English
Insecula > Jacques-Louis David
Guide de visite : Jacques-Louis David
Jacques-Louis David
Naissance : Paris - 1748 / Décès : Bruxelles, 1825
Ecole française - Néoclassique
Jacques-Louis David, né le 30 août 1748 à Paris et mort le 29 décembre 1825 à Bruxelles, fut l'un des peintre français les plus admirés, enviés et honnis de son temps, pour ses engagements politiques autant que pour ses choix esthétiques.

Cliquer pour agrandir

Biographie   
Il est considéré comme le chef de file de l'École néoclassique dont il incarne à la perfection le style (la manière de peindre) et l'option intellectuelle (régénérer les arts en développant une peinture que les classiques Grecs et Romains, selon la propre formule de David, auraient sans hésiter pu prendre pour la leur, ce qui revenait à reprendre les choses là où Nicolas Poussin et le "Grand Siècle" les avaient laissées).

David vota la mort du roi Louis XVI, puis se fit le chantre de Napoléon. Il dénonça le libertinage du XVIIIe siècle mais ses peintures inspirées de l'Antiquité sont souvent osées. Plein de contradictions, il fit preuve de continuité dans le génie, et fut un maître pour deux générations d'artistes au moins venus de toute l'Europe pour se former dans son atelier.

Biographie

Enfance
Né dans une famille de classe moyenne, son père, Louis-Maurice, est négociant grossiste en fers à Paris, puis titulaire d'une charge fiscale dans le Calvados. Sa mère Marie-Geneviève, née Buron, le délaisse après la mort de son père dans un duel en décembre 1757. David avait juste neuf ans et ce sont deux de ses oncles, architectes, François Buron puis Jacques-François Desmaisons qui le recueillirent. Cette déchirure familiale lui créera des problèmes émotionnels tout au long de sa vie. Il passa une partie de son enfance en Avignon dans la Vaucluse

Sa formation
Il reçut une bonne éducation classique au Collège des Quatre-Nations sans être un élève brillant. L'illustre François Boucher, qui était un cousin éloigné de sa mère, d'abord approché pour le former, estima le jeune David pourrait tirer un meilleur bénéfice de l'apprentissage des nouvelles tendances néoclassiques que pouvait lui apporter Vien. À 16 ans, il commence à étudier l'art à l'Académie royale avec comme maître le peintre rococo Joseph-Marie Vien.

À l'Académie royale de peinture et de sculpture, le jeune David montra des dispositions pour le dessin. En 1771, il obtient le second prix au Prix de Rome avec son oeuvre, le "Combat de Minerve contre Mars", le lauréat fut Joseph-Benoît Suvée. En 1772, il le manqua aussi avec "Diane et Apollon perçant de leurs flèches les enfants de Niobé". En 1773, ce fut encore un échec avec "Mort de Sénèque" sujet inspiré de Tacite, le lauréat fut Pierre Peyron, car la composition de David fut jugée trop théâtrale pour le nouveau style néo-classique. David fit une tentative de suicide.

En 1774, il gagne finalement, après quatre tentatives, ce précieux Prix de Rome qui lui ouvre, aux frais du Roi, un séjour de quatre ans à Rome au Palais Mancini et à la villa Médicis. Ses tentatives passées lui servent de leçon, et l'oeuvre présentée "Érasistrate découvrant la cause de la maladie d'Antiochius dans son amour pour Stratonice" est conforme au nouveau canon de la composition dramatique. Érasistrate, le médecin reste serein alors même qu'il découvre la cause réelle de la maladie du roi Séleucide, se languissant d'une passion inavouable pour sa séduisante belle-mère Stratonice.

Lauréat, David, accompagné de son maître Joseph-Marie Vien qui venait d'être nommé directeur de l'académie de France à Rome, partit donc pour son long séjour de six ans dans la ville éternelle. Il y étudia attentivement les Antiques, collectionnant les relevés et croquis d'architecture, de statues et de bas-reliefs. L'ensemble de ses dessins compose douze volumineux recueils. En 1780, il dévoile une académie d'homme, dite "Patrocle", tableau inspiré du célèbre marbre, "Galate mourant" du musée du Capitole.

David revient à Paris à la fin de l'année 1780 pour exposer au prestigieux Salon du Palais du Louvre un "Bélisaire" illustrant l'infortune du glorieux général de l'empereur Justinien, disgracié, aveuglé et devenu mendiant. Cette oeuvre, d'un pur style néo-classique permet à David d'être reçu à l'Académie.

Il continua à voyager en Italie entre 1780 à 1785 où il était fortement influencé par la puissance de l'art classique et le travail inspiré du peintre du XVIIème siècle Nicolas Poussin. David considérait qu'une oeuvre inspirée des Antiques ne pouvait être bien exécutée qu'à Rome, en étant entouré des témoignages d'une Antiquité que la légende n'a pas corrompue. Il fit la connaissance de Pompeo Batoni qui tenta sans succès de le convaincre de rester à Rome, mais il y resta encore près d'une année.

Son retour à Paris
Il épousa en 1782 Marguerite Charlotte Pécoul, elle a alors dix-sept ans et David en a trente-quatre. Son beau-père, Charles-Pierre Pécoul, était entrepreneur des bâtiments du Roi, et dota généreusement sa fille, leur fournissant les moyens financiers pour survivre pendant les années maigres d'avant la gloire. Sa femme lui donne rapidement deux enfants. Durant les années de la Terreur de la Révolution, Marguerite, effrayée par la violence des convictions révolutionnaires de son époux, obtiendra le divorce. Elle lui pardonnera néanmoins suite à son emprisonnement après la chute de Robespierre et ils se réconcilièrent et se remarièrent en 1796.

À cette époque, David créa son propre style néo-classique en prenant comme sujet des sources classiques, notamment sur la sculpture romaine. Avec son "Serment des Horaces" il s'affranchit définitivement de l'influence de Boucher et de ses épigones. Ce tableau procédait d'une commande officielle mais David ne s'est pas tenu au sujet demandé ni à la dimension souhaitée. Le tableau fut exposé au Salon de 1785 et le peintre déclara : "J'ai abandonné de faire un tableau pour le Roi, je l'ai fait pour moi".

Présentant souvent des thèmes moralisateurs et patriotiques, ses tableaux reflètent alors l'humeur du temps et deviennent des modèles pour l'esprit d'héroïsme patriotique. Ils le seront encore pendant les deux décennies suivantes, et furent repris par ses disciples. Le Serment des Horace (1784) et la Mort de Socrate (1787) annonçaient l'esprit de sacrifice de la Révolution. Dans ce dernier tableau, l'exaltation des vertus morales se joint à une rectitude de style.

Mais il peint aussi des oeuvres plus aimables comme "Les Amours de Pâris et d'Hélène" pour le comte d'Artois, futur Charles X, et le portrait d'Antoine-Laurent Lavoisier et de sa femme en 1788, où l'on voit le savant Lavoisier, grand commis de l'État, chargé de l'administration des poudres et explosifs, en compagnie de sa charmante épouse et collaboratrice qui a illustré son "Traité élémentaire de chimie".

L'époque révolutionnaire
En 1789, alors que les États généraux convoqués par le roi se sont déjà convertis en Assemblée constituante, il réalisa pour le roi Les licteurs apportant à Brutus le corps de ses fils exécutés pour avoir trahi la République en tentant de rétablir la monarchie des Tarquin. Le consul Brutus est représenté à l'écart des femmes éplorées méditant dans la solitude. . Il participa aux événements de la Révolution, car passionné pour les républiques de la Grèce et de Rome, il espérait transplanter en France leurs institutions. Après 1789 il prit des sujets plus réalistes pour dépeindre plus précisément les scènes de la révolution française. En 1790, il entreprit de commémorer le Serment du jeu de Paume. Le Serment du jeu de Paume était un projet onéreux, et David n'avait pas de commanditaire, mais il était soutenu par le Club des Jacobins dont il était membre. Il présenta son dessin au Salon, et finalement l'Assemblée, conquise par le nombre de personnages représentés, accepta d'en assumer les frais d'exécution, à la condition que l'artiste s'engage de reproduire fidèlement les portraits des personnalités représentées. Cependant le cours rapide des évènements, lors de cette époque révolutionnaire, rendit rapidement caduc ce projet que Marat qualifia de "pantalonnade" et il ne l'achèvera pas.

Son ardeur républicaine le fait en même temps s'impliquer politiquement dans les événements qui bouleversaient la France, et il fut élu député de la Convention nationale, en août 1792, quelques jours avant la prise des Tuileries par des émeutiers. Il siège avec le parti de la Montagne, au côté de son nouvel ami Robespierre. Fort de son nouveau pouvoir, il entreprend immédiatement une campagne pour la suppression de l'Académie.

Il vota en janvier 1793 (an I) pour la mort du Roi. Déjà membre du Comité d'instruction publique il fut nommé au Comité de sûreté générale, le 14 septembre 1793. À cette époque, il proposa l'établissement d'un inventaire de tous les trésors nationaux, faisant de lui l'un des fondateurs des musées en France et il joua un rôle actif dans l'organisation du Louvre, offrant un poste à Jean-Honoré Fragonard qui était démuni à cause de son style passé de mode.

De plus en plus engagé politiquement, il acquiert une image de metteur en scène des cérémonies révolutionnaires comme celle du transfert des cendres de Voltaire au Panthéon de Paris. Il inventa le rituel de la Fête de l'Être suprême dont Robespierre était le grand prêtre et dont des cérémonies furent organisées en l'honneur de Bara et de Viala, les enfants héroïques tués l'un par les Vendéens et l'autre par les insurgés royalistes du Midi de la France. Dans un tableau resté inachevé David fit figurer Bara nu, serrant la cocarde tricolore sur sa poitrine et se sacrifiant pour la patrie, tel un héros antique.

Après l'assassinat le 20 janvier 1793 du conventionnel régicide Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau, tué par un ancien garde du corps du roi, passé dans la Garde constitutionnelle, David avait pris l'initiative de réaliser un portrait de la victime sous le glaive fatal. Ce tableau, exposé à la Convention, puis récupéré par David en 1795, cessera d'être visible en 1826, mais nous reste connu par un dessin d'Anatole Desvoge, élève de David, et une gravure. Après l'assassinat de Marat le 13 juillet, la Convention, par la voix du député Guirault, commande à David de faire pour Marat ce qu'il avait fait pour Lepeletier. En octobre 1793, David prévient qu'il a terminé. A partir de novembre et jusqu'à la chute de Robespierre, les deux tableaux vont trôner de part et d'autre de la tribune de la Convention. Marat assassiné (1793) expose dans sa crudité la réalité du crime, à la faveur d'une icône savamment calculée, vouée au culte du martyre révolutionnaire. En 1795, David récupère également ce tableau, qui cesse d'être visible jusqu'au XIXème siècle. Il est aujourd'hui détenu par les Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles auxquels il fut offert par les héritiers de David. Parmi les autres oeuvres de cette époque, figure également un croquis de la Reine Marie-Antoinette conduite à la guillotine.

En tant que membre du Comité de Sûreté Générale, David signa un grand nombre d'ordres d'arrestations qui menèrent certaines de leurs victimes à la guillotine, et participa comme témoin à l'interrogatoire du dauphin Louis XVII.

Après la chute de Robespierre, le 9 thermidor (27 juillet 1794), David fut compris dans la proscription. Mais absent de la convention ce jour-là, ayant été prévenu par un ami, il échappa de justesse à l'échafaud. Dénoncé par Lecointre comme robespierriste il fut mis en accusation et emprisonné à l'ancien Hôtel des Fermes générales, puis au Luxembourg. Ses étudiants se mobilisèrent et obtinrent sa libération le 8 nivôse an III (28 décembre 1794). Il sera à nouveau emprisonné en 1795 avant d'être amnistié.

Durant son emprisonnement, David ne reste pas inactif, il peint l'Autoportrait du Louvre et conçoit Les Sabines. Ce tableau est une oeuvre capitale de David, de style néo-classique, dans lequel il symbolise les rivalités fratricides des factions révolutionnaires et les vertus de la concorde. Les Sabines attira les critiques des Barbus, un groupe constitué de certains de ses élèves par Pierre-Maurice Quays qui prônait un retour au primitivisme. David dut se séparer de ces éléments perturbateurs.

C'est à cette époque qu'il reprend contact avec son ex-épouse Charlotte qui lui pardonne ses actes et qui accepte de l'épouser à nouveau après qu'il eut juré de ne plus se compromettre dans des affaires étrangères à son art.

L'époque napoléonienne
Dès les premiers succès de Bonaparte en Italie, il fut séduit car il retrouvait en lui ses héros légendaires. Vers la fin de l'an VI (1797), sa rencontre avec le jeune général Bonaparte achève de le convaincre et il fait son premier portrait qui demeure inachevé. De l'an VIII (1799) à 1815, David lia son destin à sa gloire qu'il célébrera. Il réalisa, pour le nouveau maître de la France puis de l'Europe, plusieurs tableaux à des fins de propagande et devint le peintre officiel du Premier Empire et fut couvert d'honneurs. Il réalisa des toiles de grande taille sur les événements majeurs du règne qui sont de nos jours présentées au musée du Louvre. Sa première représentation majeure fut Bonaparte au Grand-Saint-Bernard monté sur un cheval fougueux, alors qu'en réalité, il montait un mulet, bête jugée plus sûre pour les sentiers de haute montagne.

Le premier consul Bonaparte voulait nommer David "peintre du gouvernement" mais ce dernier refuse ce titre estimant mériter plus, et en 1804, le nouvel empereur l'investit dans la fonction de "premier peintre", fonction qu'avait occupé Charles Le Brun auprès du Roi Soleil. Ainsi à l'occasion des cérémonies du Couronnement, David reçoit commande de quatre tableaux dont il n'en exécutera que deux, "Le Sacre de Napoléon" et La Distribution des Aigles, à cause de difficultés de paiement.

Il réalisa Le Sacre de Napoléon en trois ans et disposa pour ce faire d'une loge à Notre-Dame d'où il put suivre, les épisodes et les détails de la grandiose cérémonie. Il a relaté lui-même comment il opéra :

"J'y dessinai l'ensemble d'après nature, et je fis séparément tous les groupes principaux. Je fis des notes pour ce que je n'eus pas le temps de dessiner, ainsi on peut croire, en voyant le tableau, avoir assisté à la cérémonie. Chacun occupe la place qui lui convient, il est revêtu des habillements de sa dignité. On s'empressa de venir se faire peindre dans ce tableau, qui contient plus de deux cents figures... ".

Cependant, le tableau n'est pas tout à fait véridique sur au moins deux points : la mère de Napoléon représentée dans la tribune la plus proche de l'autel, selon le voeu de l'empereur, n'assista pas à la cérémonie, et le pape Pie VII, représenté bénissant le mariage, n'a été en réalité que simple spectateur, restant toute la cérémonie assis dans une attitude résignée.

Dans le tableau La Distribution des Aigles il dut sur ordre de l'empereur réaliser deux modifications importantes : il vida le ciel de la "Victoire qui jette des lauriers aux officiers brandissant drapeaux et étendards" et après 1809 il fit disparaître de la scène Joséphine répudiée. La première modification rendit sans objet le mouvement de tête des maréchaux regardant désormais le vide à l'emplacement où se trouvait l'allégorie.

Vers la fin de l'Empire, les commandes officielles se raréfient et David achève son tableau Léonidas aux Thermopyles un épisode de l'histoire de l'Antiquité grecque qui va devenir à la mode. Ce tableau fut conçu par David vers 1800, époque où la glorification des vertus héroïques du sacrifice pour la nation était un modèle à suivre. Le Roi Léonidas à la tête de trois cents guerriers résolus, tient tête à plusieurs centaines de milliers de soldats perses, donnant aux Grecs le temps de se reprendre. Le tableau fut achevé en mai 1814, alors que Napoléon venait d'abdiquer et de s'exiler sur l'île d'Elbe. Lors des Cent-Jours, Napoléon de passage à Paris prit le temps d'aller voir le tableau, comme un suprême hommage au génie de David. Le peintre conserva sa fidélité à l'Empereur en signant l'"Acte additionnel".

Après la bataille de Waterloo, et le retour du roi Louis XVIII sur le trône, David, pour avoir signé l'"Acte additionnel", est définitivement proscrit du royaume de France et doit partir en exil, après la loi du 12 janvier 1816.

L'exil à Bruxelles
Dans un premier temps, il sollicite l'asile auprès de l'Italie qui le lui refuse. La Belgique plus libérale le reçoit et il retrouve à Bruxelles d'autres Français qui partagent la même infortune : Barrère, Pierre Joseph Cambon, Merlin de Douai, Thibaudeau, Alquier et Sieyès.

Il exécute de nombreux portraits de la haute société bruxelloise pour vivre, mais ses capacités sont encore là, il n'a pas renoncé à la "grande manière" et reprend ses sujets liés à la mythologie grecque et romaine.

Refusant les généreuses interventions tendant à obtenir son retour en France, il restera en Belgique jusqu'à sa mort neuf ans plus tard malgré une amnistie. Dans ce pays, il a enfin trouvé la quiétude et, presque octogénaire, il exécute sans commanditaire en 1824, un tableau de plus de trois mètres de haut, "Mars désarmé par Vénus et la Grâce", oeuvre d'une grande grâce, d'une grande liberté et d'une fraîcheur d'âme qui annonce l'éclosion du romantisme et la redécouverte de l'Antiquité. Ce fut sa dernière grande oeuvre et David mourut l'année suivante, en 1825, renversé par une calèche.

Tout au long de sa carrière, en dehors de ses tableaux aux sujets grandioses obéissant aux règles classiques, il fit plusieurs portraits de grande qualité dont celui de Lavoisier ou celui de Mme Récamier qui resta inachevé, ainsi que quelques autoportraits.

Son oeuvre
Liste des oeuvres :
• François Buron (1769), Collection privée; portrait d'un de ses oncles
• Marie-Françoise Buron, (c.1769); portrait d'une de ses cousines
• Marie-Josephe Buron, (c.1769); portrait d'une de ses tantes
• Le combat de Mars et de Minerve, (1771) Musée du Louvre, Paris
• Michel-Jean de Sedaine, (c.1772), Collection privée
• Apollon et Diane attaquant Niobé et ses enfants, (1772), Collection privée
• La mort de Sénèque, (1773), Musée du Petit Palais, Paris
• Mademoiselle Guimard, (1773-4), Collection privée
• Érasistrate découvrant la cause de la maladie d'Antiochius dans son amour pour Stratonice, (1774), École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris
• Les funérailles de Patrocle, (1778), National Gallery of Ireland à Dublin
• Hector, (1778), Musée Fabre à Montpellier
• Patrocle, (1780), Musée Thomas Henry, Cherbourg
• Saint Roch intercédant auprès de la Vierge pour les malades de la peste, (1780) Musée des Beaux-Arts de Marseille, Marseille. Tableau originellement exécuté pour la chapelle du Lazaret de Marseille.
• Comte Stanislas Potocki, (1780), Muzeum Narodowe à Varsovie
• Bélisaire demandant l'aumône, (1781), Palais des Beaux-Arts de Lille
• Crucifixion, (1782), Église de Saint Vincent à Mâcon
• Jacques-François Desmaisons, (1782), Albright-Knox art Gallery, Buffalo, portrait d'un de ses oncles
• La douleur et les regrets d'Andromaque sur le corps d'Hector son mari, (1783), Musée du Louvre, Paris
• Docteur Alphonse Leroy, (1783), Musée Fabre, Montpellier
• Le Serment des Horaces, (1784), Musée du Louvre à Paris
• La Mort de Socrate, (1787), Metropolitan Museum of Art, New York
• Les amours de Paris et Hélène, (1788), Musée du Louvre à Paris
• Antoine Lavoisier et son épouse, (1788), Metropolitan Museum of Art, New York
• Les licteurs ramenant à Brutus les corps de ses fils, (1789), Musée du Louvre à Paris
• Comtesse de Sorcy, (1790), Neue Pinakothek, Munich
• Marquise d'Orvilliers, (1790), Musée du Louvre à Paris
• Le Serment du jeu de paume, (1791) resté inachevé, au château de Versailles (sur rendez-vous)
• Autoportrait (1791), Galerie des Offices, Florence
• Madame Adélaide Pastoret, (1791-2), The Art Institute, Chicago
• La Mort de Marat, (1793), Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles
• La Mort de Bara, (1794), Musée Calvet, Avignon
• Autoportrait, (1794), Musée du Louvre à Paris
• Vue des Jardin du Luxembourg, (1794), Musée du Louvre à Paris
• Émilie Sériziat et son fils, (1795), Musée du Louvre à Paris
• Jacobus Blauw, (1795), National Gallery, Londres
• Gaspar Mayer, (1795), Musée du Louvre à Paris
• Pierre Sériziat, (1795), Musée du Louvre à Paris
• Portrait inachevé du général Bonaparte, (1798), Musée du Louvre à Paris
• Les Sabines, (1799), Musée du Louvre à Paris
• Portrait de Madame Raymond de Verninac, (1799), Musée du Louvre à Paris
• Madame Récamier, (1800), Musée du Louvre, Paris
• Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard, (1800-1803), 5 versions Musée National de Malmaison, Musée national du Château de Versailles, Château de Charlottenbourg à Berlin, Musée du Belvédère à Vienne
• Cooper Penrose, (1802), Tinken Museum of Art à San Diego
• Suzanne Le Pelletier de Saint-Fargeau, (1804), J. Paul Getty Museum à Los Angeles
• Le Sacre de Napoléon, (1805), Musée du Louvre à Paris
• Pie VII, (1805), Musée du Louvre à Paris
• Sappho et Phaon, (1809), Musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg
• La Distribution des Aigles, (1810), Musée national du Château de Versailles, Versailles
• Napoléon dans son bureau, (1812), 2 versions National Gallery of Art, Washington, Musée National du Château de Versailles, Versailles
• Marguerite-Charlotte David, (1813), National Gallery of Art à Washington
• Appelles et Campaspe, c. (1813), non terminé, Musée des Beaux-Arts à Lille
• Léonidas aux Thermopyles, (1814), Musée du Louvre à Paris
• Portait du Général Étienne-Maurice Gérard, (1816), Metropolitan Museum of Art à New York
• Portrait de Jean-Pierre Delahaye, (1816), (62 x 49 cm), vendu aux enchères en juin 2006 par les héritiers Delahaye.
• Comtesse Vilain XIIII et sa fille, (1816), National Gallery à Londres
• La mort des fils de Brutus
• Emmanuel-Joseph Sieyès, (1817), Fogg Art Museum, Cambridge, Massachusetts
• Cupidon et Psyché, (1817), Cleveland Museum of Art, Cleveland
• Les adieux de Télémaque et d'Eucharis, (1818), J.Paul Getty Museum, Los Angeles
• La colère d'Achille au sacrifice d'Iphigénie, (1819), Kimbell Art Museum, Fort Worth
• Charlotte et Zénaïde Bonaparte, (1821), J. Paul Getty Museum, Los Angeles
• Réplique du sacre de Napoléon, (1822), Musée national du Château de Versailles, Versailles
• Mars désarmé par Vénus, (1824), Musées Royaux des Beaux-Arts, Bruxelles
• Juliette de Villeneuve, (1824), Musée du Louvre, Paris
• Portrait original de Claude-Marie Meunier, (73 x 59,5 cm), resté dans la famille du peintre.

Source Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Louis_David
Texte soumis à la licence GNU : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html

Elève de Joseph Marie Vien
Au service de Bonaparte (Napoléon Ier)
Professeur de Michel-Martin Drölling, Antoine-Jean Gros, François-Pascal-Simon Gérard, Jean Auguste Dominique Ingres, Marie-Guillemine Benoist, Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson, Germain-Jean Drouais, Pierre-Nolasque Bergeret, Henri-François Riesener, Abel Alexandre-Denis de Pujol et Louis Léopold Robert
En relation avec François-Honoré Jacob (Jacob-Desmalter) et Charles-Claude de Flahaut de la Billarderie d'Angiviller
Réalisation(s)   
Metropolitan Museum of Art
Artiste
Antoine Laurent Lavoisier et sa femme
Peinture
Jacques-Louis David
(1788)
La Mort de Socrate
Peinture
Jacques-Louis David
(1787)
Général Etienne-Maurice Gérard (1774-1852), Maréchal de France
Peinture
Jacques-Louis David
(1816)

Musée du Louvre
Artiste original
Vase "fuseau" de Madame mère
Récipient
Jacques-Louis David, Manufacture de Sèvres
(1810)
Artiste
Geneviève-Jacqueline Pécoul
Peinture
Jacques-Louis David
(1784)
Madame Marie-Louise-Josèphe Trudaine
Peinture
Jacques-Louis David
(vers 1790)
Monsieur et madame Monguez
Peinture
Jacques-Louis David
(1812)
Charles-Pierre Pécoul
Peinture
Jacques-Louis David
(1784)
Catherine-Marie-Jeanne Tallard
Peinture
Jacques-Louis David
(1795)
Filippo Mazzei
Peinture
Jacques-Louis David
(vers 1790)
Alexandre Lenoir (1761-1839)
Peinture
Jacques-Louis David
(1817)
Combat de Minerve contre Mars
Peinture
Jacques-Louis David
(1771)
Vue du jardin du Luxembourg
Peinture
Jacques-Louis David
(1794)

Musée Oskar Reinhart "Am Römerholz"
Artiste
Portrait la baronne Pauline Jeanin
Peinture
Jacques-Louis David
(1812)

Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
Artiste
Mars désarmé par Vénus
Peinture
Jacques-Louis David
(1824)

National Gallery
Artiste
Portrait de Jacobus Blauw (1756-1829)
Peinture
Jacques-Louis David
(1795)

Nouvelle Pinacothèque de Munich
Artiste
Anne-Marie-Louise Thélusson, Comtesse de Sorcy (1770-1845)
Peinture
Jacques-Louis David
(1790)

Palais californien de la Légion d'Honneur
Artiste
Laure-Emilie-Félicité David, baronne Meunier
Peinture
Jacques-Louis David
La diseuse de bonne-aventure
Peinture
Jacques-Louis David
Elément(s) en relation   
Metropolitan Museum of Art
En relation avec
Jeune femme dessinant
Peinture
Marie Victoire Lemoine

Musée Carnavalet
Attribué à
Le serment du Jeu de Paume, le 20 juin 1789
Peinture
Jacques-Louis David
(vers 1789)
En relation avec
La fête de l'Etre Suprême au Champ de Mars, le 20 Prairial de l'an II (8 juin 1794)
Peinture
Pierre-Antoine Demachy
(vers 1794)
La fête de l'Unité et de l'indivisibilité de la République, le 10 août 1793
Peinture
Pierre-Antoine Demachy
(vers 1793)

Musée du Louvre
Atelier de
Marat assassiné
Peinture
Jacques-Louis David
(1793)
Modèle
Jacques Louis David (1748-1825), peintre
Sculpture
François Rude
(1831)
Jacques Louis David (1748-1825), peintre
Sculpture
François Rude
(de 1835 à 1838)
En relation avec
Intérieur de l'atelier de David
Peinture
Louis-Mathieu Cochereau
(1813)
Lieu(x) en relation    

Jacques-Louis David

Joseph Marie Vien
Bonaparte (Napoléon Ier)
Michel-Martin Drölling
Antoine-Jean Gros
François-Pascal-Simon Gérard
Jean Auguste Dominique Ingres
Marie-Guillemine Benoist
Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson
Germain-Jean Drouais
Pierre-Nolasque Bergeret
Henri-François Riesener
Abel Alexandre-Denis de Pujol
Louis Léopold Robert
François-Honoré Jacob (Jacob-Desmalter)
Charles-Claude de Flahaut de la Billarderie d'Angiviller