S'enregistrer
Devenir membre

Envoyer la page
Accéder aux forums
 
English
Turquie > Sardes > Sardes
Sardes


Sardes
Sardes (Turquie)

   Sardes : Visite virtuelle   5 sections et 27 éléments
Sardes : Architecture extérieure (5)


Grand temple d'Artémis (6)

300 avant J.C.
Le Temple d'Artémis, situé dans la vallée du Pactole, occupe l'emplacement d'un ancien sanctuaire dédié initialement à Cybèle, la déesse-mère de l'Anatolie, puis à Artémis, dieu tutélaire de Sardes. Sa superficie sera deux fois supérieure à celle du Parthénon.

Palestre (2)
Palaestra


La palestre, située dans la moitié est du complexe, accueillait les activités sportives.

Route de l'Ouest (5)
Bati Caddesi

Les fouilles de Sardes mettront au jour une série d'échoppes très variées (serruriers, quincailliers, teinturiers, vitriers ...) adossées à un vaste gymnase et ouvrant sur la colonnade de la grande voie qui traversait la ville.

Synagogue (9)

vers 220 avant J.C.
L'ancienne synagogue, mise à jour lors des fouilles entreprises en 1962, atteste la présence de la communauté juive dans l'antiquité en Anatolie de l'Ouest. le bâtiment avait une capacipé de mille personnes.

Thermes et gymnase (5)

entre 161 et 211
Le mot gymnase dérive de gymnos, 'nu', ce qui rappelle que les sports se pratiquaient déshabillé.
Sardes : Horaires   

08h30 à 17h00,


Tarifs :
environ 2 euros par section

Sardes : Guide de visite   
Sardes, située à 91 kilomètres d'Izmir sur la route d'Ayfon, abrite un important site archéologique encore préservé des tours-operators.
Il n'y a pas d'hôtel à Sardes. Les plus proches sont situés à Sahili, à 8 km.
Les meilleurs restaurants sont situés sur la route d'Izmir, à environ 2 kilomètres avant d'arriver à Sardes.
Le site archéologique est divisé en deux sections, distantes d'environ un kilomètre. Chacune d'entre elle est soumise à un droit d'entrée.
Sardes : Description   
Selon la mythologie, Midas, fils de Gordias et de Cybèle (ou d'une prophétesse de Telmessos), succédera à son père sur le trône de Phrygie. Le vieux Silène, tuteur de Dionysos, sera capturé, ivre, par des paysans de Lydie. Il sera emmené, enchaîné de guirlandes de fleurs, à Midas. Ce dernier, qui reconnaîtra le compagnon de Dionysos, lui réservera un accueil chaleureux pendant dix jours. Il ramènera ensuite son hôte en Lydie. Dionysos récompensera Midas en lui promettant d'exaucer son voeu le plus cher. Le roi obtiendra de pouvoir changer en or tout ce qu'il touchait. Le don deviendra un cauchemar. Midas ne pouvait plus rien avaler. Il demandera à Dionysos de le débarrasser de ce qui était devenu un fléau. Ce dernier lui demandera de se laver dans l'eau du Pactole. Le sable du fleuve restera, depuis cette date, chargé de nombreuses paillettes d'or.
Sardes : Histoire   
Capitale de la Lydie, cette cité située au nord-est de Smyrne, au pied du mont Tmolus (aujourd'hui Boz Dað), est naturellement protégée, à l'ouest, par le Pactole (aujourd'hui Baguli) et, à l'est, par un ruisseau. On construira un triple rempart autour de l'acropole. Le quartier des hiérodules, qui pratiquaient la prostitution sacrée, et l'agora seront construits sur la rive droite du Pactole, à une dizaine de kilomètres de son confluent avec l'Hermos.

La cité antique connaîtra la prospérité sous le règne de Crésus, roi de Lydie, notamment grâce à son marché des métaux précieux, en particulier de l'or. "Sardes florissante par l'or" écrira Hérodote. Les fouilles archéologiques mettront à jour près de 300 puits de fonte d'or.

Le nom de Sardes, qui remplacera celui de Hyde, semble dérivé de Shardani, un peuple mentionné par des inscriptions cunéiformes. La première dynastie lydienne, qui régnera de 766 à 687 avant Jésus-Christ, sera suivie de celle des Mermnades, fondée par Gygès. Elle règnera jusqu'en 546 avant Jésus-Christ. Son dernier roi, Crésus, sera vaincu et détrôné par Cyrus qui assujettira une à une les cités grecques d'Ionie, d'Eolie et de Doride.

La tradition raconte ainsi comment Cyrus s'emparera de Sardes. Il offrira une importante récompense à celui qui trouverait le moyen de rentrer dans la ville fortifiée réputée imprenable. Un soldat perse apercevra un Sarde laisser tomber son casque qui roulera le long de la paroi. Il réapparaîtra, quelques instants plus tard, au pied de la montagne pour récupérer son bien. Le soldat perse se dira que si le Sarde pouvait descendre la pente, alors les Perses pouvaient la remonter au même endroit. Un petit groupe de soldats achémides empruntera ce chemin et escaladera la montagne, la nuit tombée. Ils trouveront la citadelle sans garde et la ville tombera aux mains de Cyrus. Ce dernier interdira aux habitants de produire des armes. Les pères ne pourront qu'apprendre à leurs fils à jouer de la lyre, à danser, et à être des marchands. William Barclay qualifiera Sardes de "ville de saltimbanques et de commerçants".

L'Asie Mineure sera divisée en provinces appelées "satrapie", chacune d'entre elles gouvernée par un "satrape". Le souverain perse envoyait ses représentants officiels qui portaient le titre d' "oeil du roi" afin de surveiller ces satrapes qui devaient payer un lourd tribut au roi et recrutaient des mercenaires pour l'armée Achéménide.

Les Perses déclareront la guerre aux Grecs lorsque ces derniers, alliés aux Ioniens, s'empareront de Sardes. La cité se rendra sans combattre à Alexandre le Grand, lorsque l'empereur envahira la Lydie après la bataille du Granique, en 334 avant Jésus-Christ. Il confiera la région à un gouverneur macédonien du nom d'Asandros, qui transmettra le pouvoir à Antigone. Ce dernier perdra le pouvoir en 301 avant Jésus-Christ, à l'issue de la bataille d'Ipsos remporté par Séleucos, fondateur de la dynastie hellénistique des Séleucides qui gouvernera un territoire englobant la Mésopotamie, l'Iran, la Syrie et la Bactriane. La nouvelle Antioche de Syrie et la nouvelle Séleucie sur le Tigre deviendront capitales. Les Séleucides, qui étendront leur emprise à l'ensemble de l'Asie Mineure en 281 avant Jésus-Christ, de l'Afghanistan aux Détroits et du Pont à la Syrie, laisseront la Lycie et la Cilicie sous la domination des Lagides.

Assassiné en 281 par Ptolémée Kéraunos (fils aîné de Ptolémée Ier Sôter et roi de Macédoine), Séleucos Ier sera remplacé par son fils Antiochos Ier, associé au pouvoir depuis 293. Le nouveau souverain devra affronter les sécessions des territoires la Bithynie, le Pont et la Cappadoce. Il parviendra à repousser les Galates, qui envahiront l'Asie Mineure en 278, dans une partie de la Phrygie mais ne pourra empêcher Pergame de se constituer en royaume sous l'autorité d'Eumène Ier, vers 262 avant Jésus-Christ.

Diodote, gouverneur grec de Bactriane, fondera un royaume grec vers 250 avant Jésus-Christ, au cours du règne d' Antiochos II, successeur d'Antiochos Ier. Des envahisseurs d'origine scythe annexeront une satrapie séleucide, la Parthie, dont ils prendront le nom, en 247 avant Jésus-Christ. Mithridate Ier (vers 174-136 avant Jésus-Christ), qui prendra le titre de Grand Roi, annexera la Médie, la Perse, et étendra son empire de l'Euphrate à l'Indus. Les Parthes, libérés de la domination séleucide, résisteront aux Romains jusqu'au IIIème siècle après Jésus-Christ, époque au cours de laquelle ils seront renversés par les Sassanides.

Antiochos III (223/187 avant Jésus-Christ), qui héritera du pouvoir à la mort de son frère, Séleucos III, devra faire face aux ambitions d'Attale de Pergame, en Asie Mineure, et à la suprématie de l'Egypte sur la Méditerranée. Il réunira une armée de 100.000 fantassins et 20.000 cavaliers qui lui permettra de soumettre l'Arménie, la Bactriane et la Parthie, entre 212 et 204 avant Jésus-Christ. Vainqueur des Ptolémées lors de la cinquième "Guerre de Syrie", il reprendra le contrôle des côtes orientales de la Méditerranée. Il sera vaincu par les Romains et l'armée d'Eumène II, roi de Pergame, à la bataille de Magnésie, en 190 avant Jésus-Christ. Hannibal, réfugié auprès d'Antiochos, assistera à la bataille en tant que conseiller. Les Romains seront commandés par Publius Cornelius Scipio, dit Scipion l'Africain, le général vainqueur d'Hannibal à Zama.

La victoire romaine marquera la fin de l'autorité des Séleucides en Asie Mineure. La paix d'Apamée, en 188 avant Jésus-Christ, condamnera Antiochos III à céder la partie asiatique située à l'ouest du Taurus, à payer un lourd tribut à ses vainqueurs et à leur livrer sa flotte. Sardes sera incorporée au royaume de Pergame. Attale III, qui succèdera à son père mort d'empoisonnement, léguera le royaume de Pergame à Rome en l'absence d'héritier. Cette dernière en fera une tête de pont pour la conquête de l'Asie Mineure et la capitale de sa "province d'Asie".

Sardes, qui deviendra l'un des premiers sièges du christianisme, abritera l'une des sept églises d'Asie dont parle la Bible (Révélation, III, 1). La ville fut détruite par le conquérant mongol Tamerlan en 1402. Des fouilles archéologiques seront entreprises sur le site en 1910. La cité ne sera découverte qu'en 1958.
Oeuvre(s) associée(s)   
Sardes