English
> Priène
Priène


Priène

Fondée par les Ioniens au XIème siècle millénaire avant notre ère, Priène devra son rayonnement aux fêtes panioniennes en l'honneur de Poséidon Heliconios. Elle deviendra l'une des principales cités de la ligue ionienne, au VIème siècle avant Jésus-Christ, avant d'être détruite par les Perses. La ville sera reconstruite suivant un plan à damier par Hippodamos de Milet, en 350 avant Jésus-Christ, le long du Méandre et au pied d'un contrefort du mont Mycale. L'empereur Alexandre le Grand financera la construction d'un grand sanctuaire en l'honneur d'Athéna avec l'or du Pactole.

La région sera ravagée par les Gaulois en 277 avant Jésus-Christ. La ville passera sous la domination des Séleucides, puis des rois attalides de Pergame, avant d'être intégrée à province d'Asie de l'Empire romain, en 129 avant Jésus-Christ. Victime d'ensablement, le port de Priène cessera son activité. La ville antique se trouve aujourd'hui à quinze kilomètres de la mer, soit neuf de plus que lors de sa construction.
   Priène : Visite virtuelle   12 sections et 11 éléments
Priène : Architecture extérieure (12)


Mur d'enceinte et porte Est de la cité
IVème siècle avant J.C.
Ce mur d'enceinte, protégé par 16 tours de garde de 14 mètres de hauteur, mesurait 2.5 kilomètres de longueur. Il était percé de trois portes.


Temple d'Athéna Polias (2)

334 avant J.C.
Le Temple d'Athéna Polias, protectrice de la cité, sera reconstruit par l'architecte Pythéos (architecte du mausolée d'Halicarnasse, l'une des sept merveilles du monde) à la demande d'Alexandre le Grand qui le financera avec l'or du Pactole.

Théâtre (8)

approx. entre 350 et 300 avant J.C.
Le Théâtre hellénistique, un des mieux conservés des plus anciens théâtres grecs, sera rénové par les Romains. Il pourra contenir 5000 personnes et sera également utilisé pour réunir l'Assemblée du Peuple (Ekklesia). Une clepsydre (montre à eau) servait à accorder la même durée de temps à chaque orateur.

Eglise épiscopale byzantine (1)
VIème siècle
Priène deviendra un épiscopat sous l'Empire byzantin. La présence de colonnes doriques bordant la nef principale permet de supposer qu'il s'agit probablement d'un édifice paien transformé en eglise. L'abside est en partie dégagée et la chaire est visible dans la nef principale. On entrait à l'église par un narthex à deux portes qui donnait sur une rue à l'Ouest.

Bouleutêrion

IIème siècle avant J.C.
Le Bouleutérion qui faisait partie du Prytanée, le fief des magistrats de la ville, n'est pas construit en en hémicycle mais en U avec des angles droits. Cette construction de forme presque carrée, qui pouvait accueillir 650 personnes, était recouverte d'un toit à charpente en bois. Au centre de la pièce s'élevait un autel destiné aux offrandes offertes aux dieux tutélaires de la ville.

Prytanée
IIème siècle avant J.C.
Le Prytanée était le siège de l'administration de la cité.

Temple d'Egypte

Le temple d'Egypte sera construit par les commerçants égyptiens pour adorer leurs dieux : Isis, Sérapis et Anubis.


Agora
entre le IVème et le IIème siècle avant J.C.
L'agora, réservée aux affaires politiques et cultuelles, sera aménagée sur une terrasse dominant le gymnase. Encadrée sur trois cotés par des portiques dorique, l'agora hébergeait en son centre un autel dédié à Hermès, ainsi que des statues de bronze et de marbre posées sur des bases rectangulaires ou semi-circulaires encore visibles.


En relation avec : Alexandre ( le Grand), Athéna
Priène : Description   
Priène (en grec ancien Πριήνη) est une cité grecque de Carie (Asie Mineure), située sur l'embouchure du Méandre. Les ruines de Priène, bien conservées, se trouvent sur le territoire du village de Samum Kalesi, en Turquie.

Archéologie
Les ruines, réparties en terrasses successives, ont fait l'objet de missions anglaises de la Society of Dilettanti en 1765 et 1868, puis furent soigneusement menées par Theodor Wiegand (1895-1899) pour le musée de Berlin. La ville, refondée sur un nouveau site au cours du -IVe siècle, a été aménagée selon un plan rectangulaire, en damier. La zone escarpée fait face au sud, et l'acropole la domine de près de 200 m. La ville est ceinte d'un mur de 2 m d'épaisseur, avec des tours à intervalles réguliers et trois portes principales.

Sur les basses pentes de l'acropole se trouvait un sanctuaire de Déméter. La ville avait six rues principales d'environ 6 m de large, selon un axe est-ouest, et quinze rues d'environ 3 m de large, à angle droit et régulièrement espacées, délimitant un ensemble de 80 pâtés de maisons (insulae).

Les maisons privées étaient réparties par huit dans chaque insula. Les systèmes d'adduction d'eau et d'évacuation sont facilement discernables. Les maisons présentent de nombreuses analogies avec les plus anciennes villas pompéiennes.

Dans la moitié occidentale de la ville, sur une grande terrasse au nord de la rue principale et accessible par un bel escalier, se dressait le temple d'Athéna Polias, hexastyle périptère ionique, construit par Pythis, architecte du Mausolée d'Halicarnasse. Sous la base de la statue d'Athéna ont été trouvés en 1870 des tétradrachmes en argent d'Oropherne, ainsi que des bijoux, probablement déposés lors de l'attaque par le roi de Cappadoce.

Autour de l'agora, traversée par la rue principale, sont répartis des bâtiments municipaux : le bouleutérion et le prytanée se trouvent au nord de l'agora, un peu plus au nord, le gymnase supérieur avec les bains romains, et un théâtre hellénistique bien préservé. Des temples d'Isis et d'Asclépios ont été mis au jour. Au point le plus bas, à l'intérieur des murs, au sud, se trouvait un grand stade, lié à un gymnase hellénistique.
Priène : Histoire   
Selon la tradition, elle fut fondée par Philotas et Æpytos, des Ioniens, en territoire carien. Elle devient un important centre religieux, comprenant notamment le Panionion, temple de Poséidon, un temple d'Athéna et un de Déméter.

Elle est prise par les Lydiens, puis les Perses en 546 avant J.-C. Elle participe ensuite à la révolte des cités d'Ionie, qui conduit aux guerres médiques. En 450 av. J.-C., la cité adhère à la Ligue de Délos et reste sous influence athénienne jusqu'au milieu du IVe siècle av. J.-C. Le conflit ouvert avec la cité de Samos prit fin, momentanément, en 442 av. J.-C. par l'intermédiaire de cette ligue.

L'ère hellénistique voit la conquête de l'Anatolie par Alexandre le Grand, ce qui ouvre une période de refondation de la cité, dégagée de l'influence perse. En 334 av. notre ère, Alexandre se rend à Priène où il fait une offrande au temple d'Athéna, alors qu'il assiège la cité de Milet non loin de là. La cité fut ensuite successivement sous l'influence des Ptolémées, des Séleucides et de la royauté de Pergame (Attalides).

En 155 av. J.-C., Priène fut attaquée et incendiée par le roi de Cappadoce, Ariarathe V, désireux de s'emparer du trésor de la cité. Les accords de 196 et de 188 av. J.-C. visant à régler le conflit frontalier avec Samos, autour de la cité de Dryussa, furent inefficaces. Ce n'est que l'intervention d'un tribunal romain, en 135 avant notre ère, qui permit une fin heureuse pour Priène, puisque la cité contestée lui revenait.

À la mort du roi Attale III, roi de Pergame, en 133 avant J.-C., Priène est rattachée, comme toutes les terres du souverain qu'il a léguées par testament, à la République romaine. Connaissant une période de troubles liés à la piraterie, très répandue à cette époque, la cité retrouve sa tranquillité à la fin du Ier siècle av. J.-C., du temps du principat d'Auguste. Mais, coupée de son accès à la mer, après que le bras qui la reliait au Méandre eut disparu, la cité perdit peu à peu de son attrait commercial et perdit nombre d'habitants. À l'époque byzantine, Priène devint une cité épiscopale jusqu'au milieu du Moyen Âge, période à laquelle elle fut complètement désertée.

Elle est la ville natale de Myron de Priène, historien du -IIIe siècle, qui a relaté les guerres de Messénie.

Source Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pri%C3%A8ne
Texte soumis à la licence GNU : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html
Priène : Plus de photos   
Oeuvre(s) associée(s)   
Article(s) en relation   
Guerres médiques
Les guerres médiques opposeront les Grecs aux Perses (confondus par les Grecs avec les Mèdes, autre peuple iranien) au début du Vème siècle avant Jésus-Christ.
Priène