English
Insecula > Les stations de métro à Paris
Les stations de métro à Paris
Le métro parisien comporte 366 points d'arrêts et 292 stations dont 55 en correspondance.
Article   
Les stations Arsenal, Champ-de-Mars, Cluny, Croix-Rouge, Saint-Martin et Martin-Nadaud sont aujourd'hui désaffectées. Celles de Liège et Rennes ne sont ouvertes que les jours ouvrables, de 05h30 à 20h00. Le métro aérien compte vingt-six stations.

L'intervalle entre chaque arrêt est de 543 mètres en moyenne. La liaison entre les stations Bobigny-Pantin-Raymond/Queneau-Bobigny-Pablo Picasso, la plus longue, mesure 2385 mètres. Les stations Alésia/Mouton-Duvernet sont séparées par le court tronçon. La longueur des quais, de 75.90 ou 105 mètres, permet l'arrêt de rames de 4,5 ou 6 voitures selon la fréquentation des lignes.

Les carreaux de faïence recouvrant les parois des stations à l'origine proviendront de l'entreprise Boulanger à Choisy-le-Roi, qui utilisera de la terre de la commune d'Orly (carreaux lisses blanc cassé des lignes 1 et 2), et de la faïencerie de Giens dans le Loiret (carreaux biseautés). Une première vague de rénovation, entreprise entre 1959 et 1965, concernera soixante-quinze stations dont les murs seront recouverts de lambrissages métalliques. La station Louvre, personnalisée en 1968, servira tardivement de modèles aux stations Saint-Denis-Basilique et Varenne. La seconde vague de réhabilitation, entreprise à partir de 1970, concernera une trentaine de stations qui adopteront la couleur jaune orangé. Le programme entrepris depuis 1973 ne retient qu'une seule couleur pour le traitement de chaque station.

Les dix stations Saint-Michel, Cité, Buttes-Chaumont, Pré-Saint-Gervais, Pelleport, Saint-Fargeau, Porte-des-Lilas, Jaurès, Lamarck-Caulaincourt, Abbesses bénéficient d'ascenseurs. Le premier escalier mécanique, construit en 1909 au Père-Lachaise, sera suivi de 386 installations identiques réparties dans 161 stations.

Les projets retenus lors du concours pour l'édification des entrées du métro en 1899, jugés trop classiques, seront rejetés par dirigeants de la CMP. Celui de Jean-Camille Formigé, approuvé par la compagnie, sera débouté par la Ville dont il était pourtant l'architecte. On lui confiera les stations aériennes. Le banquier Adrien Bénard, président de la CMP, proposera d'en confier la réalisation à Hector Guimard, dont le Castel Béranger, construit rue La Fontaine à Paris, sera classé dès 1898.

L'architecte concevra deux types d'édicules, le "modèle A" et le "modèle B", fermés ou ouverts sur les côtés. L'escalier du "modèle A" sera abrité par un auvent et une marquise en verre soutenus par quatre piliers aux coins de la trémie. Des panneaux de lave d'Auvergne émaillée entouraient les modèles fermés. La station Abbesses, sur la ligne 12, conserve le dernier édicule ouvert du "modèle A", qui recouvrait auparavant la station Hôtel de Ville.

La verrière à double pente inversée du "modèle B", aux trémies de forme arrondie, est soutenue par deux piliers à l'avant, et un au centre de la trémie à l'arrière. La forme de l'édicule lui vaudra le surnom de libellule. Des panneaux de lave d'Auvergne émaillée entouraient également les modèles fermés. La station de la Porte Dauphine, sur la ligne 2, sera restauré par la RATP qui recréera un édicule de "modèle B" aux côtés ouverts place Sainte-Opportune. L'architecte construira 141 entourages d'accès entre 1900 et 1912. Il en subsiste aujourd'hui 83.

Le Muséum of Modern Art of New York et le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris conservent aujourd'hui des éléments d'entrée conçus par Hector Guimard. La station Victoria de la Ville de Montréal est aujourd'hui recouverte de l'un de ses édicules. Un amateur de Philadelphie fera reconstruire une entrée de Guimard dans son jardin, à côté d'une fontaine Wallace et d'une colonne Morris.

L'architecte Dervaux, désigné pour des stations de Nord-Sud, utilisera le fer forgé à partir de 1914. Christian Plumet entreprendra, dans les années 20, la construction des édicules en béton armé des stations Pelleport, Saint-Fargeau et Porte-des-Lilas qui devaient abriter la machinerie des ascenseurs de ces stations. Certaines sorties de stations (Riquet, Buzenval, Sentier, Volontaires, Miromesnil, Pernety, Vaneau, Robespierre) seront construites en rez-de-chaussée d'immeubles, et l'une de la station Concorde, dans un mur du jardin des Tuileries.