S'enregistrer
Devenir membre

Envoyer la page
Accéder aux forums
 
English
Thaïlande > Sukhothai > Parc archéologique de Sukhothai
Parc archéologique de Sukhothai


Parc archéologique de Sukhothai

Inscription au Patrimoine Mondial par l'Unesco : 1991

Sukhothai (Thaïlande)

Des le XIIème siècle une population venue du Yunnan (Chine) s'installa dans les régions septentrionales de l'état khmer. Cette population connue sous le nom de Thai (les hommes libres) s'organisa en petites communautés. Un prince thaï épousa une Khmère et se révoltant contre le pouvoir central créa le premier état siamois nomme le royaume de Sukhothai, d'après la ville qui était sa capitale.
   Parc archéologique de Sukhothai : Visite virtuelle   11 sections et 106 éléments
Parc archéologique de Sukhothai : Monument(s) et édifice(s) public(s) (11)



Wat Chang Lom (4)

1384
Wat Chang Lom est l'un des sites archéologiques importants situé à l'est de l'ancienne capitale. Le nom du temple associe les mots de Chang (éléphant) et Lom (entouré). Sa restauration sera entreprise en 1968/1969.


Wat Chetuphon (9)


Le mondop du lieu renferme des figures de Bouddha dans quatre positions différentes : assis, debout, marchant et allongé. Les murs extérieurs du mondop ont conservé certains vestiges des fenêtres et balustrades en ardoise.

Wat Mahathat (34)

approx. entre 1240 et 1270
Wat Mahathat situé dans le centre de Sukhothai, est le principal temple de la cité. Il comprend plus de deux cents chedis. Le plus important d'entre eux, en forme de bouton de lotus, est entouré de huit autres chedis. Il témoigne de l'influence de l'art Khmer avant la diffusion de celui de Ceylan dans cette région.

Wat Phra Phai Luang (7)
XIIème siècle
Ce temple entouré par un fossé, situé à environ 500 mètres au nord du mur d'enceinte, est un ancien sanctuaire Hindou fondé par les Khmers au XIIème siècle, transformé ultérieurement en monastère Bouddhiste.





Parc archéologique de Sukhothai : Description   
Rama Kamheng (ou Rama-le-Fort), deuxième fils du fondateur de l'état (vers 1280-1318) fut un des plus importants souverains thaï. Il agrandit son territoire par ses victoires militaires. Il fut à l'origine de l'alphabet siamois (écriture cursive khmère), et imposa un strict respect de la religion bouddhiste et une organisation militaire.

La grande civilisation qui se développa dans le royaume de Sukhothai associa de nombreuses influences étrangères aux anciennes traditions locales et donna ainsi naissance au "style de Sukhothai".

Les principaux centres du royaume de Rama Kampheng était Sukhothai (la capitale), Si Satchanalai (deuxième résidence royale) et Kampheng Pet. L'architecture (en brique avec des décorations en stuc et bois) est un savant mélange d'éléments d'inspiration singhalaise ou khmere. Les grandes salles d'assemblée avec un chevet massif sur lequel se profile une image monumentale de Bouddha, spécifiques de l'architecture de Sukhothai, vont influencer tout l'art thaï.

La statuaire du premier style thaï se remarque par la physionomie particulière des Bouddha au nez long et fin et la chevelure surmontée d'une flamme (influences singhalaises) et la double ligne qui entoure la bouche (tradition khmère). Bouddha est souvent représenté debout ("en marche"), les vêtements collés au corps, dans une attitude presque hautaine.

La ville historique de Sukhotha se trouve à une dizaine de kilomètres de l'agglomération moderne et garde une bonne partie de ses fortifications. Parmi les monuments principaux : le monastère (wat) Mahathat (avec son temple royal et son cimetière), le wat Sra Si (avec ses deux stupas dont les silhouettes gracieuses se reflètent dans l'eau du plus grand réservoir de la ville) et un impressionnant prang (tour reliquaire typique de l'art d'Ayuthaya) un peu plus tardif. Le site fait l'objet de fouilles et d'études depuis le milieu du siècle dernier.

La ville historique de Si Satchanala est séparée de la ville moderne par la rivière Yom. Parmi les 140 constructions du site se remarque le monastère Chedi Chet Thao (du temple a sept pointes) qui impressionne par les sept rangées de stupas élégants, érigés pour enfermer les cendres des gouverneurs de la ville. Le site est préservé, depuis 1983, au sein d'un parc historique de 45 km2. La ville était célèbre pour sa production de céramique.

La ville historique de Kamphena Pet ("mur de diamant") a eu surtout un rôle militaire. Elle garda son importance stratégique après la chute du royaume de Sukhothai. Ses monuments se rattachent ainsi autant au style de Sukhothai que d'Ayuthaya. Le site est classé parc historique depuis 1980 (3,38 km2).


Agrandir le plan
Parc archéologique de Sukhothai : Histoire   
Le roi Si Intharathit fondera le royaume de Sukhothai (l'Aube de la Félicité) en 1238, puis étendra sa domination sur l'Empire Khmer et les lointaines régions du sud de l'actuelle Thaïlande, alors sous l'emprise des Sirivijaya. Ces derniers, dont la capitale se trouvait sur l'île Indonésienne de Sumatra, contrôlaient les principales routes commerciales entre la Chine et l'Inde depuis plusieurs siècles. Bang Klang Tao qui succédera à son père et règnera sous le nom de Rama Kamhèng le Grand (1279-1300) poursuivra les conquêtes du royaume de Sukhothai et s'emparera de la péninsule malaise jusqu'à l'emplacement de l'actuel Singapour, toujours au détriment de l'empire Sirivijaya. Selon la légende, le souverain modifiera l'écriture sri lankaise pour créer l'alphabet thaï (44 consonnes, 32 voyelles et 5 intonations).

La Thaïlande deviendra la plaque tournante du commerce (toile de coton, argent et cuivre, soie, porcelaine et thé, étain, poivre, épices, bois aromatiques, résines, cornes de rhinocéros, perles, nids d'hirondelles, peaux de daim et sucre) entre la Chine, le Japon, l'Inde et la péninsule arabique. Les vaisseaux chinois, indiens et perses, qui faisaient escale à mi-trajet dans les villes du sud de la Thaïlande, alimenteront les comptoirs côtiers de Chaiya (près de Surat Thani), Nakorn Si Thammarat, Pattani et Songkhla.

Le Roi Rama Kamhèng soumettra les sultans héréditaires et musulmans de Malaisie à d'importantes redevances financières qui seront perçues jusqu'à la fin du XVIIIème siècle. Cette tutelle engendra des tensions avec l'Angleterre et la France lors de la colonisation du sud-est de l'Asie. La Thaïlande, qui souhaitaient éviter l'invasion par les hordes mongoles de Kublai Khan qui avaient déjà conquis une partie de la Birmanie, du Vietnam et certaines îles du sud de l'Indonésie, s'acquittera à son tour d'un tribut annuel à l'empereur de Chine jusqu'à son abolition sous le règne de Rama IV (1851-1868).

Certains riches marchands Indiens et Arabes, dont les familles étaient établies dans le sud de la Thaïlande depuis des siècles, accéderont à des postes importants en matière commerciale, parfois de ministres. Les mines d'étain royales de l'île de Phuket et aux alentours représenteront la principale source de revenus des rois de Siam vers la fin de la période Sukhothai. Elle servira à entretenir une armée puissante qui assurera la pérennité du royaume et la domination de la région au cours des quatre siècles suivants.

Le premier visiteur occidental de la Thaïlande, Marco Polomin, décrira en 1288 les merveilles du Royaume Sukhothai dans son journal Les voyages de Marco Polo. Il utilisera alors le mot khmer de royaume de Siam pour nommer la Thaïlande. Cette appellation sera retenue par le monde entier jusqu'en 1939, date à laquelle apparaîtra le nom de Thaïlande. Marco Polo évoquera son second passage en 1294, lors de son périple à travers la Chine, les détroits de Malacca et l'île de Sumatra.

Les rois de Sukhothai qui succéderont à Rama Kamhèng le Grand n'auront de cesse de se disputer le pouvoir. Animés par leur seule ambition personnelle, ils négligeront l'intérêt du pays et sa sécurité. Le Royaume de Sukhothai sera annexé par Ayutthaya en 1376.
Article(s) en relation   
Histoire de la Thaïlande
L'histoire de la Thaïlande est très complexe. De nombreux royaumes, principautés ou empires se partagent le pays. Les invasions et dominations étrangères s'imposeront jusqu'à la fin du XVIIème siècle.
Fêtes et jours fériés en Thaïlande
Les dates des fêtes et jours fériés sont du ressort du gouvernement en Thaïlande. Elles sont respectées à la fois dans le secteur public et privé.
Parc archéologique de Sukhothai