Version françaiseVersion anglaise
S'enregistrer | Devenir membre  
Recherche : Envoyer la page à un amiForums de discussions
> Histoire d'Alexandre de Quinte-Curce - Livre IX
Histoire d'Alexandre de Quinte-Curce - Livre IX

Ce livre commence par la conquète de l'Inde et s'achève par le retour d'Alexandre dans le pays des Arabites, des Cédrosiens et des Indiens.

   Article   

Déjà sa main gauche, avec laquelle il portait son bouclier au-devant des coups, commençait à se fatiguer : ses amis lui criaient de sauter au milieu d'eux, et se tenaient prêts à le recevoir; quand il hasarda une action incroyable et sans exemple, beaucoup plus propre à accroître son renom de témérité que sa gloire : il s'élança d'un saut au milieu de la ville remplie d'ennemis. À peine pouvait-il espérer d'y périr en combattant, et non sans vengeance : car, avant qu'il se relevât, on pouvait courir sur lui et le prendre vivant. Mais, par un heureux hasard, il avait sauté de manière à tomber sur ses pieds : il put donc tout d'abord combattre debout; et la fortune lui avait ménagé l'avantage de n'être point enveloppé. Non loin du mur, un vieil arbre étendait ses branches revêtues d'un épais feuillage, comme pour offrir un abri au roi : il s'adossa au large tronc de cet arbre, pour éviter d'être investi, recevant sur son bouclier les traits qu'on lui lançait en face. Car, parmi tant de bras armés de loin contre un seul homme, aucun n'osait l'attaquer de près; et il se perdait plus de traits dans les branches, qu'il n'en tombait sur son bouclier.

Ce qui combattait pour le roi, c'était d'abord l'effroi de son nom, partout célèbre; c'était ensuite le désespoir, ce puissant encouragement à chercher une mort glorieuse. Mais le nombre des ennemis allait toujours croissant, et déjà son bouclier était chargé d'une multitude de dards; déjà les pierres avaient brisé son casque, et ses genoux, épuisés par une si longue fatigue, se dérobaient sous lui. À cette vue, ceux des ennemis qui se tenaient le plus près, accoururent sur lui pleins d'audace et sans aucune précaution; mais il en reçut deux si vigoureusement avec son épée, qu'ils tombèrent morts à ses pieds; et il ne s'en trouva plus qui eussent le courage de l'attaquer d'aussi près : ils lui envoyaient de loin des javelots et des flèches. Exposé à tous les coups, c'était à grand-peine qu'il soutenait son corps appuyé sur ses jarrets, lorsqu'un Indien lui lança une flèche de deux coudées (car, ainsi que nous l'avons dit, les flèches indiennes étaient de cette longueur), de manière à traverser sa cuirasse un peu au-dessus du côté droit. Abattu par cette blessure et perdant son sang à grands flots, il laissa aller ses armes, comme s'il se fût senti mourir; et tel était son épuisement, que sa main même n'eut pas la force d'arracher le trait. L'homme qui l'a blessé, transporté de joie, accourt aussitôt pour le dépouiller; mais, dès qu'il a senti une main sur son corps, indigné sans doute de ce dernier outrage, Alexandre ranime ses esprits défaillants, et, soulevant son épée, la plonge dans le flanc découvert de son ennemi. Autour du roi gisaient trois corps privés de vie, objets de stupeur pour les autres qui se tenaient à distance. Voulant, avant que le dernier souffle l'abandonnât, périr au moins en combattant, il essaya de se soulever sur son bouclier; mais ses forces se refusèrent à ce dernier effort, et il se prit aux branches qui pendaient au-dessus de lui, pour se dresser, s'il se pouvait, sur ses pieds. Avec cet appui même, son corps ne pouvait se soutenir, et il retomba sur ses genoux, défiant de sa main les ennemis, s'il s'en trouvait d'assez hardis pour l'attaquer.

Enfin Peucestès, après avoir, sur un autre point de la ville, culbuté les assiégés, arrive jusqu'au roi, en suivant la trace de ses pas sur la muraille. À sa vue, Alexandre, qui n'attendait plus de lui des secours, mais des consolations à l'heure de mourir, laisse tomber sur son bouclier ses membres défaillants. Bientôt survient Timée, puis Léonnatus, et Aristonus après lui. Les Indiens, de leur côté, quand ils savent que le roi est dans leurs murailles, abandonnent leurs postes pour accourir où il est, et attaquer vivement ses défenseurs. Timée, l'un d'eux, après avoir reçu par devant plusieurs blessures, et combattu avec vaillance, tomba sans vie; Peucestès, percé de trois javelots, couvrait cependant de son bouclier, non sa personne, mais celle du roi; Léonnatus, en repoussant les Barbares, qui le chargeaient avec fureur, reçut à la tête un coup violent, qui l'étendit à demi-mort aux pieds d'Alexandre. Déjà même Peucestès, épuisé par ses blessures, lâchait son bouclier : il n'y avait plus d'espoir que dans Aristonus; et lui-même, grièvement blessé, ne pouvait plus longtemps faire face à tant d'ennemis à la fois.

Cependant le bruit s'était répandu parmi les Macédoniens, que le roi était mort. Ce qui en eût épouvanté d'autres ne fit que les animer : oubliant dès lors tout danger, ils abattirent le mur à coups de hache, et, se précipitant dans la ville par la brèche qu'ils avaient ouverte, ils firent un affreux carnage des Indiens, plus empressés de fuir que de combattre. Vieillards, femmes, enfants, nul n'est épargné : tout ce qu'ils rencontrent est coupable à leurs yeux d'avoir frappé le roi; enfin le massacre universel des ennemis donna une juste satisfaction à leur colère. Ptolémée, qui depuis fut roi, se trouva dans cette mêlée, s'il faut en croire Clitarque et Timagène; mais lui-même, que sans doute on n'accusera pas d'être contraire à sa propre gloire, rapporte qu'il était absent, ayant été détaché pour une autre expédition : tant il y a eu dans ceux qui ont rassemblé les anciens monuments de l'histoire, d'indifférence, ou, ce qui n'est pas un moindre défaut, de crédulité!

Quand on eut reporté le roi dans sa tente, les médecins coupèrent le bois de la flèche qui lui était entrée dans le corps, en ayant soin de ne pas ébranler le fer. Lorsque ensuite on lui eut ôté ses vêtements, ils observèrent que la pointe de l'arme avait des crochets, et qu'il n'y avait moyen de l'extraire sans danger, qu'en taillant la plaie pour l'agrandir. Mais ils craignaient qu'au milieu de cette opération le sang ne vint à couler avec trop d'abondance : car le fer s'était enfoncé profondément et semblait avoir pénétré jusque dans les entrailles.

Critobule était un médecin d'un rare savoir; mais ici la grandeur du péril l'effrayait; il n'osait mettre la main à l'oeuvre, de peur de voir retomber sur sa tête les conséquences d'une cure malheureuse. Ses larmes, son effroi, la pâleur que l'inquiétude répandait sur son visage, frappèrent les regards du roi : "Qui te retient? lui dit-il; qu'attends-tu, et pourquoi ne pas me délivrer au plus vite de mes souffrances, puisque aussi bien je dois mourir? Crains-tu qu'on ne te fasse un crime de ma mort, lorsque la blessure que j'ai reçue est incurable?" Critobule, à la fin, délivré de sa crainte, ou la dissimulant, se mit à le prier de se laisser tenir, pendant qu'il arracherait le fer; le moindre mouvement pouvait en effet lui devenir fatal. Le roi lui assura qu'il n'y avait aucun besoin de mains pour le tenir; et, selon ce qui lui était prescrit, il présenta à l'opération son corps immobile. À peine la plaie eut-elle été élargie, et le fer retiré, que le sang commença à couler en grande abondance; le roi s'évanouit, un brouillard se répandit sur ses yeux, et son corps était étendu comme s'il eût été près de mourir. Cependant le sang coulait, sans qu'aucun remède pût l'arrêter, et ce n'étaient que cris et gémissements parmi les amis du roi, persuadés qu'il était mort. Enfin l'hémorragie cessa; le roi reprit peu à peu ses esprits, il commença même à reconnaître ceux qui l'entouraient. Pendant ce jour entier, et la nuit qui le suivit, les soldats, en armes, assiégèrent la tente du roi, témoignant tout haut que c'était par lui seul qu'ils vivaient tous : et ils ne se retirèrent qu'avec la nouvelle qu'il prenait un peu de repos. Ils rapportaient par là dans le camp l'espérance mieux fondée de sa guérison.

Alexandre, devenu maître des Sibes et de quelques autres peuples, entre dans le pays des Sudraques et des Malliens sans se soucier des prédictions du devin DémophonLes amis d'Alexandre le prient d'avoir soin de son salut et du salut de tous

   Sommaire   

1. Alexandre passe dans l'Inde, après avoir vaincu Porus et assujetti à son empire
2. Alexandre exhorte ses soldats fatigués avant d'attaquer les Gangarides et les Prasiens
3. Côènos répond à Alexandre au nom de tous les soldats, et meurt quelque temps après de maladie
4. Alexandre, devenu maître des Sibes et de quelques autres peuples, entre dans le pays des Sudraques et des Malliens sans se soucier des prédictions du devin Démophon
5. Alexandre blessé dans la ville des Subraques, est découvert presque mort et abandonné
6. Les amis d'Alexandre le prient d'avoir soin de son salut et du salut de tous
7. Alexandre donne un festin aux ambassadeurs des Indiens, au cours duquel Horratas et Dioxippe se battent enfin en duel avec des armes dissemblables
8. Alexandre arrive chez les Prestes, après avoir subjugué les nations riveraines de l'Indus. Ptolémée est guéri d'une blessure empoisonnée par le secours d'une herbe
9. Alexandre, qui souhaite voir l'Océan, contente enfin son désir
10. Alexandre revient de l'Océan dans le pays des Arabites, des Cédrosiens et des Indiens, où son armée combat contre la famine et la peste ...




France - Louvre - Orsay - Picasso - Centre Pompidou - Rodin - Guimet - Carnavalet - Cluny - Hôtel de Soubise - Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris - Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme - Château de Versailles - Grand Trianon - Petit Trianon - Parc et jardins du Château de Versailles - Jardins de Trianon - Opéra de Paris - Notre-Dame de Paris - Panthéon - Tour Eiffel - Arc de Triomphe - Les Invalides - Jardin des Tuileries - Sénat et jardin du Luxembourg - Cimetière du Père-Lachaise - Cimetière du Montparnasse - Trocadéro - La Seine - Ile de la Cité - Ile Saint-Louis - La Défense - La Concorde - Allemagne - Berlin - Château de Charlottenburg - Palais de Sans-souci - Alte Nationalgalerie de Berlin - Gemäldegalerie de Berlin - Nouvelle Galerie Nationale de Berlin - Musée d'Art contemporain de Berlin - Musée de Pergame à Berlin - Musée Bode de Berlin - Nouvelle Pinacothèque de Munich - Ancienne Pinacothèque de Munich - Pays-Bas - Musée van Gogh - Rijksmuseum - Amsterdam - Norvège - Parc Vigeland - Oslo - Italie - Musées du Vatican - Galerie des Offices - Musée du Duomo - Colisée et forums romains - Santa Maria del Fiore - Sante Croce - Saint-Pierre-de-Rome - Rome - Florence - Grande-Bretagne - British Museum - National Gallery - Belgique - Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique - Suisse - Fondation Beyeler - Musée Oskar Reinhart Am Römerholz - Kuntsmuseum de Winterthour - Grèce - Acropole d'Athènes - Delphes - Lindos - Myconos (Mykonos) - Santorin (Théra) - Turquie - Musée archéologique d'Ephèse - Musée archéologique d'Istanbul - Musée archéologique de Pergame - Musée archéologique d'Izmir - Topkapi - Sainte-Sophie - Mosquée Bleue - Palais de Dolmabahçe - Château Saint-Pierre de Bodrum - Saint-Sauveur-in-Chora - Ephèse - Hiérapolis Pamukkale - Aphrodisias - Pergame - Didymes - Milet - Priène - Sardes - Izmir - Istanbul - Bodrum - Maroc - Médina de Marrakech - Egypte - Musée égyptien du Caire - Musée de Louxor - Pyramides de Gizeh - Saqqarah - Karnak - Abou Simbel - Philae - Médinet Habou - Edfou - Memphis - Temple de la Reine Hatchepsout - Vallée des Rois - Croisière sur le Nil - Assouan - Louxor - Etats-Unis - World Trade Center - Statue de la Liberté - Ellis Island - Alcatraz - San Francisco - Las Vegas - Central Park - New York - Brooklyn - Metropolitan Museum of Art - The Museum of Modern Art de New York (MoMA) - Art Institute of Chicago - Norton Simon Museum of Art - National Gallery of Art - Palais californien de la Légion d'Honneur - Los Angeles County Museum of Art - Musée d'art de Philadelphie - Musée d'art moderne de San Francisco (SFMoMA) - J. Paul Getty Museum - Monterey - Pacific Grove - Carmel - Los Angeles - Universal Studios - Mexique - Sites archéologiques mayas - Inde - Bénarès (Vanarasi) - Fatehpur Sikri - Fort d'Agra - Taj Mahal - Cambodge - Angkor Vat - Bayon d'Angkor Thom - Cité d'Angkor - Tonlé Sap entre Phnom Penh et Siem Reap - Phnom Penh - Chine - Grande Muraille de Chine - Cité Interdite - Temple du Ciel - Palais d'Eté - Shanghai - Grottes de Yungang - Xi'an - Musée de la Forêt des Stèles de Xi'an - Armée enterrée de Xi'an - Tibet - Route de Katmandou à Lahssa - Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po) - Monastère Palchoi - Monastère Deprung - Lhassa - Vietnam - Hoi An - Dalat - My Son - Nah Trang - Baie d'Ha Long - Sa Pa - Hanoï - Indonésie - Borobudur - Denpasar - Bali - Birmanie - Mandalay et ses environs - Pagan (Bagan) - Laos - Vientiane - Thaïlande - Parc archéologique de Sukhothai - Bangkok - Wat Phra Kaeo - Wat Ched Yod - Pattaya - Japon - Monuments historiques de l'ancienne Nara - Kyoto - Tokyo - Plus>
© Insecula.com 2008
(Conditions d'utilisation)

Partenaires : Gamekult.com (jeux video) | Allocine.com (cinéma) |Voyages Aufeminin
Contact : insecula@gmail.com



[cache désactivé]