English
Chine > Shigatse (Xigazê - Xikazi) > Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po)
Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po)


Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po)
Zhashilunbu Si
Shigatse (Xigazê - Xikazi) (Chine)

   Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po) : Visite virtuelle   7 sections et 16 éléments
Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po) : Architecture extérieure (7)








Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po) : Description   
Le monastère de Tashilumpo est un monastère d'importance historique et culturelle à Shigatse, la seconde ville du Tibet. Situé sur une colline au centre de la ville, son nom complet en tibétain signifie "toute la fortune et le bonheur rassemblés ici" ou "monceau de gloire". Il est le siège traditionnel des Panchen Lamas successifs, les tulku de la lignée de second rang de la tradition des Gelugpa (ou "bonnets jaunes"). Le Panchen Lama est le second personnage de la hiérarchie des bouddhistes Gelugpa, après le Dalai Lama.

Le Xème Panchen Lama est mort en 1989. Les autorités chinoises ont choisi un successeur parmi quelques enfants sélectionnés selon la tradition tibétaine. Le candidat choisi par le Dalai Lama en exil en Inde a été arrêté et se trouve maintenant en prison à Beijing avec sa famille, ce qui en fait le plus jeune prisonnier politique du monde.

Le monastère de Tashilumpo est un lieu important de pélerinage pour la communauté tibétaine. Il abrite les tombes des Panchen Lamas, de magnifiques chortens décorés d'or et de pierres précieuses, ainsi qu'une statue de Bouddha Maitreya haute de 26 mètres.
Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po) : Histoire   
En 1447, le monastère de Tashilhunpo a été fondé par le 1er Dalaï Lama, Gendun Drub, à Shigatse, deuxième plus grande ville du Tibet. Avec Séra, Ganden et Drépung, c'est un des 4 grands monastères du Tibet Central a être supervisé les Dalaï Lamas et les Panchen Lamas de la tradition des Gelugpa (ou "bonnets jaunes").

Durant la vie du 10e Panchen Lama, Lobsang Choekyi Gyaltsen, il y avait plus de 3.000 moines au monastère et en 1959 il y en avait 5.000, avec encore 2.000 moines affiliés au monastère habitant hors de Tibet.

L'invasion chinoise de Tibet en 1959 et la Révolution Culturelle de 1966-80 ont entraîné la destruction des institutions monastiques du Tibet, occasionnant la perte de nombreuses écritures précieuses, de statues et de représentations religieuses. Beaucoup de moines ont été tués ou ont été emprisonnés et seulement 250 purent suivre le Dalaï Lama en exil.

En 1995, Chadrel Rinpoché était l'abbé en exercice du monastère de Tashilhunpo. Il a découvert Gendhun Choekyi Nyima, la réincarnation du 11e Panchen Lama qui est officiellement reconnu par le Dalaï Lama. Chadrel Rinpoché a été inculpé par le gouvernement chinois de collaboration avec le Dalaï Lama et condamné à 6 ans de prison. Selon le TCHRD, Chadrel Rinpoché a été libéré avec un an de retard, en janvier 2002 de la prison numéro 3 de Chuandong dans la province du Sichuan. Pour autant, il a aussitôt été placé en résidence surveillée. En 2007, il est âgé de 67 ans.

En 2007, deux moines du monastère de Tashilhunpo se suicident, suite à une campagne d'exclusion mené par des officiels chinois. Ces deux moines avaient participé à la reconnaissance du 11e Panchen Lama, Gendhun Choekyi Nyima, et pouvaient donc être appelé à reconnaître le prochain Dalaï Lama.

Réétablissement du Tashilhunpo en Inde
En 1972, sous l'égide du 14e Dalaï Lama, le monastère de Tashilhunpo a été réétabli dans l'état indien Méridional du Karnataka. Le monastère est composé de moines qui viennent du Tibet et des régions de l'Himalaya du Spiti, Khunu, Ladakh, Ghashar et Sangkhar. Occupant une position centrale dans le camp de réfugiés tibétains de Bylakuppe, il y a plus de 250 moines dont de nombreux Tulkus étudiant diverses pratique religieuses.

Beaucoup de moines s'échappent du Tibet, fuyant l'emprisonnement ou la mort qu'ils risquent en essayant de pratiquer le bouddhisme à l'intérieur du Tibet. L'afflux de nouveaux réfugiés met une tension sur les monastères réétablis en exil. Le monastère de Tashilhunpo est un des plus pauvre des monastères tibétains réétablis en exil.

En 1960, beaucoup d'anciens lamas ont quitté le Tibet et ont aidé au réétablissement de nouveaux monastères en Inde, au Népal et au Bhoutan. Le dernier Panchen Lama n'a pas quitté le Tibet, où sont aussi restés beaucoup d'anciens lamas du Monastère de Tashilhunpo. Alors que les autres monastères en exil se sont développés sous la direction d'anciens lamas, le Tashilhunpo est ainsi resté dans une situation difficile.

Le monastère de Tashilhunpo donne une éducation de la religion bouddhiste ainsi qu'une éducation moderne, et a un rôle vital dans la préservation de bouddhisme.

Source Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tashilhunpo
Texte soumis à la licence GNU : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html
Oeuvre(s) associée(s)   
Article(s) en relation   
Histoire du Tibet
L'Histoire du Tibet, ancien royaume des confins et des cimes enneigées (himals, en népalais), charnière inaccessible et stratégique entre le monde chinois et le monde indien, est une histoire mouvementée, interrompue par de longues périodes d'isolement.
Le bouddhisme tibétain
On désigne par bouddhisme tibétain le bouddhisme qui s'est développé au Tibet.
Panchen Lama
La lignée des Panchen Lamas est une lignée de réincarnation importante dans l'histoire du Tibet. Le Panchen Lama est en effet le deuxième plus haut chef spirituel du bouddhisme tibétain Guélougpa (école dite des bonnets jaunes).
Monastère Tashilumpo (Tashi-Ihum-po)