S'enregistrer
Devenir membre

Envoyer la page
Accéder aux forums
 
English
France > Paris VIème > Sénat et jardin du Luxembourg
Sénat et jardin du Luxembourg


Sénat et jardin du Luxembourg
Palais de Médicis
Paris VIème (France)
15 rue de Vaugirard 75006
Métro : Luxembourg, Odéon
Tél : 01 42 34 20 00
Fax :01 42 34 26 77
Site officiel : http://www.senat.fr
Information : communication@senat.fr
Le Sénat - que l'on appelle également la "Haute assemblée " - est composé de 348 sénateurs. Les sénateurs sont élus par 150 000 grands électeurs au suffrage universel indirect, soit proportionnel (52 %), soit uninominal à deux tours (48 %), pour un mandat de six ans, renouvelable par moitié tous les trois ans depuis 2011.
   Sénat et jardin du Luxembourg : Visite virtuelle   22 sections et 125 éléments
Sénat et jardin du Luxembourg : Architecture intérieure (15)

Palais du Luxembourg

Vestiaire (2)

Situé au pied de l'escalier d'honneur édifié par Chalgrin entre 1800 et 1803 en remplacement de celui qui avait été démoli lors de la construction de l'hémicycle, le vestiaire des Sénateurs abrite deux statues.

Escalier


Le palais deviendra une prison avant d'être affecté, en 1795, au Directoire puis, fin 1799, au Sénat conservateur. Il subira alors d'importantes transformations afin de l'adapter à sa nouvelle fonction parlementaire.

Cabinet des Muses (2)


Cette pièce tirait son nom des peintures de l'Italien Baglione qui la décoraient à l'époque de Marie de Médicis.

Salon des Messagers d'Etat (3)


Antichambre à l'époque de Marie de Médicis, cette salle a été transformée en Salon des Messagers d'Etat de l'Empire par Chalgrin.


Bureau du Premier Questeur

Aménagé par Alphonse de Gisors en même temps que la Bibliothèque, cette pièce était la salle de travail des Pairs de la Monarchie de Juillet, puis des Sénateurs du Second Empire.

Bibliothèque (11)


La bibliothèque du Sénat, réalisée par Alphonse de Gisors, offre une vue remarquable sur le jardin du Luxembourg et l'Observatoire. Elle met plus de 450.000 volumes à la disposition des Parlementaires et de leurs collaborateurs.


Salle des Séances (18)


La Salle des Séances, constituée de deux hémicycles opposés, a été construite entre 1836 et 1841. Le cul-de-four de l'hémicycle présidentiel est supporté par huit colonnes de stuc qui encadrent sept statues de grands législateurs.

Salle des Conférences (4)


Alphonse de Gisors réunira les trois salles du premier étage afin de construite cette Salle des Conférences qui constitue un très bel exemple de décoration du Second Empire.

Salon Victor Hugo (4)


Ce salon doit son nom au buste sculpté par Mercié en 1889, qui représente Victor Hugo Pair de France de 1845 à 1848 et Sénateur de la IIIème République de 1876 jusqu'à sa mort, le 28 mai 1885. Un médaillon en bronze sculpté par Paul Fournier rend également hommage à l'écrivain.

Annexe de la Bibliothèque

La Grande Galerie, aujourd'hui désignée Annexe de la Bibliothèque, sera achevée en 1630 (date correspondant à la fin de la construction du Palais). Elle occupe toute la longueur de l'aile est.

Hôtel de la Présidence

Bureau du Directeur de Cabinet - Section G


Le mobilier moderne du bureau du Directeur de Cabinet est de style Directoire et Premier Empire.

Bureau du Président du Sénat - Section H


Le bureau du Président du Sénat aurait été le cabinet de travail au Premier Consul Bonaparte entre le 19 brumaire de l'An III (10 novembre 1799) et le 19 février 1800, date à laquelle il s'installera aux Tuileries. Le décor de la pièce date du début du XIXème siècle.

Jardin d'Hiver - Section I


Cet ancien "champ de repos" du Couvent des Filles du Calvaire, congrégation installée par Marie de Médicis près de son palais, sera transformé au jardin d'hiver sous le Second-Empire.
Sénat et jardin du Luxembourg : Parc(s) et jardin(s) (1)

Jardin du Luxembourg

Zone d'activité (5)

Espaces verts
Le Consulat, en ouvrant le jardin au public, manifestera dès cette période "le plaisir de l'enfance". Les auteurs de la pétition contre l'amputation du jardin par le baron Haussmann témoigneront du même souci.
Sénat et jardin du Luxembourg : Sculpture française (6)



Fontaine Médicis (5)

Fontaines et bassins
La reine Marie de Médicis, veuve d'Henri IV, demandera en 1630 à l'ingénieur florentin Thomas Francine de réaliser une composition appelée "la grotte du Luxemboug". Dans son état initial, cette grotte ressemblera au nymphée du château de Wideville dans les Yvelines, construit par le même architecte.




Commanditaire : Marie de Médicis
Sénat et jardin du Luxembourg : Description   
Comme le député, le sénateur vote les lois de la République. Il dispose de l'initiative législative, qui peut se traduire par le dépôt de propositions de loi (les textes déposés par le gouvernement sont appelés projets de loi). L'initiative législative s'exprime essentiellement dans le droit d'amendement qui permet aux sénateurs - comme aux députés et au gouvernement - de modifier les textes en discussion.

Les textes déposés sur le bureau du Sénat sont renvoyés pour examen à l'une des six commissions permanentes ou à une commission spéciale. Les autres commissions intéressées peuvent se saisir pour avis. La commission compétente nomme un rapporteur chargé d'analyser le texte, d'expliquer au Sénat les modifications qu'il apporte à la législation en vigueur et ses effets pratiques.

La commission adopte le rapport écrit ainsi que des amendements modifiant le projet ou la proposition de loi après avoir procédé à des auditions. Elle donne également un avis sur les amendements déposés par les sénateurs qui ne sont pas membres de la commission ou par le gouvernement. Le rapporteur présente les amendements de la commission cours de la séance publique et exprime sa position sur les "amendements extérieurs".

Les projets ou propositions de loi sont discutés par chaque assemblée en vue de parvenir à un accord sur les articles examinés. Le gouvernement a la faculté d'interrompre cette navette lorsque les députés et les sénateurs ont débattu deux fois du texte. Le Premier ministre demande alors la constitution d'une commission mixte paritaire, composée de sept députés et de sept sénateurs chargée de trouver une rédaction de compromis sur les articles restant en discussion entre les deux assemblées.

Si cette procédure de conciliation n'aboutit pas, le gouvernement peut, après une nouvelle lecture dans chaque assemblée, demander à l'Assemblée nationale de se prononcer définitivement en dernière lecture.

Le Sénat est dans une situation de totale égalité avec l'Assemblée nationale lorsqu'il s'agit de modifier de la Constitution. Dans le cas d'un projet de révision constitutionnelle, le gouvernement ne peut passer outre à l'opposition du Sénat. La navette se poursuit jusqu'à l'adoption d'un texte identique par les deux assemblées.
Sénat et jardin du Luxembourg : Histoire   
La construction du Palais du Luxembourg, confiée en 1615 à l'architecte Salomon de Brosse, sera pratiquement achevée en 1961. Installée dès l'année 1625, Marie de Médicis devra quitter son palais l'année de son achèvement sur l'ordre de son fils Louis XIII, à l'issue de l'épisode qualifié de la Journée des dupes.

Le palais hébergera Gaston d'Orléans à partir de 1642, puis sa veuve et ses filles, la duchesse de Montpensier et la duchesse de Guise. Cette dernière en fera don à Louis XIV en 1694. Le palais reviendra au régent Philippe d'Orléans en 1715, qui le transmettra à ses filles, la duchesse de Berry et Louise-Elisabeth d'Orléans, ancienne reine d'Espagne. Louis XVI offrira cette résidence à son frère, le comte de Provence et futur Louis XVIII. Celui-ci en sera chassé lors de la Révolution.

Le palais deviendra une prison avant d'être affecté, en 1795, au Directoire puis, fin 1799, au Sénat conservateur. Il subira alors d'importantes transformations afin de l'adapter à sa nouvelle fonction parlementaire. Les aménagements intérieurs seront profondément remaniés en 1799 et 1805 par l'architecte Chalgrin. L'escalier principal d'accès au premier étage sera déplacé de la partie centrale du bâtiment vers la partie ouest, afin de libérer l'espace nécessaire à la construction de la Salle des Séances.

Le palais sera attribué à la Chambre des Pairs en 1814. L'architecte Alphonse de Gisors procédera à l'avancement de la façade sud de trente mètres sur le jardin, afin d'accueillir les nombreux nouveaux parlementaires désignés sous la Monarchie de Juillet. Ces transformations libéreront l'espace nécessaire à la construction de la bibliothèque et de la salle des Séances actuelles. Napoléon III ordonnera la suppression des cloisons séparant encore les trois salles du bâtiment principal, réalisant ainsi la Grande galerie (alors Salle du Trône et dénommée aujourd'hui salle des Conférences). Affecté au Sénat sous le Second-Empire, le palais hébergera l'éphémère Commission des travailleurs de la Seconde République, en 1848.

Le palais abritera la préfecture de la Seine à la chute du Second-Empire. Il sera de nouveau affecté au Sénat en 1879, lors du transfert du siège de Pouvoirs publics de Versailles à Paris. Les lieux seront investis par l'Etat-major de la Luftwaffe-Ouest durant la Seconde guerre mondiale. Ils deviendront le siège de l'Assemblée consultative provisoire en 1944. La Haute Cour de Justice y tiendra ses séances, en 1945, et la Conférence de la Paix ses réunions, en 1946. Le palais sera ensuite affecté au Conseil de la République sous la IVème République, puis au Sénat sous le Vème.
Sénat et jardin du Luxembourg : Plus de photos   
Oeuvre(s) associée(s)   
Article(s) en relation   
Constitution de la IVème République
Texte complet adopté le du 27 octobre 1946.
Constitution de la Vème République
La Constitution du 4 octobre 1958 est le texte fondateur de la Ve République. Adoptée par référendum le 28 septembre 1958, elle organise les pouvoirs publics, en définit leur rôle et leurs relations.
Qu'est-ce qu'une nation ?
Conférence d'Ernest Renan effectuée le 11 mars 1882 à la Sorbonne
Sénat et jardin du Luxembourg