bienfaits sur la terre. Eumolpos deviendra son prêtre à Eleusis. Déméter demandera à Triptolème, à qui elle avait prêté son char tiré par des dragons ailés, d'enseigner l'art de l'agriculture aux hommes qui le souhaitaient. Athéniens et Siciliens prétendent avoir reçu ainsi les premiers grains de blé. Elle offrira le figuier à l'Attique pour remercier l'un de ses habitants, Phytalos, qui l'avait hébergée durant son errance. Elle obligera Céléos, qui voulait tuer Triptolème rentré à Eleusis pour impiété, de lui céder son royaume.

Déméter sera la seule parmi les immortels à goûter le ragoût composé des membres de Pélops, le fils de Tantale, offert aux convives lors du banquet offert aux dieux. Elle fera don d'une épaule d'ivoire à la victime, pour remplacer celle qu'elle avait mangée. Déméter assistera aux noces de Cadmos et d'Harmonie. Elle rencontrera Iasion à qui elle s'unira sur une jachère crétoise retournée trois fois. Zeus punira Iasion en le foudroyant. Déméter lui donnera deux fils, Ploutos (la Richesse) et Philomènos (celui qui aime le chant). Ce dernier, modeste fermier, inventera la charrette et sera récompensé par sa mère qui en fera la Constellation du Bouvier (Boutès).

Déméter, prise d'affection pour la Nymphe Macris qui vivait dans une grotte à Corcyre, enseignera aux Titans l'art de cultiver le blé sur l'île qui portera le nom de Drépané (la faux). Déméter punira de faim Erysichthon qui désirait abattre un bois sacré, en Thessalie, pour construire une nouvelle salle à manger et qui refusait d'entendre ses conseils. Il finira par se dévorer lui-même. Le nom de Déméter, honoré dans tout le pays, sera associé à de nombreux endroits. Aristophane en fait le sujet de sa comédie, "Les Thesmophories", cérémonie dont le nom vient de l'épithète de la déesse Thesmophoros (la Législatrice) qui était réservée aux femmes.