English
Insecula > Les Furies (Les Erinyes)
Guide de visite : Les Furies (Les Erinyes)
Les Furies (Les Erinyes)
Les Harpyes - Les Furies - Les Erinyes
Fille de Gaïa et Ouranos
Soeur de Japet, Coeos, Phoebé, Les Titanides, Les Titans, Les Cyclopes, Les Hécatonchires, Cronos, Rhéa, Les Géants, Océan, Les Méliades, Océan, Crios, Téthys, Théia, Thémis et Mnémosyné


Les Erinyes, divinités chtoniennes nées des gouttes de sang tombées sur Gaia, la Terre, lorsque Cronos mutila Ouranos, sont les esprits femelles de la justice et de la vengeance. Elles seront baptisées Furies par les Romains. Virgile, s'inspirant d'une source alexandrine, en dénombre trois qu'il appelle Alecto (l'implacable), Mégère (malveillante) et Tisiphoné (la vengeresse du meurtre).

Cliquer pour agrandir

Biographie   
Iliade rapporte qu'elles ôteront la parole au cheval Xanthos et le philosophe Héraclite prétendra qu'elles étaient capables d'empêcher le soleil de renverser sa course. Leur fonction principale consistera à persécuter les humains coupables de ne pas respecter les lois de la nature et de la parenté. Les divinités frapperont leurs victimes de folie (d'où leur nom latin, dérivé de furoi). Les Grecs, très craintifs, éviteront de mentionner leur nom et les Athéniens préféreront utiliser des euphémismes pour conjurer leur mauvais sort. L'Arcadie possédera deux sanctuaires consacrés aux Ernyes. Vêtues de noirs, elles porteront le nom de Maniai (celles qui rendent fou) dans l'un d'entre eux. Elles prendront à partie Oreste pour la première fois, après le meurtre de sa mère, Clytemnestre, et de son amant, Egisthe, pour venger le meurtre de son père, Agamemnon. Pausanias rapporte que le culte du second sanctuaire, consacré aux Chantes (déesses de la rémission) vêtues de blanc, purifiera Oreste après sa guérison. Il sera associé à celui des Grâces. Oreste offrira un sacrifice expiatoire aux Maniai et un sacrifice de remerciement aux Chantes.

Les hommes, incapables de punir les crimes les plus graves, demanderont aux Erinyes vivant dans le Tartare, l'Enfer grec, de poursuivre les meurtriers. Une tradition rapporte qu'elles auraient été engendrées par Hadès, le dieu du Tartare, uni à Perséphone, avec qui elles auront en commun la double nature, bénéfique et maléfique. Némésis, dont la fonction recouvre celle des Erinyes, veillera également à la sévérité des châtiments. Eschyle rapporte dans les "Euménides", la troisième pièce de la trilogie de "L'Orestie", que les Erinyes poursuivront Oreste. Apollon, qui avait encouragé l'homicide, protégera Oreste de la vengeance des Erinyes, en l'accueillant dans son sanctuaire de Delphes. Ces dernières renonceront à le poursuivre, après l'acquittement prononcé par l'Aréopage. Oreste devra ramener, de Tauride, une statue sacrée d'Artémis. Les Erinyes seront alors représentées, par les Athéniens, sous la forme des Euménides (les bienveillantes) ou des "Semnai Theai" (les vénérables déesses). Alcméon, le fils d'Amphiaraos et d'Eriphyle, prendra le commandement des "Epigones". Il s'emparera de Thèbes, installera Thersandros sur le trône, puis tuera sa mère, Eriphyle, encouragé par Apollon. Les Erinyes le frapperont de folie jusqu'à ce qu'il s'exile sur une terre qui n'avait pas vu la lumière depuis le jour du meurtre de sa mère. Il trouvera refuge sur des terres formées par des dépôts d'alluvions, à l'embouchure du fleuve Achéloos.

En relation avec Les Harpyes, Les Euménides et Podargé
Elément(s) en relation   
Musée du Duomo de Florence
Modèle
La Confession ou la Pénitence
Sculpture
Maso di Banco
(de 1337 à 1341)

Musée du Louvre
Modèle
Allégorie des Vices
Peinture
Antonio Allegri (Le Corrège)
(approx. de 1529 à 1530)
Les Furies
Les Erinyes
Les Harpyes
Les Euménides
Podargé