S'enregistrer
Devenir membre

Envoyer la page
Accéder aux forums
 
English
   France > Paris > Bourse-Opéra-Grands Boulevards > Galerie Colbert
Guide de visite : Galerie Colbert
Galerie Colbert
Section 4 sur 20

Bourse-Opéra-Grands Boulevards
Passage(s) et galerie(s)

Catégories
Passages et galeries

Période : 1826
En relation avec : Jean-Baptiste Colbert
 
Les galeries commerçantes, souvent appelées passages, seront recouvertes de verrières. Paris en comptera 140 qui connaîtront un grand succès au XIXème siècle. Certaines seront situées le long des très prospères Grands Boulevards.

Voir le tabloid
Histoire   
La galerie Colbert sera bâtie par J. Billaud en 1826, à l'instigation d'une compagnie de spéculateurs alléchés par le succès de la galerie Vivienne. Elle occupera l'emplacement de l'ancien l'hôtel Colbert construit par Le Vau, ancienne résidence du régent Philippe d'Orléans. Pour égaler sa voisine, la galerie Colbert se devra de répondre à des prouesses architecturales. Dès son ouverture, les guides diront qu'elle était "la galerie la plus belle parmi les différents passages construits récemment". Cependant, son élégance et sa modernité architecturale ne lui permettront jamais d'atteindre le succès de sa rivale. Son échec commercial s'intensifiera dès 1830, date à laquelle le Palais-Royal sera par le beau monde. La galerie sera léguée à l'Institut de France, en 1859, et quasiment laissé à l'abandon. Elle échappera de peu à la démolition et sera réinscrite à l'Inventaire des Monuments Historiques en 1974, après en avoir été retirée 48 années auparavant. Le public n'y aura plus accès à partir de 1975.

Rachetée par la Bibliothèque Nationale, la galerie a été complètement restaurée dans les années 1980. Au grand dam des conservateurs, cette rénovation n'a pas reconstitué la rotonde à l'identique et les verrières ont été remplacées par des matériaux modernes. Les façades, qui abritent la Bibliothèque Nationale, sont assez froides. La galerie, bordée de demi-colonnes en faux marbre, est ornée de motifs polychromes. La peinture visible au-dessus du porche d'entrée représente Colbert favorisant le Commerce. La rotonde, qui hébergeait des boutiques raffinées, était éclairée par un lampadaire sur pied en forme de cocotier. Il a été remplacé par un bronze de 1822 réalisé par Charles-François Nanteuil-Lebeuf, dit Nanteuil, représentant Eurydice piquée par un serpent.
Description   
La boutique Colbert propose des cartes postales, affiches, et livres édités par la "BN" à partir de ses collections. Le département des Arts du spectacle y expose des maquettes et des costumes et le musée Charles Cros rassemble les collections de la Phonothèque Nationale. Pas de commerces en dehors d'une brasserie entièrement restaurée, le Colbert. Un passage a été aménagé pour relier directement la galerie Vivienne qui constitue ainsi un prolongement naturel de la galerie Colbert.
Contenu de la section    Classement par : noms / artistes / nature / époques

xyz
Portrait

Charles-François Leboeuf (Nanteuil) (1792-1865)
Statue

xyz
Rotonde
1826

xyz
Verrière
1826

xyz
Brasserie
Plus de photos   
Article(s) en relation   
Passages couverts à Paris
Apparus à l'aube du XIXème siècle, les passages couverts connaîtront leur apogée sous la Restauration. Leur construction se concentrera sur les deux périodes comprises entre 1823 et 1828, puis entre 1839 et 1847.
Bourse-Opéra-Grands Boulevards
Galerie Colbert (5)