S'enregistrer
Devenir membre

Envoyer la page
Accéder aux forums
 
English
Insecula > Otto Dix
Guide de visite : Otto Dix
Otto Dix
Naissance : Untermhaus - 1891 / Décès : Singen, 1969
Otto Dix est un peintre allemand de La Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkei) et de l'Expressionnisme.

Biographie   
Jeunesse
Otto Dix est né à Untermhaus (près de Gera en Thuringe). Il est issu d'un milieu ouvrier (son père Franz travaillait dans une mine de fer), mais reçoit une éducation artistique par sa mère qui s'intéressait à la musique et à la peinture.

Après avoir suivi le professeur de dessin Ernst Schunke pendant sa jeunesse, Dix prend des cours à Gera auprès du peintre-décorateur Carl Senff de 1905 à 1909, qui doute de l'avenir de son élève en tant que peintre. Une bourse d'étude fournie par le Prince de Reuss permet à Dix d'entrer à l'École des arts appliqué de Dresde, de 1909 à 1914. Johann Nikolaus Türk et Richard Guhr seront ses professeurs parmi d'autres. Dix s'essayera au cubisme, au futurisme et plus tard au dadaïsme.

Première Guerre Mondiale et République de Weimar
Dix s'engage volontairement en tant que soldat lors de la Première Guerre mondiale, et combattra en France et en Russie. L'horreur de la guerre le marque énormément et devient alors la base de ses oeuvres. A son retour à Dresde, il fonde le Groupe 1919 avec Conrad Felixmüller (1897-1977) et réalise des collages dada. En 1922, Dix s'installe à Düsseldorf où il intègre l'association artistique Das Junge Rheinland. Il se marie avec Martha Koch en 1923. Entre 1925 et 1927, Dix habite et travaille à Berlin où sa peinture critique atteint son apogée. Il devient un artiste du mouvement de la Nouvelle Objectivité, dont il est un des pères fondateurs. En 1927, il est nommé professeur à la Kunstakademie de Dresde.

Sous le régime nazi
Après la prise du pouvoir par les nazis en 1933, Otto Dix est l'un des premiers professeurs d'art à être renvoyé. La même année, il commence une "émigration intérieure" dans le sud-ouest de l'Allemagne (en 1933 à Randegg puis en 1936 à Hemmenhofen), où il peint des paysages. En 1937, ses oeuvres sont dites "dégénérés" par les nazis. 260 d'entres elles sont retirés des musées et une partie est brulée, d'autres sont exposés lors de l'exposition nazi "art dégénéré" (Entartete Kunst).

En 1938, Dix est arrêté et enfermé pendant deux semaines par la Gestapo. Durant ces temps difficiles, il peint une représentation de St Christophe à la demande de la brasserie de Köstritz, dans le style des grands maîtres.

De l'après-guerre jusqu'à sa mort
A la fin de la guerre et jusqu'à sa mort, Dix s'éloigne des nouveaux courants artistiques allemands. Il ne s'identifie ni dans le réalisme social en RDA ni dans l'art d'après-guerre en RFA. Il reçoit pourtant de hautes distinctions et des titres honorifiques dans les deux états :
• 1959 - Bundesverdienstkreuz,
• 1966 - Alfred-Lichtwark-Preis à Hambourg et Martin-Andersen-Nexö-Preis à Dresde,
• 1968 - Rembrandt-Preis à Salzburg.

Otto Dix meurt le 25 juillet 1969 après un infarctus à Singen. Sa tombe se trouve à Hemmenhofen.

Son oeuvre
• 1914 - Selbstbildnis als Soldat Kunstmuseum Stuttgart
• 1914 - Selbstbildnis mit Artillerie-Helm au dos de Selbstbildnis als Soldat Kunstmuseum Stuttgart
• 1915 - Selbstbildnis als Mars
• 1920 - Streichholzhändler I Staatsgalerie Stuttgart
• 1921 - Bildnis der Eltern Kunstmuseum Basel
• 1922 - An die Schönheit Heydt-Museum, Wuppertal
• 1923 - Bildnis Karl Krall Heydt-Museum, Wuppertal
• 1923 - Bildnis Frau Martha Dix I Kunstmuseum Stuttgart
• 1924 - Der Krieg
• 1924 - Die Eltern des Künstlers II Sprengel-Museum, Hannover
• 1925 - Bildnis der Tänzerin Anita Berber Kunstmuseum Stuttgart
• 1926 - Schützengraben disparu
• 1926 - Porträt der Journalistin Sylvia von Harden Musée National d'Art Moderne, Paris
• 1926 - Der Kunsthändler Alfred Flechtheim Neue Nationalgalerie, Berlin
• 1926 - Der Streichholzhändler II Kunsthalle Mannheim
• 1928 - Triptyque Großstadt Kunstmuseum Stuttgart
• 1932 - Triptyque Der Krieg Galerie Neue Meister, Dresden
• 1933 - Die sieben Todsünden Staatliche Kunsthalle Karlsruhe
• 1933 - Die Tänzerin Tamara Danischewski Kunstmuseum Stuttgart
• 1934 - Der Triumph des Todes Kunstmuseum Stuttgart
• 1935 - Waldrand mit Buche Galerie Michael Haas Berlin
• 1936 - Flandern Neue Nationalgalerie, Berlin
• 1939 - Der heilige Christophorus Otto-Dix-Haus Gera
• 1947 - Selbst als Kriegsgefangener Kunstmuseum Stuttgart
• 1962 - Grosse Kreuzaufrichtung Stadtkirche Sankt Johannes (Bad Saulgau)

Source Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Otto_Dix
Texte soumis à la licence GNU : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html

Réalisation(s)   
Lieu(x) en relation