S'enregistrer
Devenir membre

Envoyer la page
Accéder aux forums
 
English
Turquie > Phaselis > Phaselis
Phaselis


Phaselis
Phaselis (Turquie)

   Phaselis : Visite virtuelle   11 sections
Phaselis : Architecture extérieure (11)


Port militaire


Phaselis était un port important sur la route Grèce-Syrie-Palestine. Les Phéniciens, qui avaient exploité les capacités commerciales de la région avant l'arrivée des Rhodiens, avaient construit de trois ports situés au nord, au nord-est et au sud-ouest de la ville.

Port du nord-est


Le port du nord-est, plus petit que les autres, était cependant le plus actif. Il était protégé par le prolongement dans la mer de la muraille qui entourait la péninsule. Elle faisait office de jetée. On aperçoit à son extrémité les fondations d'une construction qui était certainement un phare et des vestiges de la jetée elle-même.


Voie principale


Elle débutait au port principal du nord-est et se terminait par une porte construite en l'honneur de l'Empereur romain Hadrien lors de sa visite à Phaselis, à proximité du port du sud-ouest. Cette voie mesurait 10 mètres de largeur et 270 mètres de longueur. Une canalisation s'écoulait en son centre sur toute la longueur.

Porte d'Hadrien
vers 129
La Voie principale débutait au port nord-est et se terminait par une porte construite en l'honneur de l'Empereur romain Hadrien lors de sa visite à Phaselis, à proximité du port du sud-ouest.

Théâtre


Le théâtre de Phaselis, par ses gradins et ses décorations architecturales, ressemble à celui de Myra. C'est une oeuvre de l'époque romaine.

Aqueduc

Ces ouvrages amenaient l'eau en un lieu élevé, situé au nord de la ville, qui alimentait la cité. Très bien conservés, ces aqueducs sont de style romain. Dans l'antiquité, on construisait des citernes pour recueillir l'eau de pluie. Il possible d'en observer plusieurs. Dans les dossiers de Beaufort, on peut lire qu'il existait une excellente source à environ 1,5 kilomètres au sud de la ville.



Agora tardive

La ville dispose de trois places qui formaient le centre de la ville : l'agora commerciale, l'agora de Domitien et celle d'une époque plus tardive. Elles sont évoquées sur une inscription dédiée à Hadrien.

Agora de Domitian

La ville dispose de trois places qui formaient le centre de la ville : l'agora commerciale, l'agora de Domitien et celle d'une époque plus tardive. Elles sont évoquées sur une inscription dédiée à Hadrien.
Phaselis : Horaires   

de 08h00 à 19h00 de juin à septembre, de 09h00 à 17h00 les autres mois de l'année.,

Phaselis : Guide de visite   
Le site de Phaselis, situé à 13 km de Kemer et 57 km d'Antalya, est facile d'accès par la route. Le parking est situé derrière l'aqueduc.
Un service d'autobus dessert le site à partir de Kemer et de Fenike.
Il est vivement conseille d'emmener sa serviette et son maillot de bains.
Phaselis : Description   
Les constructions de Phaselis sont d'époque romaine et postérieure. Elles sont situées entre les ports du sud-ouest et du nord-est.


57 Ko
Les ports
Phaselis était un port important sur la route Grèce-Syrie-Palestine. Les Phéniciens, qui avaient exploité les capacités commerciales de la région avant l'arrivée des Rhodiens, avaient construit de trois ports situés au nord, au nord-est et au sud-ouest de la ville.
Un quai sera construit entre les deux îlots, près du port du nord pour le protéger. On aperçoit les traces d'un ancien quai dans le port du sud-ouest, sous la forme de sept socles de marbre immergés. Le port du nord-est, plus petit que les autres, était cependant le plus actif. Il était protégé par le prolongement dans la mer de la muraille qui entourait la péninsule. Elle faisait office de jetée. On aperçoit à son extrémité les fondations d'une construction qui était certainement un phare et des vestiges de la jetée elle-même.
Un marécage nauséabond et insalubre occupait l'emplacement du troisième port de Phaselis, au sud-ouest. Il existait à l'époque de Cicéron et Livy et il subsiste de nos jours. Une partie de l'aqueduc romain s'étend jusqu'à ce marécage.

Les murailles
On peut encore admirer une partie des murailles qui entouraient l'Acropole. Ce mur aux joints cimentés semble appartenir à une période postérieure.


71 Ko
Le théâtre
Un théâtre occupe sur la pente nord-ouest de l'Acropole. Il possédait trois grandes portes en bois de trois mètres de hauteur. La porte centrale était encadrée de fenêtres de deux mètres de hauteur. Le bâtiment de scène avait quatre petites portes qui donnaient sur la scène. Elles permettaient notamment d'introduire les animaux sauvages lorsque ces derniers se produisaient. Le théâtre de Phaselis, par ses gradins et ses décorations architecturales, ressemble à celui de Myra. C'est une oeuvre de l'époque romaine.


78 Ko
La voie principale
Elle débutait au port nord-est et se terminait par une porte construite en l'honneur de l'Empereur romain Hadrien lors de sa visite à Phaselis, à proximité du port du sud-ouest. Cette voie mesurait 10 mètres de largeur et 270 mètres de longueur. Une canalisation s'écoulait en son centre sur toute la longueur. D'un côté de cette voie, la plus importante construction de la ville, se trouvait le théâtre et de l'autre côté, des agoras construites à des époques différentes.

Les agoras
La ville dispose de trois places qui formaient le centre de la ville : l'agora commerciale, l'agora de Domitien et celle d'une époque plus tardive. Elles sont évoquées sur une inscription dédiée à Hadrien.

Les temples
Au nord, face à la voie principale, une colline peu élevée abrite les traces deux temples évoqués sur des inscriptions. Ils datent du Vème et du IIIème siècle avant Jésus-Christ et on ne connaît que leur nom. L'un d'entre eux sera construit pour le dieu principal de la ville, Athéna Polias. L'autre de forme circulaire, sera dédié à Hestia et Hermès. Le premier abritera la lance d'Achille, dont la pointe était en bronze. D'après les récits de Pausanias, cette lance sera également utilisée par le héros d'Homère.


78 Ko
Les aqueducs
Ces ouvrages amenaient l'eau en un lieu élevé, situé au nord de la ville, qui alimentait la cité. Très bien conservés, ces aqueducs sont de style romain. Dans l'antiquité, on construisait des citernes pour recueillir l'eau de pluie. Il possible d'en observer plusieurs. Dans les dossiers de Beaufort, on peut lire qu'il existait une excellente source à environ 1,5 kilomètres au sud de la ville.

La nécropole
Elle s'étend au nord de la ville, au pied des collines, derrière le port du nord. Le terrain plat abrite des sarcophages. De nombreux sarcophages de Phaselis seront détruits par les voyageurs de l'antiquité. Dans ses notes, Beaufort parle d'un sarcophage décoré d'éléphants et de rhinocéros.

Le stade
Une inscription nous apprend que Phaselis organisait des compétitions d'athlétisme. La cité devait posséder un stade dont il ne reste aucune trace.
Phaselis : Histoire   


Les grecs immortaliseront les richesses de la région, comme l'olivier, le laurier, le persil sauvage, le chant des cigales et le murmure de l'eau qui s'écoule. "Le parfum des roses de Phaselis" est encore produit en Anatolie de nos jours, mais il ne reste aucune trace de la crème de beauté, extrait du lys. On peut évoquer aussi un style de chevelure appelé Sisoé (Siso). Dans l'antiquité des voiliers légers et rapides auxquels on donnait le nom de "phaseli", naviguaient le long de ces côtes.

On ne dispose que de peu d'informations sur Phaselis, l'une des plus importantes cités de la région. Certaines sources affirment qu'elle sera fondée en 690 par des colons de Rhodes, commandés par le dorien Lacios. D'autres sources attribuent sa fondation à Mopsos. Ce dernier n'aurait pu que reconstruire la ville. Dans cette hypothèse, la première ville était pamphylienne et la seconde lycienne.

La légende raconte que Lacios et son groupe, arrivés dans la région, auraient rencontré un berger nommé Cylabras et lui aurait demandé d'acheter ses terres afin d'établir leur nouvelle cité. Ils lui proposeront en échange des céréales ou du poisson fumé. Lacios choisira ce dernier. L'offrande du poisson fumé aux dieux deviendra une tradition dans la région. L'expression "sacrifice de Phaselis" qualifie aujourd'hui les petites offrandes.

Phaselis sera un centre d'échanges commerciaux sur la route Grèce-Syrie-Palestine. Avant l'arrivée des Rhodiens, les commerçants Phéniciens avaient exercé leurs talents dans la région.

Phaselis sera soumise à la domination des Perses milieu du VIème siècle avant Jésus-Christ, qui envahiront l'Anatolie. La victoire des Grecs contre les Perses à Marathon, Salamis et Plataea ne libèrera pas Phaselis de ses ennemis. La cité sera libérée par Cimon d'Athènes qui chassera les Perses de Lycie en 469 avant Jésus-Christ. Phaselis résistera au général grec avant de s'allier à lui contre les Perses lui verser un tribut compris entre 3 et 6 talents. Cette somme prouve que la ville était riche et prospère car, à cette époque, la grande Ephèse payait également 6 talents. Phaselis était un port de qualité qui permettait l'exportation des bois issus de la forêt de l'arrière-pays. Le commerce concernait aussi la vente de roses pour la fabrication du parfum.

Alexandre le Grand, qui arrivera à Phaselis au début de l'année 333 avant Jésus-Christ, sera accueilli en libérateur. Ses soldats attaqueront la cité rivale de Termessos à la demande des habitants de Phaselis.

Le général grec se dirigera ensuite vers Pergé à travers les montagnes et en longeant la côte soumises aux tempêtes. Aucune route n'existait alors. Alexandre, qui fera passer une partie de son armée par le nord, accompagnera la seconde partie le long de la côte.

Antigone, l'un des généraux d'Alexandre, défendra avec succès les villes de Lycie dans lesquelles il avait maintenu des garnisons. Ptolémée Ier assiègera toutes les villes de la région en 309 avant Jésus-Christ, y compris Xanthos, capitale de la Lycie. Phaselis passera sous la domination des Lagides jusqu'en 197 avant Jésus-Christ, puis sous celle des Séleucides après qu'Antiochos III l'ait intégrée à son empire.

La bataille de Magnésie du Sipyle, en 190 avant Jésus-Christ, la fera passer sous la domination de Rhodes. Libérée de cette tutelle, elle rejoindra la Confédération Lycienne vers 150 avant Jésus-Christ avant d'être conquise par les pirates ciliciens et d'être rattachée à l'empire romain après la défaite de ces derniers face au commandant romain Manlius Servilius.

La cité sera entourée, à l'époque byzantine, d'imposantes murailles.

Phaselis passera sous la domination ottomane en 1158, avant de sombrer dans l'oubli au bénéfice des villes portuaires d'Antalya et Alanya.
Phaselis : Plus de photos   
Phaselis