English
Maroc > Marrakech > Médina de Marrakech
Médina de Marrakech


Médina de Marrakech
Marrakech

Inscription au Patrimoine Mondial par l'Unesco : 1985

Marrakech (Maroc)

Marrakech, connue sous le nom de Perle du Sud ou Porte du Sud et de Ville rouge ou Ville ocre, est une ville du Maroc au pied des montagnes de l'Atlas.
   Médina de Marrakech : Visite virtuelle   18 sections et 48 éléments
Médina de Marrakech : Cimetières (1)


Tombeaux Saadiens (3)
entre 1578 et 1603
Les tombeaux Saadiens de Marrakech datent de l'époque du grand sultan Ahmed al-Mansur Saadi (1578/1603). Ces tombeaux ne furent découverts que vers 1917, puis restaurés par le service des Beaux-arts. Ils ne cessent, depuis, d'impressionner les visiteurs par la beauté de leur décoration.
Médina de Marrakech : Edifice(s) (11)


La Koutoubia (3)
entre 1120 et 1199
La mosquée de la Koutoubia est devenue emblématique de Marrakech. Son édification fut décidée en 1158 par le sultan Almohades Abdel Moumen aussitôt après sa conquête de Marrakech. Sa construction fut achevée en 1199 avec la construction de son célèbre minaret ordonnée par le petit fils du sultan, Yacoub el-Mansour. C'est un édifice religieux édifié représentatif de l'art des Almohades.

Médersa Ben Youssef (4)
entre 1570 et 1565
La medersa Ben Youssef est un joyau de l'architecture arabo-andalouse. La medersa Ben Youssef est l'oeuvre du sultan Abdellah Al Ghalib qui en acheva la construction en 1564/1565.

Ménara de Marrakech
vers 1130
La Ménara est un vaste jardin planté d'oliviers à environ 45 min à pied de la place Jamaa El Fna (centre de Marrakech). Au coeur de ce jardin, un grand bassin au pied d'un pavillon sert de réservoir d'eau pour irriguer les cultures.

Mosquée Bab Doukkala
1557
Construite en l'an 965 de l'hégire par la pieuse Lalla Massouda (Messouda Bent Ahmed El Ouzguiti El Ouarzadi la mère d'Al Mansour ed-Dahbi), la mosquée Bab Doukkala se trouve dans la rue Fatima Zora.

Mosquée Ben Salah
Zaouïa de Sidi ben Salah
1321
La mosquée Ben Salah a été construite par le sultan Abou Said Othman el Merini. C'est l'un des rares vestiges de l'art mérinide.

Mosquée d'El Mansour
Mosquée Moulay El Yazid
Mosquée de la Kasbah - Mosquée aux "pommes'd'Or"
XIIème siècle
La mosquée aux "pommes d'Or" est un édifice religieux du XIIe siècle édifié sous le règne du sultan Yacoub El Mansour, situé prés d'une ancienne porte de Marrakech (Bab Aguenaou) .

Palais Dar M'nebhi (3)
Musée de Marrakech
approx. entre 1880 et 1900
Le Palais arabo-andalou Dar M'Nebhi abrite depuis 1997 le musée de Marrakech (art contemporain et patrimoine traditionnel).

Palais de la Bahia (9)
entre 1866 et 1900
Le Palais de la Bahia , situé à Marrakech, est un chef d'oeuvre de l'architecture marocaine dont la construction remonte à la fin du XIXème siècle, comme la plupart des palais arabes, il renferme de beaux jardins et de jolis patios, et comporte des chambres richement décorées.

Palais El Badi (10)
entre 1578 et 1594
Le palais El Badi, situé à Marrakech, a été édifié à la fin du XVIème siècle par le sultan saadien Ahmed al-Mansur Saadi pour célébrer la victoire sur l'armée portugaise en 1578 dans la bataille connue sous le nom de "Bataille des Trois Rois".

Palais Royal

Véritable enclave dans le médina, le Palais Royal est sévèrement gardé. Il se trouve entre les Tombeaux des Saâdiens et les Jardins de l'Aguedal.

Qoubba (2)
Koubba almoravide - Koubba Ba'Adiyn
approx. entre 1100 et 1130
La Qoubba étonne par son tracé unique Son aspect rectangulaire, limité par quatre piles, se transforme au carré intérieur par le doublement des arcs lobés formant une voûte.
Médina de Marrakech : Monument(s) et édifice(s) public(s) (1)


Fontaines de Marrakech

Marrakech pourvoit depuis sa fondation aux besoins des milliers d'hommes qui y vivent et s'y concentrent grâce à ses fontaines et à un ingénieux système d'adduction en eau : les Khettaras.
Médina de Marrakech : Ouvrage(s) d'art (1)


Les portes et remparts de Marrakech

Les 19km de remparts de Marrakech sont désormais coupés par 22 portes. Elles témoignent de l'évolution de la superficie de la ville au cours des siècles. Les plus anciennes Bab er Robb ou Bad Agnaou sont un témoignage de l'art architectural Almohade alors que d'autres ont été construites plus récemment.
Médina de Marrakech : Rues, avenues ... (4)


Souks de Marrakech (5)

Les souks de Marrakech, qui s'étendent et s'entremêlent dans la médina, regroupent une corporation de plus de 40.000 artisans. De ces corporations qui régissaient jadis les souks, il ne reste que les noms, et quelques artisans et maâlems (maîtres) qui officient encore au milieu de quantités d'échoppes.

Place Jemâa el Fna (9)

La place Jemâ el Fna permet de saisir le foisonnement de vie et d'activités qui caractérise la ville impériale.

Avenue Mohamed V

Cette avenue est l'une des principales voies d'accès à la place Jemâa el Fna.

Place des Ferblantiers

Le ferblantier est celui qui fabrique ou qui vend des outils ou ustensiles en fer-blanc souvent ménagers tels que par exemple les casseroles, les bassines ...
Médina de Marrakech : Description   
Fondée en 1070-1072 par les Almoravides (1056-1147), Marrakech fut longtemps un centre politique, économique et culturel majeur de l'Occident musulman, régnant sur l'Afrique du Nord et l'Andalousie. Des monuments grandioses remontent à cette période : la mosquée de la Koutoubiya, la Casbah, les remparts, les portes monumentales, les jardins, etc. Plus tard, la ville accueillera d'autres merveilles, tels le palais Bandiâ, la medersa Ben Youssef, les tombeaux saâdiens, de grandes demeures, etc. La place Jamaâ El Fna, véritable théâtre en plein air, émerveille toujours les visiteurs.

La distance entre Casablanca et Marrakech est de 240km La ville a été fondée en 1062 par Youssef Ibn Tachfin, premier roi de la dynastie des Almoravides. Dans le passé, le Maroc était connu en orient sous le nom de Marrakech, cette appellation est d'ailleurs toujours en cours en Iran, le nom Maroc provient lui même de la déformation de la prononciation espagnole de Marrakech : Marruecos.

Marrakech compte environ 1 million d'habitants (recensement de 2004) répartis sur une superficie de 6,2 km². La densité de population atteint les 350 habitants à l'hectare. C'est la 4ème plus grande ville du Maroc après Casablanca, Rabat et Fès.

La ville est divisée en deux parties distinctes : la Médina ou ville historique (10 kilomètres d'enceinte) et la ville nouvelle dont les quartiers principaux s'appellent : Guéliz et Hivernage. Le Guéliz constitue aujourd'hui le centre-ville commercial. Il fut fondé par les Français lors du Protectorat. Le quartier de l'Hivernage concentre de nombreux complexes hôteliers. Depuis quelques années, la ville s'agrandit en périphérie notamment à l'Ouest avec l'apparition de nouveaux quartiers résidentiels comme pour la région de Targa ou l'extension de l'avenue Mohammed VI. Pour les autorités de la ville, l'urbanisation incessante de Marrakech devrait connaître un frein dans les prochaines années afin d'éviter une croissance incontrôlée.

Le classement en 1985 par l'Unesco des médinas de Marrakech et de Fès au patrimoine culturel mondial a occasionné un regain d'intérêt pour cet héritage architectural unique. Jusqu'à récemment abandonnés ou délabrés, de nombreux riads ont désormais été rénovés et restaurés à leur splendeur d'autrefois. Ce renouveau des médinas, notamment à Marrakech, doit beaucoup à l'attrait touristique que représente le style islamique pur des riads. Le Maroc compte aujourd'hui 5 médinas classées au patrimoine culturel mondial, les médinas d'Essaouirra, Meknès et Tetouan ayant depuis également été classées.

Climat
Marrakech bénéficie d'un climat à tendance aride caractérisé par de fortes amplitudes thermiques saisonnières et diurnes dues à son éloignement de la côte Atlantique. La ville et la plaine alentour souffrent d'un important déficit pluviométrique en été. En hiver les températures sont douces voir fraîches la nuit. Par contre en été les températures sont torrides. La plupart des habitants sortent très tard le soir en été pour profiter des températures plus supportables de la nuit et la ville connaît une vie nocturne très animée.

Quartiers de la ville

La médina
- La médina de Marrakech constitue le centre névralgique et le coeur historique de la ville de Marrakech. S'étendant sur une superficie globale de 600 hectares, elle est une des plus vastes médinas du Maroc et la plus peuplée d'Afrique du Nord. Son raffinement et sa spécificité urbanistique découlent directement de la virginité totale du terrain sur lequel elle fut érigée au XIème siècle. Articulée autour d'un campement militaire, le Qsar El Hajar, et d'un marché, elle fut augmentée d'une kasbah au XIIème siècle afin de la protéger des assauts répétés des tribus berbères de la plaine du Haouz, contribuant ainsi à assoir durablement l'hégémonie Almoravide. Les célèbres remparts de la vieille ville de Marrakech subirent d'importantes modifications au gré des dynasties. Ainsi, ils furent à de maintes reprises percés de nouvelles portes (Bab en arabe). Aujourd'hui, la hauteur des murailles oscille entre 8 et 10 mètres et s'étendent sur une distance totale dépassant les 19 kilomètres.
- Le récent engouement pour les riads, ces maisons traditionnelles marocaines articulées autour d'une cour centrale, a généré de profondes transformations sociologiques au sein de la médina de Marrakech, où le prix du m² a atteint des sommets. Ainsi, un nombre non négligeable et croissant de modestes ménages marrakchis se voit poussé par la spéculation à "s'exiler" en dehors des remparts. D'autre part, on observe un phénomène de densification de l'habitat au sein de la médina. Cependant, on est loin d'assister à une muséification de la médina, loin s'en faut. En réalité, le succès touristique croissant de Marrakech a durablement revigoré la médina en attirant de nombreux jeunes au sein des dédales de la médina. Ainsi, il semblerait que plus de 40.000 artisans y travaillent, répartis dans les différents quartiers thématiques organisant géographiquement la médina.
- Le mellah, dans le sud est de la médina, fut et demeure aujourd'hui encore dans une moindre mesure le quartier juif de Marrakech. Loin d'être un ghetto, le mellah regroupait certains corps de métiers qui au fil et à mesure de l'histoire de Marrakech, devinrent des spécialités de cette communauté (Le métier de tisserand fut un exemple de ce phénomène). Il fut fondé en 1558 sous le règne de Moulay Abdellah à proximité du palais ce qui permit, comme ce fut le cas à Fès par exemple, au Sultan de mieux les protéger.
- Les Jardins de l'Agdal jouxtant par le sud le Palais Royal furent créés dès 1156 selon l'historien officiel de la dynastie almohade par El Haj Ya'is, celui-là même qui fut à l'origine de la prestigieuse Koutoubia. Le terme "aguedal" signifiant par ailleurs "jardin" de manière générale par les Berbères, cette appellation de Jardins de l'Aguedal ne s'imposa comme appellation exclusive que vers la fin du XVIIIème siècle. Son existence, mise à mal par le temps est intimement liée à l'astucieuse gestion des ressources hydrauliques qui y est faite. Ainsi, le captage des eaux des nappes souterraines fut dès la fin du XIème siècle assuré par un dense réseau de "khetarras" , assisté plus tard par un système de viaducs plus élaboré en provenance de Aghmat, ville située plus au sud en direction de la vallée de l'Ourika. Enfin, le stockage des eaux de pluie était assuré par deux immenses réservoirs dont le plus grand, baptisé Es Sala, servit à l'entraînement des troupes à la natation en vue de la traversée du Détroit de Gibraltar.

Guéliz
Le quartier de Gueliz tire son nom du Jbel Gueliz, massif de grès de faible altitude situé au nord-ouest de l'ancienne médina au nom berbère. Ce fut le premier quartier situé à l'extérieur des remparts, autrefois réservés aux défunts. Articulé autour de l'actuelle Avenue Mohammed V joignant le Square Foucault et Bab Nkob au Jbel Gueliz, le quartier de Gueliz concentre la majorité des banques et des boutiques de Marrakech. La poste, située place du 16 novembre, est aussi un bâtiment datant de l'époque protectorale, au même titre que l'ancien marché de Guéliz qui fut récemment déplacé pour céder place à une galerie commerciale. L'imposant Marrakech Plaza situé en face de la poste, place du 16 novembre accueille un certain nombre d'enseignes européennes de la mode et du prêt-à-porter (Zara, Etam ...). L'ensemble du quartier de Gueliz ayant été classé par la wilaya zone immeuble R+ 5, on assiste à une destruction massive et rapide de la quasi-totalité des villas héritées de l'époque protectorale accompagnée d'une intense spéculation immobilière

L'Hivernage
Situé au sud ouest de Gueliz, le quartier de l'Hivernage est un quartier abritant des villas cossues et de nombreux complexes hôteliers tel que le Sofitel, le Sheraton,le Golden Tulip Farah pour ne citer que les plus prestigieux. Le poumon du quartier de l'Hivernage est l'avenue Mohammed VI, anciennement avenue de France, et récemment prolongée jusqu'à rejoindre au sud-est la route de l'Ourika le long des remparts de l'Agdal. Cette large et verte avenue abrite l'imposant Théâtre Royal, le Palais des Congrès, ainsi que la future gare.

L'avenue Mohammed VI
Bien que fraîchement inauguré en mai 2004, le tronçon de 5 km de l'avenue Mohammed VI reliant l'avenue de la Ménara à la route de l'Ourika voit se développer rapidement de nombreux complexes résidentiels et hôteliers de haut standing. Par ailleurs, c'est le long de l'avenue Mohammed VI que fut construite la plus grande discothèque d'Afrique, Le Pacha de Marrakech, établissement ayant permis à Marrakech d'acquérir définitivement son nouveau statut de lieu de rendez-vous de la jeunesse branchée et des "clubbers". Enfin, c'est ici que fut construit le premier multiplex de Marrakech, le Mégarama, succédant ainsi aux deux "grands" cinémas de Marrakech que furent Le Colisée à Gueliz, et le Cinéma Rif, à Daoudiate.

Économie
L'économie de Marrakech repose essentiellement sur le tourisme, le commerce et l'artisanat. L'infrastructure hôtelière a connu ces dernières années une croissance rapide. Il est à noter que Marrakech est désormais reliée par autoroute à la capitale économique marocaine, Casablanca, et ce depuis avril 2007. Côté sud, un autre tronçon autoroutier Marrakech-Agadir de 233 km sera mis en service début 2009. Une ligne TGV reliant la ville à Casablanca est à l'étude pour l'horizon 2017, pour être ensuite prolongée vers Agadir.

Tourisme
La ville est un haut-lieu touristique, plus de deux millions de touristes chaque année. Elle est également le point de départ de nombreuses excursions pour les randonneurs désireux de parcourir l'Atlas ou le désert plus au sud.

Monuments et sites touristiques
- Place Djemaa-El-Fna (XIème siècle)
- Medersa Ben Youssef (XVIème siècle)
- La qoubba Almoravide (XIIème siècle)
- Les Tombeaux Saadiens (XVIème siècle)
- Fontaine chrob ou chouf (début XVIIème siècle)
- Mosquée de la Koutoubia (XIIème siècle)
- Mosquée El Mouassine (XIIème siècle) et sa fontaine (XVIème siècle)
- Mosquée aux pommes d'Or (XIIème siècle)
- Palais de la Bahia (XIXème siècle)
- Palais El Badi (XVIème siècle)
- Jardins de la Ménara (XIIème siècle)
- Jardins de l'Agdal (XIIème siècle)
- Jardin Majorelle (XXème siècle)
- Musée de Marrakech (XIXème siècle)
- Musée Dar Si Saïd (XIXème siècle)
- Musée d'art islamique de Marrakech (XXème siècle)
- Musée Bert Flint ou maison Tiskwin (XXème siècle)
- Les souks de Marrakech

Festivals
- Festival des arts populaires de Marrakech, festival annuel se déroulant au mois de juillet.
- Festival international du film de Marrakech, évènement annuel début décembre pour récompenser la meilleure production marocaine et étrangère de longs et courts-métrages. Celui-ci a une notoriété grandissante, reconnue par le monde entier.
- Festival Awaln'art : les Rencontres Internationales des Arts de rue de Marrakech, par la Compagnie Éclats de Lune. Les rencontres ont lieu simultanément à Tahanaoute, Ait Ourir, Aghmat, Amizmiz et Marrakech. Awaln'Art se réclame aussi être un catalyseur de développement local, culturel et touristique pour la province d'Al Haouz.
- Festival Samaa des musiques sacrées, festival annuel se déroulant au mois de juillet.

A visiter autour de Marrakech
- Vallée de l'Ourika à 30 km
- Oukaimeden, station de ski à 74 km
- Parc national de Toubkal à 70 km au sud
- Cascades de Ozoud à 120 km
- Site archéologique d'Aghmat, à 30 km
- Tinmel, ancienne bourgade berbère (XIème siècle), à 60 km
- Vallée du Draâ

Source Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marrakech
Texte soumis à la licence GNU : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html
Médina de Marrakech : Histoire   
Fondée en 1071-1072 par Youssef ben Tachfin sur le site du campement dont Abou Bekr lui avait laissé la garde, Marrakech, cesse d'être dès cette date le séjour occasionnel des Almoravides pour devenir la véritable capitale de ces nomades conquérants qui surent étendre leur empire du Sahara à l'Ebre et de l'Atlantique à la Kabylie. Le nom de Marrakech vient du berbère "Marroukech" qui signifie "passe vite".

Très vite, à Marrakech, sous l'impulsion des Almoravides, hommes pieux et austères, de nombreuses mosquées et médersas (écoles de théologie coranique) furent construites, ainsi qu'un centre commercial pour le Maghreb et l'Afrique noire. Marrakech grandit rapidement et s'imposa comme un centre culturel et religieux influent, des remparts sont également édifiés pour protéger la ville.

La médina dont l'enceinte fut construite en 1126-1127 par ordre d'Ali ben Youssef, remonte dans sa conception primitive à la période almoravide, dont elle conserve d'ailleurs plusieurs vestiges monumentaux (ruines de la Kasba dite d'Abou Bekr, de la masquée de Youssef ben Tachfin et du palais d'Ali ben Youssef, non loin de la Koutoubia, bassin et "koubba" de la mosquée de Ali ben Youssef, découverts en 1955, porte Bab Aylan, etc.). La plantation de la palmeraie, qui recouvre encore à l'heure actuelle 13.000 hectares environ de terrains à l'est de la ville est également attribuée aux Almoravides.

La ville, fut ensuite fortifiée par le fils de Youssef Ibn Tachfin, Ali Ben Youssef, par la construction de remparts sur plusieurs kilomètres, l'architecture de la ville a été influencée par l'Espagne musulmane.

En 1147, les Almohades, partisans d'un Islam orthodoxe s'emparèrent de l'enceinte de la ville, les derniers Almoravides exterminés, la presque totalité des monuments détruits. Les Almohades construisirent de nombreux palais et édifices religieux. Afin d'alimenter la palmeraie et les grands jardins, un système d'irrigation fut perfectionné. Marrakech, par rayonnement culturel attira de nombreux écrivains et artistes, venus notamment d'Andalousie Sous les souverains almohades (1147-1269), Marrakech connut une prospérité nouvelle et inégalée.

Dès 1147-1158, Abd el Mou'men fit élever, sur les ruines des fondations almoravides, la mosquée de la Koutoubia, dont l'incomparable minaret de 77 mètres, monument essentiel de l'architecture musulmane, est l'un des grands repères du paysage urbain et le symbole même de la Cité. Ses successeurs Abou Yacoub Youssef et surtout Yacoub et Mansour furent les véritables rénovateurs de la Capitale, créant de nouveaux quartiers et élargissant l'enceinte urbaine, fortifiant la Kasba (1185-1190), véritable excroissance de la ville en direction du sud avec son enceinte de remparts et ses portes (Bab Agnaou, Bab Robb), sa mosquée, ses palais, son marché, son hôpital, sa place d'armes et ses jardins, assurant leur emprise sur l'environnement par des plantations (ainsi la Ménara à l'ouest) et par des ouvrages d'art dont les plus célèbres sont le pont du Tensift et le réseau des kettara de la palmeraie.

Le déclin de Marrakech, amorcé lors de la conquête de la ville par les Mérinides en 1269, ne fut jamais irrémédiable, comme en témoignent des constructions importantes (mosquée et minaret Ben Salin, peu après 1321). Marrakech tomba malgré tout dans une certaine léthargie, et son déclin entraîna la perte de son statut de capitale au profit de sa grande rivale, Fès.

La renaissance de la capitale sous les souverains Saâdiens (1510-1659) donna lieu à une nouvelle floraison artistique, attestée par les ruines du palais el Badi et les tombeaux saâdiens, dont une muraille isole du reste de la Kasba les précieuses architectures : les constructions raffinées et somptueuses intégraient des éléments d'origine lointaine, comme les colonnes en marbre de Carrare que Montaigne vit tailler en Toscane "pour le roi du Maroc en Berbérie". De la période saadienne date également la restauration de la Madrasa Ben Youssef et la construction de plusieurs fontaines à décor de gypseries et de bois ouvragés (Fontaines Mouassine, Chrob ou Chouf, Bab Doukkala).

À la fin du XVIIème siècle, l'actuelle dynastie alaouite succéda aux Saadiens. Le trône est successivement transféré à Fès puis à Meknès, nouvelle ville impériale.

Sous la dynastie alaouite, Marrakech, capitale épisodique s'est enrichie de nouvelles mosquées, madrasas, palais et résidences harmonieusement insérés dans le monde intact de la vieille ville, ceinte de ses dix kilomètres de remparts en pisé d'argile et de chaux, entourée des grands espaces verts traditionnels de la palmeraie, de la Menara et, au sud, des jardins de l'Agdal, réaménagés par Moulay Abd .ex Rahman (1822-1859).

Au début du XXème siècle, Marrakech connaît quelques années de guerres civiles.

En 1912, l'instauration du protectorat français au Maroc met fin à cette anarchie. En 1956, le retour d'exil du roi Mohammed V sera fêté à Marrakech comme dans le reste du pays.

Aujourd'hui dans les 700 hectares de la Médina, un habitat ancien, devenu vulnérable du fait de l'évolution démographique, représente, avec son lacis de ruelles, ses maisons, ses souks, ses fondouks, ses activités artisanales et commerciales traditionnelles, un exemple éminent de ville historique vivante.
Médina de Marrakech : Plus de photos   
Médina de Marrakech