English
   France > Paris > Le Marais > Rue du Temple
Guide de visite : Rue du Temple
Rue du Temple
Section 69 sur 93

Le Marais
Rues, avenues ...

Catégories
Rues, avenues et places

Région en relation : Paris IIIème

 
Cette rue commence à hauteur du numéro 64 de la rue de Rivoli, à l'angle du Bazar de l'Hôtel de Ville, et prend fin au niveau du numéro 13 de la place de la République. Elle conduisait à la Commanderie du Temple. La rue actuelle réunit plusieurs anciennes voies qui changeront de nom au fil des siècles.

Voir le tabloid
Histoire   
Entre la rue de Rivoli et la rue de la Verrerie, l'ancienne rue des Coquilles portera ensuite le nom de ruelle Jean Gentien, puis rue Jacques Gentien. Guillot nommera la rue Barre du Bec, comprise entre les rues de la Verrerie et Saint-Merri, rue de l'Abbéie du Bec Hellouin en 1300 . La rue Sainte-Avoie, comprise entre les rues Sainte-Croix de la Bretonnerie et Michel le Comte, se confondait à l'origine avec la rue du Temple. Elle portera également le nom de Grande rue du Temple puis de rue du Temple. L'ancienne rue du Temple, comprise entre la rue Michel Le Comte et le boulevard du Temple (actuellement entre la rue Michel Le Comte et la place de la République), sera désignée sous le vocable de Vicus Militiae Templi ou rue de la Milice du Temple dans un acte de 1235. Un document de 1252 lui donnera le nom de rue de la Chevalerie du Temple. Guillot lui attribuera le nom de rue du Temple en 1300.

La fondation de l'Ordre du Temple est postérieure à la création du premier royaume franc en Palestine en 1099. Le champenois Hugues de Payns, Geoffroy de Saint-Omer et sept compagnons d'arme proposeront au roi Baudoin II de Jérusalem, en 1118, la mise en place d'une troupe permanente. Cet ordre militaire et religieux devait protéger la ville sainte et assurer la liberté des routes aux pèlerins.

Les Templiers feront voeux devant le patriarche de Jérusalem Garimond. Baudoin II les hébergera dans l'aile du Palais Royal qui jouxte l'ancienne Mosquée El Aqsa, à l'emplacement dans l'ancien Temple de Salomon à l'origine de leur nom de Pauvres Soldats du Christ et du Temple de Salomon (Pauperes Commilitones Christi Templique Salomonici).

Saint Bernard (1090-1153), propagandiste de la foi cistercienne fondateur de l'abbaye de Clairvaux et prédicateur de la IIème croisade à Vézelay en 1146, rédigera une grande partie leur règle au Concile de Troyes en 1128, après leur admission par le Pape Honoré II. La constitution définitive de l'Ordre des Templiers sera rédigée par Innocent II dans sa bulle "Omne datum optimum" datée du 29 mars 1139 et remise à Robert de Craon. Le pape garantira à l'Ordre ses privilèges, son indépendance et l'exemption de la justice épiscopale.

L'Ordre du Temple deviendra indépendant du pape vers 1165, dans ses Retraits écrits en français, tout en jouissant de sa protection. L'idée Cistercienne des Templiers sera de fédérer les royaumes européens sous la suzeraineté d'une haute autorité détenant le pouvoir moral et matériel d'arbitrer les conflits avant qu'ils ne se déclarent et de maintenir ainsi une paix universelle profitable à tous les peuples chrétiens, juifs et musulmans. L'ordre, purement militaire, comptera 15 000 membres revêtus du manteau blanc frappé de la croix rouge sang.

Les Templiers institueront la lettre de change et le chèque tiré sur dépôt qui permettront aux pèlerins de voyager sans transporter d'argent. Les commanderies assureront les transactions en prélevant leurs commissions. L'Ordre, qui comptera neuf mille maisons en Europe avant sa disparition, sera le premier réseau bancaire transfrontalier. Remarquables cambistes, dont les méthodes s'appliqueront encore cinq siècles après leur disparition, les Templiers inventeront la comptabilité en partie double et le "grand-livre".

Installé à Paris vers Saint-Gervais au début du XIIème siècle, le Temple émigrera quelques décennies plus tard dans le quartier qui porte aujourd'hui son nom. Dépositaires du Trésor royal dès cette époque, les Templiers deviendront les administrateurs des finances royales puis les principaux créanciers du roi

Philippe le Bel, considérablement endetté auprès de l'ordre et menacé par leur pouvoir, fera arrêter tous les Templiers le 13 octobre 1307. Il tentera ainsi de mettre la main sur leur trésor. Prudents, les Templiers avaient transféré leurs richesses dans diverses commanderies à l'étranger avant ces évènements. Le pape Clément V, menacé, entérinera l'arrestation des Templiers dans sa bulle "Pastoralis praeminetia". Sur ordre du nouvel archevêque de Sens, Philippe de Marigny, cinquante-quatre Templiers monteront sur le bûcher le 13 mai 1310. Philippe le Bel, qui participera au concile de Vienne, obtiendra de Clément V dissolution du Temple. Ses membres seront excommuniés.

Jacques de Molay, présenté devant ses juges le 18 mars 1814, leur déclarera :

" Pape Clément ... chevalier Guillaume de Nogaret ... roi Philippe ... avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment ! ... Maudits ! Maudits ! vous serez tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races ! ..."

Le Grand Maître et ses proches sont conduits devant Notre Dame pour faire amende honorable après la lecture de la sentence. Jacques de Molay, qui se rétractera ainsi que Geoffroy de Charnay, seront brûlés le soir même sur l'île aux Juifs (square du Vert galant).

Les toits du Palais Royal seront envahis d'une véritable nuée de corbeaux quelques jours après la mort de Jacques de Molay, comme un présage de malheur et un signe de deuil. Clément V décédera d'une affection intestinale le 20 avril 1314. Philippe le Bel décédera au cours d'une chasse au sanglier le 29 novembre, jeté bas de son cheval. Entre temps, Guillaume de Nogaret sera tué dans des conditions étranges. Esquieu de Florian, Grand Inquisiteur de France, sera poignardé tandis que Gérard de Laverna et Bernard Palet, principaux témoins de l'accusation, seront pendus.

Le pape confiera une partie des biens des Templiers à l'Ordre Hospitalier de Saint Jean de Jérusalem, tandis que leur trésor ne sera retrouvé. Certains membres de l'ordre dissous trouveront refuge au Portugal qui refusait de reconnaître l'autorité du pape. Ils prendront le nom de Milice du Christ. Les voiles des navires portugais du XVème siècle arboreront la croix pattée templière.
Description   
La rue du Temple, dont plusieurs hôtels particuliers n'ont pas encore été restaurés, concentre un grand nombre de commerces de gros spécialisés dans les gadgets, la maroquinerie et la bijouterie fantaisie. Elle a su conserver son caractère populaire.

Les numéros 69 et 71 de la rue hébergent des vestiges de l'enceinte de Philippe-Auguste.
Contenu de la section    Classement par : noms / artistes / nature / époques

xyz
41, rue du Temple
Théâtre
Théâtres

xyz
12, rue du Temple
Crêperie

xyz
23, rue du Temple
Cuisine traditionnelle
Restaurant tendance
Plus de photos   
Lieu(x) en relation    
Rue Rambuteau (Châtelet-Les Halles)
Rue de Rivoli (Châtelet-Les Halles)
Rue Réaumur (Bourse-Opéra-Grands Boulevards)
Rue de Turbigo (Châtelet-Les Halles)
Rue des Blancs-Manteaux (Le Marais)
Rue des Haudriettes (Le Marais)
Rue Michel Le Comte (Le Marais)
Rue des Quatre Fils (Le Marais)
Rue de Bretagne (Le Marais)
Rue de Montmorency (Le Marais)
Rue de la Verrerie (Châtelet-Les Halles)
Rue Saint-Merri (Le Marais)
Rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie (Le Marais)
Place de la République (Bastille-République-Bercy)
Monument de la place de la République (Bastille-République-Bercy)
Hôtel de Saint-Aignan (Le Marais)
Hôtel de Montmor (Le Marais)
Rue de Braque (Le Marais)
Rue Béranger (Le Marais)
Rue Perrée (Le Marais)
Rue Simon-le-Franc (Le Marais)
Place de l'Hôtel de Ville (Le Marais)
Rue des Gravilliers (Le Marais)
Rue Pastourelle (Le Marais)
Rue des Fontaines du Temple (Le Marais)
Passage Sainte-Elisabeth (Le Marais)
Rue Dupetit-Thouars (Le Marais)
Rue Notre-Dame-de-Nazareth (Châtelet-Les Halles)
Passage Sainte-Avoye (Le Marais)
Square du Temple (Le Marais)
Rue du Plâtre (Le Marais)
Métro Temple (Le Marais)
Musée d'art et d'histoire du Judaïsme
Elément(s) en relation   
Article(s) en relation   
Les Templiers
La fondation de l'Ordre du Temple est postérieure à la création du premier royaume franc en Palestine en 1099.
Plan du IIIème arrondissement
Plan des rues et centres d'intérêt.
Le Marais
Rue du Temple (3)