English
   France > Paris Ier > Musée du Louvre > Peinture italienne - I > Hercule et Achelöus
Guide de visite : Hercule et Achelöus
Hercule et Achelöus






Date : entre 1617 et 1621

Dimensions : 1.92 m x 2.61 m
Matériaux : Peinture à l'huile sur toile
Acquisition : Achat de Louis XIV auprès du banquier Everhard Jabach (1662)
Musée du Louvre
Peinture italienne - I
Aile Denon
Premier étage - Section 12a
Hercule luttant avec Achelöus
Elément 18 sur 34
Peinture italienne
Peinture (Thème mythologique)

Région en relation
Bologne (Italie)
Site en relation :
Le salon d'Apollon


Description   

L'oeuvre, qui sera commandée en 1617 par Ferdinand Gonzague pour le décor d'une pièce de la villa Favorita à Mantoue, constitue avec les trois autres épisodes de l'Histoire d'Hercule conservés au Louvre, une représentation allégorique du pouvoir et du triomphe de la famille Gonzague. La série passera dans la collection de Charles Ier d'Angleterre. Louis XIV s'en rendra propriétaire auprès du banquier Everhard Jabach en 1662.

Il existe de nombreux dessins préparatoires conservés au Staatliche Museum de Berlin et à la Staatliche Graphische Sammlung de Munich.

Le sujet, tiré des Métamorphoses d'Ovide, montre Hercule luttant avec Archeloüs, fils d'Océan et de Thétis, afin d'obtenir la main de Déjanire, fille d'Enée. Ce dernier prendra l'aspect d'un taureau au moment d'être vaincu. Hercule triomphera de la bête.

Achéloüs et Hercule (IX, 1-97)

Cependant Thésée veut connaître la cause de l'outrage fait au front d'Achéloüs. Le fleuve de Calydon soupire, et relevant ses longs cheveux négligés sur un front couronné de roseaux:

"Que me demandez-vous ? dit-il; et quel est le vaincu qui ne souffre à parler de sa défaite ? J'en parlerai pourtant, puisqu'il s'agit d'une entreprise où il fut moins honteux de succomber que glorieux d'avoir osé combattre. Le grand nom de mon vainqueur me console de ma disgrâce.

[8] "Peut-être avez-vous entendu parler de Déjanire. Aucune mortelle ne l'égalait en beauté. Elle fut l'objet des voeux d'un grand nombre d'amants. Je parus avec tous mes rivaux dans le palais de son père : "Accepte-moi pour gendre, m'écriai-je, ô fils de Parthaon " ! Hercule fait la même demande, et tous les prétendants se retirent. Je reste seul avec le héros. il alléguait pour titre le sang de Jupiter, la renommée de ses travaux, tous les dangers dont Junon menaça sa vie, et qu'il eut la gloire de surmonter.

"Un dieu, dis-je à mon tour, pourrait-il sans honte céder à un mortel (car Alcide n'était pas encore assis au rang des dieux) ? Je suis le roi des eaux qui, dans leur cours sinueux, arrosent votre empire. En moi vous n'aurez point un gendre venu vers vous d'un rivage étranger. J'habiterai dans vos états; j'en fais moi-même partie. Mes voeux seraient-ils donc rejetés parce que Junon ne me hait pas, et qu'elle ne m'impose ni supplices, ni travaux ? Et toi, rival orgueilleux, tu te vantes d'être le fils d'Alcmène; mais ou Jupiter n'est pas ton père, ou il l'est par un crime. En lui attribuant ta naissance, tu déshonores celle qui te donna le jour. Choisis, ou d'être un imposteur, en soutenant la fable de ton origine, ou de publier toi-même la honte de ta mère."

[27] "Tandis que je parlais, Alcide me regardait d'un oeil enflammé; et maîtrisant à peine la fureur qui l'anime, il répond : "Je sais me battre, et non discourir. Tu peux me vaincre par ta langue, je triompherai de toi par mon bras "; et soudain, il s'apprête au combat. Après mes superbes discours, pouvais-je reculer ? Je rejette ma robe verdoyante; déjà mes muscles sont tendus, mes poings arrondis; et, lutteur intrépide, j'attends mon ennemi.

"À pleines mains de poussière il me couvre. Je jette en même temps sur lui un sable léger. Soudain il me presse de toutes parts; tantôt à la tête, tantôt aux flancs, il me saisit, ou semble me saisir. Défendu par mon poids, je résiste et rends ses efforts inutiles. Je suis comme un rocher qui, battu par les flots en courroux, reste immobile, par sa masse affermi. Nous nous éloignons pour reprendre haleine; nous nous rapprochons avec une nouvelle ardeur. Résolus de ne plus reculer, nous tenons ferme sur l'arène. Mes pieds touchent ses pieds, mes doigts ses doigts; mon front heurte son front. Tels j'ai vu deux taureaux fougueux s'entrechoquer dans la plaine, tandis que la génisse, prix du combat, paisible attend son superbe vainqueur. Les troupeaux regardent avec effroi cette lutte terrible, incertains auquel des deux rivaux appartiendra l'empire du bocage.

[50] "Trois fois, mais sans succès, Hercule veut délivrer sa poitrine, que sur la mienne je tiens fortement pressée. Par un quatrième effort, il me repousse, dégage ses bras; et soudain (puisque je dois tout dire), il me surprend, me retourne, s'élance sur mon dos, et (vous pouvez m'en croire, je ne cherche point dans ce récit une gloire vaine) je crus sentir sur tout mon corps le poids d'une montagne. Inondé de sueur, j'arrache enfin mes bras des noeuds que ses bras nerveux formaient autour de moi. Il me presse sans relâche; épuisé de lassitude, je ne puis reprendre haleine. Il me saisit à la gorge : je chancèle, je touche du genou la terre, et je mords la poussière.

J'allais succomber dans cette lutte inégale. J'appelle la ruse à mon secours, et, sous les traits d'un énorme serpent, je veux tromper et vaincre mon rival. En longs anneaux mon corps roule et s'élance. Ma langue brille armée d'un triple dard, et fait entendre d'horribles sifflements.

[66] Le héros sourit, et se moquant de mon artifice : "Achéloüs, dit-il, ce fut un des jeux de mon berceau d'étouffer des serpents. Quand tu les surpasserais tous en grandeur, pourrais-tu te comparer à l'hydre que je domptai dans les marais de Lerne ? Elle tirait de nouvelles forces des coups que je lui portais. Dragon aux cent têtes, quand j'en abattais une, elle était sur-le-champ remplacée par deux autres plus terribles encore. Je domptai ce monstre, qui, toujours entier, se multipliait sous le fer, devenait plus terrible par ses défaites, et il expira sous l'effort de mon bras. Qu'oses-tu donc prétendre, lorsque te cachant sous la forme vaine d'un serpent, tu veux employer contre moi des armes qui te sont étrangères ?"

"Il dit : ses doigts saisissent mon cou, le meurtrissent, et je me sens pressé comme par des tenailles. Je fais de vains efforts pour m'échapper. Une seconde fois vaincu sous cette forme, il m'en restait une troisième à prendre : c'était celle d'un taureau puissant; je la revêts, et je recommence le combat. Hercule se porte sur mes flancs, jette autour de mon cou ses bras nerveux : je l'entraîne, et, sans lâcher prise, il me suit, saisit de mon front la corne menaçante, me courbe, me renverse à ses pieds, me roule sur l'arène. Ce n'était pas assez : tandis qu'il me tient par les cornes, il en rompt une, et l'arrache de mon front. Les Naïades l'ayant remplie de fruits et de fleurs, la consacrèrent, et elle devint la corne d'abondance".

[89] "Le dieu finissait le récit de ces combats, lorsque, semblable à Diane, une des Nymphes qui le servent s'avance, la robe retroussée et les cheveux flottants. Elle apporte cette corne féconde, et par elle de tous les trésors de Pomone couronne le banquet.

Cependant la Nuit a replié ses voiles sombres; et dès que les premiers rayons du Soleil éclairent la cime des coteaux, Thésée et ses compagnons partent, sans attendre que le fleuve débordé roule ses flots tranquilles et soumis. Achéloüs replonge dans l'onde son front désarmé.

Elément(s) en relation   
Château de Versailles :
Le salon d'Hercule
L'Apothéose d'Hercule
Plafond peint
François Le Moyne
de 1733 à 1736

Jardin des Tuileries :
Allée de Diane
Hercule Farnèse
Statue
Sculptures dans la ville
Giovanni Comino
1670

Los Angeles County Museum of Art :
France
Hercule assis
Statue
Guillaume Boichot
vers 1795

Metropolitan Museum of Art :
Fra Filippo Lippi, Ghirlandaio - Peinture séculiaire
Les travaux d'Hercule
Thème mythologique
Anonyme
approx. de 1425 à 1450
Moyen-Age 1
Hercule jetant Diomède à ses juments mangeuses d'hommes
Pièce de jeu
Moyen-Age
Anonyme
XIIème siècle
Période romaine
Relief en ivoire représentant Hercule se reposant après avoir nettoyer les écuries d'Augias
Relief
Période romaine
Anonyme
IVème siècle
Sculptures italiennes
Hercule tuant la Chimère
Médaille
Lorenzo Maria Weber
1747

Musée archéologique d'Antalya :
Salle du théâtre de Pergé
Hercule
Statue
Anonyme
IIème siècle

Musée du Louvre :
Adolphe de Rothschild
Hercule enfant étouffant les serpents
Statuette
Anonyme
approx. de 1580 à 1600
Hercule
Statuette
Anonyme
XVIème siècle
Bouchardon. Sculptures du XVIIIème siècle. Les Bouchardon, Lemoyne, les Coustou
L'Amour taillant son arc dans la massue d'Hercule
L'amour qui se fait, avec les armes de Mars, un arc de la masse d'Hercule
Statue
Edme Bouchardon
Dimensions : 173 cm x 75 cm x 75 cm
de 1745 à 1750
Charles Quint
Hercule
Statuette
Anonyme
approx. de 1550 à 1600
Chaudet. Sculptures françaises du temps de la Révolution, de l'Empire et de la Restauration. Roland, Chaudet, Chinard, Bosio
Hercule appuyé sur un terme avec quatre femmes asises
Projet d'un monument au Peuple français
Groupe
Joseph Chinard
Dimensions : 37 cm x 17 cm x 16 cm
approx. de 1780 à 1810
Cour Puget
Hercule combattant Achéloüs métamorphosé en serpent
Groupe
François Joseph Bosio
de 1814 à 1824
Crypte Girardon
Hercule aidant Atlas à supporter le globe terrestre
Groupe
Michel Anguier
1668
Galerie Campana III
Héraclès et Kyknos
Amphore à figures noires
Amphore
Figures noires
Peintre d'Amasis
vers 540 avant J.C.
Hollande - Milieu du XVIIème siècle
Hercule entre le Vice et le Vertu
Thème mythologique
Gérard de Lairesse
Dimensions : 1.12 m x 1.81 m
Les peintres de Louis XV
Hercule et Omphale
Tableau mythologique
François Lemoyne
Dimensions : 1.84 m x 1.49 m
1724
Peinture italienne - I
Hercule sur le bûcher
Thème mythologique
Guido Reni (Le Guide)
Dimensions : 2.6 m x 1.92 m
de 1620 à 1621
Peinture italienne - II
Hercule tirant Cacus à sa caverne
Paysage avec Hercule tirant Cacus à sa caverne
Thème mythologique
Domenico Zampieri (Le Dominiquin)
Dimensions : 1.21 m x 1.5 m
approx. de 1621 à 1622
Petite galerie de l'Académie
Hercule enchaîné par l'Amour
Groupe
Jean-Joseph Vinache
Dimensions : 67 cm x 65 cm x 65 cm
approx. de 1736 à 1741
Hercule sur un bûcher
Statue
Guillaume Ier Coustou
Dimensions : 74 cm x 63 cm x 57 cm
approx. de 1703 à 1704
Riccio
Hercule
Statuette
Anonyme
vers 1520
Jeune Hercule
Statuette
Pier Jacopo Alari-Bonacolsi (l'Antico)
approx. de 1480 à 1520

Musées archéologiques d'Istanbul :
Statuaire de Magnésie du Méandre et de Tralles
Statue d'Héraclès
Statue
Grèce hellénistique
Anonyme
IIème siècle avant J.C.

Palais californien de la Légion d'Honneur :
Peinture flamande
Hercule brandissant une massue
Statuette
Maître des Furies
approx. de 1640 à 1650
Hercule enfant et le serpent
Groupe
Gérard van Opstal

Parc et jardins du château de Versailles :
Allée d'Apollon au Grand canal, coté Midi
Hercule
Statue
Grégoire
1926
Hercule Farnèse
Statue
Anonyme
Allée du Nord
Hercule et Télèphe
Groupe
Jean-Baptiste Jouvenet
de 1684 à 1685
Bosquet de la Girandole
Hercule
Terme
Nicolas Poussin
vers 1679
Demi-lune du parterre de Latone
Hercule
Terme
Le Conte
de 1684 à 1686
Jardin du Roi
Hercule Farnèse
Statue
Cornu
de 1684 à 1688

Trocadéro :
Terrasse intermédiaire
Hercule domptant un bison
Groupe
Troisième République
Anonyme
1937
Article(s) en relation   

Les Trachiniennes
Héraclès deviendra un dieu très populaire. Il sera identifié, un peu partout en Méditerranée, à des dieux locaux qui possédaient certaines de ses caractéristiques. Sa mythologie sera surchargée d'un grand nombre de légendes annexes.
Alceste
Admète, Argonaute, fils de Phérès et roi de Phères en Thessalie, participera à la chasse au sanglier de Calydon. Son père abdiquera en sa faveur alors qu'il était encore très jeune.
Les Métamorphoses d'Ovide
Ce poète latin, auteur de l'Art d'aimer, exercera une influence considérable dans la civilisation occidentale. Ses Métamorphoses, un long poème en quinze livres regroupe des récits et légendes mythologiques sur le thème de la transformation.
La Bibliothèque d'Apollodore
Ce grammairien et historien d'Athènes auteur des Epitomés et de la Librairie, né aux environs du IIème siècle avant Jésus-Christ, livrera un récit complet de la mythologie véhiculée durant des siècles par la tradition orale.
A Louis XIV : Manière de montrer tes jardins de Versailles
1. En sortant du chasteau par le vestibule de la Cour de marbre, on ira sur la terrasse; il faut s'arrester sur le haut des degrez pour considérer la situation des parterres des pièces d'eau et les fontaines des Cabinets.

Hercule et Achelöus
Guido Reni (Le Guide)
Héraclès (Hercule)
Archeloüs
Louis Dieudonné Louis XIV (le Roi Soleil)
Publius Ovidius Naso (Ovide)