Version françaiseVersion anglaise
S'enregistrer | Devenir membre  
Recherche : Envoyer la page à un amiForums de discussions
> Histoire d'Alexandre de Quinte-Curce - Livre IX
Histoire d'Alexandre de Quinte-Curce - Livre IX

Ce livre commence par la conquète de l'Inde et s'achève par le retour d'Alexandre dans le pays des Arabites, des Cédrosiens et des Indiens.

   Article   

Les députés indiens, que l'on avait renvoyés chez eux, revinrent peu de jours après avec des présents. C'étaient trois cents chevaux, mille trente quadriges, un certain nombre de vêtements de lin, mille boucliers indiens, avec du fer-blanc pour la valeur de cent talents, des lions et des tigres d'une grandeur extraordinaire, les uns et les autres apprivoisés, enfin des peaux de grands lézards et des écailles de tortues. Le roi commanda ensuite à Cratère de conduire l'armée non loin du fleuve, sur lequel il devait naviguer lui-même; et, faisant monter avec lui sur les navires son escorte ordinaire, il descendit le courant jusqu'aux frontières des Malliens. De là, il arriva chez les Sabarques, nation puissante de l'Inde, soumise au gouvernement populaire, et non à des rois : leur infanterie montait à soixante mille hommes, leur cavalerie, à six mille; à la suite de ces troupes venaient trois cents chars. Ils avaient choisi pour chefs trois guerriers d'une valeur éprouvée.

Cependant les habitants des campagnes les plus rapprochées du fleuve (car dans ce pays les villages sont nombreux, surtout le long de la rive) n'eurent pas plutôt aperçu, aussi loin que leurs regards pouvaient s'étendre, le fleuve couvert de navires, et les armes resplendissantes de tant de milliers d'hommes qu'effrayés de ce spectacle nouveau pour eux, ils crurent voir arriver une armée de dieux, et un autre Bacchus, nom fameux dans leurs contrées. Le cri des soldats, le battement des rames, les voix confuses des matelots commandant la manoeuvre, remplissaient leurs oreilles épouvantées. Ils courent donc, tous ensemble, vers leurs compatriotes sous les armes; ils leur crient "que ce sont des insensés, qui vont combattre avec des dieux; qu'il est impossible de compter les vaisseaux qui portent ces ennemis invincibles." Ils répandirent par là dans leur armée une si grande terreur, que des députés furent sur-le-champ envoyés pour porter la soumission de la nation entière.

Alexandre reçut leurs serments, et quatre jours après il arriva chez de nouveaux peuples. Ceux-ci n'eurent pas plus le courage de lui résister que les autres. Il fonda, parmi eux, une ville à laquelle il donna le nom d'Alexandrie, et entra sur le territoire des Musicains. Là, il prit connaissance de l'affaire du satrape Térioltès, qu'il avait donné pour gouverneur aux Parapamisades, et qui était accusé par eux. Ce Barbare ayant été convaincu d'une foule d'exactions et d'actes de tyrannie, il le fit mettre à mort. Oxyartès, qui commandait en Bactriane, fut non seulement absous, mais récompensé par un gouvernement plus étendu. Ayant ensuite soumis le pays des Musicains, il mit une garnison dans leur capitale. Il passa de là chez les Prestes, autre nation indienne. Porticanus, qui en était roi, s'était enfermé dans une place forte, avec un corps de troupes considérable. Alexandre l'emporta d'assaut, après trois jours de siège. Porticanus, réfugié dans la citadelle, envoya des députés au roi pour traiter de sa soumission; mais avant qu'ils fussent arrivés, deux tours s'écroulèrent avec un grand fracas, et, à travers leurs ruines, les Macédoniens s'élancèrent dans la citadelle : elle fut prise, et Porticanus périt en la défendant avec une poignée de soldats. Alexandre la fit raser, vendit tous les prisonniers, et entra dans les États du roi Sambus. Plusieurs villes se soumirent volontairement : la plus forte du pays fut prise au moyen d'une mine. Ce fut là une sorte de prodige aux yeux des Barbares, étrangers à tous les ouvrages militaires : au milieu de leur ville, ils voyaient l'ennemi sortir de terre, sans que la trace d'aucun souterrain, creusé auparavant, frappât leurs regards. Quatre-vingt mille Indiens furent égorgés dans ce pays, au rapport de Clitarque, et un grand nombre de captifs furent vendus à l'encan.

Les Musicains se soulevèrent une seconde fois; Pithon fut envoyé pour les réduire, et il amena prisonnier au roi le chef de cette nation, qui était en même temps l'auteur de la révolte. Alexandre le fit attacher à une croix, et regagna le fleuve, où il avait donné ordre à sa flotte de l'attendre. Continuant d'en descendre le cours, il arriva quatre jours après devant une place par où l'on entrait dans le royaume de Sambus. Ce prince s'était récemment soumis; mais les habitants de la ville refusaient leur obéissance, et avaient fermé leurs portes : méprisant leur petit nombre, Alexandre ordonna à cinq cents Agriens d'approcher des murailles, et, en reculant peu à peu, d'attirer hors de ses remparts l'ennemi, qui n'hésiterait pas à les suivre, s'il croyait qu'ils prissent la fuite. Les Agriens, fidèles à leurs instructions, ont à peine assailli l'ennemi, qu'ils tournent le dos : les Barbares s'élancent en désordre à leur poursuite, et vont tomber parmi d'autres soldats, au milieu desquels était le roi lui-même. Le combat recommença alors, et, de trois mille Barbares, cinq cents furent tués, mille prisonniers, et le reste renfermé dans l'enceinte de la ville. Mais cette victoire, heureuse au premier abord, le fut moins dans ses suites. Les Indiens avaient empoisonné le fer de leurs épées, et tout ce qu'il y avait de blessés expirait sur-le-champ, sans que les médecins pussent imaginer la cause d'une mort aussi prompte; les plaies les plus légères se trouvaient incurables. Les Barbares s'étaient flattés que le roi, dans sa téméraire imprévoyance, pourrait être ainsi frappé mortellement; mais le hasard avait voulu que, mêlé aux plus hardis combattants, il échappât sain et sauf. L'objet principal de ses inquiétudes était Ptolémée, qui, atteint légèrement à l'épaule gauche, courait un danger plus grand que ne l'était sa blessure. Il était allié par le sang à Alexandre, et l'on allait jusqu'à le dire fils de Philippe : au moins pouvait-on assurer qu'il était né d'une de ses concubines. Attaché à la garde du roi, et guerrier plein d'intrépidité, ses talents étaient plus grands et plus distingués encore dans la paix que dans la guerre; simple et modeste en ses habitudes, libéral surtout et d'un abord facile, il n'avait rien emprunté du faste royal. Tant de qualités laissaient dans le doute s'il était plus cher au roi ou à l'armée; du moins fut-ce la première épreuve qu'il fit de l'attachement de ses compatriotes, et elle fut si éclatante que les Macédoniens, en cet instant critique, semblèrent lui présager la haute fortune où il monta par la suite. En effet, ils ne lui témoignèrent pas moins d'intérêt qu'au roi lui-même. Celui-ci, veillant auprès de Ptolémée, se trouva épuisé par l'inquiétude, en même temps que par la fatigue du combat; et, pour prendre quelque repos, se fit apporter un lit.

À peine y fut-il entré, qu'il tomba aussitôt dans un profond sommeil. À son réveil, il raconta qu'un serpent lui était apparu en songe, portant dans sa gueule une plante, qu'il lui avait présentée comme un remède au poison. Il allait jusqu'à décrire la couleur de cette plante, assurant que, si on la trouvait, il saurait bien la reconnaître. À force de recherches, on la découvrit, et il l'appliqua sur la blessure : aussitôt la douleur cessa, et, en peu de temps, la plaie fut cicatrisée. Les Barbares, déçus dans leurs premières espérances, se rendirent avec leur ville. De là, Alexandre passa chez la nation voisine des Pathaliens; ils avaient pour roi Moeris, qui avait abandonné sa capitale pour se réfugier dans les montagnes. Alexandre, après avoir pris la ville, porta le ravage dans les campagnes, et y fit un butin considérable de gros et de menu bétail; il y trouva aussi une grande quantité de blé. Ayant ensuite pris des guides à qui la navigation du fleuve était bien connue, il descendit jusqu'à une île qui s'était formée à peu près au milieu du lit.

Alexandre donne un festin aux ambassadeurs des Indiens, au cours duquel Horratas et Dioxippe se battent enfin en duel avec des armes dissemblablesAlexandre, qui souhaite voir l'Océan, contente enfin son désir

   Sommaire   

1. Alexandre passe dans l'Inde, après avoir vaincu Porus et assujetti à son empire
2. Alexandre exhorte ses soldats fatigués avant d'attaquer les Gangarides et les Prasiens
3. Côènos répond à Alexandre au nom de tous les soldats, et meurt quelque temps après de maladie
4. Alexandre, devenu maître des Sibes et de quelques autres peuples, entre dans le pays des Sudraques et des Malliens sans se soucier des prédictions du devin Démophon
5. Alexandre blessé dans la ville des Subraques, est découvert presque mort et abandonné
6. Les amis d'Alexandre le prient d'avoir soin de son salut et du salut de tous
7. Alexandre donne un festin aux ambassadeurs des Indiens, au cours duquel Horratas et Dioxippe se battent enfin en duel avec des armes dissemblables
8. Alexandre arrive chez les Prestes, après avoir subjugué les nations riveraines de l'Indus. Ptolémée est guéri d'une blessure empoisonnée par le secours d'une herbe
9. Alexandre, qui souhaite voir l'Océan, contente enfin son désir
10. Alexandre revient de l'Océan dans le pays des Arabites, des Cédrosiens et des Indiens, où son armée combat contre la famine et la peste ...




France - Louvre - Orsay - Picasso - Centre Pompidou - Rodin - Guimet - Carnavalet - Cluny - Hôtel de Soubise - Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris - Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme - Château de Versailles - Grand Trianon - Petit Trianon - Parc et jardins du Château de Versailles - Jardins de Trianon - Opéra de Paris - Notre-Dame de Paris - Panthéon - Tour Eiffel - Arc de Triomphe - Les Invalides - Jardin des Tuileries - Sénat et jardin du Luxembourg - Cimetière du Père-Lachaise - Cimetière du Montparnasse - Trocadéro - La Seine - Ile de la Cité - Ile Saint-Louis - La Défense - La Concorde - Allemagne - Berlin - Château de Charlottenburg - Palais de Sans-souci - Alte Nationalgalerie de Berlin - Gemäldegalerie de Berlin - Nouvelle Galerie Nationale de Berlin - Musée d'Art contemporain de Berlin - Musée de Pergame à Berlin - Musée Bode de Berlin - Nouvelle Pinacothèque de Munich - Ancienne Pinacothèque de Munich - Pays-Bas - Musée van Gogh - Rijksmuseum - Amsterdam - Norvège - Parc Vigeland - Oslo - Italie - Musées du Vatican - Galerie des Offices - Musée du Duomo - Colisée et forums romains - Santa Maria del Fiore - Sante Croce - Saint-Pierre-de-Rome - Rome - Florence - Grande-Bretagne - British Museum - National Gallery - Belgique - Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique - Suisse - Fondation Beyeler - Musée Oskar Reinhart Am Römerholz - Kuntsmuseum de Winterthour - Grèce - Acropole d'Athènes - Delphes - Lindos - Myconos (Mykonos) - Santorin (Théra) - Turquie - Musée archéologique d'Ephèse - Musée archéologique d'Istanbul - Musée archéologique de Pergame - Musée archéologique d'Izmir - Topkapi - Sainte-Sophie - Mosquée Bleue - Palais de Dolmabahçe - Château Saint-Pierre de Bodrum - Saint-Sauveur-in-Chora - Ephèse - Hiérapolis Pamukkale - Aphrodisias - Pergame - Didymes - Milet - Priène - Sardes - Izmir - Istanbul - Bodrum - Maroc - Médina de Marrakech - Egypte - Musée égyptien du Caire - Musée de Louxor - Pyramides de Gizeh - Saqqarah - Karnak - Abou Simbel - Philae - Médinet Habou - Edfou - Memphis - Temple de la Reine Hatchepsout - Vallée des Rois - Croisière sur le Nil - Assouan - Louxor - Etats-Unis - World Trade Center - Statue de la Liberté - Ellis Island - Alcatraz - San Francisco - Las Vegas - Central Park - New York - Brooklyn - Metropolitan Museum of Art - The Museum of Modern Art de New York (MoMA) - Art Institute of Chicago - Norton Simon Museum of Art - National Gallery of Art - Palais californien de la Légion d'Honneur - Los Angeles County Museum of Art - Musée d'art de Philadelphie - Musée d'art moderne de San Francisco (SFMoMA) - J. Paul Getty Museum - Monterey - Pacific Grove - Carmel - Los Angeles - Universal Studios - Mexique - Sites archéologiques mayas - Inde - Bénarès (Vanarasi) - Fatehpur Sikri - Fort d'Agra - Taj Mahal - Cambodge - Angkor Vat - Bayon d'Angkor Thom - Cité d'Angkor - Tonlé Sap entre Phnom Penh et Siem Reap - Phnom Penh - Chine - Grande Muraille de Chine - Cité Interdite - Temple du Ciel - Palais d'Eté - Shanghai - Grottes de Yungang - Xi'an - Musée de la Forêt des Stèles de Xi'an - Armée enterrée de Xi'an - Tibet - Route de Katmandou à Lahssa - Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po) - Monastère Palchoi - Monastère Deprung - Lhassa - Vietnam - Hoi An - Dalat - My Son - Nah Trang - Baie d'Ha Long - Sa Pa - Hanoï - Indonésie - Borobudur - Denpasar - Bali - Birmanie - Mandalay et ses environs - Pagan (Bagan) - Laos - Vientiane - Thaïlande - Parc archéologique de Sukhothai - Bangkok - Wat Phra Kaeo - Wat Ched Yod - Pattaya - Japon - Monuments historiques de l'ancienne Nara - Kyoto - Tokyo - Plus>
© Insecula.com 2009
(Conditions d'utilisation)

Partenaires : Gamekult.com (jeux video) | Allocine.com (cinéma) |Voyages Aufeminin
Contact : insecula@gmail.com



[cache désactivé]