English
Inde > Gwalior > Gwalior
Gwalior


Gwalior
Gwalior (Inde)

Gwâlior est une ville de l'État indien du Madhya Pradesh. La légende prétend que le nom de la ville proviendrait de celui d'un ascète, Gvâlipa, qui aurait guéri un râja râjput, Surâj Sen, de la lèpre. Ce dernier aurait alors fondé la ville en remerciement.

Gwâlior est la ville natale de Tânsen Miân, celui qui est considéré comme l'un des plus grands musiciens indiens de tous les temps et qui fut musicien de cour d'Akbar. Son mausolée est dans la ville .
   Gwalior : Visite virtuelle   15 sections et 38 éléments
Gwalior : Châteaux et palais (1)


Usha Kiran Palace (7)

Cet ancien palais, construit il y à 120 ans pour accueillir le Roi d'Angleterre, est aujourd'hui un établissement de luxe appartenant au groupe Taj Mahal. Si le prix de chambres est dissuasif pour beaucoup de touristes, on peut toutefois consacrer la soirée en dinant au restaurant de l'hôtel. Les prix sont comparables à ceux d'un restaurant très moyen en Occident.
Gwalior : Edifice(s) (9)


Vivaswan (Sun) Temple
Surya Mandir Gwalior
Temple du Soleil de Gwalior
entre 1986 et 1988
Situé à Morar, ce temple construit entre 1986 et 1988 par le riche industriel G.D Birla s'inspire du Temple du soleil à Kornak (Orissa).

Citadelle de Gwalior (4)
Citadelle de Gwalior

Le fort de Gwalior, qui abrite un certain nombre de bâtiments historiques, est situé sur une plateforme rocheuse qui surplombe la ville.

Palais Man Mandir (9)
Palais Man Singh
Citadelle de Gwalior

entre 1486 et 1516
Le palais Mân Mandir, construit par Mân Singh (1486-1516), montre un exemple intéressant du travail architectural hindou de cette époque en Inde.

Ruines des anciens palais et réservoirs moghols et rajpouts (6)
Citadelle de Gwalior

Les vestiges des anciens palais mogholes et rajpoutes ne font l'objet d'aucun travaux de restauration.

Telikā Mandir
Citadelle de Gwalior
VIIIème siècle
Le Teli-ka-Mandir (temple des fabricants et marchands d'huile) est un monument haut de 32 mètres, datant de la fin du IXème siècle, dont l'architecture rappelle à la fois le style dravidien du sud et celui de l'Inde du nord.

Temples Sas et Bahu (2)
Citadelle de Gwalior
1093
En bordure de la falaise du côté est, les deux temples, consacrés à Vishnu, dits de Sas ("Belle-Mère") et Bahu ("Belle-Fille"), furent édifiés dans le seconde moitié du XIème sicèle.


Mausolée de Mohammed Ghaus
Ville basse

Dans la ville basse, on pourra consacrer une visite au mausolée de Mohammed Ghaus et au tombeau de Tansen, tout proche.

Tombeau de Tansen
Ville basse

Le tombeau de Tansen est situé à proximité du mausolée de Mohammed Ghaus.
Gwalior : Guide (1)


Guide, plan et vue satellite de Gwalior (9)

Gwalior compte parmi les sites exceptionnels à visiter en Inde, d'après le Guide Bleu Hachette. Cela ne prête pas à contestation.
Gwalior : Lieu(x) de culte (1)


Jami Masjid de Gwalior
Mosquée de Gwailor
Ville basse
1661
La mosquée de grès rouge a été construite en 1661 par Mutamad Khan. Ce dernier ordonnera la destruction du temple indien en 1664.
Gwalior : Musée(s) (2)



Musée archéologique Gujari Mahal (1)
Gujari Mahal Archaeological Museum
Citadelle de Gwalior
XVème siècle
L'Archeological Museum est installé dans le palais Gujari Mahal, du nom de l'épouse du roi Man Singh (le constructeur du Palais de Man Mandir) édifié hors de l'enceinte royale, dans la vieille ville au pied de la citadelle, car l'épouse était de basse caste.
Gwalior : Sculpture (1)


Sculptures des Thirthankaras jaïns taillées dans le roc
Citadelle de Gwalior
entre le VIIème et le XVème siècle
La route qui mène au Man Mandir se faufile dans un ravin escarpé aux flancs duquel des bas-reliefs monumentaux de Tirtankharas (les prophètes Jains) furent gravés au XVème siècle.
En relation avec : Rani Lakshmibai
Gwalior : Guide de visite   
- Gwalior compte parmi les sites exceptionnels à visiter en Inde, d'après le Guide Bleu Hachette. Cela ne prête pas à contestation. Nous conseillons d'inscrire cette étape dans un voyage "idéal" pour découvrir l'Inde en deux ou trois semaines, à partir de Delhi. La ville est idéalement desservie par le train à partir d'Agra, première ville du périple (avec Fatehpur Sikri au programme). Il suffira de prendre le même train pour poursuivre ensuite le voyage jusqu'à Orchha.
La plupart des touristes se ruent sur le Rajasthan après avoir visiter le Taj Mahal. Une erreur selon nous. Notre périple comprend Delhi, Agra et Fatehpur Sikri, Gwalior, Orchha, Khajuraho, Bénarès (Vanarasi) ... et Katmandou si le calendrier le permet. Les spécialistes de l'Inde vous le confirmeront, même si cela ne fait pas nécessairement les affaires des tours opérateurs.

- Le voyage en train en provenance de Delhi (ou Agra) est vivement conseillé pour se rendre à Gwalior. Le Bhopal Express offre tous les avantages en terme de confort et d'horaires. Il est prudent de réserver à l'avance. Ne mésestimer pas le temps nécessaire pour visiter Agra (et Fatehur Sikri), il n'y a pas que le Fort Rouge et le Taj Mahal au programme.
- La visite des sites de Gwalior ne demande pas plus d'une journée, à la condition d'utiliser les services du bus de l'office de tourisme qui démarre du Tansen Residency tous les matins aux alentours de 08:30.
- Vous ne passerez pas plus de deux nuits sur place. Autant prendre un hôtel proche de la gare. Le Tansen Residency, géré par le Madhya Pradesh Tourism Development Corporation, est un bon compromis, même si ce n'est pas le meilleur du réseau. Vous n'aurez pas besoin de commander des seaux d'eau chaude pour faire votre toilette, ce qui est trop souvent le cas pour les petits hôtels du centre ville.
- Pour diner le soir, à moins de disposer une petit budget, le restaurant du Usha Kiran Palace est incontournable. Un auto-rickshaw vous y emmènera, et vous attendra pour le retour.
- Consacrer la matinée à la visite de la citadelle. La lumière est parfaite avant midi.
Gwalior : Description   
Le fort de Gwâlior
Le fort de Gwalior, qui abrite un certain nombre de bâtiments historiques, est situé sur une plateforme rocheuse qui surplombe la ville et qui mesure 2,4 kilomètres dans sa plus grande longueur, dans le sens nord-sud et 820 m dans sa plus grande largeur. La plateforme culmine à 104 m à son extrémité nord. Un rempart entoure le fort auquel on accède par une route à forte pente. La citadelle, situé au nord-est de l'enceinte, est une belle bâtisse de pierre jaune, ornée de carreaux de terre vernissées comportant des images aux décors animaliers, en particulier une étonnante frise de canards.

Plusieurs temples remarquables ont été construit à l'intérieur de l'enceinte. Le groupe des Sas-bahû, par exemple, construit en 1093 par le râja Padmapâla et son frère Mahîpâla, peut-être dédié à l'origine à Vishnou, est consacré au culte jain. Le plus grand - 33 x 21 mètres - a perdu son toit tandis que l'autre - de forme carrée de 7,50 mètre de côté - est ouvert comme un pavillon et a conservé son toit pyramidal. Tous deux comportent une salle centrale à quatre piliers. Le Teli-ka-Mandir - le temple du marchand d'huile - date du XIe siècle et a connu une rénovation au XIXe siècle. Probablement dédié à Sûrya à l'origine, il est devenu par la suite un temple jaina. Il fut en suite consacré à Vishnu avant de devenir un temple de Shiva au XVe siècle.

Une des curiosités du fort est un ensemble de grottes jaina excavées dans la falaise dans la partie où la route monte jusqu'à la plateforme supérieure. On en compte une centaine de tailles très diverses. La plupart d'entre elles ne forment qu'une niche autour de la statue qui en a été excavée, mais certaines sont d'une taille telle qu'elles ont pu être une cellule destinée à accueillir un ascète jaina, chose très courante dans l'ensemble de l'Inde. D'après une inscription, le travail qui a produit cet ensemble de grottes se serait déroulé sur une trentaine d'années au cours du XVe siècle. Une des statues excavées mesure 17 mètres de haut, ce qui en fait la plus grande de l'Inde du Nord.

Le palais Mân Mandir, construit par Mân Singh (1486-1516), montre un exemple intéressant du travail architectural hindou de cette époque en Inde. Il n'a cessé dêtre agrandi dès la fin de sa construction et jusqu'au XVIIe siècle, en particulier par les empereurs moghols Jahângîr et Shâh Jahân.

Source Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gw%C3%A2lior
Texte soumis à la licence GNU : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html
Gwalior : Histoire   
La principauté a une longue histoire. Appartenant probablement aux râjputs Pratîhâra, elle leur est ravie par le râja râjput Kacchhapagâtha Lakshmana (950-975). Puis vers l'an 1000, les Chandelâ s'en emparent et elle est sujet de lutte entre ceux-ci et Mahmûd de Ghaznî. En 1232, les sultans de Delhi la prennent, mais les râjputs Tomara la conquiert et y établissent leur dynastie.

Les sultans Lôdi puis Bâbur s'en emparent et Akbar en fera la prison moghole d'état.

La dynastie des Sindhia, qui y règne jusqu'à l'indépendance, provient d'un petit village près de Satara, dans le Maharashtra. Patil à l'origine, c'est-à-dire chef de village, des membres de la famille rejoignent les forces marathes sous les règnes des mahârâjas Shivajî, Shambhajî et Rajaram, se faisant remarquer par leur vaillance au cours de plusieurs batailles. Ranojî Sindhia, un chef de guerre brillant sous lequel le Mâlvâ est conquis, grimpe au sommet de la hiérarchie marathe. La grande forteresse de Gwâlior, tombe devant ses forces, pour la première fois en 1738. Ses cinq fils, tous généraux marathes, se distinguent sur le champ de bataille. Cependant, seul Mahadjî survit aux désastres militaires de 1760-1761, et c'est lui qui rétablit la gloire familiale. Il défait une armée envoyé par la Compagnie anglaise des Indes orientales à Wadgaon, la forçant à accepter le Traité de Sabli, s'empare de Delhi ainsi que d'autres villes impériales, assurant la reconnaissance du pouvoir marathe par les Moghols, l'empereur devenant une marionnette entre leurs mains.

Daulat Râo, est lui aussi un grand capitaine qui conforte le pouvoir marathe, notamment face au Nizâm d'Hyderâbâd, un allié de la CAIO. Cependant, cela ranime le conflit qui l'oppose aux Britanniques et se termine par sa défaite au cours de la seconde guerre anglo-marathe.

La révolte des Cipayes frappe sévèrement Gwâlior, une grande partie des troupes de Jayajî Râo se révoltant et rejoignant les insurgés, l'obligeant à se retirer temporairement de sa capitale. Il rejoint alors les Britanniques et participe à la campagne pour écraser la mutinerie, ce qui lui vaut de devenir le premier général indien des forces armées britanniques. À côté de ses actions militaires, il est aussi un grand réformateur qui modernise son état. Il laisse à son décès sa principauté à son fils de 10 ans.

Madhav Râo continue les réformes de son père, dans le domaine de l'éducation et de la santé, construisant écoles et hôpitaux, développant le chemin de fer et établissant des institutions représentatives. Il meurt en 1925 après 39 ans de règne laissant la principauté à son fils de 9 ans.

La principauté a subsister jusqu'en 1948 puis a été intégrer aux États du Madhya-Bharat puis du Madhya Pradesh.

Dirigeants : Mahârâja Sindhia
* 1727 - 1745 : Rânojî Râo Sindhia (+1745)
* 1745 - 1755 : Jayapaji Râo Sindhia (v.1720-1755)
* 1755 - 1761 : Jankojî Râo Ier Sindhia (+1761)
* 1761 - 1764 : Kandarji Râo Sindhia (+ap.1764)
* 1764 - 1768 : Manaji Rao Sindhia
* 1768 - 1794 : Mâdhava Râo Ier Sindhia (1729-1794), radjah de Gohad en 1765 puis maharadjah de Gwalior
* 1794 - 1827 : Daulat Râo Sindhia (1779-1827)
* 1827 - 1843 : Jânkojî Râo II Sindhia (Mukki Râo) (1805-1843)
* 1843 - 1886 : Jayâjî Râo Sindhia (Jiajî Râo) (1835-1886)
* 1843 - 1844 : Dada Khasjiwallah - en rébellion
* 1886 - 1925 : Mâdhava Râo II Sindhia (1876-1925)
* 1925 - 1948 : George Jîvâjî Râo Sindhia (1916-1961)

Chef de la Maison Royale de Gwalior (maharadjahs titulaires)
* 1948 - 1961 : George Jivaji Rao Sindhia
* 1961 - 2001 : Madhava Rao III Sindhia (1945-2001)
* 2001 - : Jyotiraditya Rao Sindhia, né en 1971.
Gwalior : Plus de photos   
Article(s) en relation   
Fêtes et festivals en Inde
Les festivals indiens sont très variés, religieux pour la plupart.
Gwalior
Citadelle de Gwalior
Ville basse
Lashkar
Citadelle de Gwalior
Ville basse
Ville basse
Citadelle de Gwalior
Citadelle de Gwalior