English
Turquie > Termessos > Termessos
Termessos


Termessos
Termessos (Turquie)

Termessos est une cité antique dont les ruines actuelles, relativement bien conservées, sont situées à 34 km au nord-ouest d'Antalya. Il s'agit, chose assez rare à l'époque, d'une cité située en altitude (1.050 m), sur un plateau entre deux sommets des monts Güllük (antique mont Solymos).
   Termessos : Visite virtuelle   19 sections et 2 éléments
Termessos : Edifice(s) (12)









Odéon de Termessos
Ier siècle
L'odéon se trouve à environ 100 mètres du théâtre. Ce bâtiment peut être daté du premier siècle avant Jésus-Christ. Bien conservé, il fut construit de de pierre de taille de la qualité la plus fine.


Temple corinthien et portique d'Attalos
entre le IIème et le IIIème siècle
Les deux temples situés près du portique d'Attalos II sont d'ordre Corinthien et de type prostyles. Dédiés à des divinités non déterminées, ils peuvent être datés du IIème ou IIIème siècle après Jésus-Christ.


Théâtre de Termessos

entre le Ier siècle avant J.C. et le IIème siècle
Le théâtre, sans doute le plus beau de tous les édifices de Termessos, se trouve immédiatement à l'est de l'agora. Il offre une vue magnifique sur la plaine Pamphylienne.
Termessos : Guide (1)


Termessos : Lieu(x) (3)




Nécropoles de Termessos

Au sud, à l'ouest et au nord de la cité, principalement au sein de son enceinte, il y a de grands cimetières contenant des tombes rupestres. L'une de celles-ci est censée avoir appartenu à Alcetas. Malheureusement, le tombeau a été dépouillé.
Termessos : Ouvrage(s) d'art (2)



Termessos : Rues, avenues ... (1)


Termessos : Histoire   
Termessos est mentionnée la première fois par Homère (fin du VIIIème siècle avant Jésus-Christ) qui évoque la combativité de la ville. Le fondateur mythique de la ville est le roi de Corinthe et d'Eurymédon (ou Eurynomé) Bellérophon, le fils de Glaucos (ou de Poséidon). Les premières traces de présence humaine dans la région datent de l'Epipaléolithique (dernière phase de la Préhistoire, succédant au Paléolithique - environ 12.000 avant Jésus-Christ). L'émergence d'habitats permanents le long des frontières avec la Pamphylie et la Lycie apparaît vers 8.000 avant Jésus-Christ.

Termessos ou Thermessos (en grec : Θερμεσσός) est l'une des villes les plus anciennes de Pisidie. Elle fut construite au sud-ouest du mont Solymos (Dagi Güllük) dans le Taurus. Elle fut édifiée sur une plate-forme naturelle entre deux sommets des monts Güllük. La cité est l'une des villes antiques de Turquie les mieux conservées. En raison de ses richesses naturelles et historiques, la ville est incluse dans un parc national.

Ses origines sont mal connues. Selon Strabon (géographe, historien et philosophe Grec, 64 ou 63 avant Jésus-Christ/23 après Jésus-Christ), les habitants de Termessos s'appelaient eux-mêmes les Solymi (ou Slymi). C'était un peuple de Pisidie. Leur nom, ainsi que celui donné à la montagne sur laquelle ils vivaient (mont Solymos), est dérivé à parti de Solymeus, un Dieu de l'Anatolie plus tard identifié à Zeus Solymeus.

Au cours du Chalcolithique (2300/1800 avant Jésus-Christ) et Bronze ancien (I-II, 1800/1500 avant Jésus-Christ) des colonies agricoles du type Höyük (située dans la plaine de Konya en Anatolie) apparurent dans la région et construisirent des villes fortifiées. Ces colonies, un temps disparues, vont réapparaître vers 1400/1300 avant Jésus-Christ. À cette époque, des Indo-européens de culture Louvite (ou Luwite) migrent dans la région et fondent le royaume que les sources Hittites nomment Arzawa. Le territoire de Termessos, situé le long de la frontière contestée avec l'empire hittite, est placé dans la sphère d'influence Louvite. Des bastions fortifiés à des altitudes élevées vont être construits, reflétant le caractère instable de l'époque. La position de Termessos, facilement défendable, lui permet de contrôler un col important du Taurus occidental.

Des agglomérations urbaines apparaissent progressivement dans la région après la chute des Hittites, vers 1200 (début de l'âge du fer ancien). Termessos résiste aux attaques des Phrygiens, la nouvelle puissance de la région. Les cités de Pisidie vont en grande partie rester indépendantes. Termessos va être rattachée au royaume phrygien, du IXème siècle jusqu'au début du VIIème siècle. A l'effondrement de ces derniers, elle doit s'opposer au royaume de Lydie qui se rend maître de l'Asie Mineure. En 547/546 avant Jésus-Christ, elle résiste aux Perses, vainqueurs de Crésus, le roi de Lydie (562/546 ou 561/547 avant Jésus-Christ).

La cité guerrière, bien protégée, conservera son indépendance. Devenue une métropole aussi influente que Selge ou Sagalassos, Termessos refusera d'accueillir Alexandre le Grand (336/323 avant Jésus-Christ). Dans son compte rendu de la campagne d'Alexandre contre le roi Perse Darius III (335/330 avant Jésus-Christ), l'historien Arrien de Nicomédie (v.87/v.145) décrit Termessos comme une grande ville. Il raconte, que Selge conclua un pacte avec Alexandre contre Termessos et Sagalassos.

Le souverain macédonien, qui assimilait la ville à un nid d'aigle, entrepris le siège de Termessos, conscient de son importance stratégique. Arrien note que même une petite force pouvait facilement la défendre en raison des barrières naturelles insurmontables qui entouraient la ville. Alexandre voulait gagner la Phrygie à partir de la Pamphylie, et sa route passait forcément par Termessos.

Il existait des passes plus faciles d'accès et sans résistance armée. On ignore toujours les raisons qui ont poussé Alexandre monter le col raide de Yenice (ou Yenidje ou Yenidze). Il perdra beaucoup de temps et d'énergie, avant d'abandonner et de se venger sur Sagalassos. Les Sagalassiens, assistés par des archers de Termessos, avaient pris position sur un plateau de la montagne en face de la ville. Ils furent vaincus après avoir repoussé une première attaque macédonienne. Sagalassos fut saccagée.

Après la mort d'Alexandre, ses anciens Diadoques vont se disputer son empire lors du premier partage des territoires. Antigonos I Monophtalmos ("Le borgne" - 306/301 avant Jésus-Christ) héritera de la Pisidie, qu'il occupera une quinzaine d'années entrecoupées d' intrusions du roi de Thrace Lysimaque (322/281 avant Jésus-Christ).

L'historien Diodore de Sicile (ou Diodorus Siculus v.90/v.30 avant Jésus-Christ) a relaté un incident de l'histoire de Termessos. En 319 avant Jésus-Christ, Antigonos I se proclame maître de l'Asie Mineure et entreprend de faire la guerre avec son rival Alcétas, un autre général d'Alexandre, dont la base de soutien était la Pisidie. Ses forces, composées d'environ 40.000 fantassins et 7.000 cavaliers, comprenaient de nombreux éléphants. Incapable de vaincre cette armée supérieure à la sienne, Alcétas et ses alliés cherchèrent refuge à Termessos. Le Termessiens lui donneront leur parole de l'aider. Antigonos I prendra position en face de la cité. Ne voulant pas être entraînés dans un conflit à l'issue incertaine du fait d'un étranger macédonien, les anciens de la cité décideront de livrer Alcétas. Les jeunes s'y opposeront et quitteront la ville afin de poursuivre la lutte, pendant que les anciens enverront un émissaire pour faire part de leur intention de livrer Alcétas. Ce dernier, comprennant sa capture imminente, se suicidera. Les anciens apporteront son cadavre à Antigonos I, qui lèvera le camps en abandonnant la dépouille. Les jeunes de Termessos, se sentant coupables, offriront à Alcétas un tombeau somptueux.

Termessos, qui n'était pas une ville portuaire, régnera sur une région qui s'étendait du sud-est de la Pamphylie au golfe d'Antalya. La cité possédait de ce fait un lien avec la mer. Elle fut prise par les Ptolémée lorsqu'ils se rendirent maître de la côte. Durant la période hellénistique, Termessos va adopter la culture et à la langue grecque. L'impressionnant théâtre a été construit au cours de cette période

En 189 avant Jésus-Christ, alors qu'elle se trouve aux prises avec la la ville voisine d'Isinda, Termessos préservera son indépendance. Une inscription trouvée dans une ville lycienne relate que Termessos fut en guerre, pour des raisons inconnues, avec la confédération Lycienne (167 avant Jésus-Christ).

En 158 avant Jésus-Christ, Termessos nouera des relations amicales avec le roi de Pergame Attalos II Philadelphe (159/138 avant Jésus-Christ), pour lutter contre son ennemi Selge. Attalos II commémorera cette amitié par la construction d'un portique à deux étages dans la cité.

Les habitants de Termessos, fidèles aux Romains lorsque ces derniers se rendront maître de l'Asie Mineure, les aideront dans leur guerre contre le roi du Pont Mithridate VI (120/63 avant Jésus-Christ). Le Sénat romain leur accorderont un statut d'indépendance en 71/70 avant Jésus-Christ. Cette indépendance sera maintenue pendant une longue période, interrompue de 39 à 25 avant Jésus-Christ lorsque Rome confiera le contrôle de la Pisidie et ses cités au roi de Galatie Amyntas (39/25 avant Jésus-Christ). Ce dernier décédera dans une embuscade en 25 avant Jésus-Christ.

Sous l'empereur Domitien (81/96 après Jésus-Christ), Termessos était toujours indépendante. Cette liberté est documentée par ses monnaies qui portent le titre "autonome" et où ne figure pas le portrait des empereurs romains. La plupart des bâtiments de la ville a été érigée durant cette période, y compris un temple dédié à l'empereur Hadrien (117/138 après Jésus-Christ). La Pisidie va jouer un rôle important dans la propagation du Christianisme. Elle est évangélisée par l'apôtre Paul de Tarse entre 45/46 et 49 après Jésus-Christ.

La ville est incorporée successivement à la province romaine de Pisidie, puis à celle de Pamphylie après l'empereur Hadrien, puis de nouveau de Pisidie sous l'empereur Dioclétien (284/305). Très prospère sous l'ère romaine, Termessos sera l'une des cités les plus riches et plus civilisées d'Asie Mineure. La décadence de l'empire après la mort de l'empereur Alexandre Sévère (235 après Jésus-Christ) n'aura que peu d'effets sur la prospérité de la cité, en raison son importance stratégique comme avant-poste militaire en Méditerranée orientale.

D'importantes troupes et la flotte romaine installeront leurs cantonnements en Pamphylie au cours du IIIème siècle. Les villes du sud de la Pisidie, qui s'enrichissent de la vente de céréales et du commerce avec les troupes, connaissent une période très florissante marquée par de nombreuses constructions.

Termessos va jouer un rôle important lors de la légalisation du Christianisme sous l'empereur Constantin (305/337). Elle devient un évêché au cours du IVème siècle, et est représentée au premier concile de Constantinople en 381. Parmi les évêques, figurent Euresius au Concile de Nicée en 325, Timothée à Éphèse en 431, Sabinianus en 448, et Auxence en 458.

Termessos va être touchée par une série de calamités à partir de 500. Elle est pratiquement détruite par un tremblement de terre en 518. Son aqueduc, effondré, ne permet plus l'approvisionnement en eau de la ville. La peste de 541 à 543 anéantit près de la moitié de la population de l'Asie Mineure. Termessos est progressivement abandonnée.
Termessos : Plus de photos   
Termessos