English
Insecula > Louis XVI
Guide de visite : Louis XVI
Louis XVI
Naissance : Versailles - 1754 / Décès : Paris, 1793
Roi : France de 1774 à 1793

Bourbons
Fils de Louis et Marie-Josèphe de Saxe
Frère de Marie-Zéphirine, Louis, Louis, Louis XVIII, Charles X, Clodilde de Bourbon et Elisabeth
Demi-frère de Marie-Thérèse


Louis XVI, roi de France et de Navarre (1774-1789) puis roi des Français (1789-1792), né le 23 août 1754 à Versailles et guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution (ancienne place Louis XV, aujourd'hui place de la Concorde) à Paris.

Cliquer pour agrandir

Biographie   
Biographie
Louis XVI est le dernier roi de la monarchie absolue en France. Son tempérament - éloigné des vertus nécessaires à un monarque et à un réformateur - ne lui permet pas d'engager la France sur la voie de modernité et conduit le royaume de France vers une crise politique, économique et sociale qui engendre la Révolution française de 1789. Victime d'un pouvoir qu'il ne maitrise pas, il sera exécuté pour conspiration contre l'État et la Révolution.

Une enfance conservatrice
Louis Auguste naît le 23 août 1754, à Versailles. Il est le fils du Dauphin Louis de France et de sa seconde épouse Marie-Josèphe de Saxe, qui ont eu huit autre enfants :
- Madame Marie Thérèse de France (1746-1748),
- Madame Marie Zéphyrine de France (1750-1755) ;
- Louis de France (1751-1761), duc de Bourgogne ;
- Xavier de France (1753-1754), duc d'Aquitaine ;
- Louis (1755-1824), comte de Provence qui deviendra roi sous le nom de Louis XVIII en 1814 (reconnu comme tel dès la mort de Louis XVII en 1795 par certaines puissances européennes) ;
- Charles (1757-1836), comte d'Artois, Charles X à la mort du précédent ;
- Madame Clotilde de France (1759 - 1802), reine de Sardaigne de 1796 à 1802 par son mariage avec le roi Charles-Emmanuel IV de Sardaigne ;
- Madame Élisabeth de France (1764-1794).

Louis Auguste porte initialement le titre de Duc de Berry. Après la mort de ses deux frères aînés - le duc de Bourgogne et le duc d'Aquitaine - et de son père Louis de France, fils du roi Louis XV de France, le 20 décembre 1765, il se présente comme l'unique héritier au trône de France et devient le Dauphin.

Il est élevé dans une éducation religieuse stricte et est formé à des principes conservateurs sous la tutelle du duc de La Vauguyon. Elève studieux, il se passionne pour plusieurs disciplines scientifiques et révèle dans ses temps de loisirs un talent caché pour la serrurerie.

Le 16 mai 1770, le futur Louis XVI épousa l'archiduchesse Marie-Antoinette d'Autriche, fille cadette de l'empereur François Ier de Lorraine et de son épouse l'archiduchesse Marie-Thérèse de Habsbourg. Cette union est la concrétisation d'une alliance visant à améliorer les relations entre le royaume de France et l'Autriche. Les époux étant alors âgés de 15 et 16 ans, le mariage ne sera consommé que sept ans plus tard. De leur union naîtront quatre enfants :
- Marie Thérèse (19 décembre 1778 - 19 octobre 1851), dite Madame Royale, qui épouse en 1799 son cousin germain le duc d'Angoulême (1775-1844) ;
- Louis Joseph Xavier François (22 octobre 1781 - 4 juin 1789), premier dauphin ;
- Louis Charles (27 mars 1785 - 8 juin 1795), duc de Normandie, 2e dauphin et futur Louis XVII, qu'on surnommera pendant sa captivité "l'Enfant du Temple".
- Sophie-Béatrice (29 juillet 1786 - 19 juin 1787) .

Le dernier monarque de l'Ancien Régime
A la suite du décès de Louis XV de France, son grand-père, Louis Auguste devient roi de France le 10 mai 1774 et est sacré à Reims le 11 juin 1775.

Le règne
Le règne de Louis XVI est marqué par de nombreuses tentatives de réformes économiques et institutionnelles. L'égalité devant l'impôt est une réforme qu'il poursuit avec persévérance mais il se heurte toujours à l'opposition de la noblesse et d'une partie du clergé. Or Louis XVI est un légaliste et il n'entend jamais excéder les pouvoirs que lui donnent les lois fondamentales du royaume. Il doit donc faire avaliser ses réformes. La convocation des États généraux, où il espère pouvoir faire plier en toute légalité les deux ordres qui le bloquent est le dernier épisode de cette confrontation feutrée.

Sous son règne la torture est abolie. De nombreux travaux publics sont lancés notamment en matière d'assèchements de marais. La France joue un rôle géopolitique prépondérant en Europe. Le roi dote l'armée d'une marine qui rivalise pour la première fois de l'Histoire avec celle de l'Angleterre, notamment lors de la Guerre d'indépendance des États-Unis où il aide militairement les insurgés.

Il poursuit la politique traditionnelle française d'appuyer des missions catholiques au Proche-Orient. Face au vide créé par l'interdiction de la Compagnie de Jésus (les Jésuites), il choisit les Lazaristes pour les remplacer dans les missions en territoire ottoman. Le Pape Pie VI accepta ce changement, symbolisé par la prise en charge du centre des missions catholiques en Orient, le Lycée Saint-Benoît à Istanbul, par la Congrégation de la Mission de Saint Vincent de Paul, le 19 juillet 1783.

Suite à la première tentative d'unification des poids et mesures du Royaume de France du Roi Philippe le Long aux États Généraux d'Orléans, en 1321, ainsi que les suivantes jusqu'à celle du Roi Louis XV en 1770, Louis XVI va concrétiser cette longue série de tentatives en signant le 8 mai 1790 le projet d'unification des poids et mesures du Royaume de France, proposé par Talleyrand. Suite au rapport du 19 mars 1791 de l'Académie des Sciences, et sur proposition du Chevalier Jean-Charles de Borda, le "mètre" de Burattini, mieux défini, est adopté comme unité de longueur. Dès le 26 mars 1791, la proposition de Jean-Charles de Borda est transmise par Condorcet à l'Assemblée. Les tâches réparties entre les savants : Borda, Cassini, Lavoisier, et Hauj aboutiront a la détermination du mètre, de la seconde et du kilogramme, fondements du système métrique qui aujourd'hui s'appelle Système international d'unités (SI), appliqué dans tous les pays du Monde à l'exception des États-Unis, du Libéria et du Myanmar.

Si le blocage systématique des réformes par la noblesse et le clergé est le problème politique majeur de son règne, le déficit croissant en est le problème économique principal. Or là aussi le roi pense qu'il ne peut être résorbé que par de grandes réformes écornant certains privilèges. Les États Généraux, convoqués par le premier Ministre pour tenter de les mener à bien le plus paisiblement possible, échappent assez vite à son contrôle.

Un roi simple et érudit
Louis XVI a été longtemps caricaturé comme un roi un peu simplet, manipulé par ses conseillers, peu au fait des questions de pouvoir, avec des marottes comme la serrurerie et une passion envahissante pour la chasse.

Cette image est en partie due à son attitude envers la cour. Par ailleurs, le caractère "étourdi" qui lui a quelquefois été attribué s'explique en partie par une forte myopie qui l'isolait du monde, et qui en particulier ne lui permettait que difficilement de reconnaître ses interlocuteurs.

Louis XVI était un prince studieux et érudit. Hormis sa passion connue pour la serrurerie, il était féru d'histoire, de géographie, de marine et de sciences. Il fit de la marine une priorité de sa politique étrangère, soucieux de contrecarrer les avancées anglaises outre-mer, et de prendre la revanche du désastreux traité de Paris. Cette marine puissante contribua fortement au succès des indépendantistes américains. Il avait en outre une connaissance théorique de la marine si pointue qu'il se plût, quand il vit pour la première fois la mer, à faire des remarques dont la pertinence stupéfia ses interlocuteurs.

Sur le plan scientifique, il mandata Jean-François de La Pérouse pour effectuer le tour du monde et le cartographier. Il demandera de ses nouvelles jusque sur l'échafaud. Louis XVI favorisa également l'implantation en France de la culture de la pomme de terre, la faisant cultiver à proximité de Versailles.

Depuis Louis XIV, la noblesse était en grande partie "domestiquée" par le système de cour. L'étiquette régissaient la vie de la cour en faisant du roi le centre d'un cérémonial très strict et complexe. Cette construction de Louis XIV visait à donner un rôle à une noblesse qui avait été jusque là souvent rebelle et toujours menaçante pour le pouvoir royal : la Fronde l'avait profondément marqué alors qu'il était enfant.

Au sein de la cour, la noblesse voyait sa participation à la vie de la nation organisée en vase clos dans un subtil système de dépendances, de hiérarchie et de récompenses et ses velléités d'autonomie vis-à-vis de l'autorité royale nettement réduites. Louis XVI hérita de ce système. La noblesse était au service du roi et en attendait des récompenses et des honneurs. Même si l'écrasante majorité de la noblesse n'avait pas les moyens de vivre à la cour, les textes montrent bien l'attachement des nobles de province au rôle de la cour, et l'importance que pouvait prendre la "présentation" au roi. Comme Louis XV, Louis XVI eut les plus grandes peines à entrer dans ce système. Ce n'était pas par manque d'éducation : il fut le premier monarque français à parler couramment anglais ; nourri des philosophes des Lumières, il aspirait à trancher avec l'image "Louis-quatorzienne" du roi en constante représentation. Cette image du roi simple rejoint celle des "despotes éclairés" de l'Europe, comme Frédéric II de Prusse.

Le refus d'entrer dans le grand jeu de l'étiquette explique la très mauvaise réputation que lui fera la noblesse de cour. En la privant du cérémonial, le roi la privait de son rôle social. Ce faisant, il se protégeait également. Si à l'origine la cour servait à contrôler la noblesse, la situation devint très vite différente : le roi se trouvait à son tour prisonnier du système. La mauvaise gestion par Louis XV puis par Louis XVI de cette cour, le refus par les Parlements (lieu d'expression politique de la noblesse et d'une partie de la haute bourgeoisie) de toute réforme politique ainsi que l'image souvent désastreuse et capricieuse de la reine dégraderont peu à peu son image : beaucoup de pamphlets le ridiculisant viennent d'une partie de la noblesse qui supporte mal le risque de perdre sa place particulière, le décrivant non pas comme le roi simple qu'il était, mais comme un roi simplet.

Roi sous la Révolution

Le monarque constitutionnel
Après la prise de la Bastille, le roi se rend de son plein gré à Paris, le 17 juillet, où il est accueilli par le maire de la nouvelle municipalité, Bailly. Le roi accepte la cocarde bleu et rouge (aux couleurs de la ville de Paris) que lui offre Bailly et la place sur son couvre-chef orné de blanc. Par cette visite et ce geste, le roi entérine ainsi les conséquences de la journée révolutionnaire du 14 juillet. Dès lors, l'abolition des privilèges fut votée dans la nuit du 4 août, et le 26 août la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen est adoptée. Toutefois, ce n'est que le 5 octobre que le roi accepte de signer les décrets consacrant les décisions prises en août. À la suite de quoi, le peuple de Paris venu à Versailles exige le transfert de la famille royale au Palais des Tuileries. L'Assemblée nationale décréta le 10 octobre 1789, lors de la discussion sur le mode de promulgation des lois, que la formule serait : Louis, par la grâce de Dieu, et la loi constitutionnelle de l'État, Roi des Français à tous présents et à venir, salut. Pour certains, le nouveau titre du chef de l'État serait donc roi des Français à partir de cette date. Rien pourtant d'anormal qu'à partir du 6 novembre 1789, il fit commencer ses actes officiels (lettres patentes, lois, etc.) par la formule Louis, par la grâce de Dieu, et par la Loi constitutionnelle de l'État, Roi des Français, puisqu'il se conformait à la formule de promulgation qui avait été décrétée le 10 octobre par l'Assemblée constituante. Le nouveau sceau royal, utilisé à partir de février 1790, porta l'inscription : Louis XVI par la grâce de Dieu et par la loy constitutionnelle de l'État Roy des François. Le 14 juillet 1790, lors de la fête de la Fédération, sur le Champ-de-Mars, le roi, La Fayette et le peuple de Paris (260 000 Parisiens et 14 000 Fédérés) prêtent serment "d'être à jamais fidèle à la nation, à la loi et au roi" et le 21 octobre de la même année, le drapeau tricolore remplace le drapeau blanc, qui était la couleur de l'étendard royal.

Le roi des Français
Pour d'autres, il n'aurait été déclaré roi des Français que par la Constitution du 3 septembre 1791 (chapitre II, article 2 : "le seul titre du roi est Roi des Français", "acceptée" par le roi le 13 septembre 1791. Les pouvoirs du roi y sont en effet limités et précisés. Louis XVI n'est plus roi par la grâce de Dieu, mais roi des Français, c'est-à-dire non plus un souverain de droit divin, mais en quelque sorte le chef, le premier représentant du peuple français. Il conserve la totalité des pouvoirs exécutifs, qu'il exerce en vertu de la loi humaine2. Cette constitution maintenait en outre le changement du titre du dauphin en prince royal (qui avait eu lieu le 14 août 1791). Le 14 septembre 1791, Louis XVI jure fidélité à ladite constitution.

L'épisode de la fuite du roi et de son arrestation à Varennes est célèbre. Un plan de fuite avait été étudié par la reine à la fin de l'année 1790. En avril 1791, les événements entraînent sa réalisation. Une manifestation l'empêche physiquement de se rendre au château de Saint-Cloud. Les révolutionnaires s'opposent en effet à ce qu'il fasse ses Pâques avec un prêtre réfractaire à la constitution civile du clergé. Le roi se décide alors à quitter la ville de Paris le 20 juin avec sa femme, sa soeur et ses deux enfants, Marie-Thérèse et Louis-Charles. Il est arrêté à Varennes-en-Argonne le 21 juin malgré la présence de 60 hussards de Lauzun. Une déclaration qu'il avait laissée à Paris en quittant la ville, stigmatisant les Jacobins et leur emprise croissante sur la société française, fut bloquée par l'Assemblée et ne fut jamais diffusée dans son intégralité. Les caricaturistes révolutionnaires s'en donnèrent à coeur joie.

Un mouvement important parmi les révolutionnaires commence à réclamer le départ du roi. Les Cordeliers rédigent plusieurs pétitions contre lui, soutenus par des journaux comme Le Républicain. Les Jacobins décident de suivre les Cordeliers, ce qui crée une rupture en leur sein. Une partie de leurs membres créèrent le club des Feuillants. C'est dans ce contexte que la constitution du 13 septembre 1791, évoquée ci-dessus, est proclamée.

Le jeu politique extrêmement complexe de l'année qui suit conduit à la déchéance du roi. Le pays subit de très fortes tensions. Dans les campagnes, les récoltes sont bonnes, mais la politique libérale conduite par l'Assemblée entraîne un stress alimentaire et de nombreuses émeutes, malgré des réserves souvent excédentaires. En plus de ces tensions sociales, la guerre est le principal facteur des difficultés de la monarchie. Les défaites de l'armée française entraînent le vote de décrets plus radicaux auxquels le roi met son veto. Les débats qui s'ensuivent et les émeutes organisées par les révolutionnaires poussent l'Assemblée législative à décréter la suspension du roi. Louis XVI est donc suspendu par l'Assemblée le 10 août 1792, et détrôné lors de la première séance de la Convention nationale qui décrète, le 21 septembre 1792 que "la royauté est abolie en France" et que "l'An I de la République française" partira du 21 septembre 1792.

Le procès de l'ancien roi et son exécution

Le procès
Il est déclaré coupable de "conspiration contre la liberté publique et la sûreté générale de l'État" par la Convention nationale (auto-instituée en tribunal) lors d'un premier vote le 15 janvier 1793, par 707 voix pour 718 votants.

Puis, avec une majorité étroite, condamné à mort au manège du château des Tuileries, à la suite de la "séance permanente du mercredi 16 et du jeudi 17 janvier 1793" et du scrutin rectificatif du 18. Un vote nominal, suivi d'une justification des votants à la tribune, qui donne 387 votes pour la peine de mort, dont 26 demandant un éventuel sursis. La majorité requise étant de 361 voix, le roi est condamné pour un unique vote. Ce dernier scrutin ne souffrit cependant pas de contestations du fait de sa nature nominale.

On commence à le surnommer "Louis le dernier".

L'exécution (21 janvier 1793)
Les bourreaux voulurent dépouiller Louis XVI de ses habits. Il les repoussa fièrement, se déshabilla lui-même et défit le col de sa chemise. Ils voulurent lui lier les mains. Cette dernière humiliation le révolta :

- "Que prétendez-vous" ?, demanda-t-il.
- "Vous lier", lui fut-il répondu.

Louis XVI reprit :
- "Me lier ? Non, je n'y consentirai jamais. Faites ce qui vous est commandé, mais vous ne me lierez pas ; renoncez à ce projet".
- "Avec un mouchoir, Sire" demanda le bourreau Sanson avec respect, montrant un morceau de soie.

Louis XVI, qui n'avait plus été appelé "Sire" depuis bien longtemps, accusa le coup. Il hésitait quand il se tourna vers son confesseur. Les bourreaux allaient l'empoigner quand l'abbé Henri Edgeworth de Firmont lui dit :
- "Sire, dans ce nouvel outrage je ne vois qu'un dernier trait de ressemblance entre Votre Majesté et le Dieu qui va être votre récompense".

Louis XVI leva les yeux au ciel :
- "Assurément, dit-il, il ne faut rien de moins que son exemple pour que je me soumette à un tel affront".

Et se tournant vers les bourreaux :
- "Faites ce que vous voudrez ; je boirai le calice jusqu'à la lie".

Il se laissa dès lors lier les mains et couper les cheveux. S'appuyant sur l'abbé Henri Edgeworth de Firmont il monta calmement les marches qui conduisaient à l'échafaud. L'abbé Henri Edgeworth de Firmont craignait que le courage commençât à lui manquer, et il ajouta, ému :
- "Fils de Saint Louis, montez au Ciel" !

Mais, parvenu au pied de la guillotine, Louis XVI, placide, considéra un instant les instruments de son supplice et demanda si les tambours s'arrêteraient de battre. Il s'avança pour dire :
- "Je meurs innocent des crimes qu'on m'impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez verser ne retombera pas sur la France".

Il voulut poursuivre mais les tambours couvrirent ses dernières paroles. On cria aux bourreaux de faire leur office. Le roi déchu redevint silencieux, et n'opposa plus aucune résistance à l'exécution.

Il fut guillotiné le 21 janvier 1793 à Paris, place de la Révolution (actuelle place de la Concorde). Le couperet siffla à 10 heures 22, sous les yeux de cinq ministres du conseil exécutif provisoire et de quelques autres personnes, invitées par le ministre de la Marine dans son bureau, pour assister à l'exécution.

Il fut enterré au cimetière de la Madeleine, rue d'Anjou-Saint-Honoré. Les 18 et 19 janvier 1815, Louis XVIII fera exhumer ses restes et ceux de Marie-Antoinette pour les faire inhumer à la basilique Saint-Denis le 21 janvier.

Le 3 mai 1826 place de la Concorde, Charles X pose la première pierre du monument à la mémoire de Louis XVI. Mais la statue ne sera en fait jamais édifiée. Son socle servira de base à l'obélisque de Louxor dressé en 1836.

Source Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XVI_de_France
Texte soumis à la licence GNU : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html

Ayant sous ses ordres Guillaume Beneman, Louis Auguste le Tonnelier (Baron de Breteuil), Richard Mique, Charles de Wailly, Charles-Claude de Flahaut de la Billarderie d'Angiviller et François Boucher
En relation avec Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malherbes et Honoré Gabriel Riqueti (de Mirabeau)
Filiation   

Réalisation(s)   
Elément(s) en relation   
Hôtel de Soubise
En relation avec
Pendule
Objet
Anonyme

Jardins de Trianon
Période de
Pavillon du Rocher
Architecture extérieure
Richard Mique
(1777)
Petit lac du Hameau
Aménagement paysager
Anonyme
(1873)
Les jardins et potagers
Aménagement paysager
Anonyme
(vers 1783)
La Laiterie de propreté
Architecture
Richard Mique
(1783)
La Tour de Marlborough
Architecture
Richard Mique
(1873)
Emplacement de la Laiterie de préparation
Architecture
Richard Mique
(1783)
La Maison du Garde
Architecture
Richard Mique
(1783)
Le pont de pierre
Architecture
Richard Mique
(1783)
Le Colombier
Architecture
Richard Mique
(1783)
La Maison de la Reine
Architecture
Richard Mique
(1783)
Le Réchauffoir
Architecture
Richard Mique
(1783)
Le Boudoir
Architecture
Richard Mique
(1783)
Le Moulin
Architecture
Richard Mique
(1783)

Le Petit Trianon
Modèle
Buste de Louis XVI
Sculpture
Louis-Simon Boizot
(vers 1777)
En relation avec
Paire de feux
Objet
Anonyme
Période de
Console-desserte
Meuble
Jean-Henri Riesener
Table
Meuble
Honoré Guibert
(vers 1770)
Buste de Louis XVI
Sculpture
Louis-Simon Boizot
(vers 1777)
Buste de l'empereur Joseph II
Sculpture
Louis-Simon Boizot
(vers 1777)
Sièges
Meuble
Georges Jacob, Hubert Robert
(1787)
Paire de feux
Meuble
Commode
Meuble
Jean-Henri Riesener
Tabourets
Meuble
Georges Jacob, Hubert Robert
(1878)

Musée Carnavalet
Modèle
Louis XVI (1754-1793) en monarque constitutionnel
Sculpture
Louis-Pierre Deseine
(approx. de 1790 à 1792)
Tête de Louis XVI guillotiné
Sculpture
Anonyme
(approx. de 1793 à 1800)
Evénement
Exécution de Louis XVI, le 21 janvier 1793
Peinture
Anonyme
(vers 1793)

Musée du Louvre
Commanditaire
Zeuxis choisissant pour modèle les plus belles filles de Crotone
Peinture
François-André Vincent
(1789)
Cornélie, mère des Gracques
Peinture
Joseph-Benoît Suvée
(1795)
Les adieux d'Hector et d'Andromaque
Peinture
Joseph Marie Vien
(1786)
Descente de croix
Peinture
Jean-Baptiste Regnault
(1789)
En relation avec
Réduction du monument à Louis XV élevé à Rennes
Sculpture
Jean-Charles Delarche, Jean-Baptiste II Lemoyne
(de 1773 à 1777)
Bureau plat
Meuble
Guillaume Beneman
(1787)
Le Reniement de saint Pierre
Peinture
David Teniers (le Jeune)
(1646)
Le festin de l'Enfant prodigue
Peinture
David Teniers (le Jeune)
(1644)
Animaux et ustensiles
Peinture
Pieter Boel (Boule)
(approx. de 1660 à 1665)
La Prairie
Peinture
Paulus Potter
(1652)
Le Duo : chanteuse et joueur de luth theorbé
Peinture
Gerard ter Borch
(vers 1669)
Bateau de pêche et cabotier par gros temps
Peinture
Ludolf Backhuyzen
Le Coup de soleil
Peinture
Jacob Isaacksz van Ruisdael (van Ruysdael)
(approx. de 1660 à 1680)
Le Calvaire
Peinture
Karel Dujardin
(1661)
Grand combat de cavaliers et de fantassins
Peinture
Philips Wouwerman
La chasse au cerf
Peinture
Philips Wouwerman
Le cortège du Boeuf gras en Hollande
Peinture
Philips Wouwerman
Le départ pour la chasse au pied d'un palais
Peinture
Philips Wouwerman
Le manège en plein-air
Peinture
Philips Wouwerman
Pont de bois sur le torrent
Peinture
Philips Wouwerman
Débarquement de Cléopâtre au port de Tarse
Peinture
Gérard de Lairesse
Le départ pour la chasse
Peinture
Frederick de Moucheron
Escadre néelandaise de la Compagnie des Indes
Peinture
Ludolf Backhuyzen
(1675)
Voir tous les éléments (136)
Lieu(x) en relation    

Louis XVI

Guillaume Beneman
Louis Auguste le Tonnelier (Baron de Breteuil)
Richard Mique
Charles de Wailly
Charles-Claude de Flahaut de la Billarderie d'Angiviller
François Boucher
Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malherbes
Honoré Gabriel Riqueti (de Mirabeau)