English
Insecula > Les textes sacrés apocryphes
Les textes sacrés apocryphes
La Bible juive se limitait, au début du Ier siècle, aux cinq rouleaux de la Loi ou Torah, aux rouleaux des grands et petits prophètes, et à celui des psaumes.
Article   
L'Ancien Testament

Les Apocryphes de l'Ancien Testament, expression fidèle de la pensée juive de la période de quatre siècles qui entoure la vie de Jésus, seront rédigés par des auteurs Juifs judaïsants et des Pharisiens opposés aux séductions de l'hellénisme. Ces textes relateront les croyances sur le Messie et le royaume messianique, le séjour des âmes des morts avant la résurrection, la fin des temps, le jugement et la rétribution, l'angélologie, la démonologie. Les principaux de ces livres sont la Prière de Manassé, les Psaumes de Salomon, la Lettre d'Aristée, les IIIème et IVème Livres d'Esdras, les IIIème et IVème Livres des Macchabées, le Livre d'Hénoch, les Secrets d'Hénoch, le Livre des Jubilés ou Petite Genèse, le Martyre d'Isaïe, les Livres sibyllins, l'Assomption de Moise, les Apocalypses de Baruch, le Testament des douze Patriarches, le Testament de Nephtali, la Vie d'Adam et d'Ève, l'Histoire d'Ahikar. Certains textes, comme les Psaumes de Salomon, le Livre d'Hénoch, le Livre des Jubilés, seront écrits en hébreu (tous perdus), d'autres en grec. La plupart des textes Apocryphes nous sont parvenus dans leurs versions traduites en éthiopien, en syriaque, en arabe, en arménien, en slave, en grec ou en latin. Le Livre d'Hénoch sera cité par l'apôtre saint Jude, l'un des écrivains du Nouveau Testament.

Le Nouveau Testament

Le canon des Ecritures, qui ne retiendra que Evangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean, négligera les autres récits chrétiens antiques sur la vie Jésus. Voltaire comptera "cinquante Évangiles, tous assez différents les uns des autres, dont il ne nous reste que quatre entiers, celui de Jacques, celui de Nicodème, celui de l'enfance de Jésus, et celui de la naissance de Marie. Nous n'avons des autres que des fragments et de légères notices".

Les Evangiles, Actes et Apocalypses apocryphes ne sont connus que par des citations très fragmentaires des Pères de l'Eglise. On retrouvera un fragment important l'Evangile de Pierre en 1884 à Akhmim, en Egypte. L'Evangile de Thomas, dont une version copte sera découverte à Nag Hammadi (Egypte) en 1945, comporte cent quatorze paroles de Jésus. Plusieurs d'entre elles sont proches de celles des Evangiles canoniques

Vingt-sept livres, au départ non sacrés, formeront le "Nouveau Testament". Les premiers chrétiens se contenteront de la prédication des apôtres transmise par la mémoire collective. Saint Paul entretiendra, entre 50 et jusqu'à sa mort, une importante correspondance avec les églises qu'il fondera après sa conversion sur le chemin de Damas. Le premier Evangile, celui de Marc, sera rédigé aux alentours des années 70. L'idée d'un canon des Ecritures chrétiennes, inspiré du canon des Ecritures juives, apparaîtra au cours du IIème siècle. Les rabbins juifs excluront alors de la Bible plusieurs rouleaux de la "Septante" intégrés dans la prédication chrétienne.

L'Eglise sélectionnera ses textes de références, afin de lutter contre les communautés qui s'écartaient de la doctrine de Marcion. Celui-ci, le premier à élaborer un canon, retiendra l'Evangile de Luc et les Epîtres de Paul. Justin, écrivant à Rome vers 150, rapportera qu'on y lisait les "Mémoires des Apôtres". L'évêque de Lyon Irénée, peu avant l'an 200, indiquera que les écrits de Marc, Matthieu, Luc et Jean constituent la "Bonne Nouvelle" ou Evangile. Le Nouveau Testament sera définitivement adopté au cours du IVème siècle. Luther tentera d'exclure l'Epître de Jacques des vingt-sept livres lors de la Réforme. Les catholiques publieront la liste du canon officiel des Ecritures (Ancien et Nouveau Testament) au concile de Trente de 1546.

Certains textes apocryphes, antérieurs à la rédaction des Evangiles canoniques, influenceront considérablement la tradition chrétienne. A l'origine de son iconographie, ils relateront notamment l'adoration de l'enfant Jésus par l'âne et le boeuf, les Rois Mages, la présentation de Marie au Temple. Ces textes seront le fondement scripturaire et la source d'inspiration de nombreux artistes du Moyen-Age et de la Renaissance. Dante s'inspirera de l'Evangile de Nicodème, ouvrage d'une qualité littéraire remarquable qui relate la descente de Jésus aux Enfers.

La plupart des textes apocryphes, issus du christianisme, naissant ne sont connus que par leur titre. Leur existence sera mentionnée par les Pères de l'Eglise, notamment Origène, Irénée, Jérôme, Eusèbe et Saint Epiphane, qui en feront état dans leur lutte contre les nombreux courants hérétiques ou hétérodoxes.

L'académicien Daniel Rops, reprenant un mot d'Ernest Renan, qualifiera les apocryphes du Nouveau Testament de "bavardages de nourrices". Une grande partie de ces textes, qui relate les premières années du Christ, nous présente un enfant arrogant avec ses maîtres d'école, qui n'hésite pas à provoquer la mort de ses compagnons de jeu avant de les ressusciter.

Le dogme de l'Immaculée Conception verra le jour dans les textes apocryphes. "Et Joseph donna l'ordre à une des sages-femmes d'entrer. Et lorsque Zélémi se fut approchée de Marie, elle lui dit : "Souffre que je touche. » et lorsque Marie le lui eut permis la sage-femme s'écria à voix haute : "Seigneur, Seigneur, aie pitié de moi, je n'avais soupçonné ni entendu chose semblable ; ses mamelles sont pleines de lait et elle a un enfant mâle, quoiqu'elle soit vierge. Nulle souillure n'a existé à la naissance et nulle douleur lors de l'enfantement. Vierge elle a conçu, vierge elle a enfanté, et vierge elle demeure."

Plusieurs des Evangiles apocryphes substitueront une apparition miraculeuse de l'enfant à l'accouchement de Marie. Les Cathares retiendront cette version. Les textes apocryphes vilipenderont le rôle de la femme. "Le Seigneur lui-même n'a-t-il pas dit : je suis venu supprimer l'oeuvre de la femme ; de la femme viennent les désirs, ses oeuvres s'appellent enfantement et mort ! "L'Evangile de Thomas prêtera à Jésus les propos suivants : "Toute femme qui se sera faite mâle entrera dans le Royaume des cieux".