English
   France > Paris Ier > Musée du Louvre > Pajou > Le Feu
Guide de visite : Le Feu
Le Feu





Artiste : Augustin Pajou

En relation avec : Hadès, Perséphone

Date : entre 1761 et 1770

Matériaux : Plâtre peint
Acquisition : Banque de France (1998)
Musée du Louvre
Pajou
Aile Richelieu
Rez-de-chaussée - Section 27
Pluton enlevant Proserpine
Elément 9 sur 21
Sculpture française
Sculpture (Relief)

Région en relation
Paris (France)

Description   

Ce dessus-de-porte appartient à une série de quatre oeuvres similaires qui ornaient le salon de l'hôtel du marquis Marc-René de Voyer d'Argenson, fils de ministre et lieutenant général des armées du roi. Ce dernier confiera la rénovation de son hôtel, situé à proximité du Palais-Royal et également connu sous le nom de Chancellerie d'Orléans, à l'architecte Charles de Wailly en 1761. Les décors seront confiés au peintre Fragonard, au bronzier Gouthière et au sculpteur Pajou qui travailleront jusqu'en 1770. Le bâtiment sera détruit en 1923, après le prélèvement des décors qui seront alors stockés.

Les quatre dessus-de-porte en plâtre de Pajou seront intitulés Le Feu ou Pluton enlevant Proserpine, L'Air ou Borée enlevant Orythie, L'Eau ou Neptune protégeant Amymone, La Terre ou le Triomphe de Cybèle.

Perséphone, fille de Zeus et de Déméter qui portera le simple nom de "Koré" (la Jeune Fille), sera identifiée à la déesse Proserpine par les Romains. Déesse du blé à l'origine, comme sa mère, elle deviendra reine des Enfers, après avoir épousé Hadès (Pluton pour les Romains). Les Grecs conserveront les graines de semence dans l'obscurité pendant les mois d'été, avant les semailles de l'automne. Ce retour de la vie après l'ensevelissement est associé au mythe de Perséphone. Enlevée, puis restituée, elle donnera naissance aux rites des "Mystères d'Eleusis". Le retour sur la terre de la déesse sera interprété comme la promesse de la propre résurrection. Perséphone était d'une grande beauté. Sa mère Déméter choisira la Sicile, son île favorite, pour élever sa fille secrètement et en toute sécurité.

Son père Zeus acceptera de donner à Hadès la main de sa fille, encore très jeune, sans consulter Déméter. Le mariage entre oncle et nièce évitait la dispersion des patrimoines familiaux dans la Grèce antique. Perséphone, accompagnée de jeunes Océanides, cueillera des fleurs dans les bois à proximité d'Enna et trouvera un beau narcisse planté par Zeus dans un vallon ombragé. Elle allait s'en emparer lorsque Hadès, surgi sur son char tiré par des coursiers bleus, la capturera et l'emmènera au royaume des Ombres. Elle refusera toute nourriture. Déméter, partie à sa recherche pendant neuf jours et neuf nuits, sans manger ni boire et munie d'un flambeau, rencontrera Hécate qui vivait dans une grotte. Il avait entendu parler de l'enlèvement. Il conduira Déméter au dieu-soleil Hélios, témoin du rapt, qui estimera malgré tout qu'Hadès, frère de Zeus, était un excellent parti qui possédait un vaste royaume.

Ovide rapporte que la Nymphe Aréthuse auraient vu Perséphone au royaume d'Hadès alors qu'elle se rendait souterrainement de Grèce en Sicile. Déméter frappera la terre de sécheresse et de famine, notamment Sicile qui l'avait trahi. Elle voyagera, ira en Arcadie à la rencontre de son frère qui voudra la violer, et tentera de s'enfuir en prenant la forme d'une jument. Poséidon prendra l'apparence du cheval, son animal sacré, et s'unira à la déesse qui donnera naissance au cheval Aréion et à la déesse Despoina. Pan rapportera à Zeus qu'il avait trouvé Déméter cachée dans une grotte. Ce dernier enverra les Moires la convaincre de la qualité du mariage de sa fille avec Hadès. L'Hymne homérique à Déméter, qui constitue la version la plus ancienne et la plus répandue de la vie de la déesse, rapporte que celle-ci voyagera à travers le monde sous la forme d'une femme, accordant ses bienfaits à ceux qui l'accueillaient et ses maléfices aux gens inhospitaliers. Mimé lui offrira une coupe de kykeon alors qu'elle se trouvait en Attique mais son fils Ascalabos lui lancera la boisson au visage. Il sera alors transformé en lézard tacheté.

Déméter, déguisée en vieille femme fatiguée, sera si bien accueillie par Métanira, la reine d'Eleusis, qu'elle proposera de devenir sa domestique. La déesse élèvera Démophon qui venait de naître. Elle s'efforcera de le rendre immortel en l'oignant d'ambroisie le jour et en le plaçant dans le feu la nuit, afin de brûler la partie mortelle de son corps. Prévenue par Praxithéa, l'une des servantes, Métanira poussera un cri d'effroi qui provoquera le courroux de la déesse. Celle-ci, reprenant son apparence de divinité, ordonnera à Céléos de lui ériger un temple à Eleusis et lui apprendra les rites secrets des "Mystères d'Eleusis". Déméter s'enfermera une année dans ce temple, loin de la présence des autres dieux. Zeus interviendra pour calmer la colère de sa soeur qui entraînait l'appauvrissement des terres et la disparition des hommes. Il dépêchera Iris pour lui demander de rejoindre l'assemblée des Olympiens. Zeus acceptera de lui rendre Perséphone si cette dernière n'avait rien mangé aux Enfers. Hadès acceptera de rendre la jeune fille et lui offrira une grenade en signe de cadeau. Ovide prétend que Perséphone aurait cueilli le fruit dans les jardins. Elle affirmera, dans un premier temps, n'avoir rien consommé au royaume d'Hadès. La dénonciation d'Ascalaphos l'obligera à reconnaître qu'elle avait goûté à la grenade. Zeus décidera alors qu'elle devait passer quatre mois par an dans le royaume de son époux.

Perséphone vivra auprès de sa mère entre les semailles et les moissons et rejoindra son mari durant l'hiver. Zeus demandera à Rhéa d'intervenir pour que Déméter accepte de répandre ses bienfaits sur la terre. Eumolpos deviendra son prêtre à Eleusis. Déméter demandera à Triptolème, à qui elle avait prêté son char tiré par des dragons ailés, d'enseigner l'art de l'agriculture aux hommes qui le souhaitaient. Athéniens et Siciliens prétendent avoir reçu ainsi les premiers grains de blé. Elle offrira le figuier à l'Attique pour remercier l'un de ses habitants, Phytalos, qui l'avait hébergée durant son errance. Elle obligera Céléos, qui voulait tuer Triptolème rentré à Eleusis pour impiété, de lui céder son royaume. Déméter sera la seule parmi les immortels à goûter le ragoût composé des membres de Pélops, le fils de Tantale, offert aux convives lors du banquet offert aux dieux. Elle fera don d'une épaule d'ivoire à la victime, pour remplacer celle qu'elle avait mangée. Déméter assistera aux noces de Cadmos et d'Harmonie. Elle rencontrera Iasion à qui elle s'unira sur une jachère crétoise retournée trois fois. Zeus punira Iasion en le foudroyant. Déméter lui donnera deux fils, Ploutos (la Richesse) et Philomènos (celui qui aime le chant). Ce dernier, modeste fermier, inventera la charrette et sera récompensé par sa mère qui en fera la Constellation du Bouvier (Boutès). Déméter, prise d'affection pour la Nymphe Macris qui vivait dans une grotte à Corcyre, enseignera aux Titans l'art de cultiver le blé sur l'île qui portera le nom de Drépané (la faux). Déméter punira de faim Erysichthon qui désirait abattre un bois sacré, en Thessalie, pour construire une nouvelle salle à manger et qui refusait d'entendre ses conseils. Il finira par se dévorer lui-même. Le nom de Déméter, honoré dans tout le pays, sera associé à de nombreux endroits. Aristophane en fait le sujet de sa comédie, "Les Thesmophories", cérémonie dont le nom vient de l'épithète de la déesse Thesmophoros (la Législatrice) qui était réservée aux femmes.

Elément(s) en relation   
Art Institute of Chicago :
Peintures italienne et espagnole du XVIIIème siècle
Borée enlevant Orithye
Groupe
Gaspero Bruschi et Giovanni Battista Foggini
vers 1745

British Museum :
Grèce
Borée enlevant Orithye
Relief au repoussé provenant sans doute d'une hydrie
Relief
Anonyme
vers 350 avant J.C.

Dôme et église Saint-Louis des Invalides :
Paris-Saint-Pétersbourg 1800-1830 - Quand la Russie parlait français...
Assiette à dessert avec la représentation de l'enlèvement d'Europe
Service Olympique
Assiette
Manufacture de Sèvres
de 1804 à 1807

Le Grand Trianon :
Salon rond
Borée enlevant Orithye
Thème mythologique
François Verdier
Dimensions : 3.16 m x 2.1 m
vers 1688

Le Petit Trianon :
Grande salle à manger
Borée et Orythie
Thème mythologique
Publius Ovidius Naso (Ovide) et Charles Monnet
Dimensions : 89 cm x 190 cm
approx. de 1768 à 1772

Los Angeles County Museum of Art :
Italie
Le Temps enlevant la Beauté
Groupe
Giovanni Battista Foggini

Metropolitan Museum of Art :
Sculptures italiennes
L'Enlèvement de Proserpine
Groupe
Gaspero Bruschi et Giovanni Battista Foggini
vers 1750

Musée d'Orsay :
Gustave Moreau
L'enlèvement d'Europe
Thème mythologique
Gustave Moreau
Dimensions : 26 cm x 42 cm
vers 1869

Musée du Louvre :
Boucher
L'enlèvement d'Europe
Tableau mythologique
Ecole française - Rococo
François Boucher
1747
Collection Fabrizio et Fiammetta Lemme
Borée enlevant Orithyie
Thème mythologique
Sebastiano Conca
Dimensions : 74 cm x 108 cm
Cour Puget
Saturne enlevant Cybèle
Groupe
La Grande Commande
Thomas Regnaudin et Charles Le Brun
de 1675 à 1687
Borée enlevant Orithye
Groupe
La Grande Commande
Anselme Flamen et Gaspard Marsy
de 1677 à 1687
Grande salle Louis XV
Enlèvement d'Hélène (?)
Groupe
Anonyme
XVIIIème siècle
La peinture à Sienne et en Italie du Nord du XIII au XVème siècle - I
L'Enlèvement d'Europe
Thème mythologique
Liberale da Verona
vers 1470
La peinture en Lombardie, à Rome, en Toscane et en Emilie au XVIème siècle - III
L'enlèvement de Proserpine
Thème mythologique
Nicolo dell'Abate
Dimensions : 1.96 m x 2.15 m
vers 1560
Pajou
L'Air
Borée enlevant Orithye
Relief
Augustin Pajou
de 1761 à 1770

Parc et jardins du château de Versailles :
Bosquet de la Colonnade
L'Enlèvement de Proserpine par Pluton
Groupe
La Grande Commande
François Girardon et Charles Le Brun
de 1677 à 1699
Article(s) en relation   

Les Mystères d'Eleusis
Située en bordure de la mer dans la fertile plaine de Thria (20 kilomètres à l'Ouest d'Athènes), Éleusis (en grec moderne Elefsima) est l'un des lieux sacrés de la Grèce antique.
Augustin Pajou (1730-1809)
Issu d'une famille de menuisiers sculpteurs, Augustin Pajou entre, à l'âge de 14 ans, à l'école de l'Académie royale dirigée par Jean-Baptiste II Lemoyne.
La Bibliothèque d'Apollodore
Ce grammairien et historien d'Athènes auteur des Epitomés et de la Librairie, né aux environs du IIème siècle avant Jésus-Christ, livrera un récit complet de la mythologie véhiculée durant des siècles par la tradition orale.
Métamorphoses d'Ovide : Cérès et Proserpine (V, 341-408)
Cérès inventa le soc qui déchire et féconde la terre. L'homme lui doit ses premiers fruits, des aliments plus doux, et ses premières lois.
Métamorphoses d'Ovide : Cyané (V, 409-532)
Entre Aréthuse et Cyané, deux écueils forment une étroite mer. C'est là qu'habite Cyané, la plus belle des Nymphes de Sicile, et le lac porte son nom.

Le Feu
Augustin Pajou
Le Feu
Pluton
Proserpine
Hadès
Perséphone