English
Insecula > Forums > Forum sur l'art > la peinture française du XVIIème siècle
Forum sur l'artCréer un compte | S'enregistrer
Forums : Art | Architecture | Voyages | Expositions | Libre | A propos

la peinture française du XVIIème siècle
Auteur : Ligeia - Date de création : 18 septembre 2004 à 16:29


Revenir à la liste des sujets Aller en bas de page

Nouveau message
Page suivante | 1 | 2 | 3 | 4 | 5
Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 18 Sept 2004 à 16:29 
Bonjour,
Je suis étudiante en Lettres Modernes et je dois réaliser un dossier sur "La peinture française au 17ème siècle". Pour une première approche j'aimerais connaître les grandes lignes des événements et des particularités artistiques de ce siècle. Si vous pouvez m'aider, merci d'avance.

Répondre au message

Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 18 Sept 2004 à 16:29 
Bonjour,
Je suis étudiante en Lettres Modernes et je dois réaliser un dossier sur "La peinture française au 17ème siècle". Pour une première approche j'aimerais connaître les grandes lignes des événements et des particularités artistiques de ce siècle. Si vous pouvez m'aider, merci d'avance.

Répondre au message

Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 18 Sept 2004 à 16:29 
Bonjour,
Je suis étudiante en Lettres Modernes et je dois réaliser un dossier sur "La peinture française au 17ème siècle". Pour une première approche j'aimerais connaître les grandes lignes des événements et des particularités artistiques de ce siècle. Si vous pouvez m'aider, merci d'avance.

Répondre au message

emmanuel


Statut : Internaute
Membre depuis 2522 jours


Posté le 2 Oct 2004 à 15:15 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Au cours du 17ème siècle, la science se détache peu à peu de la philosophie et de la théologie. Les interrogations liées à la connaissance se transforment. En France, les esprits deviennent plus cartésiens, le rationalisme fait son apparation. Les artistes répondent aux exigences de cette époque par d'avantages clarté.

Tous les discours entamés par la société civile et le monde religieux tentent d'éclaircir les rapports entre la grâce, et le libre-arbitre, entre la volonté et la prédestination. On assiste à l'opposition entre les jansénistes et les jésuites.
En littérature, l'oeuvre de Pascal et le théâtre de Racine présentent parfaitement cette opposition entre la raison et la passion.

En peinture, le goût des artistes qui ont vécu sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, s'est porté sur la raison, l'ordre et la quête d'idéal au détriment du réalisme et du naturalisme. C'est dans ce contexte qu'est fondée l'Académie royale de peinture à Paris en 1648. Cette création a pour objectif d'asseoir encore davantage l'absolutisme de la cour et de la monarchie. C'est encore l'Académie qui détermine l'orientation stylistique et qui insuffle l'élan nécessaire aux activités artistiques et culturelles.

Charles Le Brun reste une des personnalités les plus influentes dans le paysage artistique français de cette époque. Avec la galerie des glaces du château de Versailles et son ouverture sur les jardines de Le Nôtre, Le Brun parvient au sommet d'un art qui allie décoration, théâtralité et architecture pour accroître le pouvoir royal.

Comme portraitiste, Philippe de Champaigne réussit la fusion de l'élégance et de l'expression psychologique, particulièrement visible dans ex-voto, réalisé en 1662, actuellement au Louvre.

Hyacinthe Rigaud, est principalement reconnu comme portraitiste du roi Louis XIV. Dans ces portraits, l'artiste mêle de manière subtile la description analytique d'un Van Dick avec un goût prononcé pour la théâtralité et le baroque.

Il faut insister également sur les fait que les artistes français du XVIIème siècle s'intéressent à toutes les découvertes techniques et scientifiques de leur temps. Leur curiosité les pousse à faire le voyage en Italie.
Les débats théoriques et artistiques s'articulent autour de la notion d'un Univers dépourvu de centre. A partir de ce constat, les artistes tentent d'apporter des solutions picturales, que l'orthodoxie religieuse ne parvient plus à contredire.
Les peintres s'intéressent également au problème de la tradition classique issue des textes antiques.

Sans pour autant rejeter tous les apports de l'Antiquité, un peintre comme Nicolas Poussin instaure un rapport nouveau avec l'art des Anciens. Sous l’impulsion d’un de ses principaux commanditaires (Cassiano del Pozzo, secrétaire du Cardinal Francesco Barberini), Poussin modifie son style et le choix de ses sujets. Il réalise désormais une peinture intellectuelle, concentrée sévère. Pour lui la peinture doit servir de support de support à la méditation philosophique ou spirituelle, plutôt que de servir au seul plaisir du regard. La question du sort, des hasards de la destinée, celle de victoire de la volonté sur les passions, comptent parmi ses sujets de prédilection. Bien que les éléments de sa peinture relèvent du classicisme, il élabore des formes inédites issues de modules mathématiques et géométriques. Tous ses tableaux sont construits de manière à ce que chaque élément soit intégré convenablement au schéma du tableau et soit compréhensible et visible tout de suite par le spectateur.

Les paysages de Claude Gellée (dit Le Lorrain) expriment une vision de la réalité teintée d’idéalisme. Peu à peu ses paysages deviennent monumentaux et se rapprochent du paysage héroïque, idéalisé proche des œuvres réalisées au début du siècle par les Italiens Annibal Carrache, Le Dominiquin, et l’Albane. Dans la plupart des peintures de Claude Gellée, les arrières plans lointains et les premiers plans se confondent et s’unissent grâce à une continuité spatiale obtenue par un jeu de lumières et de couleurs. Ses paysages serviront plus tard de base de travail à un artiste du XIXème siècle comme William Turner.

Evidemment la liste des peintres du XVIIème siècle ne s’arrête pas à ces quelques noms, si tu souhaites avoir encore plus d’informations, n’hésite pas à le faire savoir.

Emmanuel


Répondre au message

emmanuel


Statut : Internaute
Membre depuis 2522 jours


Posté le 2 Oct 2004 à 15:15 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Au cours du 17ème siècle, la science se détache peu à peu de la philosophie et de la théologie. Les interrogations liées à la connaissance se transforment. En France, les esprits deviennent plus cartésiens, le rationalisme fait son apparation. Les artistes répondent aux exigences de cette époque par d'avantages clarté.

Tous les discours entamés par la société civile et le monde religieux tentent d'éclaircir les rapports entre la grâce, et le libre-arbitre, entre la volonté et la prédestination. On assiste à l'opposition entre les jansénistes et les jésuites.
En littérature, l'oeuvre de Pascal et le théâtre de Racine présentent parfaitement cette opposition entre la raison et la passion.

En peinture, le goût des artistes qui ont vécu sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, s'est porté sur la raison, l'ordre et la quête d'idéal au détriment du réalisme et du naturalisme. C'est dans ce contexte qu'est fondée l'Académie royale de peinture à Paris en 1648. Cette création a pour objectif d'asseoir encore davantage l'absolutisme de la cour et de la monarchie. C'est encore l'Académie qui détermine l'orientation stylistique et qui insuffle l'élan nécessaire aux activités artistiques et culturelles.

Charles Le Brun reste une des personnalités les plus influentes dans le paysage artistique français de cette époque. Avec la galerie des glaces du château de Versailles et son ouverture sur les jardines de Le Nôtre, Le Brun parvient au sommet d'un art qui allie décoration, théâtralité et architecture pour accroître le pouvoir royal.

Comme portraitiste, Philippe de Champaigne réussit la fusion de l'élégance et de l'expression psychologique, particulièrement visible dans ex-voto, réalisé en 1662, actuellement au Louvre.

Hyacinthe Rigaud, est principalement reconnu comme portraitiste du roi Louis XIV. Dans ces portraits, l'artiste mêle de manière subtile la description analytique d'un Van Dick avec un goût prononcé pour la théâtralité et le baroque.

Il faut insister également sur les fait que les artistes français du XVIIème siècle s'intéressent à toutes les découvertes techniques et scientifiques de leur temps. Leur curiosité les pousse à faire le voyage en Italie.
Les débats théoriques et artistiques s'articulent autour de la notion d'un Univers dépourvu de centre. A partir de ce constat, les artistes tentent d'apporter des solutions picturales, que l'orthodoxie religieuse ne parvient plus à contredire.
Les peintres s'intéressent également au problème de la tradition classique issue des textes antiques.

Sans pour autant rejeter tous les apports de l'Antiquité, un peintre comme Nicolas Poussin instaure un rapport nouveau avec l'art des Anciens. Sous l’impulsion d’un de ses principaux commanditaires (Cassiano del Pozzo, secrétaire du Cardinal Francesco Barberini), Poussin modifie son style et le choix de ses sujets. Il réalise désormais une peinture intellectuelle, concentrée sévère. Pour lui la peinture doit servir de support de support à la méditation philosophique ou spirituelle, plutôt que de servir au seul plaisir du regard. La question du sort, des hasards de la destinée, celle de victoire de la volonté sur les passions, comptent parmi ses sujets de prédilection. Bien que les éléments de sa peinture relèvent du classicisme, il élabore des formes inédites issues de modules mathématiques et géométriques. Tous ses tableaux sont construits de manière à ce que chaque élément soit intégré convenablement au schéma du tableau et soit compréhensible et visible tout de suite par le spectateur.

Les paysages de Claude Gellée (dit Le Lorrain) expriment une vision de la réalité teintée d’idéalisme. Peu à peu ses paysages deviennent monumentaux et se rapprochent du paysage héroïque, idéalisé proche des œuvres réalisées au début du siècle par les Italiens Annibal Carrache, Le Dominiquin, et l’Albane. Dans la plupart des peintures de Claude Gellée, les arrières plans lointains et les premiers plans se confondent et s’unissent grâce à une continuité spatiale obtenue par un jeu de lumières et de couleurs. Ses paysages serviront plus tard de base de travail à un artiste du XIXème siècle comme William Turner.

Evidemment la liste des peintres du XVIIème siècle ne s’arrête pas à ces quelques noms, si tu souhaites avoir encore plus d’informations, n’hésite pas à le faire savoir.

Emmanuel


Répondre au message

emmanuel


Statut : Internaute
Membre depuis 2522 jours


Posté le 2 Oct 2004 à 15:15 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Au cours du 17ème siècle, la science se détache peu à peu de la philosophie et de la théologie. Les interrogations liées à la connaissance se transforment. En France, les esprits deviennent plus cartésiens, le rationalisme fait son apparation. Les artistes répondent aux exigences de cette époque par d'avantages clarté.

Tous les discours entamés par la société civile et le monde religieux tentent d'éclaircir les rapports entre la grâce, et le libre-arbitre, entre la volonté et la prédestination. On assiste à l'opposition entre les jansénistes et les jésuites.
En littérature, l'oeuvre de Pascal et le théâtre de Racine présentent parfaitement cette opposition entre la raison et la passion.

En peinture, le goût des artistes qui ont vécu sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, s'est porté sur la raison, l'ordre et la quête d'idéal au détriment du réalisme et du naturalisme. C'est dans ce contexte qu'est fondée l'Académie royale de peinture à Paris en 1648. Cette création a pour objectif d'asseoir encore davantage l'absolutisme de la cour et de la monarchie. C'est encore l'Académie qui détermine l'orientation stylistique et qui insuffle l'élan nécessaire aux activités artistiques et culturelles.

Charles Le Brun reste une des personnalités les plus influentes dans le paysage artistique français de cette époque. Avec la galerie des glaces du château de Versailles et son ouverture sur les jardines de Le Nôtre, Le Brun parvient au sommet d'un art qui allie décoration, théâtralité et architecture pour accroître le pouvoir royal.

Comme portraitiste, Philippe de Champaigne réussit la fusion de l'élégance et de l'expression psychologique, particulièrement visible dans ex-voto, réalisé en 1662, actuellement au Louvre.

Hyacinthe Rigaud, est principalement reconnu comme portraitiste du roi Louis XIV. Dans ces portraits, l'artiste mêle de manière subtile la description analytique d'un Van Dick avec un goût prononcé pour la théâtralité et le baroque.

Il faut insister également sur les fait que les artistes français du XVIIème siècle s'intéressent à toutes les découvertes techniques et scientifiques de leur temps. Leur curiosité les pousse à faire le voyage en Italie.
Les débats théoriques et artistiques s'articulent autour de la notion d'un Univers dépourvu de centre. A partir de ce constat, les artistes tentent d'apporter des solutions picturales, que l'orthodoxie religieuse ne parvient plus à contredire.
Les peintres s'intéressent également au problème de la tradition classique issue des textes antiques.

Sans pour autant rejeter tous les apports de l'Antiquité, un peintre comme Nicolas Poussin instaure un rapport nouveau avec l'art des Anciens. Sous l’impulsion d’un de ses principaux commanditaires (Cassiano del Pozzo, secrétaire du Cardinal Francesco Barberini), Poussin modifie son style et le choix de ses sujets. Il réalise désormais une peinture intellectuelle, concentrée sévère. Pour lui la peinture doit servir de support de support à la méditation philosophique ou spirituelle, plutôt que de servir au seul plaisir du regard. La question du sort, des hasards de la destinée, celle de victoire de la volonté sur les passions, comptent parmi ses sujets de prédilection. Bien que les éléments de sa peinture relèvent du classicisme, il élabore des formes inédites issues de modules mathématiques et géométriques. Tous ses tableaux sont construits de manière à ce que chaque élément soit intégré convenablement au schéma du tableau et soit compréhensible et visible tout de suite par le spectateur.

Les paysages de Claude Gellée (dit Le Lorrain) expriment une vision de la réalité teintée d’idéalisme. Peu à peu ses paysages deviennent monumentaux et se rapprochent du paysage héroïque, idéalisé proche des œuvres réalisées au début du siècle par les Italiens Annibal Carrache, Le Dominiquin, et l’Albane. Dans la plupart des peintures de Claude Gellée, les arrières plans lointains et les premiers plans se confondent et s’unissent grâce à une continuité spatiale obtenue par un jeu de lumières et de couleurs. Ses paysages serviront plus tard de base de travail à un artiste du XIXème siècle comme William Turner.

Evidemment la liste des peintres du XVIIème siècle ne s’arrête pas à ces quelques noms, si tu souhaites avoir encore plus d’informations, n’hésite pas à le faire savoir.

Emmanuel


Répondre au message

Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 8 Oct 2004 à 18:30 
En réponse à emmanuel (msg du 2 Oct 2004 à 15:15 : Voir le message)

Merci beaucoup pour ta réponse et ton aide. Je n'ai pas l'occasion d'avoir un ordinateur à disposition quand je le souhaite, j'ai donc beaucoup avancé mon dossier depuis que j'ai posté ce message. j'avoues que ma problématique déveloPpe certaines choses que tu as mises en avant, mais il y en a d'autreS que je n'ai pas du tout abordé. Mais le sujet est vaste et il me fallait un axe restrictif.
MERCI ENCORE.

Répondre au message

Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 8 Oct 2004 à 18:30 
En réponse à emmanuel (msg du 2 Oct 2004 à 15:15 : Voir le message)

Merci beaucoup pour ta réponse et ton aide. Je n'ai pas l'occasion d'avoir un ordinateur à disposition quand je le souhaite, j'ai donc beaucoup avancé mon dossier depuis que j'ai posté ce message. j'avoues que ma problématique déveloPpe certaines choses que tu as mises en avant, mais il y en a d'autreS que je n'ai pas du tout abordé. Mais le sujet est vaste et il me fallait un axe restrictif.
MERCI ENCORE.

Répondre au message

Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 8 Oct 2004 à 18:30 
En réponse à emmanuel (msg du 2 Oct 2004 à 15:15 : Voir le message)

Merci beaucoup pour ta réponse et ton aide. Je n'ai pas l'occasion d'avoir un ordinateur à disposition quand je le souhaite, j'ai donc beaucoup avancé mon dossier depuis que j'ai posté ce message. j'avoues que ma problématique déveloPpe certaines choses que tu as mises en avant, mais il y en a d'autreS que je n'ai pas du tout abordé. Mais le sujet est vaste et il me fallait un axe restrictif.
MERCI ENCORE.

Répondre au message

logicielle


Statut : Internaute
Membre depuis 2518 jours


Modifié le 9 Oct 2004 à 20:02 
En réponse à emmanuel (msg du 2 Oct 2004 à 15:15 : Voir le message)

Je crois qu'on ne peut pas faire mieux comme réponse :)

Je voudrais juste rajouter quelques petites infos qui peuvent être utiles.

Au XVIII ème émerge une grande bourgeoisie (celle de la finance)composée d'esthètes. Cela permet une ouverture du marché de l'art (beaucoup plus de commandes qu'auparavant). Il y a une nouvelle notion de PUBLIC (alors qu'avant il n'y avait que des commanditaires) et par conséquent de critiques artistiques. Par conséquent développement presse, salon, galeries etc... La confrontation avec le public est plus grande. Les commandes vont changé. On perd l'usage de la "grande galerie" au profit d'appartement plus cosy ; et cela gagne l'ensemble des appartements bourgeois (apparition des petits formats).
C'est également l'apparition de marchands merciers (tableaux, gravures, coquillages etc).

Les artistes peuvent désormais exposer au Salon du Carré du Louvre. Apparition des premiers "Livrets de Salons" (catalogue d'exposition). Cela donne un "climat parisien" de grande émulation.

Nouveau goût pour les tons clairs, les arabesques, les chinoiseries etc.

Je finirais en citant Chardin «On se sert des couleurs, mais on peint avec des sentiments»...

C'était juste ma p'tite contribution ;-)


"- Jeune homme, dite-moi, un scénario de nos jours, ça fait combien de pages ?
- Ca dépend...Donald ou Jeanne d'Arc ?"


Répondre au message

logicielle


Statut : Internaute
Membre depuis 2518 jours


Modifié le 9 Oct 2004 à 20:02 
En réponse à emmanuel (msg du 2 Oct 2004 à 15:15 : Voir le message)

Je crois qu'on ne peut pas faire mieux comme réponse :)

Je voudrais juste rajouter quelques petites infos qui peuvent être utiles.

Au XVIII ème émerge une grande bourgeoisie (celle de la finance)composée d'esthètes. Cela permet une ouverture du marché de l'art (beaucoup plus de commandes qu'auparavant). Il y a une nouvelle notion de PUBLIC (alors qu'avant il n'y avait que des commanditaires) et par conséquent de critiques artistiques. Par conséquent développement presse, salon, galeries etc... La confrontation avec le public est plus grande. Les commandes vont changé. On perd l'usage de la "grande galerie" au profit d'appartement plus cosy ; et cela gagne l'ensemble des appartements bourgeois (apparition des petits formats).
C'est également l'apparition de marchands merciers (tableaux, gravures, coquillages etc).

Les artistes peuvent désormais exposer au Salon du Carré du Louvre. Apparition des premiers "Livrets de Salons" (catalogue d'exposition). Cela donne un "climat parisien" de grande émulation.

Nouveau goût pour les tons clairs, les arabesques, les chinoiseries etc.

Je finirais en citant Chardin «On se sert des couleurs, mais on peint avec des sentiments»...

C'était juste ma p'tite contribution ;-)


"- Jeune homme, dite-moi, un scénario de nos jours, ça fait combien de pages ?
- Ca dépend...Donald ou Jeanne d'Arc ?"


Répondre au message

logicielle


Statut : Internaute
Membre depuis 2518 jours


Modifié le 9 Oct 2004 à 20:02 
En réponse à emmanuel (msg du 2 Oct 2004 à 15:15 : Voir le message)

Je crois qu'on ne peut pas faire mieux comme réponse :)

Je voudrais juste rajouter quelques petites infos qui peuvent être utiles.

Au XVIII ème émerge une grande bourgeoisie (celle de la finance)composée d'esthètes. Cela permet une ouverture du marché de l'art (beaucoup plus de commandes qu'auparavant). Il y a une nouvelle notion de PUBLIC (alors qu'avant il n'y avait que des commanditaires) et par conséquent de critiques artistiques. Par conséquent développement presse, salon, galeries etc... La confrontation avec le public est plus grande. Les commandes vont changé. On perd l'usage de la "grande galerie" au profit d'appartement plus cosy ; et cela gagne l'ensemble des appartements bourgeois (apparition des petits formats).
C'est également l'apparition de marchands merciers (tableaux, gravures, coquillages etc).

Les artistes peuvent désormais exposer au Salon du Carré du Louvre. Apparition des premiers "Livrets de Salons" (catalogue d'exposition). Cela donne un "climat parisien" de grande émulation.

Nouveau goût pour les tons clairs, les arabesques, les chinoiseries etc.

Je finirais en citant Chardin «On se sert des couleurs, mais on peint avec des sentiments»...

C'était juste ma p'tite contribution ;-)


"- Jeune homme, dite-moi, un scénario de nos jours, ça fait combien de pages ?
- Ca dépend...Donald ou Jeanne d'Arc ?"


Répondre au message

emmanuel


Statut : Internaute
Membre depuis 2522 jours


Posté le 11 Oct 2004 à 19:09 
En réponse à logicielle (msg du 9 Oct 2004 à 20:02 : Voir le message)

Bonjour,

si tu t'intéresses à la réception de l'art au 18ème alors je te conseille la lecture de :
CROW, Thomas, La peinture et son public à Paris au 18ème siècle, éd. Macula, Paris, 2000.

Dans son livre il explique parfaitement le phénomène dont tu parles, l'émergence d'une nouvelle bourgeoisie et avec elle la naissance d'un public, qui ne se contente plus de valider les choix académiques.
Comme tu évoques Chardin, Thomas Crow écrit que ses oeuvres trouvent un écho favorable, car ces nouveaux commaditaires sont soucieux de posséder des oeuvres qui leur ressemblent et non plus des peintures d'histoire, qui ont pour but de glorifier la monarchie.
c'est un peu réducteur, mais j'essaierai plus tard de rédiger une fiche de lecture plus complète sur ce livre. Car il est important pour ceux qui s'intéressent à l'histoire du goût et à l'évolution de la peinture par rapport aux différents acteurs du marché.

Emmanuel

Répondre au message

emmanuel


Statut : Internaute
Membre depuis 2522 jours


Posté le 11 Oct 2004 à 19:09 
En réponse à logicielle (msg du 9 Oct 2004 à 20:02 : Voir le message)

Bonjour,

si tu t'intéresses à la réception de l'art au 18ème alors je te conseille la lecture de :
CROW, Thomas, La peinture et son public à Paris au 18ème siècle, éd. Macula, Paris, 2000.

Dans son livre il explique parfaitement le phénomène dont tu parles, l'émergence d'une nouvelle bourgeoisie et avec elle la naissance d'un public, qui ne se contente plus de valider les choix académiques.
Comme tu évoques Chardin, Thomas Crow écrit que ses oeuvres trouvent un écho favorable, car ces nouveaux commaditaires sont soucieux de posséder des oeuvres qui leur ressemblent et non plus des peintures d'histoire, qui ont pour but de glorifier la monarchie.
c'est un peu réducteur, mais j'essaierai plus tard de rédiger une fiche de lecture plus complète sur ce livre. Car il est important pour ceux qui s'intéressent à l'histoire du goût et à l'évolution de la peinture par rapport aux différents acteurs du marché.

Emmanuel

Répondre au message

emmanuel


Statut : Internaute
Membre depuis 2522 jours


Posté le 11 Oct 2004 à 19:09 
En réponse à logicielle (msg du 9 Oct 2004 à 20:02 : Voir le message)

Bonjour,

si tu t'intéresses à la réception de l'art au 18ème alors je te conseille la lecture de :
CROW, Thomas, La peinture et son public à Paris au 18ème siècle, éd. Macula, Paris, 2000.

Dans son livre il explique parfaitement le phénomène dont tu parles, l'émergence d'une nouvelle bourgeoisie et avec elle la naissance d'un public, qui ne se contente plus de valider les choix académiques.
Comme tu évoques Chardin, Thomas Crow écrit que ses oeuvres trouvent un écho favorable, car ces nouveaux commaditaires sont soucieux de posséder des oeuvres qui leur ressemblent et non plus des peintures d'histoire, qui ont pour but de glorifier la monarchie.
c'est un peu réducteur, mais j'essaierai plus tard de rédiger une fiche de lecture plus complète sur ce livre. Car il est important pour ceux qui s'intéressent à l'histoire du goût et à l'évolution de la peinture par rapport aux différents acteurs du marché.

Emmanuel

Répondre au message

silou


Statut : Internaute
Membre depuis 2513 jours


Modifié le 11 Oct 2004 à 20:00 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Là, il n'y a rien a rajouter, j'aurais bien voulu t'aider, mais, désolé, je ne peut pas faire plus complet... J'espère aussi que tu ne m'en voudra pas de poser moi aussi une petite question sur un sujet de TPE; "L'influance de la religion sur l'art et la littérature aux XVIIème et XVIIIème siècle" ! Voilà, merci d'avance! bise, silou.

Répondre au message

silou


Statut : Internaute
Membre depuis 2513 jours


Modifié le 11 Oct 2004 à 20:00 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Là, il n'y a rien a rajouter, j'aurais bien voulu t'aider, mais, désolé, je ne peut pas faire plus complet... J'espère aussi que tu ne m'en voudra pas de poser moi aussi une petite question sur un sujet de TPE; "L'influance de la religion sur l'art et la littérature aux XVIIème et XVIIIème siècle" ! Voilà, merci d'avance! bise, silou.

Répondre au message

silou


Statut : Internaute
Membre depuis 2513 jours


Modifié le 11 Oct 2004 à 20:00 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Là, il n'y a rien a rajouter, j'aurais bien voulu t'aider, mais, désolé, je ne peut pas faire plus complet... J'espère aussi que tu ne m'en voudra pas de poser moi aussi une petite question sur un sujet de TPE; "L'influance de la religion sur l'art et la littérature aux XVIIème et XVIIIème siècle" ! Voilà, merci d'avance! bise, silou.

Répondre au message

versalia


Statut : Internaute
Membre depuis 2512 jours


Posté le 13 Oct 2004 à 13:14 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Bonjour, votre message m'a intéressé. En effet je suis un passionné de peinture XVIIème et XVIIIème siècle et tout ce qui se rattache à ces périodes (mobilier, us et coutumes, personnages célèbres) je suis aussi adhérent des amis de VERSAILLES. Pour répondre donc à votre message j'ai beaucoup d'ouvrage comme l'Objet d'Art dont un qui traite du portrait au 17ème siècle. Si cela vous intéresse répondez moi. Merci.

Répondre au message

versalia


Statut : Internaute
Membre depuis 2512 jours


Posté le 13 Oct 2004 à 13:14 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Bonjour, votre message m'a intéressé. En effet je suis un passionné de peinture XVIIème et XVIIIème siècle et tout ce qui se rattache à ces périodes (mobilier, us et coutumes, personnages célèbres) je suis aussi adhérent des amis de VERSAILLES. Pour répondre donc à votre message j'ai beaucoup d'ouvrage comme l'Objet d'Art dont un qui traite du portrait au 17ème siècle. Si cela vous intéresse répondez moi. Merci.

Répondre au message

versalia


Statut : Internaute
Membre depuis 2512 jours


Posté le 13 Oct 2004 à 13:14 
En réponse à Ligeia (msg du 18 Sept 2004 à 16:29 : Voir le message)

Bonjour, votre message m'a intéressé. En effet je suis un passionné de peinture XVIIème et XVIIIème siècle et tout ce qui se rattache à ces périodes (mobilier, us et coutumes, personnages célèbres) je suis aussi adhérent des amis de VERSAILLES. Pour répondre donc à votre message j'ai beaucoup d'ouvrage comme l'Objet d'Art dont un qui traite du portrait au 17ème siècle. Si cela vous intéresse répondez moi. Merci.

Répondre au message

Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 16 Oct 2004 à 14:23 
En réponse à versalia (msg du 13 Oct 2004 à 13:14 : Voir le message)

Merci à vous, mais je dois rendre mon dossier dans trois jours, le temps est donc aux dernières retouches. J'ai essentiellement axé mon développement sur l'évolution de la peinture italienne de france à la peinture française, dans tous les ouvrages que j'ai pu consulter c'est ce qui m'a semblé ressortir le mieux. J'analyse notamment les oeuvres de La Tour et des frères Le Nain. Si vous le souhaitez je pourrais vous faire parvenir mon travail, c'est à dire une partie du dossier seulement puisque mon binome se charge de l'étude du classicisme et du baroque, des oeuvres de Poussin et de Claude Lorrain. Néanmoins ce dossier ne devait pas dépasser les 12 pages, il reste donc assez superficiel, à mon goût...


Répondre au message

Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 16 Oct 2004 à 14:23 
En réponse à versalia (msg du 13 Oct 2004 à 13:14 : Voir le message)

Merci à vous, mais je dois rendre mon dossier dans trois jours, le temps est donc aux dernières retouches. J'ai essentiellement axé mon développement sur l'évolution de la peinture italienne de france à la peinture française, dans tous les ouvrages que j'ai pu consulter c'est ce qui m'a semblé ressortir le mieux. J'analyse notamment les oeuvres de La Tour et des frères Le Nain. Si vous le souhaitez je pourrais vous faire parvenir mon travail, c'est à dire une partie du dossier seulement puisque mon binome se charge de l'étude du classicisme et du baroque, des oeuvres de Poussin et de Claude Lorrain. Néanmoins ce dossier ne devait pas dépasser les 12 pages, il reste donc assez superficiel, à mon goût...


Répondre au message

Ligeia


Statut : Internaute
Membre depuis 2536 jours


Posté le 16 Oct 2004 à 14:23 
En réponse à versalia (msg du 13 Oct 2004 à 13:14 : Voir le message)

Merci à vous, mais je dois rendre mon dossier dans trois jours, le temps est donc aux dernières retouches. J'ai essentiellement axé mon développement sur l'évolution de la peinture italienne de france à la peinture française, dans tous les ouvrages que j'ai pu consulter c'est ce qui m'a semblé ressortir le mieux. J'analyse notamment les oeuvres de La Tour et des frères Le Nain. Si vous le souhaitez je pourrais vous faire parvenir mon travail, c'est à dire une partie du dossier seulement puisque mon binome se charge de l'étude du classicisme et du baroque, des oeuvres de Poussin et de Claude Lorrain. Néanmoins ce dossier ne devait pas dépasser les 12 pages, il reste donc assez superficiel, à mon goût...


Répondre au message

naomie


Statut : Internaute
Membre depuis 2492 jours


Posté le 1 Nov 2004 à 11:09 
bonjour , je cherche des information sur le fonctionnement de l'académie de peinture et de sculpture au XVIIIèeme siècle, pouvez vous m'apporter vos lumieres merci de votre aide

Répondre au message

naomie


Statut : Internaute
Membre depuis 2492 jours


Posté le 1 Nov 2004 à 11:09 
bonjour , je cherche des information sur le fonctionnement de l'académie de peinture et de sculpture au XVIIIèeme siècle, pouvez vous m'apporter vos lumieres merci de votre aide

Répondre au message

naomie


Statut : Internaute
Membre depuis 2492 jours


Posté le 1 Nov 2004 à 11:09 
bonjour , je cherche des information sur le fonctionnement de l'académie de peinture et de sculpture au XVIIIèeme siècle, pouvez vous m'apporter vos lumieres merci de votre aide

Répondre au message

anne claire


Statut : Internaute
Membre depuis 2401 jours


Modifié le 31 Jan 2005 à 09:34 
bonjour! je suis actuellement sur un sujet de TPE et mon thème est "la peinture du 18ème siecle représente l'elle réellement la société ou l'idéalise t'elle?" j'aimerai avoir quelques aides de votre part! merci beaucoup

Répondre au message

anne claire


Statut : Internaute
Membre depuis 2401 jours


Modifié le 31 Jan 2005 à 09:34 
bonjour! je suis actuellement sur un sujet de TPE et mon thème est "la peinture du 18ème siecle représente l'elle réellement la société ou l'idéalise t'elle?" j'aimerai avoir quelques aides de votre part! merci beaucoup

Répondre au message

anne claire


Statut : Internaute
Membre depuis 2401 jours


Modifié le 31 Jan 2005 à 09:34 
bonjour! je suis actuellement sur un sujet de TPE et mon thème est "la peinture du 18ème siecle représente l'elle réellement la société ou l'idéalise t'elle?" j'aimerai avoir quelques aides de votre part! merci beaucoup

Répondre au message

 
Revenir à la liste des sujets Aller en bas de page
Page suivante | 1 | 2 | 3 | 4 | 5
Nouveau message