English
Insecula > Frederick Law Olmsted
Guide de visite : Frederick Law Olmsted
Frederick Law Olmsted
Naissance : Harford - 1822 / Décès : Waverley, 1903
Frederick Law Olmsted naîtra le 26 avril 1822 à Harford (Connecticut) au sein d'une famille de souche puritaine provenant d'Essex, en Angleterre. Il est un descendant de huitième génération de James Olmsted, arrivé aux États-Unis le 16 septembre 1632 avec les premiers arrivants connus sous le nom de "Pilgrims" (pèlerins).

Biographie   
Son père John, homme d'affaires avisé, deviendra veuf de sa femme Charlotte Hull lorsque Frederick n'a que trois ans. Il épousera Mary Ann Bull en seconde noce qui lui donnera deux fils et quatre filles. Frederick Law épousera 13 juin 1859, dans la maison Bogardus de Central Park, sa belle-soeur, Mary Cleveland Bryant, veuve de son frère John Hull décédé le 28 novembre 1857. Il adoptera ses neveux Owen Frederick, John Charles et Charlotte et aura trois enfants, Henry Perkins (qu'il renommera Frederick Charles fils quatre ans plus tard), John Theodore et Marion.

Son biographe raconte ainsi son parcours professionnel : "Il est tour à tour apprenti marchand, mousse sur un navire à destination de Canton, en Chine, étudiant, propriétaire de deux fermes que lui offre son père et où il se passionne pour l'agriculture scientifique, touriste en Europe pendant six mois et charmé par les paysages anglais (Birkenhead Park, près de Liverpool, l'influencera beaucoup), écrivain, journaliste au New York Times de 1852 à 1855 (où il décrit sous le nom de plume de Yeoman les conditions misérables des esclaves noirs au terme d'un séjour d'un an dans les États du Sud), fondateur d'une maison d'édition qui fait faillite, directeur de la U.S. Sanitary Commission (une sorte de Croix-Rouge avant le nom) qui soigne les blessés des deux camps de la guerre de Sécession (1861-1865), surintendant pendant deux ans de la mine de Mariposa (qui lui permettra de découvrir la misère des mineurs et la nature luxuriante du parc Yosemite et de ses séquoias géants), poste qui l'amènera à articuler pour la première fois en Amérique la raison d'être de la préservation des beautés naturelles sous forme de parcs nationaux. Il sera d'ailleurs président de la Commission du parc Yosemite de 1864 à 1890, puis pressenti comme candidat républicain à la vice-présidence lors des élections américaines de 1872 !"

Victime de deux accidents oculaires, Olmsted assistera à l'exode rural et décidera de créer des parcs au centre des villes.

Son biographe poursuit : "La création de grands parcs contribuera à l'amélioration de leur vie et de leur santé, en leur permettant de retrouver une partie de leur campagne d'antan, et de profiter de leurs rares moments libres dans un environnement sylvestre, riches comme pauvres" ... "Après une période d'errance et de recherche d'une carrière qui le satisferait, il devient au mi-temps de sa vie la figure de proue du mouvement des grands parcs urbains et de l'action pour la création et la sauvegarde des paysages naturels à la campagne comme en milieu urbain".

Olmsted s'associera avec le jeune architecte britannique Calvert Vaux jusqu'en 1864. Il reprendra son indépendance entre 1864 et 1884, avant d'appeler ses fils Frederick Law et John Charles à ses cotés.

Il composera ses parcs en trois parties. La partie "pastorale" rappellera les grandes plaines gazonnées d'Angleterre, la partie "pittoresque" rehaussera la personnalité de l'emplacement à aménager et la partie "formelle" sera représentée par une fontaine, un plan d'eau ou un belvédère susceptible de devenir un lieu de rassemblement. Il marquera de façon très nette les zones selon leurs usages et construira de petits ouvrages pour éviter les conflits. Un pont ou un tunnel permettra de séparer un chemin de calèche et un sentier pédestre.

Central Park lui servira de tremplin. Il remportera, avec Calvert Vaux (pragmatique et fort en dessin), le concours d'aménagement du parc. Il deviendra architecte du projet et se retrouvera à la tête de 4000 hommes.

Olmsted se verra confier, seul, la réalisation du parc du Mont-Royal en novembre 1874. Parmi ses quelques 500 autres oeuvres disséminées dans 13 États américain et au Canada, citons la conception et l'aménagement de parcs, comme Prospect Park à Brooklyn, South Park à Chicago, Niagara Falls (du côté américain), le jardin zoologique de Washington, le Capitole à Washington (son plan est jugé trop audacieux, mais ses fils réaliseront une version plus modeste au début du XXème siècle), et le Emerald Necklace de Boston.

Olmsted travaillera également pour le compte de communautés résidentielles (Riverside, une banlieue huppée de Chicago), de résidences particulières (le domaine Biltmore des Vanderbilt à Asheville, en Caroline du Nord), d'institutions universitaires (Université Stanford, Université Cornell, Université Yale, Trinity College), de cimetières et de la World Columbian Exposition de Chicago en 1893.

Frederick Law Olmsted prendra sa retraite en 1895. Il décédera le 28 août 1903 dans un établissement du nom de McLean Azylum, à Waverley (Massachusetts) dont il avait dessiné les aménagements paysagers entre 1872 et 1875.

Ayant sous ses ordres Ignatz Pilat
Réalisation(s)   
Central Park
Artiste original
Château du Belvédère
Architecture
Frederick Law Olmsted
Artiste
Le Mall et le Chemin littéraire
Aménagement paysager
Frederick Law Olmsted
Sheep Meadow
Aménagement paysager
Frederick Law Olmsted
(de 1857 à 1873)
Le pont numéro 28
Architecture
Frederick Law Olmsted
(approx. de 1862 à 1873)
La Terrasse de Bethsaïda
Architecture extérieure
Frederick Law Olmsted
Réservoir Jacqueline Kennedy Onassis
Architecture extérieure
Frederick Law Olmsted
(1862)
Le Lac
Architecture extérieure
Frederick Law Olmsted
(de 1857 à 1858)
Lieu(x) en relation    

Frederick Law Olmsted

Ignatz Pilat