English
   France > Paris > Châtelet-Les Halles > Saint-Nicolas-des-Champs
Guide de visite : Saint-Nicolas-des-Champs
Saint-Nicolas-des-Champs
254, rue Saint-Martin
Section 3 sur 3

Châtelet-Les Halles
Eglise(s)

Catégories
Lieux de culte

Période : entre 1420 et 1613
Région en relation : Paris IIIème

 
Une chapelle, construite en 1184 par le prieuré de Saint-Martin-des-Champs à l'attention des serviteurs du couvent, des artisans et des paysans de la région, s'avérera insuffisante pour accueillir les nouveaux fidèles au XVème siècle.

Voir le tabloid
Histoire   
La nouvelle église Saint-Nicolas sera construite entre 1420 et 1480, dans le style gothique flamboyant retenu par de nombreuses autres églises parisiennes élevées à la même époque (Saint-Germain-l'Auxerrois, Saint-Séverin, Saint-Merri ...). La façade, les sept premières travées de la nef, le premier bas-côté sud et deux étages du clocher datent de cette période.

L'église sera agrandie entre 1576 et 1586, sous la direction de Jean de Froncières. La nef sera prolongée de deux travées et bordée de deux nouveaux bas-côtés, au nord. Le splendide portail du flanc sud sera construit en 1587, sur des dessins de Philibert Delorme publiés par l'artiste dans son ouvrage De l'architecture (1567). Le grand buffet d'orgue, construit de 1587 à 1613, sera modifié à plusieurs reprises, puis agrandi vers 1775 par le célèbre facteur d'orgue Clicquot. Les sculptures de la partie centrale seraient l'oeuvre de Philippe De Buyster (vers 1635).

Les deux dernières travées de la nef, le choeur et le double déambulatoire avec ses douze chapelles seront édifiés entre 1613 et 1615. Le clocher sera rehaussé d'un étage en 1668. Fermée en 1791, l'église deviendra le temple de l'Hymen et de la fidélité en 1793. La plupart des oeuvres seront dispersées, à l'exception de quelques tableaux de la peinture parisienne du début du XVIIème siècle, exécutés notamment par Claude Vignon, Finsorius, François II Pourbus, Georges Lallemant, Quentin Varin et Jacques Stella. Le retable de l'Assomption, peint par Simon Vouet en 1629 et ornée de sculptures de Jacques Sarrazin, restera également en place. Il s'agit de l'une des rares oeuvres de cette nature préservée in situ à Paris, dans la tradition de l'art de la Contre-Réforme. Dans cette oeuvre déterminante dans sa carrière, Vouet trouvera un nouvel accord entre le réalisme de Caravage et le grand art décoratif de Tintoret et Véronèse.

Rendue au culte en 1802, l'église sera restaurée de 1823 à 1829. Elle s'enrichira de nouvelles oeuvres, comme les statues de Louis Deprez à la façade occidentale. On lui attribuera quelques tableaux provenant d'autres églises parisiennes, essentiellement des peintures de l'école française et de l'école italienne des XVIIème et XVIIIème siècles. L'Adoration des bergers, de Noël-Nicolas Coypel, sera ainsi transféré des Hospitaliers de Notre-Dame et le Jésus bénissant les petits enfants, de Noël Hallé, du collège des Grassins. La ville de Paris commandera une vingtaine de nouvelles oeuvres à des artistes du XIXème siècle, parmi lesquels Léon Coignet, Léon Bonnat et Charles Landelle, célébrant les saints patrons de l'église.

Le grand érudit Guillaume Budé, le mathématicien et philosophe Gassendi, le peintre François Milé, Mademoiselle de Scudéry comptent parmi ceux qui sont enterrés à Saint-Nicolas.
Contenu de la section    Classement par : noms / artistes / nature / époques

Frans II Pourbus (le Jeune) (1569-1622)
Thème religieux
1617

Simon Vouet (1590-1649)
Thème religieux
1629

Simon Vouet (1590-1649)
Thème religieux
1629

Anonyme
Portail
de 1420 à 1480
Plus de photos   
Lieu(x) en relation    
Rue Saint-Martin (Châtelet-Les Halles)
Rue Cunin Gridaine (Châtelet-Les Halles)
Métro Arts et Métiers (Châtelet-Les Halles)
Eglise Saint-Nicolas de Myre (Myra)
Article(s) en relation   
Plan du IIIème arrondissement
Plan des rues et centres d'intérêt.
Châtelet-Les Halles
Saint-Nicolas-des-Champs (5)