English
France > Paris IIIème > Hôtel de Soubise
Hôtel de Soubise


Hôtel de Soubise
Musée de l'Histoire de France - Centre historique des Archives nationales
Paris IIIème (France)
60, rue des Francs-Bourgeois 75003
Métro : Châtelet - Les Halles , Rambuteau, Saint-Paul
L'hôtel de Soubise, anciennement hôtel de Clisson puis hôtel de Guise, est un hôtel particulier parisien situé au coin de l'actuelle rue des Francs-Bourgeois et de la rue des Archives dans le IIIème arrondissement (quartier du Marais).
   Hôtel de Soubise : Visite virtuelle   19 sections et 78 éléments
Hôtel de Soubise : Architecture extérieure (9)




Cour d'honneur (1)


La cour d'honneur en hémicyclique est entourée d'un péristyle de 56 colonnes couplées, terminées pars des chapiteaux composites. Le sommet de ce péristyle est aménagé en terrasse bordée d'une balustrade.


Façade principale (5)


La façade de Delamair présente un avant-corps de trois travées, entre lesquelles se superposent deux étages de doubles colonnes. Les armoiries du fronton ont été supprimées.

Hôtel de Clisson
Monuments et édifices - 1371
Le compagnon d'armes de Du Guesclin du nom d'Olivier de Clisson sera l'un des premiers à construire dans ce quartier. De son hôtel édifié à partir de 1371, rue du Chaume (actuelle rue des Archives) subsiste l'entrée au numéro 58.

Hôtel de Rohan

entre 1705 et 1708


Porche


Le porche de la rue des Francs-Bourgeois s'inscrit dans une vaste demi-lune destinée à la manoeuvre des carrosses. L'ouverture en plein-cintre est encadrée de colonnes couplées et est surmontée d'un large entablement. Le bas relief du tympan est une figure allégorique de l'Histoire d'après Eugène Delacroix. Les deux statues de Guillaume Coustou, représentant la Force et la Sagesse, ont disparu.
Hôtel de Soubise : Architecture intérieure (10)

Appartement du Prince

Rez-de-chaussée




Salon ovale (8)

approx. entre 1735 et 1738
Transformée en salle de cours de la nouvelle école des Chartres entre 1847 et 1862, cette salle sera transformée en infirmerie sous la Commune. La restauration sera entreprise à partir des années 1960, à partir des dessins tracés par Boffrand retrouvés sous les lambris.

Appartement de la Princesse

Premier étage


Chambre de Parade de la princesse (17)

entre 1735 et 1739
Le décor préservé témoigne du génie de Germain Boffrand et du talent des peintres et sculpteurs dont certains restent inconnus. Des rapprochements avec Jacques Verberckt, sculpteur du roi, semblent évidents.

Grande antichambre - Ancienne salle des gardes (9)

approx. entre 1735 et 1739
La grande antichambre, ancienne salle des gardes des Guise, a perdu sa décoration d'origine. Face à l'entrée de trouve la Chapelle. Salle de récital en été, cette antichambre abrite quelques vitrines qui renferment des documents historiques.

Petite chambre de la princesse (5)

approx. entre 1735 et 1739
La princesse Soubise dormait dans cette pièce rajoutée par Germain Boffrand. Elle communiquait avec le salon par une double-porte dissimulée dans la boiserie, et avec la chambre de parade par une porte sous tenture.

Salle d'assemblée (11)

approx. entre 1735 et 1739
La salle d'assemblée a conservé son plafond à corniche décoré dans les angles des Quatre parties du Monde. Les tableaux des dessus-de-porte, qui proviennent de la petite chambre de la princesse, représentent Vénus à sa toilette de Van Loo (1738) et Vénus au Bain de Boucher (1738).

Salle du Dais
approx. entre 1735 et 1739
La pièce ne garde, de sa décoration d'origine, que sa corniche armoriée de mâcle et d'hermine avec les chiffres R.S. (Rohan-Soubise). Le plafond des deux fenêtres porte également la mâcle d'où sortent deux branches de laurier et de chêne.

Salon ovale (15)

entre 1735 et 1739
Le Salon ovale occupe le premier étage du pavillon ajouté par Germain Boffrand en 1735, au-dessus de celui du prince dont il se distingue par un décor plus fastueux et plus chargé mais d'inspiration moins didactique.

Escalier

Escalier d'honneur (3)

entre 1840 et 1846
L'escalier d'honneur, qui mène aux appartements de la princesse au premier étage, a été construit par C. Lelong et E. Dubois entre 1840 et 1846. Le plafond peint, exécuté par Félix Jobbé-Duval entre 1877 et 1881, représente "La France attachant ses archives à la nuit des temps".
En relation avec : Armand de Rohan-Soubise
Hôtel de Soubise : Horaires   
Ouvert tous les jours sauf mardi
lundi au vendredi : 10h00/17h45
samedi et dimanche : 13h45/17h45
fermé les jours fériés
,

Hôtel de Soubise : Description   
L'hôtel de Soubise appartient aux Archives nationales. Lors de la Révolution, l'hôtel devient propriété de l'État. Le 6 mars 1808 il est officiellement affecté aux Archives de l'Empire. L'École des chartes s'y installe de 1846 à 1866. Napoléon III, en 1867, y crée le Musée de l'Histoire de France.
Hôtel de Soubise : Histoire   
Olivier de Clisson, connétable de France depuis 1380, fera construire un hôtel particulier à l'angle de la rue du Chaume (rue des Archives) et la ruelle de la Roche (disparue). Confisqué par les occupants Anglais, l'hôtel sera la résidence du duc de Clarence puis du duc de Bedford, entre 1420 et 1435. Il deviendra la propriété de la famille d'Albret, puis d'Anne d'Este, petite fille de Louis XII et femme de François de Lorraine, duc de Guise.

Les Guise, qui entreprendront de luxueux travaux d'aménagement à partir de 1553, feront appel aux meilleurs artistes de leur époque, notamment Primatice et Nicolo dell'Abate. Le palais deviendra le quartier général du parti catholique très populaire auprès des Parisiens, qui menacera le pouvoir monarchique durant le Fronde et organisera la nuit de la Saint-Barthélemy. Marie de Guise, décédée en 1688, sera la dernière représentante de la famille à occuper les lieux. Le testament par lequel elle lèguera ses biens à Charles de Stainville sera cassé. La princesse de Condé et la duchesse de Hanovre, plus proches parentes de la défunte, hériteront de l'hôtel. Elles le vendront en 1700 à François de Rohan, prince de Soubise, qui demeurait alors place Royale (13, place des Vosges).

Ce dernier demandera à Pierre-Alexis Delamair, préféré à Jules-Hardouin Mansart, d'entreprendre d'importants travaux de transformation. L'architecte aménagera la Cour d'Honneur en hémicyclique à l'emplacement du terrain du manège, et construira la façade perpendiculaire à la rue de Chaume. Germain Boffrand remplacera Delamair tombé en disgrâce en 1709.
Hôtel de Soubise : Plus de photos   
Article(s) en relation   
Plan du IIIème arrondissement
Plan des rues et centres d'intérêt.
Hôtel de Soubise