English
   France > Paris VIIème > Musée d'Orsay > Peintres d'histoire et portrait > Naissance de Vénus
Guide de visite : Naissance de Vénus
Naissance de Vénus





Modèle : Vénus
En relation avec : Napoléon III

Date : vers 1863

Dimensions : 2.25 m x 1.3 m
Matériaux : Peinture à l'huile sur toile
Acquisition : Acquis sur la liste civile de Napoléon III en 1863 et attribué aux musées nationaux par décision judiciaire (1879)
Salon des Artistes français
Musée d'Orsay
Peintres d'histoire et portrait
Rez-de-chaussée - Section 03a
Elément sur 9
Peinture française
Peinture (Thème mythologique)

Région en relation
Paris (France)

Description   

Zola témoignera ainsi de son dédain pour les peintres d'histoire de cette époque, pour Cabanel en particulier :

"Le genre a envahi la peinture entière. J'ai signalé les tableaux colossaux, mais au fond ce n'est rien autre que le même genre auquel on a simplement donné des dimensions énormes. De même je pourrais prendre les peintres historiques en flagrant délit de concessions, trahissant les principes classiques en vue d'adoucir la sévérité académique et de se concilier les sympathies de la foule. Ce qui en résulte, c'est l'histoire embellie par la fantaisie, quelque chose comme Caton couronné de roses.

Cabanel est le génie de cette école ! Il a reçu toutes les médailles - une deuxième médaille, une première médaille, une médaille d'honneur -, il a reçu l'ordre de la Légion d'honneur, on l'a fait académicien, professeur à l'École des beaux-arts, membre de tous les jurys possibles. C'est un talent officiel, un talent devant lequel s'inclinent tous les honnêtes gens : essayez de mettre en doute le talent de Cabanel : on vous rira au nez et on répondra : "Vous divaguez ! En France, nous avons une Administration chargée de découvrir les hommes de talent, de les récompenser, de leur donner de l'avancement. Cabanel reçoit depuis vingt ans plus de récompenses et d'avancement que personne d'autre. C'est donc qu'il est le génie incarné.

L'Administration ne saurait se tromper." Que répondre à cela ? Le public, à qui on souffle ses engouements, est innocent. La principale malice de Cabanel, c'est d'avoir rénové le style académique. À la vieille poupée classique, édentée et chauve, il a fait cadeau de cheveux postiches et de fausses dents. La mégère s'est métamorphosée en une femme séduisante, pommadée et parfumée, la bouche en coeur et les boucles blondes. Le peintre a même poussé un peu loin le rajeunissement.

Les corps féminins sur ses toiles sont devenus de crème. Pour comble d'audace, il s'est risqué à introduire des tons et des coups de pinceau personnels. Tout est fait de propos délibéré, de sorte que cela paraît de l'originalité, mais Cabanel ne dépasse jamais les bornes. C'est un génie classique qui se permet une pincée de poudre de riz, quelque chose comme Vénus dans le peignoir d'une courtisane. Le succès a été énorme. Tout le monde est tombé en extase. Voilà un maître selon le goût des honnêtes gens qui se prétendent artistes. Vous exigez l'éclat de la couleur ? Cabanel vous le donne. Vous désirez un dessin suave et animé ? Cabanel en a fini avec les lignes sévères de la tradition. En un mot, si vous demandez de l'originalité, Cabanel est votre homme, cet heureux mortel a de tout en modération, et il sait être original avec discrétion. Il ne fait pas partie de ces forcenés qui dépassent la mesure. Il reste toujours convenable, il est toujours classique malgré tout, incapable de scandaliser son public en s'écartant trop violemment de l'idéal conventionnel. Dans une des toiles qu'il expose cette année, l'artiste se confesse tout entier.

Cela s'appelle Thamar. Thamar, insultée par Amnon, pleure sur les genoux de son frère Absalon. Le tableau représente une femme demi-nue. Elle sanglote, la tête cachée dans les genoux d'un homme lui aussi demi-nu. Cabanel a voulu briller par la perfection du métier et éclipser Delacroix. Il a peint une chambre d'une rare splendeur orientale, avec des tentures, des joyaux, des effets de lumière. Pour plus de relief, il a placé dans le fond une négresse. Et tous ces efforts n'aboutissent à rien : le tableau demeure prétentieux et sans caractère. Il ne frappe même pas les yeux. L'estampille grise du gouvernement est posée sur toutes les figures et les décolore. C'est une composition sans défaut et sans mérite, la médiocrité la plus meurtrière parle à travers elle, c'est un art composé de toutes les vieilles formules, renouvelées par la main adroite d'un apprenti ouvrier."

Les commentaires après la visite de Zola au Salon de 1878 ne seront guère plus tendres :

"Il faut voir au Champ-de-Mars les tableaux de Cabanel et de Gérôme, et si on se rappelle que ces deux peintres ont pris le pas sur Courbet toute sa vie, on ne pourra se défendre d'un sentiment de tristesse. On a beau réfléchir que la vogue excessive de la médiocrité n'a qu'un temps, que tôt ou tard la vérité triomphe, que l'avenir se chargera d'assigner à chacun la place qui lui revient, l'artiste au génie créateur en haut, et les pédants affairés et astucieux tout en bas ; n'importe, la partialité aveugle de la foule fait mal, on se met à douter de la vérité elle-même, devant les stupides engouements populaires dont jouissent des réputations usurpées." ...

Plus de photos   
Elément(s) en relation   
Galerie des Offices de Florence :
Botticelli
La Naissance de Vénus
Thème mythologique
Alessandro di Mariano dei Filipepi (Sandro Botticelli)
Dimensions : 1.72 m x 2.79 m
vers 1484

Los Angeles County Museum of Art :
Début de la Renaissance italienne : XIVème et XVème siècles
La Naissance de Vénus
Plat
Francesco Xanto Avelli (Xanto)
1533
France
Vénus émergeant des flots
Thème mythologique
Joseph Marie Vien
approx. de 1754 à 1755

Metropolitan Museum of Art :
Rodin et peinture française du XIXème siècle
La naissance de Vénus
Thème mythologique
Alexandre Cabanel
1875

Musée d'Orsay :
Fantin-Latour
La naissance de Vénus
Thème mythologique
William Adolphe Bouguereau
Article(s) en relation   

Lettres de Paris : L'Ecole française de peinture à l'Exposition de 1878
Emile Zola dresse ainsi le bilan de l'école française de peinture au Salon de 1878 qui exposera de nombreux artistes aujourd'hui présents au Musée d'Orsay.
La Collection Campana
Napoléon III se portera acquéreur de la collection romaine d'objets antiques et modernes constituée par Giampietro Campana di Cavelli dès 1829.

Naissance de Vénus
Alexandre Cabanel
Vénus
Napoléon III