English
   France > Paris IVème > Centre Pompidou > Le machinisme : les productions de la seconde révolution industrielle au début du XXème siècle
Guide de visite : Le machinisme : les productions de la seconde révolution industrielle au début du XXème siècle
Le machinisme : les productions de la seconde révolution industrielle au début du XXème siècle
Section 14 sur 72

Centre Pompidou
Art moderne

En relation avec : Marcel Duchamp
Ouvert tous les jours sauf mardi
Nocturne lundi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche

 
Marcel Duchamp visitant en 1912 une exposition de technologie aéronautique aurait déclaré à Fernand Léger et Brancusi "La peinture est morte. Qui pourra faire mieux que cette hélice ? Dis-moi tu en serais capable, toi ?"

Voir le tabloid
Description   
Marcel Duchamp fera sensation à l'exposition internationale d'art moderne de New York, dite "Armory Show", de 1913. Il y présentera son Nu descendant un escalier n° 2, réalisé l'année précédente. Le modèle est présenté dans différentes positions successives selon un procédé proche des recherches photographiques contemporaines. La Roue de bicyclette de 1913, fixée sur un tabouret de cuisine et réalisée pour la décoration de l'atelier de l'artiste, sera le premier objet d'une longue série de ready-made. Marcel Duchamp se contentera alors de choisir les objets et les exposer. La démarche esthétique devra déclencher le jeu des représentations symboliques associées spontanément à ces formes.

Duchamp définitivement installé à New York en 1915, deviendra une vedette très médiatisée. Toujours aussi provocateur, il proposera sa Fontaine, un simple urinoir signé R. Mutt (son pseudonyme) qui sera refusée au Salon de la Society of Independent Artists de 1917. L'artiste, défendant l'urinoir signé d'un pseudonyme, déclarera "Le fait que M. Mutt ait modelé ou non la Fontaine de ses mains n'a aucune importance. Il l'a CHOISIE. Il a pris un article courant de la vie et fait disparaître sa signification utilitaire sous un nouveau titre. De ce point de vue, il lui a donné un sens nouveau".

L'intervention de l'artiste devient abstraite au point qu'il demandera à sa soeur Suzanne de réaliser pour lui un "ready-made à distance". En guise de cadeau pour son second mariage en 1919, il lui exposera dans une lettre le Ready-made malheureux qu'il lui proposera d'exécuter. Elle devra "accrocher un manuel de géométrie sur son balcon de sorte que le vent tourne les pages et choisisse les problèmes que le temps se chargerait de résoudre".

La plupart des ready-made originaux ont aujourd'hui disparu. Le couple de mécènes Arensberg, qui avait acheté l'urinoir rebaptisé "Fontaine", l'égarera. La Roue de bicyclette, l'Égouttoir et la pelle à déneiger rebaptisée " En prévision d'un bras cassé" subiront le même sort. La première grande rétrospective au Pasadena Museum of Art de Los Angeles, en 1963, exposera des répliques. L'idée à défaut de l‘objet, était ainsi sauvegardée.

Marcel Duchamp comptera parmi les premiers artistes à accorder le statut d'oeuvre à ces notes de travail, publiées sous forme de fac-similés dans trois boîtes (La Boîte de 1914, La Boîte verte, et La Boîte blanche). Il peindra sa dernière oeuvre, "Tu m' ", en 1918, puis se livrera à des exercices d'une autre nature, comme sa reproduction de la Joconde ornée de moustaches, d'une barbiche et gratifiée de l'inscription L.H.O.O.Q. Il montera, à partir de 1920, des installations qui expérimentent des effets optiques et que le Pop art nommera "psychédéliques" ("Rotative plaques verre", 1920 et "Disques avec spirales", 1923).

Il réalisera ensuite son oeuvre majeure, selon son expression, en 1923 : la Mariée mise à nu par ses célibataires, même.

Devenu dilettante, Duchamp mènera une vie itinérante de joueur d'échecs professionnels pendant dix ans. Il aimera alors "mieux vivre, respirer que travailler". L'artiste entreprendra son oeuvre posthume majeure à partir de 1946 : Étant donnés : 1 ° la chute d'eau, 2 ° le gaz d'éclairage. Cette dernière conjuguera les techniques du diorama et du "Peep Show". Elle sera, dit-on, conçue dans le plus grand secret durant une période de vingt temps. Le spectateur passe devant une vieille porte de bois, à deux battants sans poignée, enchâssée dans des montants de briques rouges. Si il s'approche, il peut apercevoir par deux petits trous aménagés à hauteur d'homme une femme gisant, nue, les cuisses écartées. Le sexe épilé et étrangement fendu évoque un viol sadique. Le bras de la femme est dressé et sa main tient avec fermeté une veilleuse à gaz allumée. Le fond du diorama en trompe l'oeil évoque les arrière-plans des peintures de la Renaissance.
Contenu de la section    Classement par : noms / artistes / nature / époques

Marcel Duchamp (1887-1968)
35 mm noir et blanc, muet
1925

Marcel Duchamp (1887-1968)
Fenêtre fraîche
Assemblage
Dimensions : 53 cm x 79 cm x 10 cm
de 1920 à 1964

Gino Severini (1883-1966)
Scène intérieure
Dimensions : 74 cm x 100 cm
1913

Fernand Léger (1881-1955)
Représentation non figurative
1911

Marcel Duchamp (1887-1968)
Construction
de 1920 à 1979

Marcel Duchamp (1887-1968)
Construction
1935
Plan(s)   
Centre Pompidou
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage décembre 2002
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Le machinisme : les productions de la seconde révolution industrielle au début du XXème siècle (6)
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002
Accrochage juin 2003
Accrochage décembre 2002