English
Insecula > Catherine de Médicis
Guide de visite : Catherine de Médicis
Catherine de Médicis
Naissance : Florence - 1519 / Décès : Blois, 1589
Reine : France de 1547 à 1574

Le rôle de Catherine de Médicis sera modeste durant le règne de son mari, soumis aux désirs de Diane de Poitiers, sa maîtresse âgée de vingt ans de plus que lui.

Cliquer pour agrandir

Biographie   
Elle subira l'influence du duc François de Guise et du cardinal Charles de Lorraine, oncles de Marie Stuart qui a épousé son fils François II durant le bref passage au pouvoir de ce dernier entre 1559 et 1560. Son rôle deviendra prépondérant lorsqu'elle prendra la régence de son deuxième fils, Charles IX, encore enfant lorsqu'il est désigné à la succession. Elle sera nommée gouvernante de France par le Conseil privé.

Femme habile, entourée de fidèles dont certains viennent d'Italie, elle doit affronter de nombreux ennemis, notamment les protestants malgré sa relative tolérance. La reine très superstitieuse est entourée des mages et autres prédicateurs. Elle reprendra la politique active de mécénat initiée par François Ier et fera venir à la cour des artistes parmi lesquels Philibert Delorme, le Primatice et Germain Pilon. Elle entreprendra des travaux de construction et d'embellissement des châteaux de Montceaux près de Meaux, de Saint-Maur, de Chenonceaux et des Tuileries à Paris.

Le rapprochement esquissé entre les catholiques conduits par les de Guise, le connétable de Montmorency et le maréchal de Saint-André et les protestants emmenés par Antoine de Bourbon, Condé et l'Amiral de Coligny échoue au colloque de Poissy en août et septembre 1561. Catherine de Médicis et son chancelier, Michel de l'Hôpital, accorde malgré tout, par L'édit de Janvier, une grande liberté religieuse aux protestants en 1562. La guerre civile durera plusieurs années malgré la paix signée à Amboise en 1563. L'édit de Saint-Germain en 1570, qui amnistie les réformés, tente une nouvelle réconciliation. Coligny revient à la cour ou il prend un grand ascendant sur le roi. Déçue et inquiète, Catherine de Médicis ne fera rien pour empêcher le massacre de la nuit de Saint-Barthélemy, le 24 août 1572, au cours de laquelle l'amiral est assassiné.

Confrontée à une conjoncture économique souvent difficile, notamment en raison de mauvaises récoltes successives, Catherine de Médicis bénéficiera de la paix à ses frontières en raison des préoccupations intérieures de ses voisins. Les Anglais sont mobilisés par la question écossaise et l'Espagne doit faire face à la révolte des Morisques en 1568 et à l'agitation en Flandre.

Son fils Henri III prend le pouvoir en 1574. Catherine de Médicis laissera derrière elle plus de six mille lettres.

Ayant sous ses ordres Bernard Palissy et Jean Bullant
En relation avec Gaspard de Coligny
Filiation   

Elément(s) en relation   
Châtelet-Les Halles
Commanditaire
Colonne
Elément d'architecture
Jean Bullant
(1572)

Le Marais
Commanditaire
La Vierge de Douleur
Sculpture
Germain Pilon
(1586)

Musée du Louvre
Modèle
Le bal des noces du duc de Joyeuse
Peinture
Anonyme
(vers 1581)
Ebauche de la statue funéraire de Catherine de Médicis
Sculpture
Girolamo della Robbia
Commanditaire
Figure couchée d'Henri II
Sculpture
Germain Pilon
(vers 1565)
Masque d'Henri II
Sculpture
Germain Pilon
(vers 1565)
Vierge de Douleur
Sculpture
Germain Pilon
(vers 1586)
La Résurrection du Christ
Sculpture
Germain Pilon
(approx. de 1550 à 1575)
Ebauche de la statue funéraire de Catherine de Médicis
Sculpture
Girolamo della Robbia
En relation avec
La Sibylle de Tibur
Peinture
Antoine Caron
(approx. de 1575 à 1580)
Jean Baptiste de Gondi (1501-1580), maître d'hôtel de Catherine de Médicis
Sculpture
Anonyme
(approx. de 1580 à 1585)
Lieu(x) en relation    

Catherine de Médicis

Bernard Palissy
Jean Bullant
Gaspard de Coligny