S'enregistrer
Devenir membre

Envoyer la page
Accéder aux forums
 
English
France > Paris > Le Sentier
Le Sentier


Le Sentier
Paris (France)

Métro : Réaumur-Sébastopol , Sentier, Strasbourg Saint-Denis
Ce quartier de la confection, du négoce de gros pour le textile et l'habillement, était réputé pour ses ateliers clandestins. Les sanctions n'ont fait que déplacer le mal dans le quartier asiatique et en banlieue parisienne.
   Le Sentier : Visite virtuelle   22 sections et 5 éléments
Le Sentier : Parc(s) et jardin(s) (1)


Square Emile-Chautemps (4)

Espaces verts - entre 1858 et 1860
Le square est clos par une balustrade ajourée en pierre de Saint-Ylie. De forme symétrique comme les jardins à la Française, le square renferme deux bassins ovales ornés de groupes en bronze.
Le Sentier : Passage(s) et galerie(s) (4)


Passage du 226, rue Saint-Denis
131, boulevard de Sébastopol

Passages et galeries - 1734
L'hôtel de style Louis XV, construit au fond de la cour qui débouche à hauteur du n° 226 de la rue Saint-Denis, sera construit en 1734 par les Filles de l'Union-Chrétienne ou Dames de Saint-Chaumond. Edifié au milieu d'une propriété, cet hôtel de style rocaille recevra des pensionnaires aisées.

Passage du Caire

Passages et galeries - 1788
Le passage du Caire, situé à l'extrémité de la rue et sur la place du même nom, est le plus ancien passage couvert de Paris.


Le Sentier : Rues, avenues ... (16)


Place du Caire (1)

Rues, avenues et places
La place du Caire a fait l'objet de travaux de rénovation. L'espace consacré aux piétons accueille une statue d'Olivier Brice intitulée l'Homme au Bras levé.



Rue d'Aboukir

Rues, avenues et places
Cette rue, ainsi baptisée en souvenir de la victoire remportée en Egypte par l'armée française en 1799, prend naissance à l'angle de la place des Victoires et de la rue Vide-Gousset, pour finir à l'extrémité de la rue Saint-Denis, non loin de la porte.












Le Sentier : Transports (1)


Le Sentier : Description   
La propérité des commerçants du Sentier repose sur leur capacité à réagir très rapidement aux évolutions éphémères de la mode féminine. Ils fournissent, pour l'essentiel, tout ce que la France compte comme détaillants et enseignes indépendantes. Concurrencés depuis plusieurs années par la grande distribution, qui importe massivement ses marchandises des pays émergents, et les enseignes intégrées qui ont envahi le coeur des villes et ont leurs styles, de nombreux grossistes ferment boutique. L'activité est aujourd'hui concentrée dans les quelques rues situées entre la rue d'Aboukir, le haut de la rue Saint-Denis, la rue du Sentier et la rue du Caire. Le boulevard Sébastopol et la zone piétonne Montorgueil ont été désertées. Les vendeurs et raparatuers de machine à coudre ont abaissé définitivement leur rideau.

Le quartier reste encore un haut lieu de la prostitution féminine, même si les affaires ne sont plus ce qu'elles étaient. Il a perdu, en un demi-siècle, l'essentiel de ce qui faisait sa richesse. Le tranfert des Halles, au début des années 60, puis la fermeture des activités de presse (France-Soir et le NMPP), dans les années 70, ont marqué la fin d'une période glorieuse. L'apparition du Sida et le déclin du commerce indépendant de l'habillement, qui fournissait les derniers bataillons d'amateurs d'amour tarifé, ont profondemment affecté l'industrie du sexe. La plupart des sex-shops et peep-show sont d'ailleurs en vente.
Le Sentier : Histoire   
C'est au coeur du Sentier que l'on découvre l'un des plus vieux quartiers de Paris, aujourd'hui appelé quartier du Caire. Le nom des rues, rue d'Aboukir, ou rue du Nil, évoque l'expédition militaire de Napoléon en Egypte, au cours de laquelle il emmenera des dizaines d'artistes et de savants français, dont Champollion. Ce dernier déchiffrera les hiéroglyphes.

Ce quartier, qui hébergeait la Cour des Miracles, avait la sinistre réputation d'être, jusqu'en 1667, le royaume des voleurs et des mendiants. La Police n'osait pas s'y aventurer. Cet endroit inspirera à Victor Hugo certaines scènes de Notre-Dame de Paris. Selon la légende, un miracle guérissait chaque soir l'un des nombreux invalides transformés en mendiants. Cette cour était située dans l'actuelle rue du Nil. Les truands, qui élisaient un roi, seront définitivement chassés en 1667 par le fougueux lieutenant-général de la police La Reynie.
Le Sentier