English
   France > Paris Ier > Musée du Louvre > Le Nouvel Empire
Guide de visite : Le Nouvel Empire
Le Nouvel Empire
Toutânkhamon et ses successeurs
Salle Vincennes
Section 36 sur 41

Musée du Louvre
Antiquités égyptiennes

Egypte antique
Nouvel Empire (approx. de 1570 à 1085 avant J.C.)

Période : approx. entre 1361 et 1200 avant J.C.
Région en relation : Egypte

Ouvert tous les jours sauf lundi, mardi et samedi
Nocturne mercredi

 
Toutankhaton, qui prendra le nom de Toutankhamon par la suite, naît en l'an 34 ou 35 du règne d'Aménophis III. Sa filiation est une énigme.

Voir le tabloid
Description   
Il appartient à la maison royale mais plusieurs hypothèses circulent sur son ascendance. Il semblerait que ses parents soient Tiyi, la grande veuve royale d'Aménophis III, et Akhenaton. La ressemblance de Toutankhaton avec Tiyi, Akhenaton et Sémenkéré, frère ou demi-frère d'Akhenaton, renforce cette hypothèse. L'enfant est confié à Maya, sa nourrice. Il vit au sein du harem royal en compagnie des six filles d'Akhenaton et de Nefertiti. Son éducation commence à 4 ans. Il fréquentera plus tard la "maison de vie", l'école des scribes et des magiciens, pour apprendre les dogmes royaux, l'unique loi égyptienne. Akhenaton meurt à 30 ans, en l'an 1347 avant Jésus-Christ, des suites d'une longue maladie.

Toutankhaton monte sur le trône de la Haute et Basse Égypte à l'âge de 9 ans, et prend pour reine et grande épouse royale, Ankhesenpaton, la troisième fille d'Akhenaton et de Nefertiti. Très rapidement, il quitte Amarna pour Memphis. La ville d'Akhetaton est abandonnée après seulement une trentaine d'années d'existence. La période hérétique prend fin. L'intendant Ay, homme faible, et l'ambitieux le général Horemheb, engagent la contre-réforme. Le jeune pharaon prend alors le nom de Toutankhamon, signe d'Amon. Memphis redevient la capitale du royaume. Toutankhamon meurt à l'âge de 18 ans, par accident ou assassiné, sans avoir eu d'enfant de son épouse Ankhesenpaton.

Khéperkhéperou Rê
Ay
Période de règne approximative : 1352 à 1348 avant Jésus-Christ

La lignée d'Ahmosis est éteinte. Sa veuve supplie le roi hittite Suppiluliuma de lui envoyer l'un de ses fils pour l'épouser et en faire le pharaon d'Egypte. Le prince sera tué à la frontière égyptienne. L'union entre les empires hittites et égyptiens n'aura pas lieu. Ankhesenpaton épouse alors peut-être le vizir de son défunt mari, le vieil intendant Ay qui s'empare du pouvoir pour une durée de 4 ans.

Djeserkhéperou Rê
Horemheb
Période de règne approximative : 1348 à 1320 avant Jésus-Christ

La réelle coupure dynastique a lieu lorsque le commandant en chef de l'armée, Horemheb, prend le pouvoir et se présente comme restaurateur de l'ordre établi. Il sera un grand constructeur, surtout à Karnak. Après vingt-sept ans de règne, il sera enterré à Thèbes, dans la Vallée des Rois.

XIXème dynastie thébaine ou Période du Second Empire
Période allant d'environ de 1320 à 1200 avant Jésus-Christ

N'ayant pas d'héritier mâle, Horemheb transmet le pouvoir à un autre militaire, un général originaire du Delta qui va fonder une nouvelle dynastie, celle des Ramsès.

Nom d'Horus : Menpehti Rê
Ramsès Ier
Période de règne approximative : 1320 à 1318 avant Jésus-Christ

Ramsès Ier, issu d'une lignée de militaires, n'a aucune ascendance royale. Son nom d'Horus, "Celui qui confirme Maât à travers les Deux Terres", indique sa volonté de continuer l'oeuvre d'Horemheb. Son prénom est Ramessou, "Rê l'a mis au monde" et son nom de couronnement, Menpehty Rê, "stable est la puissance de Rê". Cette référence au dieu Rê comble partiellement la carence divine de ses origines. Il s'installe à Memphis pour échapper à l'influence des prêtres de Thèbes.

Nom d'Horus : Menpehti Rê
Séthi Ier
Période de règne approximative : 1318 à 1304 avant Jésus-Christ

Séthi Ier succède à son père à l'issue de deux années de règne seulement. Fin politique, il réside à Memphis tout comme son père mais Thèbes reste la capitale de l'empire. Séthi est né probablement entre la fin du règne de Ay et le début de celui d'Horemheb. Son grand-père, qui portait le même nom, était un officier de la charrerie contemporain d'Akhenaton puis de Toutankhamon. La famille est très certainement originaire d'une cité localisée au Nord de l'ancienne ville hyksôs d'Avaris dans le Delta oriental.

La stèle de l'an 400 en granit rose d'Assouan trouvée à Tanis, mais très certainement déplacée depuis Pi Ramsès par Psousenmès Ier sous la XXIème dynastie, représente Ramsès II coiffé de la couronne bleue Kheprech. Cette stèle est dédiée par Ramsès II au dieu Seth, représenté sous une forme asiatique. Le pharaon fait une libation de deux vases à vin vers Seth, divinité rarement représentée avant l'époque ramesside sinon à l'époque des Hyksôs. Ce dieu est représenté sous une forme qui se rapproche des divinités palestiniennes de l'époque. Sethi, l'ennemi d'Osiris, était le dieu principal des Hyksôs qui lui donneront le nom de Soutekh et le représenteront sous une forme qui le rapproche du dieu sémitique Baal.

La stèle représente trois personnages de taille identique. L'un d'entre eux pourrait être, si l'on se réfère titres qui l'accompagne "régent, vizir et maire de Thèbes, scribe royal, officier de la charrerie, gouverneur de la forteresse de Tjarou, ville du delta oriental", Sethi Ier. Sethi prend comme nom de couronnement Men-Maat-Rê, qui signifie "stable est la vérité de Rê". Il part en campagne pour pacifier la Palestine devenue hostile depuis la fin de l'époque amarnienne et poursuit jusqu'au Liban. Il part, l'année suivante, jusqu'à Qadesh et pacifie la région d'Amourrou. La troisième campagne concernera les Libyens et la quatrième les Hittites. Il poursuit l'exploitation des mines de turquoise du Sinaï dont l'activité avait repris sous Ramsès Ier et met en valeur les mines d'or du désert d'Edfou et de Nubie. Il affectionne le dieu Seth d'Avaris, fait reconstruire le sanctuaire de Rê à Héliopolis et entreprend les travaux d'une partie de la salle hypostyle à Karnak qui sera achevée par Ramsès II. Le temple de Gebel Barkal est construit en Nubie.

L'art reprend l'essentiel de la tradition amarnienne. On en retrouve des témoignages dans son hypogée de la Vallée des Rois, dans les temples funéraires de Gourna et d'Abydos ainsi que dans l'Osireion, le tombeau d'Osiris, édifié à proximité.

Ouserma Rê
Ramsès II
Période de règne approximative : 1304 à 1237 avant Jésus-Christ

Ramsès II devient pharaon à l'âge de 25 ans. Dans un premier temps co-régnant, il assumera ensuite seul le pouvoir jusqu'à l'âge de 90 ans. Il héritera de l'empire constitué par son lointain prédécesseur, Touthmôsis III et renforcé par son père Séthi Ier. Son royaume s'étendait des rives du Tigre et de l'Euphrate, à l'Est, à la Libye, à l'Ouest, au Soudan, au Sud et aux îles de la mer Egée, au Nord. Il se mariera à six reprises, dont une fois avec sa soeur et trois fois avec ses filles. Son harem ne comptera pas moins de deux cents concubines qui lui donneront au total plus d'une centaine d'enfants.

Il conduira plus de vingt campagnes militaires et autorisera les Juifs à rentrer en Terre Promise. La bataille de Qadesh sur les rives de L'Oronte en Syrie, vers 1285 avant Jésus-Christ, constitue son fait d'arme le plus marquant. Il opposera le nouveau roi d'Egypte à Mouwatalli, roi de Hittites, qui était parvenu à coaliser plus de vingt peuples afin de prendre le contrôle de la région. Maintes fois représentée sur des bas-reliefs à la gloire du pharaon, cette bataille est décrite en détail dans un long poème épique connu sous le nom de Penthaour.

Ramsès II se trouvait à la tête d'une armée de 20.000 hommes, chars et infanterie inclus, constituée de quatre divisions portant les noms d'Amon, de Prê, de Ptah et de Séti et séparées les unes des autres de quelques kilomètres. Le pharaon se trouvait dans la première d'entre elles. Les Hittites mèneront une offensive victorieuse contre la deuxième division et l'anéantiront afin de séparer Ramsès II du reste de ses troupes. Encerclé par une armée beaucoup plus puissante que sa division, le pharaon aurait alors invoqué son père et dieu, Amon, en ces termes : "Amon, que se passe t'il donc ? Un père oublie t'il son fils ? Je suis seul, absolument seul au milieu de barbares innombrables. Mes soldats m'ont abandonné en masse, Je t'appelle car je sais qu'Amon est plus puissant que des millions de soldats". Le dieu lui aurait alors répondu : "En avant, en avant, Je suis avec toi, moi ton père, moi le seigneur de la victoire, et j'aime le courage".

Le Penthaour rapporte que Ramsès II aurait opposé, seul, une résistance héroïque aux milliers de soldats qu'il devait affronter. Il parviendra à tenir la position le temps suffisant pour la division Ptah vienne à son secours et mette l'ennemi en déroute. Dans la réalité, cette bataille ne connaîtra pas de vainqueur et les deux camps parviendront à un traité de paix qui sera respecté pendant près d'un demi-siècle. Le pharaon acceptera de prendre la fille de Mouwatalli comme épouse en signe de bonne volonté. Dans la version romanesque à la gloire du pharaon, celui-ci apparaît comme un héros surhumain. Il déclare alors : "Je suis devenu l'égal du dieu Montou. J'ai tiré la flèche de la main droite et j'ai frappé de la main gauche. J'étais comme Baal dans sa fureur, J'avais face à moi 2500 paires de chevaux qui ont été anéantis sous les pieds de mes destriers... Pas un ennemi n'a levé la main pour combattre. Le coeur leur a manqué, les membres ont failli, ils ne pouvaient plus tirer et n'avaient plus la force de manier la lance... Je les ai fait tomber comme les crocodiles tombent à l'eau. Ils se sont effondrés, la tête en avant, s'entassant les uns sur les autres. Je les ai tous tués selon mon désir".

Lorsqu'il accède au pouvoir après la mort de Séthi Ier, la capitale de l'Empire, Louxor, a perdu un grand nombre de ses prérogatives. Le père du pharaon avait amorcé le déplacement de plusieurs organes du pouvoir en Haute-Egypte, à proximité du delta. Ramsès II poursuivra ce mouvement et créera une ville nouvelle, baptisée Pi-Ramsès (le domaine de Ramsès), qui pourrait correspondre à la ville actuelle de San al-Hajar, l'ancienne capitale des Hyksos alors baptisée Tanis. Grand bâtisseur, le pharaon entreprendra de nombreux chantiers à travers l'ensemble du pays, n'hésitant pas parfois à agrandir les monuments existant et à s'en attribuer la paternité. Il commandera un grand nombre de statues colossales à son effigie, le représentant dans la force de l'âge et sans défaut physique. Sa momie, très bien conservée, révélera une dentition délabrée, un long nez crochu. De plus, le roi souffrait d'insuffisance cardiaque et d'arthrite à la hanche.

Il contribuera à la renaissance de la ville de Memphis dont l'un de ses fils était le grand-prêtre d'Amon et y fera édifier un colosse de dix mètres de hauteur. Il agrandira, à l'instar de nombreux pharaons, le temple de Karnak en y ajoutant une cour de quarante piliers osiriaques ainsi qu'un temple de taille plus modeste précédé d'un pylône gigantesque et de colosses. Il fera recouvrir les cartouches de Ramsès Ier et de Séthi Ier dans la salle hypostyle par le sien afin d'en apparaître l'instigateur. La falsification, très imparfaite, ne laisse aucun doute sur la tentative de supercherie. La bataille de Qadesh est sculptée en bas-relief sur le mur extérieur de cette salle. Sa contribution au temple de Louxor consiste dans l'élévation d'un pylône d'une largeur de 65 mètres, également recouvert d'un bas-relief de la bataille de Qadesh, ainsi que dans la création de six statues colossales de 15 mètres de hauteur. Il y fera ériger les deux obélisques dont l'un, qui se trouve aujourd'hui place de la Concorde à Paris, sera offert à la France par Muhammad Ali en 1831.

Le roi commandera le temple destiné à son culte funéraire dans la Vallée des Rois, le Ramesseum, naturellement gravé d'une représentation de la bataille de Qadesh et doté d'une statue colossale aujourd'hui effondrée de 18 mètres de hauteur et d'un poids de plus de 1.000 tonnes, la plus imposante connue à ce jour.

Il achèvera les travaux du temple d'Osiris à Abydos dans lequel il est représenté en compagnie de tous ses prédécesseurs depuis Ménès ainsi que dialoguant avec les dieux sur une série de piliers. La construction des temples d'Abou Simbel, sauvés des eaux après la construction du haut barrage d'Assouan sur le Nil, constitue l'un des éléments essentiels du rôle de bâtisseur du pharaon. Quatre statues colossales de 21 mètres de hauteur gardent l'entrée du grand temple creusé à même la falaise. Le roi est représenté, à l'intérieur, sous les traits d'Osiris. Le petit temple est dédié à la déesse Hathor et à Néfertari, première épouse du roi. La façade est ornée de six colosses de 10 mètres de hauteur sculptés dans le roc. Quatre d'entre eux représentent le roi et deux la reine.

La tombe du roi a été découverte dans une nécropole située sur la colline qui domine le temple de la reine Hatshepsout à Deir el-Bahari. Une équipe d'archéologues américains a découvert à proximité une tombe gigantesque renfermant 67 chambres funéraires. D'après les objets et inscriptions trouvés sur place, il pourrait s'agir de la sépulture des fils du pharaon. L'Empire ne résistera pas à sa mort. Les provinces se rebelleront et les peuples voisins conduiront de nombreuses incursions.

Néfertari

Néfertari est l'épouse préférée de Ramsès II. Le pharaon l'appelle la Dame de Charme, la Riche d'Éloges, la Belle de Visage et la Douce d'Amour. Son ascendance n'est pas certaine. Certain pense qu'elle pourrait être la fille du roi Séti et donc la soeur ou demi-soeur de son mari. A 19 ans, elle est couronnée reine et grande épouse royale de Ramsès II lors de son accession au trône à l'âge de 25 ans. Elle prend le nom de Néfertari, la plus belle de toutes. Le harem est pourtant abondamment fourni d'épouses et concubines.

Le roi, grand bâtisseur et guerrier, fait construire en son honneur à Abou Simbel en Nubie, à coté de son sanctuaire, un petit temple dédié à Néfertari et Hathor, la déesse de la danse, de la musique et de la joie. La reine est ainsi divinisée. La reine intervient dans les affaires politiques et spirituelles du pays. Elle est associée aux cérémonies religieuses et aux longues négociations du traité de paix avec les Hittites. L'Égypte et la capitale de l'empire, Pi-Ramsès, connaissent l'opulence. Elle meurt à l'âge de 40 ans, bien avant son époux qui disparaîtra à l'age de 90 ans après 67 années de règne.

Baen Rê Merne-Ptah
Mineptah
Période de règne approximative : 1236 à 1223 avant Jésus-Christ

Menma Rê
Amenmès
Période de règne approximative : 1222 à 1217 avant Jésus-Christ

Ouserkhéperou Rê
Séthi II
Période de règne approximative : 1216 à 1210 avant Jésus-Christ

Aakehen Rê Setepen Rê
Merneptah Siptah

Sit Rê Meryetamon
Taousret
Date de début de règne approximative : 1209 avant Jésus-Christ

Iarsou
Date de fin de règne approximative : 1200 avant Jésus-Christ
Contenu de la section    Classement par : noms / artistes / nature / emplacements / époques

Page suivante | 1 | 2
Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Stèle
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Vase
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Tête d'homme
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XVIIIème dynastie

Anonyme
Godet
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Jarre
XIXème dynastie thébaine
Anonyme
Jarre
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Jarre
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Vase
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Stèle
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Oreille
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Stèle
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XVIIIème dynastie

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Pyramidion
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Scarabée
XVIIIème dynastie

Anonyme
Scarabée
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Groupe
XVIIIème dynastie

Anonyme
Tête d'homme
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Ostracon
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Socle
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Statue
XVIIIème dynastie

Anonyme
Statue
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Stèle
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Stèle
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Stèle
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Stèle
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Stèle
XXème dynastie

Anonyme
Table d'offrandes
XIXème dynastie thébaine

Anonyme
Groupe
XVIIIème dynastie

Anonyme
Statue
XVIIIème dynastie

Anonyme
Chapiteau
XIXème dynastie thébaine
Page suivante | 1 | 2
Plus de photos   
Lieu(x) en relation    
Le Nouvel Empire (Musée du Louvre)
Trésor de Toutânkhamon (Musée égyptien du Caire)
Nouvelle salle (Musée de Louxor)
Article(s) en relation   
Antiquités égyptiennes au Musée du Louvre : circuit historique

Le Trésor de Toutânkhamon
La tombe de Toutânkhamon a été découverte, dans un état presque intact, le 4 novembre 1922 par le chercheur Howard Carter.
Musée du Louvre
Niveau inférieur
Le Nouvel Empire (63)
Niveau inférieur
Niveau inférieur
Niveau inférieur
Niveau 0
Niveau 1
Niveau 0
Niveau 1