English
   France > Paris IXème > Opéra de Paris > Façades latérales
Guide de visite : Façades latérales
Façades latérales


Section 2 sur 3
Opéra de Paris - Architecture extérieure
Région en relation : Quartier de l'Opéra

Histoire de France
Second Empire (de 1852 à 1870)

Artiste : Charles Garnier
Voir le tabloid
Les façades latérales sont entourées d'une balustrade surmontée de huit colonnes monumentales ornées d'éperons de navires, et de vingt-deux statues lampadaires.
Description   
Ces dernières ont été réalisées par galvanoplastie sur deux modèles de Louis-Félix Chabaud, l'Etoile du Matin (qui porte l'étoile dans les cheveux) et l'Etoile du Soir (qui porte un croissant de lune dans la coiffure).

Les bustes de compositeurs sont en pierre, et non en cuivre doré comme sur la façade principale. Ils ont été sculptés par quatre artistes différents Une plaque de marbre vert indique en lettre d'or le nom du musicien et des dates de naissance et de décès. Les bustes sont rangés par ordre de naissance, à partir des deux retours de la façade principale.

Les tympans des façades latérales sont ornés de deux figures assises, adossées à un médaillon central. La façade ouest présente La Musique et la Danse d'Auguste-Louis-Marie Ottin, et Le Chant et la Poésie de Jean-Paul Cabert. La façade est présente La Comédie et le Drame, de Noël-Jules Girard, et La Science et l'Art, d'Henri-Charles Maniglier.

La façade arrière de l'Opéra de Paris comprend un pavillon, coté ouest, accessible par une large rampe permettant aux souverains de descendre de voiture loin de la foule. Le vestibule intérieur, en rotonde, devait accueillir le cortège impérial et conduire à ses loges par deux escaliers réservés. Les travaux du pavillon seront interrompus après la chute de l'Empire, en 1870. Les espaces seront transformés en bibliothèque et en musée.

L'entrée du pavillon est encadrée par deux colonnes rostrales en granit d'Aberdeen, surmontées d'un aigle en bronze d'Henri Jacquemart. Le monument à la mémoire de Charles Garnier, situé en contrebas de la rampe, date de 1903. Il est composé d'un buste sculpté par Carpeaux (1815) et de deux figures allégoriques, l'Etude et la Renommée, conçues par Gabriel-Jules Thomas. Les portes monumentales qui donnent accès au vestibule des voitures sont encadrées de caryatides de Louis Robert, au sud, et de Mathurin Moreau, au nord. Chaque linteau est orné d'un aigle en bronze du sculpteur animalier Pierre-Louis Rouillard.

Les Armes impériales soutenues par la Victoire et la Sagesse du fronton sud sont l'oeuvre de Joseph Pollet. Celles qui sont soutenues par la Sagesse et la Justice, sur le fronton nord, sont l'oeuvre de Pierre Travaux. Le sommet du dôme du paillon est orné d'une couronne entourée de huit aigles aux ailes déployées d'Auguste-Nicolas Cain.
Contenu de la section    Classement par : noms / artistes / nature / époques

Anonyme
Buste
Sculptures dans la ville

Noël-Jules Girard (1816-1886)
Relief
Sculptures dans la ville

Auguste-Louis-Marie Ottin (1811-1890)
Relief
Sculptures dans la ville

Louis-Félix Chabaud (né en 1824)
Statue -lampadaire
Sculptures dans la ville
Plus de photos   
Elément(s) en relation   
Opéra de Paris
Façades latérales (4)