English
Turquie > Didymes > Didymes
Didymes


Didymes
Didymaion
Didymes (Turquie)

   Didymes : Visite virtuelle   2 sections et 18 éléments
Didymes : Architecture extérieure (1)


Temple oraculaire d'Apollon (15)

Grèce hellénistique - entre 331 avant J.C. et le IIème siècle
Le premier temple de Didymes sera construit au VIIème siècle avant Jésus-Christ, lors de l'implantation des premières colonies grecques en Asie Mineure.
Didymes : Ville(s) (1)


Altinkum (3)


Inutile de prendre une carte routière pour se rendre à Altinkum à partir de Didymes, il suffit de prolonger la route qui conduit au sanctuaire. Cette longue plage de sable fin serait un véritable paradis si elle n'était pas colonisée par des Anglais. Tout se paie en livres sterling (bar, hôtel, restaurant) au prix fort ... et la bière coule à flot.
Commanditaire : Alexandre ( le Grand)
En relation avec : Apollon
Didymes : Description   
Le premier temple de Didymes sera construit au VIIème siècle avant Jésus-Christ, lors de l'implantation des premières colonies grecques en Asie Mineure. Il sera remplacé par un sanctuaire de plus grandes dimensions un siècle plus tard, d'ordre ionique et hyptère, construit par les mêmes architectes que l'Artémision d'Ephèse (l'une des sept merveilles du monde), Paionios d'Ephèse et Daphnis de Milet. Le deux temples, identiques en de nombreux points, seront dédiés aux dieux jumeaux de l'Olympe, Artémis pour Ephèse, Apollon pour Didymes (qui signifierait "jumeaux"). Apollon et sa soeur avaient d'étroits liens avec Cybèle, la déesse-mère vénérée en Anatolie depuis les temps les plus anciens. Le nom d'Apollon, qui apparaît dans les tablettes hittites sous la forme d'Apulunas, symbolisera l'intuition, la force modérée, les arts plastiques et la lumière.

Apollon deviendra célèbre pour ces dons de prédiction dès l'époque archaïque. Un grand nombre de temples lui seront dédiés. Les deux plus importants seront édifiés à Delphes, en Grèce, et à Didymes (le Didymaion), en Anatolie. Les paroles de l'oracle de Delphes stigmatisera la rivalité entre les deux sanctuaires :

- "Et ce jour-là, Milet, ce jour-là, toi, la ville désordonnée,
Tu seras une proie fructueuse pour les ennemis,
Un festin pour des tas de gens !
Tes femmes laveront les pieds
Des guerriers chevelus et barbus
Et toi, Hé Didyme,
Tu tomberas aux mains d'étrangers ainsi que ton temple".
Didymes : Histoire   
Le temple de Didymes sera construit à proximité d'une source qui coulait à l'orée d'un bosquet sacré de lauriers (l'arbre d'Apollon) sera achevé vers 560 avant Jésus-Christ.

Le consultant devait se purifier avec l'eau du puits sacré, payer une taxe et sacrifier un animal (généralement une chèvre) sur l'autel situé devant le temple. Il pouvait alors poser sa question aux prêtres qui l'attendaient dans le pronaos. Ces derniers interrogeaient la pythie (un prophète et non une femme selon la tradition dérivée du culte familial primitif des Branchides) droguée aux feuilles de laurier pour communiquer avec le dieu Apollon, qui avait jeûné et s'était purifiée avec l'eau du puits sacré. Les prêtres se rendaient ensuite le chresmographeion par l'escalier monumental, pour y traduire en langage clair la réponse du dieu. L'oracle était ensuite transmis par écrit au consultant qui attendait dans le pronaos.

Le temple de Didymes (Didymaion) sera relié à celui de Milet, dont il dépendait, par une voie sacrée pavée de marbre de 19 kilomètres. Des statues de lions et de sphinx, ainsi que des sarcophages de membres de la famille des Branchides chargés du sanctuaire encadraient le dernier tronçon de cette voie. Des fêtes, les Didymeia, réuniront les habitants des cités ioniennes voisines dans des courses au flambeau le long de cette voie sacrée.

Le sanctuaire d'Apollon sera détruit par les Perses, vainqueurs des cités ioniennes rebelles, et notamment de Milet lors de la bataille navale au large de l'île de Lade, en 494 avant Jésus-Christ. Les Branchides ainsi que la statue d'Apollon du sculpteur de Sikyon Kanachos seront déportés à Ecbatane, la capitale de l'empire mède. La légende prétend que la source d'Apollon cessera alors de couler.

Le temple colossal de style dorique que l'on visite aujourd'hui sera construit à l'époque d'Alexandre le Grand sur les ruines des deux premiers sanctuaires archaïques, entre 331 et 330 avant Jésus-Christ. Le sanctuaire sera embelli par Trajan et Hadrien. Le chantier, jamais achevé, sera encore en activité au IIème siècle, lorsque la statue d'Apollon reviendra d'Ecbatane.

Fortifié au IIIème siècle après Jésus-Christ, le temple retrouvera une certaine activité sous les règnes d'Aurélien (270-275) et de Dioclétien (284-305). La construction sera provisoirement reprise sous l'empereur Julien (361-363). Le temple, converti en église à l'ère chrétienne, deviendra un évêché.

Le chresmographeion et le pronaos seront incendiés et détruits au Xème siècle. Le temple sera abandonné après l'invasion des Seldjoukides puis des Mongols. Un voyageur attestera que le temple se dressera en entier en 1446. Victime du tremblement de terre de 1493, le sanctuaire sera rebaptisé Yenihisar (Château neuf) par les Ottomans au XVIIIème siècle. L'édifice dépouillé servira de carrière pour la construction des maisons.
Oeuvre(s) associée(s)   
Didymes