S'enregistrer
Devenir membre

Envoyer la page
Accéder aux forums
 
English
Japon > Tokyo > Tokyo
Tokyo


Tokyo
Tokyo (Japon)

Tokyo est la capitale du Japon depuis 1868. Son nom signifie capitale de l'est (par opposition à Kyoto, l'ancienne capitale). Elle portait autrefois le nom d'Edo (porte de la rivière), en référence à la rivière Sumida qui la traverse. Les habitants de Tokyo sont des Tokyoïtes.

La ville
La ville est réputée être l'une des villes où l'immobilier est le plus cher au monde (lors du pic de la bulle immobilière de 1991-1992, le prix du mètre carré à Ginza, centre commerçant et d'affaires, dépassait 100.000 dollars).

La mairie de Tokyo, double bâtiment impressionnant de 50 étages dessiné par Kenzo Tange, se trouve dans le quartier de Shinjuku.

Tōkyō se trouve dans la baie de Tokyo qui donne sur l'Océan Pacifique. Lorsqu'on inclut Yokohama et Kawasaki, qui forment également la baie, l'agglomération de Tōkyō est la plus peuplée du monde avec plus de 30 millions d'habitants en 2002, devant New York et Mexico, toutes les deux dépassant légèrement les 20 millions d'habitants.

Tōkyō est une métropole (assimilable aux autres préfectures) et son nom officiel en ce cas est Tōkyō-to (métropole de Tōkyō), divisée en 23 "arrondissements" (ku) et en "villes"(shi). Au nord de la métropole de Tokyo se trouve la préfecture de Saitama, et au sud la préfecture de Kanagawa qui abrite Yokohama, la deuxième ville du Japon. À l'est, la préfecture de Chiba où se trouve l'aéroport international de Tōkyō, Narita.

Le centre de Tokyo , officieusement délimité par la ligne de train circulaire Yamanote, est composé de plusieurs grands quartiers :
- Chiyoda au centre, où se trouve le Palais Impérial,
- Shinjuku le quartier des affaires et des plaisirs nocturnes,
- Shibuya et Harajuku les quartiers pour les jeunes,
- Akihabara le quartier de l'électronique et des ordinateurs,
- Ueno où se trouve un grand parc abritant les principaux musées et un zoo,
- Ginza le quartier du luxe,
- Roppongi le quartier des étrangers et des clubs nocturnes.
   Tokyo : Visite virtuelle   20 sections et 209 éléments
Tokyo : Edifice(s) (3)


Meiji-jingū (9)
明治神宮 - Meiji-jingū
Sanctuaire Meiji
entre 1912 et 1920
Le Meiji-jingū (明治神宮), aussi connu sous le nom de sanctuaire Meiji, est un sanctuaire shintoïste construit de 1912 à 1920, dans les règles du style Nagarezukuri, au coeur de Tōkyō, en bordure du quartier Harajuku.

Sensō-ji (18)
金龍山浅草寺
Kinryū-zan Sensō-ji
Epoque de Kamakura
Sensō-ji (Asakusa Kannon) est un temple bouddhiste situé sur les quartiers de Asakusa et de Taitō à Tōkyō. C'est le plus vieux temple de Tokyo et un des plus significatifs. Anciennement associé à la secte Tendai, il est devenu indépendant après la Seconde Guerre mondiale.

Tour de Tokyo
東京タワー - Tōkyō tawā
entre 1956 et 1958
La tour de Tōkyō (東京タワー - Tōkyō tawā) est une tour rouge et blanche située dans l'arrondissement de Minato à Tōkyō, dont le modèle est celui de la tour Eiffel.
Tokyo : Guide (3)


Guide pratique, plan et vue aérienne de Tokyo (1)

Tokyo (東京) est une préfecture, comprenant 23 arrondissements (ku, 区) et quelques dizaines de villes (shi, 市).

La nourriture au Japon (3)

La nourriture japonaise est variée. La plupart des restaurants présentent les plats en vitrine. Il est possible de manger correctement pour un prix compris entre 1.000 yens (7.48 euros) et 1.500 yens (11.22 euros).

La presse au Japon
2005
Plusieurs quotidiens et magazines en langue anglaise sont disponibles dans les guichets. Les Japonais lisent peu dans les transports en commun. La presse locale témoigne du goût des Nippons pour les mangas.
Tokyo : Lieu(x) (11)


Chiyoda (3)
千代田区 - Chiyoda-ku

Chiyoda est un des 23 arrondissements spéciaux (特別区, Tokubetsu-ku) de Tōkyō, créés le 15 mars 1947 pour réorganiser l'ancienne municipalité dissoute.

Croisière sur la Sumida (11)

La Sumida (隅田川 - sumidagawa) est le fleuve qui traverse Tōkyō dont un des arrondissements porte le nom : Sumida-ku.

Ginza (13)
銀座

Ginza (銀座) est un quartier huppé de Tōkyō, situé dans l'arrondissement de Chūō.

Harajuku (15)
原宿

Harajuku (auberge dans la prairie) est un quartier de Tokyo situé sur la partie ouest de la ligne Yamanote entre Shinjuku et Shibuya. Les samedi et dimanche on y voit généralement des adolescents déguisés dont les vêtement rappellent les manga (Cosplay), les chanteurs de rock ou de hard rock ("Gothic Lolita").

Marunouchi (7)

Marunouchi (丸の内) est un quartier d'affaires de Tokyo, situé entre la gare de Tokyo et le palais Impérial. Son nom, qui signifie "dans le cercle", indique que la zone était autrefois comprise à l'intérieur de de l'espace délimité par les fossés extérieurs du palais.

Omotesandō (21)
表参道

Omotesandō (表参道) est une avenue et une station de métro de Tōkyō située dans le quartier de Shibuya. L'avenue débute à la station de Harajuku et va jusqu'à Aoyama.

Roppongi (13)
六本木 - Roppongi

Roppongi (六本木 - roppongi) est un district de l'arrondissement de Minato, connu par sa vie nocturne et la présence de touristes étrangers et expatriés, bien que la majorité des visiteurs soient japonais.

Shibuya (6)
渋谷区 - Shibuya-ku

Shibuya (渋谷区, Shibuya-ku) est un des 23 arrondissements spéciaux (区, ku) de Tōkyō. La population est de 208.371 habitants pour une superficie de 15,11 km² (2008).

Shinjuku (36)
新宿区

Shinjuku est l'un des 23 arrondissements spéciaux (区, ku) fondés en 1947 en remplacement de la municipalité de Tōkyō. En 2008, sa population était de 313 806 personnes pour une superficie de 18,23 km². C'est là que se trouve le gouvernement de la préfecture de Tōkyō.

Ueno (8)
上野公園 - Ueno Kōen

Le Parc d'Ueno (上野公園 - Ueno Kōen) est un parc public situé dans Taitō-ku. Il occupe le site de l'ancien Kaneiji, un temple associé aux shoguns Tokugawa, qui ont construit le temple pour protéger le château d'Edo contre le nord-est. Le temple fut détruit durant la guerre de Boshin.

Zoo de Ueno (23)
恩賜上野動物園 - Onshi Ueno Dōbutsuen
1882
Le jardin zoologique d'Ueno, le plus ancien du Japon, est aujourd'hui l'un des plus grands. Il est célèbre pour son couple de pandas géants.
Tokyo : Transports (3)


Aéroport de Narita (6)
成田国際空港 - Narita Kokusai Kûkô


L'aéroport international de Narita (成田国際空港 - Narita Kokusai Kūkō) est situé à 66 km au nord-est de Tokyo.

Réseau ferré JR (11)
JRグループ - Jeiāru Gurūpu
2005
Au Japon, le train est le transport préféré des passagers pour voyager entre les grandes villes, vers les banlieues et dans les grandes cités comme comme Tokyo ou Ōsaka.

Métro de Tokyo (5)
2005
Fukuoka, Kōbe, Kyōto, Nagoya, Ōsaka, Sapporo, Sendai, Tōkyō et Yokohama possèdent un métro.
Tokyo : Guide de visite   
Tokyo (東京) est une préfecture, comprenant 23 arrondissements (ku, 区) et quelques dizaines de villes (shi, 市). Les touristes limitent en général leurs visites aux arrondissements centraux délimités approximativement par la ligne de train circulaire Yamanote. La mégalopole de Tokyo inclut les villes voisines de Kawasaki et Yokohama (deuxième ville du Japon par sa population).

Les quartiers animés, accessibles par les stations importantes de la ligne Yamanote, sont :
- Shinjuku (新宿) avec Kabukicho, un des quartiers "chauds"
- Akihabara (秋葉原), le royaume de l'électronique et des ordinateurs
- Harajuku (原宿) : quartier "jeune", attenant au sanctuaire Meiji (Meiji-jingū) et au parc de Yoyogi
- Shibuya (渋谷), principal quartier des jeunes et noctambules
- Ueno (上野) : musées, parc, zoo, marché

D'autres quartiers méritent également une visite :
- Ginza (銀座), le quartier chic
- Roppongi (六本木) : quartier nocturne prisé par les étrangers
- Asakusa (浅草) le quartier traditionnel
- Tsukiji (築地) le marché aux poissons

Langue
Il est facile pour un anglophone de circuler à Tokyo. Peu de Japonais parlent français. Le nom des stations de métro et de train sont affichés en romaji (caractères latins). Les japonais sont très heureux de vous montrer le chemin et n'hésitent pas à vous accompagner si vous ne comprenez pas.

Arriver/Partir
- Aéroport international de Narita
- Aéroport international de Tōkyō-Haneda

Le Narita Express "train express de Narita " (NEX) est le mode de transport incontournable entre l'aéroport et Tokyo. Il dessert la station centrale de Tokyo. Certains trains s'arrêtent à Ikebukuro, Shinjuku, Shibuya et Shinagawa. Les billets coûtent approximativement 3.000 Yens. Compter une heure de trajet entre la gare centrale Tokyo et l'aéroport. La Keikyu offre également un service de train express pour Narita, qui coûte moitié moins que NEX.

Un service de bus-limousine dessert la plupart des grands hôtels.

Porter une valise dans le métro peut être un cauchemar. Employez les services de livraison omniprésents (takkyuubin) qui fournissent un service rapide et bon marché. Le comptoir est désigné par l'enseigne "Baggage Delivery" dans les gares et les aéroports.

En train
La gare principale de Tokyo est appelée Tokyo ou Tokyo Station. Des trains à grande vitesse (Shinkansen) relient Tokyo aux autres grandes villes du Japon. Kyoto se trouve à 2h40 et 14.000 yens de Tokyo.

En autobus
Plusieurs services de bus de nuit partant de la région du Kansai (Ôsaka, Kôbe, Kyoto) arrivent à Tokyo le matin. On peut trouver des compagnies offrant un voyage au alentours de 10.000 yens.

Se loger
Il y a des milliers d'hôtels dans la région de Tokyo, allant du bon marché au très cher.

Classe économique
Les hôtels "capsule" sont généralement l'option meilleur marché. Ils peuvent être réticents à accueillir des étrangers car il y a quelques règles de comportement qu'il peut être difficile de leur expliquer. Les bibliothèques de "mangakissa" Manga/cafés internet ouverts 24 heures sur 24, permettent de se reposer si vous manquez votre dernier train et devez attendre jusqu'au matin. On y dispose d'un fauteuil confortable, et parfois de douches.

Quelques hôtels économiques peuvent être réservés sur internet
- e-otomari (japonais, anglais)
- spocom.net (japonais, anglais)

Classe moyenne
Les "business hotels" peuvent offrir un rapport qualité/prix intéressant. La chaîne Tokyu propose des prix commençant à US$ 80. L'accès a Internet et le petit déjeuner sont inclus. Tous ont une machine à laver/sèche-linge dans la chambre. Des cuisinettes sont également disponibles.

Le ryokan (auberge japonaise), est un peu plus cher. Les chambres à la japonaise sont généralement recouvertes de tatamis, avec des futons et une table basse.
- Rama ryokan - à Shinjuku, 4000 yen/nuit Tel: 81 (3) 3209-8062 turner@idiom.com
- Taito ryokan - 3000 yen/nuit jptaito@libertyhouse.qr.jp
-Ryokan Andon - Telephone: 0081 (0)3-3873-8611 reservations@andon.co.jp

Hôtels de luxe
L'hôtel ANA est un hôtel international. Le personnel parle anglais. les prix commencent à partir de US$ 200$/nuit. Le ANA Hotel Tokyo est situé entre la station de métro Tameike-Sanno et celle de Roppongi Ichome. Un autobus relie l'hôtel d'ANA à l'aéroport de Narita.

Plusieurs grands hôtels se trouvent à West Shinjuku :
- hôtel Imperial, en face du parc Hibiya, proche du quartier Ginza (métro Hibiya)
- hôtel New Otani (métro Kamiyacho)
- Park Hyatt de Shinjuku, ayant servi au tournage du film Lost in Translation (métro Shinjuku)
- Grand Hyatt, dans la tour Mori dans le quartier de Roppongi (métro Roppongi)
- Cerulean, à Shibuya (métro Shibuya)

Transport ferroviaire
Le réseau de transport de Tokyo est constitué par :
- deux compagnies de métro
- la compagnie ferroviaire JR East, exploitant notamment la ligne circulaire Yamanote autour du centre-ville et la ligne Chuo traversant la ville d'est en ouest
- plusieurs autres compagnies ferroviaires privées (Tokyu, Keio, Tobu, Sobu...), déservant la banlieue.

Bien que la gare de Tōkyō soit la gare interurbaine principale de Tōkyō, la station la plus grande est celle de Shinjuku. Cette dernière est non seulement la plus fréquentée du Japon, mais également du monde. Les gares de Shibuya, Ikebukuro, Akihabara, Ueno et Shinagawa constituent également des plaques importantes dans le réseau ferroviaire de Tōkyō.

Lignes dans le coeur de Tōkyō
La ligne circulaire appelée Yamanote délimite officieusement le "centre" de Tōkyō. Ligne Yamanote, ligne Chuo Main, ligne Chuō-Sōbu, réseau Tōkyō Métro, réseau Toei.

Lignes intérieures aux 23 arrondissements spéciaux
- Réseau JR : ligne Chūō Rapid, ligne Saikyō, ligne Shōnan-Shinjuku, ligne Keihin Tohoku, ligne Jōban Rapid, ligne Joban Kankō, ligne Chūō-Sōbu Line, ligne Keiyō, ligne Sōbu Rapid, ligne Yokosuka.
- Réseaux de transports ferroviaires privés : ligne Keikyū Main, Ligne Tōkyū Meguro, Ligne Tōkyū Tōyoko, Ligne Tōkyū Den-en-toshi, Ligne Keiō Inokashira, Ligne Odakyū Odawara, Ligne Keiō, Ligne Seibu Shinjuku, Ligne Seibu Ikebukuro, Ligne Tōbu Tōjō, Ligne Keisei Main, Ligne Tōbu Isesaki, Ligne Hokusō, Ligne Tōkyō Métro Tozai, Ligne Tōkyō Métro Yūrakuchō, Ligne Tsukuba Express.
- La coexistence des lignes publiques et privées fait que de nombreuses stations (heureusement proches) des 2 types de réseau portent le même nom.

Lignes desservant la "zone Tama" (zone ouest) de Tōkyō
- Réseau JR : ligne Chūō Rapid, ligne Ōme, ligne Itsukaichi, ligne Hachikō, ligne Musashino, ligne Nambu, ligne Yokohama.
- Réseaux de transports ferroviaires privés : Ligne Tama Toshi Monorail, Ligne Keiō Sagamihara, Ligne Keiō Keibajō, Ligne Keiō Dōbutsuen, Ligne Keiō Takao, Ligne Odakyū Tama, Ligne Seibu Kokubunji, Ligne Seibu Tamagawa, Ligne Seibu Tamako, Ligne Seibu Haijima.

Lignes de longues distances
- Train à grande vitesse : Ligne Shinkansen Tōkaidō, Ligne Shinkansen Tōhoku, Ligne Jōetsu Shinkansen, Ligne Nagano Shinkansen
- Autres : Ligne Tōkaidō Main, Ligne Tōhoku Main, Ligne Chuo Main, Ligne Jōban, Ligne Sōbu Main.

Autres lignes
- Ligne Tōkyō Monorail Haneda,
- Ligne Keikyū Airport,
- Ligne Tōkyū Ikegami,
- Ligne Tōkyū Ōimachi,
- Ligne Tōkyū Setagaya,
- Ligne Tōkyū Tamagawa,
- Ligne Keiō Shin,
- Ligne Seibu Yūrakuchō,
- Ligne Tōbu Kameido,
- Ligne Tōbu Daishi,
- Ligne Keisei Oshiage,
- Ligne Keisei Kanamachi,
- Ligne Toden Arakawa,
- Ligne Tōkyō Rinkai Kōsoku,
- Ligne Yurikamome.

Circuler en pratique
Le prix du trajet, qui dépend de la destination, est indiqué sur des plans situés au-dessus des distributeurs de tickets. Il est recommandé de se procurer des cartes prépayées :

- carte PASSNET pour les 2 compagnies de métro et les ferroviaires de banlieue hors JR East
- carte Suica pour les lignes de JR East dont la Yamanote (inutile pour les possesseurs d'un Japan Rail Pass).

Il est possible d'emprunter les lignes de métro (y compris les lignes JR) à l'aide de la carte Suica.

Les métros sont relativement bon marchés, fréquents, et parfois le seul choix pour un endroit comme Roppongi (loin de la station voisine de JR). La Tokyo Metro (anciennement TRTA ou EIDAN) gère 8 lignes, et la TOEI gère 4 lignes. La correspondance entre les lignes de ces deux compagnie est parfois difficile. Les cartes PASSNET et Suica évitent d'avoir à racheter un billet. Il y a également d'autres ligne privées, comme le métro automatique aérien Yurikamone.

Des pousseurs tassent les voyageurs dans les rames aux heures d'affluence. Les stations sont annoncées et les correspondances sont annoncées en anglais et en japonais dans les wagons. Les stations sont généralement numérotées.

Quand vous achetez votre ticket au distributeur, mettez l'argent avant de choisir le tarif de votre destination. Pensez également aux cartes à la journée pour le métro : One-Day Open Ticket pour Tokyo Metro (les 8 lignes) : 710 yens, Pass journée pour les 2 réseaux (12 lignes) : 1000 yens, Pass journée métro et bus : 1500 yens.

Bus
Le réseau de bus est difficile d'accès pour un touriste. La fréquence des bus est très faible sur certaines lignes, les plans de bus sont souvent uniquement en japonais.

Taxi
Le taxi devrait être réservé aux courtes distances ou lorsqu'aucun autre moyen de transport n'est disponible. Le prix de la course, fixé à 660 yens pour les 2 premiers kilomètres, grimpe très rapidement. Le tarif de nuit est majoré de 30% entre 23 heures et 5 heures du matin. Les chauffeurs de taxis s'attendent à ce que le client leur indique l'itinéraire. La porte arrière du taxi s'ouvre et se ferme automatiquement. Il ne faut pas laisser de pourboire.

Voiture
Si vous y tenez vraiment, vous devez disposer d'une traduction officielle du permis de conduire national. Le permis international n'est pas reconnu.

À voir :
- la tour de Tokyo offre le meilleur point de vue sur la ville. L'accès au sommet de l'hôtel de ville de Tokyo, accessible depuis la gare de Shinjuku, est gratuit. On peut y apercevoir le Mont Fuji par beau temps. La tour de Roppongi Hills (1500¥), offre un panorama de 360 degrés sur la ville.

- le Ryogoku Kokugikan (station Ryogoku, à l'est d'Akihabara) accueille trois des six tournois annuels officiels de sumo professionnel. Le musée Edo-Tokyo, derrière le Kokugikan, est consacré à l'histoire de la ville.
- la ligne de métro aérienne Yurikamome permet d'avoir une vue sur la baie, et passe à l'intérieur du grand pont suspendu Rainbow Bridge.

Centres d'intérêt
- les quartiers jeunes de Shibuya et Harajuku
- Omotesando, les Champs-Elysees de Tokyo
- Shinjuku, quartier commerçant et d'affaires (à l'ouest) et "chaud" (à l'est) : Kabukicho, mais aussi Shinjuku ni-chome, le quartier gay du Japon
- Akihabara, le quartier de l'électronique,
- les musées et le parc de Ueno
- le quartier des grands magasins de Ginza
- le temple Sensoji, a Asakusa
- Roppongi, le quartier pour étrangers, et les nouveaux complexes urbains de Roppongi Hills et Tokyo Midtown
- la baie de Tokyo, vue depuis la ligne de métro Yurikamome
- plusieurs quartiers périphériques, comme Daikanyama ou Shimokitazawa.

Acheter
Tokyo est dans la moyenne des grandes métropoles occidentales pour ce qui est du coût de la vie. Dans les combini, le prix de la nourriture n'est pas très élevée. Les transports et en particulier le bus, sont assez chers. Il est possible de trouver des magasins et des restaurants bons marchés, surtout aux alentours d'Akihabara.

Manger
Les menus sont généralement affichés à l'extérieur. De nombreux restaurants présentent des plats en plastique dans leur vitrine, ce qui permet de choisir en montrant du doigt. N'hésitez pas à sortir avec le serveur pour lui indiquer ce que vous voulez manger. Les cartes de crédit sont rarement acceptées.

Les "convenience store", ouverts 24/24, permettent de se restaurer de façon économique. Les magasins de bento vendent des boîtes de repas à emporter. Ils proposent généralement une bonne nourriture à un prix raisonnable. Les étudiants et les employés de bureau en mangent souvent. Les nouilles (Ramen, Soba et Udon) sont aussi très bon marché, sans oublier les magasins de riz au curry que l'on trouve partout.

Les touriste plus fortunés opteront pour l'okonomiyaki, le tempura, et les chaînes de "family restaurants" comme Royal Host ou Gusto . De nombreux petits restaurants italiens, tels que la chaîne "To The Herbs", proposent des menus bon marché. Le sous-sol des grands magasins vendent des plats préparés à emporter. Allez à Mitsukoshi, à Matsuzakaya, ou à Isetan. Les sushi bar tournant ou pas, sont les meilleurs marché mais souvent moins bon que les restaurants proprement dit. Ils sont aussi beaucoup moins chers.

Sortir
Roppongi, Shibuya, mais aussi Kabukicho et Shimokitazawa sont très fréquentés. Les bars et de grils les moins chers s'appelle l'izakaya. Ceux qui appartiennent à une chaine (Tsubohachi, Shirokiya ...) proposent des menus avec images.

Tokyo regorge de boîtes de nuit. En voici quelques-unes:
- à Shibuya : Club Asia, Harlem, Nuts (hip-hop), La Fabrique, Module, Womb (electro/house)
- à Daikanyama/ Ebisu : Air, Liquidroom, Unit (electro/house)
- à Roppongi : Yellow (house), le Gas Panic étant à éviter Le droit d'entrée est généralement de 2.000/3.000 yens. La plupart de ces clubs sont ouverts entre 23 heures et 5 heures du matin.

A visiter autour de Tokyo
- Kamakura l'ancienne capitale. nombreux temples, bouddha de bronze géant
- Nikko. Nombreux temples, dont certains très richement décorés
- Yokohama, la ville portuaire et son quartier chinois (Chuka Gai)
- Le parc de Fuji-Hakone-Izu pour ceux qui recherchent un peu de verdure ou de beaux paysages. Ce parc naturel à l'ouest de Tokyo, comprend le Mont Fuji, la région montagneuse et volcanique d'Hakone et la péninsule d'Izu.
- Tokyo Disneyland
- Nippon Minka-en, un musée en plein air qui abrite d'anciennes maisons japonaises authentiques en provenance de tout le Japon.

Sécurité
Tokyo est l'une des villes les plus sures que vous pouvez visiter. La criminalité est rare, et la nuit relativement sure. Vous pouvez vraiment demander à la police si vous avez besoin d'aide. Vous vous trouverez rarement loin de l'une des sous-stations locales de police appelé koban en japonais. Celles-ci sont généralement tenues par un ou deux officiers de police. N'hésitez pas à y aller si vous êtes perdus, ils ont de grandes cartes locales (en japonais). Les officiers de police parleront un anglais de base si vous êtes chanceux car la plupart ne parlent pas un mot d'anglais. En revanche ils sont souvent très serviables et gentils. D'autre part, si vous avez une assurance de voyage, signalez tous les vols ou articles perdus au koban. Ils peuvent avoir des formulaires aussi bien en anglais qu'en japonais.
- Appeler le 110 pour la police
- 119 pour les pompiers et les urgences.
Tokyo : Description   
Tōkyō (東京 en japonais, romanisé Tōkyō avec la méthode Hepburn) est la capitale de facto du Japon depuis 1868. Elle forme l'une des 47 préfectures du Japon, mais dispose d'un statut administratif particulier. L'agglomération de Tōkyō toutefois s'étend au-delà des limites territoriales de la préfecture, rayonnant sur une large frange de la baie de Tōkyō, ainsi que sur la plaine du Kantō. Tōkyō forme l'aire urbaine la plus densément peuplée au monde, et celle dont le PIB total est le plus élevé.

Tōkyō signifie littéralement "capitale 京 de l'est 東" (par opposition à 京都, Kyōto, littéralement "ville capitale", la précédente capitale, située plus à l'ouest) ; son ancien nom est Edo (江戸), "porte de la rivière", en référence à la rivière Sumida qui la traverse. En français, les habitants de Tōkyō sont appelés les "Tokyotes" ou les "Tokyoïtes".

Transcription du nom de la ville
En japonais, le nom de la ville s'écrit 東京 (et se prononce ainsi écouter). La transcription phonétique en alphabet latin selon la méthode Hepburn donne Tōkyō, le ō dénotant un o long. Cette méthode de transcription est utilisée dans les transports japonais et dans certaines publications francophones comme l'Encyclopædia Universalis ou les Cahiers du Japon. La méthode Kunrei donne Tôkyô et la méthode JSL, Tookyoo. Le gouvernement japonais autorise également l'utilisation de la graphie "Tohkyoh" sur les passeports, reprenant une représentation des voyelles longues familière aux anglophones.

En français, on ne prononce pas le nom de la ville comme en japonais et l'on écrit généralement "Tokyo", ce qui correspond à la prononciation française /tɔ.kjo/. L'ancienne graphie Tokio qui était utilisée en français au début du XXe siècle, est toujours utilisée en allemand et en espagnol, ainsi qu'en espéranto (entre autres).

Pour la France, l'arrêté du 4 novembre 1993 relatif à la terminologie des noms d'États et de capitales, pris conjointement par les ministres des Affaires étrangères et de l'Éducation nationale, "recommande" la seule graphie Tokyo. Il en va de même de la commission de toponymie de l'Institut géographique national français et du code de rédaction interinstitutionnel de l'Union européenne.

Enfin, les Japonais eux-mêmes utilisent parfois la graphie Tokyo dans leur retranscription en rōmaji du nom de la ville.

Définitions de Tōkyō
Les 23 arrondissements spéciaux (特別区, Tokubetsu-ku) remplacent l'ancienne municipalité de Tōkyō, dissoute en 1943. Sur le plan administratif, ils forment chacun des villes et municipalités distincts comparables aux autres villes-municipalités japonaises (shi), si ce n'est qu'elles ne se regroupent pas en districts autrement que par la préfecture-métropole à laquelle ces municipalités appartiennent désormais. Ces arrondissements spéciaux (les actuelles municipalités) réunissent plus de 8 millions d'habitants sur 617 km2, soit environ 13 000 hab/km2.

Par centre de Tōkyō, on peut entendre les 23 arrondissements spéciaux. Dans un sens plus restrictif, l'expression peut désigner les arrondissements desservis par la Yamanote, une importante ligne de train circulaire. Plus étroitement encore le centre peut faire référence aux trois arrondissements les plus centraux, Chūō, Minato et Chiyoda. C'est dans ce dernier que se trouvent le palais impérial et la plupart des grandes institutions politiques nationales.

La métropole de Tōkyō (東京都, Tōkyō-to) comprend les 23 arrondissements spéciaux et d'autres territoires. Elle ne se superpose pas à l'agglomération de Tōkyō : elle comprend des zones rurales, dans sa partie ouest alors que l'agglomération s'étend largement dans des préfectures voisines. La préfecture de Tōkyō dispose d'une plus grande autonomie que les autres. Depuis 1999, le gouverneur de la métropole de Tōkyō est Shintarō Ishihara (石原 慎太郎), écrivain, et homme politique très controversé.


- Il existe de nombreuses manières de délimiter l'agglomération de Tōkyō. Au sens de l'ONU, l'aire urbaine de Tōkyō-Yokohama est la plus peuplée du monde. Elle s'étend de larges parties des préfectures Chiba, Kanagawa, Saitama, et quelques parties d'autres préfectures. Elle compte 34,3 millions d'habitants sur 7 835 km2, soit environ 4 400 hab/km2. Il s'agit donc de l'agglomération la plus peuplée de la planète.


- Dans un sens statistique courant, l'aire métropolitaine de Tōkyō englobe la totalité des préfectures de Chiba, Kanagawa, Saitama. Elle comprend donc l'essentiel de l'agglomération de Tōkyō ainsi que des régions environnantes moins urbanisées. Elle compte environ 34 millions d'habitants et s'étend sur près de 14 000 km2.

Climat
Tōkyō vit sous un régime de climat subtropical humide. La ville bénéficie d'hivers relativement doux, avec peu ou pas de neige (moyenne minimale de 5 à 6 °C en janvier et février). En revanche, les étés sont chauds (moyenne de 26 °C mais régulièrement plus de 30 °C) et surtout très humides. C'est principalement en raison de ces fortes chaleurs qu'une multitude de distributeurs de boissons (Jidohanbaiki) sont disséminés un peu partout dans la ville.

La baie de Tōkyō subit également une saison des pluies (tsuyu) de début juin à mi-juillet et peut subir des tempêtes tropicales ou des cyclones : par exemple le 10 octobre 2004, le typhon Ma-on a fait une dizaine de morts. On a mesuré des vents de 140 km/h et des précipitations importantes (70 mm en une heure). Ce cyclone était le vingt-deuxième de l'aire Asie-Pacifique et le neuvième à frapper directement le Japon depuis juin 2004. La semaine précédente, le typhon Meari avait fait 22 morts et 6 disparus.

Sismicité
La région de Tōkyō est au carrefour de trois plaques tectoniques (la plaque philippine, la plaque eurasienne, et la plaque nord-américaine) et constitue l'une des zones sismiques les plus actives du monde, la Ceinture de Feu. On recense en moyenne un tremblement de terre ressenti par jour d'après les enregistrements mondiaux des séismes (voir la Japan Meteorological Agency ou l'USGS). La quasi-totalité d'entre eux a des conséquences négligeables.

Certains sont en revanche extrêmement virulents : le 1er septembre 1923, un séisme emporte plus de 140 000 victimes et met près de 2 millions de personnes sans abris. Sa magnitude a été évaluée à 7,9 sur l'échelle de Richter. Ce phénomène peut s'expliquer lorsqu'une des trois plaques tectoniques manque d'inertie, favorisant une accumulation excessive d'énergie : une fois en mouvement, elle est à l'origine d'un tremblement de terre. Si les trois plaques se figeaient, ce qui est peu réaliste mais possible, l'énergie libérée serait telle que rien ne résisterait à la destruction totale.

Selon le groupe de recherche Team tokyo, un séisme très violent se produit tous les 400 ans environ. Il n'y aurait que 0,5 % de chances qu'un tel séisme se produise dans les 30 années à venir. Il y aurait en revanche 30 % de chances qu'un séisme moins violent mais provoquant toutefois d'importants dégâts survienne dans la même période. Le plus violent séisme de ces dernières années a eu lieu en 2005 et s'est déclenché dans sa baie d'une magnitude de 5,9 sur l'échelle ouverte de Richter, engendrant des mouvements de panique mais n'ayant causé aucune victime et uniquement des dégâts modérés.

Tōkyō s'est dotée des dernières avancées technologiques en matière de prévention sismique, à l'image de ces immeubles high-tech reposant sur de gigantesques ressorts d'acier qui absorbent la majeure partie des ondes sismiques, et limitent ainsi considérablement le risque d'effondrement.

En dépit de ces dispositifs, un séisme de magnitude 7 qui se déclencherait provoquerait de gigantesques pertes, tant humaines que matérielles.

Il existe à Tōkyō des gratte-ciels de plus de 200 mètres de haut. Les ingénieurs affirment qu'ils peuvent faire face aux plus violentes secousses ; toutefois, dans la crainte d'un hypothétique cataclysme, de grands exercices d'alerte en grandeur nature sont programmés régulièrement.

Structure urbaine et architecture
Tōkyō s'est développée sans planification publique centralisée. Le plan de la ville est donc très complexe et semble manquer d'unité. Ses rues à l'aspect hétérogène, et sans nom pour la plupart, sont un mélange de constructions ultra modernes et de bicoques sans âge. Tous les arrondissements se décomposent en quartiers qui s'entrecroisent, tous dotés d'une atmosphère bien spécifique.

La densité humaine est considérable sur près de 65 kilomètres. L'urbanisme de la ville est la synthèse entre le design contemporain et l'héritage historique. Il règne dans cette immense agglomération une impression de désordre où les immeubles de verre et d'acier côtoient les frêles maisons de papier, et où les autoroutes suspendues forment un inextricable lacis d'asphalte.

À Tōkyō, plus de la moitié des parcelles constructibles font moins de 100 m2. Ceci explique la multiplication, depuis l'an 2000, de "maisons bonsaïs" occupant 50 à 70 m2 au sol.

Il reste très peu de bâtiments anciens à Tōkyō à cause de la destruction par le tremblement de terre du 1er septembre 1923 et des bombardements américains de la Seconde Guerre mondiale.

Les quartiers les plus en vogue, densément peuplés et plantés de gratte-ciels se trouvent dans le coeur névralgique de Tōkyō.

Tōkyō est née de la mer. Le rôle de la mer y est donc vital : on y trouve plusieurs des grands ports japonais.

Les plaines représentent seulement un tiers des terres émergées de l'archipel. Accaparé le plus souvent par l'exploitation agricole ou sylvicole, l'espace devient un enjeu crucial : le seul recours envisagé a été de gagner des terres sur la mer avec la création de polders.

D'après un classement 2007 réalisé par le groupe immobilier Knight Frank et Citi Private Bank, filiale de Citigroup, Tōkyō est la cinquième ville la plus chère du monde en ce qui concerne les prix de l'immobilier résidentiel de luxe : 17 600 euros par mètre carré. Lors du pic de la bulle immobilière de 1991 - 1992, le prix du mètre carré à Ginza, centre commerçant et d'affaires, dépassait 100 000 dollars.

Que Tōkyō, la capitale la plus peuplée du monde, ne soit pas depuis longtemps en état de nécrose avancée, ni en congestion permanente, a de quoi étonner. Or elle "fonctionne" même mieux que d'autres grandes cités. Le soir, pour rentrer chez eux, la plupart des salariés tokyoïtes font 1 ou 2 heures de voyage dans des trains bondés, qui se succèdent à une fréquence maximale.

Jumelages et partenariats
- Casablanca (Maroc)
- Pékin (République populaire de Chine)
- Berlin (Allemagne)
- Le Caire (Égypte)
- Jakarta (Indonésie)
- Moscou (Russie)
- New York, États-Unis d'Amérique
- São Paulo (Brésil)
- Séoul (Corée du Sud)
- Londres, Royaume-Uni

Contrats économiques ou culturels (Paris,Lyon et Rome ne sont véritablement jumelées qu'entre elles) :
- Paris (France)
- Rome (Italie)
- Lyon (France)
Tokyo : Histoire   
Le développement d'Edo
Après la bataille de Sekigahara en 1600, Ieyasu Tokugawa, devenu shogun, transforme le petit village d'Edo en capitale militaire et administrative. Kyōto reste la capitale officielle mais n'est que la résidence d'un empereur aux pouvoirs réduits. Il inaugure ainsi la période Edo, appelé également l'ère des shoguns. En 1657, un grand incendie détruisit une grande partie de la ville et tua près de 100 000 personnes. La ville compta près d'un million d'habitants dès le XVIIIème siècle (sur trente millions de japonais).

Edo
- 1457 Construction du Château d'Edo
- 1603 le shogun Ieyasu Tokugawa, transforme le petit village d'Edo en centre militaire et administratif national. Kyōto reste la capitale officielle mais n'est que la résidence d'un empereur aux pouvoirs réduits. Il inaugure ainsi la période Edo, appelé également l'ère des shoguns. En 1657, un grand incendie détruisit une grande partie de la ville et tua près de 100 000 personnes. La ville compta près d'un million d'habitants dès le XVIIIème siècle (sur trente millions de japonais).
- 1855 : tremblement de terre

Tōkyō
- septembre 1868 : Edo devient la capitale à la place de Kyōto, et est renommée Tōkyō
- 1872 : construction de la ligne de chemin de fer Tōkyō-Yokohama
- 1877 : construction de la ligne de chemin de fer Kōbe-Ōsaka-Tōkyō
- 1er septembre 1923 : tremblement de terre de Kantō d'une magnitude de 7,9 : 142 807 morts et disparus
- 10 mars 1945 : bombardement aérien par les États-Unis. Plus de 100 000 morts
- 1946 : à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Tribunal de Tōkyō s'est tenu dans la capitale
- 1948 : verdict du Tribunal de Tōkyō
- 1964 : Jeux Olympiques d'été de 1964
- 1984 : visite du président coréen
- 1995 : attaque terroriste au gaz sarin dans le métro, tremblement de terre à Kōbe

Source Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C5%8Dky%C5%8D
Texte soumis à la licence GNU : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html
Tokyo : Plus de photos   
Article(s) en relation   
Histoire de l'Art au Japon
L'art japonais date des premières traces découvertes au Japon, dans les environs du Xème millénaire avant Jésus-Christ, jusqu'à nos jours.
Tokyo